cours doc 11

De
Publié par

Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue FrançaiseCOURS :DOCTRINE 11 COURS DE FORMATION PAR CORRESPONDANCEÉLÉMENTS DE RÉPONSES.Page Ques-ObservationsLEÇON : Hammond p. 99 - 103 : LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉdu man. tionsXLD 1 Relevez les différents noms que Paul emploie dans Rm 5.12-19 pour désigner le péché. Indiquent-ils943/3 différents degrés de culpabilité ?- péché (gr. hamartia, au singulier) v. 12, 13- fautes (gr. paraptôma = chutes) v. 15, 16, 17, 18- transgressions (gr. parabasis) v. 14- désobéissance (gr. parakoe) v. 19Il ne semble pas que ces termes indiquent différents degrés de gravité et de culpabilité, Paul dési-gnant par tous ces termes le même péché originel.101/8 2 Le difficile texte de Rm 5.12-19 est capital pour notre compréhension des notions de péché originel,102 de transmission du péché et de culpabilité, qui conditionnent la doctrine du salut. Cherchez à endégager le sens en répondant aux deux questions suivantes :1. De quelle mort s’agit-il au v. 12 (physique et /ou spirituelle) ?Il s’agit bien d’une mort physique, ainsi que le précise le v. 14 qui fait allusion à Gn 3.19; (cf 1.Co 15.21).Mais il s’agit aussi, en même temps, d’une mort spirituelle, car la « vie », son contraire, est unevie spirituelle. Ainsi , par le péché d’Adam, la mort physique et spirituelle atteint tous leshommes sans exceptions.2. Comment comprendre le rapport entre le péché d’Adam et le péché de tous au v. 12(Comment expliquer : «… ...
Publié le : vendredi 23 septembre 2011
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Association Évangélique d’Églises Baptistes de Langue Française
COURS DE FORMATION PAR CORRESPONDANCE
ÉLÉMENTS DE RÉPONSES.
COURS :
DOCTRINE 11
Page
Ques-
du man.
tions
Relevez les différents noms que Paul emploie dans Rm 5.12-19 pour désigner le péché. Indiquent-ils
différents degrés de culpabilité ?
- péché (gr.
hamartia
, au singulier) v. 12, 13
- fautes (gr.
paraptôma
= chutes) v. 15, 16, 17, 18
- transgressions (gr.
parabasis
) v. 14
- désobéissance (gr.
parakoe
) v. 19
Il ne semble pas que ces termes indiquent différents degrés de gravité et de culpabilité, Paul dési-
gnant par tous ces termes le même péché originel.
Le difficile texte de Rm 5.12-19 est capital pour notre compréhension des notions de péché originel,
de transmission du péché et de culpabilité, qui conditionnent la doctrine du salut. Cherchez à en
dégager le sens en répondant aux deux questions suivantes :
1. De quelle mort s’agit-il au v. 12 (physique et /ou spirituelle) ?
Il s’agit bien d’une mort
physique
, ainsi que le précise le v. 14 qui fait allusion à Gn 3.19; (cf 1.
Co 15.21).
Mais il s’agit aussi, en même temps, d’une mort
spirituelle
, car la « vie », son contraire, est une
vie spirituelle. Ainsi , par le péché d’Adam, la mort physique et spirituelle atteint tous les
hommes sans exceptions.
2. Comment comprendre le rapport entre le péché
d’Adam
et le péché de
tous
au v. 12
(Comment expliquer : «… parce que tous ont péché ») ? Tenir compte du contexte : l’imputation
de la justice de Christ (v. 12-21).
- Paul ne dit pas que tous les hommes meurent parce que tous sont « pécheurs », mais parce
que tous «
ont péché
».
- Il ne dit pas non plus que tous meurent parce tous « pèchent » personnellement consciem-
ment, car le « tous » du v.14 inclut les enfants et ceux qui n’ont pas leur raison.
D’autre part, c’est par un
seul
péché et non une multitude que la mort a frappé tous les
hommes (v.15-19) ; ce que confirme le temps du verbe grec indiquant un acte précis dans le
passé.
- C’est par/en Adam que nous avons tous péché. Ce n’est pas individuellement, mais «
en
» lui,
unis à lui organiquement, génétiquement, parce qu’il est le père de la race.
Autrement dit : toute la vie de l’humanité existait en Adam, était localisée, condensée en lui :
la faute d’un seul était ainsi commune à tous. C’est sur la même base d’une union de solidari-
té—spirituelle et non plus physique (la naissance de l’Esprit), tellement plus riche dans sa natu-
re et dans ses effets—que le croyant est justifié;(v.15-19).
Unis
à Adam, tête naturelle de l’humanité, physiquement, selon l’ordre de la nature, nous
sommes entraînés vers la mort (cf question 1).
Unis
à Jésus-Christ, le second Adam, tête spiri-
tuelle de la nouvelle humanité, l’Église, selon l’ordre de la grâce, nous sommes entraînés dans
la vie.
C’est
en
Adam que tous ont été rendus pécheurs et meurent, c’est
en
Christ que tous seront
rendus justes et vivants. Ce dernier futur s’explique par le fait que la justification de tous a été
virtuellement accomplie en Christ, une fois pour toutes, mais s’applique et se réalise indivi-
duellement au moment où l’homme croit.
LEÇON : Hammond p. 99 - 103 : LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ
XLD
943/3
101/8
102
1
2
Observations
D 32
E.R. 1
ÉLÉMENTS DE RÉPONSE
COURS : DOCTRINE 11
Page
Ques-
du man.
tions
Comparez en les décrivant les positions pélagienne, semi-pélagienne et protestante vis-à-vis du péché
originel.
1. Dans la perspective pélagienne (libérale)
-
le péché d’Adam n’a affecté que lui-même,
-
tout homme naît