Cours

De
Publié par

Représentations audiovisuelles 20/10/08Séance 1Définition de lʼaudiovisuel : combinaison de sons et dʼimages enregistrés. Cet acte dʼenregistrement a toujours été lié à lʼobjectivité de lʼenregistrement. A partir du moment où il y avait cet enregistrement, on sortait dʼune certaine subjectivité pour verser dans une objectivité.Cette croyance en lʼobjectivité de lʼenregistrement est toujours vivace : il suffit de regarder la télévision pour sʼen apercevoir ; on considère que ce que lʼon voit est authentique. Lʼaudiovisuel a augmenté le pouvoir dʼobjectivité déjà présent dans la photographie en ajoutant la notion de durée, plus précisément du temps. Ce temps peut être représenté de diverses façons : à travers le mouvement, les rythmes.Lʼenregistrement audiovisuel a commencé par lʼaspect sonore, notamment au théâtre où on enregistrait la voix. Il faut attendre lʼinvention de la caméra pour que la combinaison actuelle de lʼaudiovisuel se mette en place. Depuis, il y a eu plusieurs inventions dont la télévision, et maintenant le multimédia : lʼaudiovisuel numérique interactif.Est-ce que les innovations technologiques ont modifié le rapport à lʼaudiovisuel ? Lʼusage interactif du multimédia a prolongé certaines caractéristiques du rapport aux images cinématographiques, comme par exemple celle de lʼidentification au personnage. Lʼimmersion fictionnelle exploite elle aussi quelque chose qui était déjà présent au cinéma, mais lʼexploite de façon très puissante.La ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Séance 1
Définition de lʼaudiovisuel
: combinaison de sons et dʼimages enregistrés. Cet acte
dʼenregistrement a toujours été lié à lʼobjectivité de lʼenregistrement. A partir du moment
où il y avait cet enregistrement, on sortait dʼune certaine subjectivité pour verser dans une
objectivité.
Cette croyance en lʼobjectivité de lʼenregistrement est toujours vivace : il suffit de regarder
la télévision pour sʼen apercevoir ; on considère que ce que lʼon voit est authentique.
Lʼaudiovisuel a augmenté le pouvoir dʼobjectivité déjà présent dans la photographie en
ajoutant la notion de durée, plus précisément du temps. Ce temps peut être représenté de
diverses façons : à travers le mouvement, les rythmes.
Lʼenregistrement audiovisuel a commencé par lʼaspect sonore, notamment au théâtre où
on enregistrait la voix. Il faut attendre lʼinvention de la caméra pour que la combinaison
actuelle de lʼaudiovisuel se mette en place. Depuis, il y a eu plusieurs inventions dont la
télévision, et maintenant le multimédia : lʼaudiovisuel numérique interactif.
Est-ce que les innovations technologiques ont modifié le rapport à lʼaudiovisuel ? Lʼusage
interactif du multimédia a prolongé certaines caractéristiques du rapport aux images
cinématographiques, comme par exemple celle de lʼidentification au personnage.
Lʼimmersion fictionnelle exploite elle aussi quelque chose qui était déjà présent au cinéma,
mais lʼexploite de façon très puissante.
La lecture du multimédia est liée à la lecture du spectateur, contrairement au film où cʼest
la perception qui détermine la lecture.
Définition de la représentation
: cʼest le pouvoir que lʼon accorde à lʼimage de donner
présence à ce quʼelle représente. De manière plus générale, représenter cʼest soit rendre
présent quelque chose dʼabsent, soit le remplacer. La difficulté, cʼest que le procédé de
représentation agit toujours dans les deux sens, autrement dit cʼest quelque chose qui
instaure un représentant qui tiendra lieu de ce quʼil représente.
Ce tenant-lieu est toujours fabriqué, artificiel, souvent le fruit de conventions ou de règles.
Lʼécart entre le représentant et lʼobjet qui est représenté est plus ou moins grand. Le côté
artificiel de la fabrication du représentant ne saute pas tout le temps aux yeux.
Le rapport du représentant à lʼobjet est toujours codifié, et cela permet de reconnaître
lʼobjet. Lʼautre fonction du représentant est dʼapparaître avec ses qualités propres, mais
cette fonction est souvent absentée, mise à lʼécart. Il faut quʼil y ait un travail particulier sur
la fonction pour que lʼon sʼen aperçoive.
Les dimensions dans la représentation :
- Référent réel (ce quʼon filme)
- Référent imaginaire, réalité construite (ce que le spectateur perçoit)
- Perception esthétique
Trois théories permettent de questionner la notion de réel dans lʼaudiovisuel :
- La sémiotique, ou sémiologie
- La phénoménologie
- La psychanalyse
Représentations audiovisuelles
20/10/08
Par rapport au cinéma, on distingue cinq matières de lʼexpression :
- Lʼimage mouvante
- Le texte
- La parole
- Le bruit
- La musique
Dans le multimédia, on peut se poser la question de ce qui fonctionne comme matière
dʼexpression.
On peut ensuite découper lʼimage mouvante et analyser la façon dont le représentant est
structuré. On distingue ainsi le signifiant iconique (qui permet de reconnaître quelque
chose, de renvoyer un référent) et le signifiant plastique.
Le premier sens produit est la dénotation, cʼest à dire le sens direct à partir du travail de
représentation. Le suivant est le sens de la connotation.
Lʼicône a un effet de ressemblance avec lʼobjet, et nʼest pas forcément analogique. Il doit
produire lʼimage de lʼobjet.
Séance 2
Tous les codes qui structurent la représentation vont être interprétés par le spectateur. Ce
quʼil construit comme sens avec ce quʼil perçoit nʼest pas en contact direct avec ce qui a
donné lieu à la représentation visuelle. On est toujours dans une production imaginaire à
partir de ce représentant, et il peut y avoir des liens plus ou moins souples avec le
référent. Les conditions mêmes de la représentation induisent que lʼon ne perçoit pas la
même chose que ce qui a été tourné.
3 théories abordées pour traiter de la représentation en réel :
- La sémiotique : à partir de Perth, on peut penser un lien indiciel, la représentation nous
laisse croire quʼil y a un lien direct avec la représentation extérieure. Se manifeste plus
particulièrement dans lʼimage fixe, de laquelle on a du mal à se détacher de ce côté
indiciel. Ce rapport est très exploité dans le documentaire : cʼest le document qui se
propose dʼêtre en lien direct avec lʼextérieur. Côté iconique : lorsque lʼon perçoit un signe
visuel ou sonore en mouvement, il se réactualise. Si on coupe le son, on peut être
surpris par certaines images, ce qui prouve deux choses : le son peut “faire
image” (pouvoir iconique du son) et il y a un travail du spectateur dans la construction du
film.
- La phénoménologie : tout procédé de représentation nous éloigne du réel.
Paradoxalement, certaines expérience particulières nous permettent de nous rapprocher
du réel. Le cinéma est un outil pour nous remettre en contact avec ce monde. Thèse de
Bazin : lorsque lʼon utilise cet outil de représentation audiovisuelle, on peut capter le réel
et le restituer, ou on peut sʼen servir pour reconstituer le réel et faire travailler
lʼimaginaire.
- La psychanalyse : elle aussi peut nous aider à réfléchir sur le réel et sa représentation
dans lʼaudiovisuel. Dʼune certaine manière, dans un point de départ, il nʼy a pas de
Représentations audiovisuelles
20/10/08
différence avec la sémiotique : la représentation est un langage qui nous parle dʼun
référent qui nʼest plus là. Accord également avec la phénoménologie pour dire que la
représentation est un voile devant le réel. Si nous éprouvons des expériences dans notre
vie quotidiennes qui nous font éprouver le réel, cʼest que nous rencontrons quelque
chose qui nous concerne. Le point de départ de tout cela est la question du désir chez
Freud, “lʼobjet perdu”. En psychanalyse, le désir est articulé autour de la notion du
besoin ; on distingue ainsi le désir oral du besoin oral. Il y a toujours un écart entre la
représentation et lʼobjet. Dans un document audiovisuel, ce nʼest pas parce que lʼon va
viser le réel que lʼon sera dans le réel.
Représentations audiovisuelles
20/10/08
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.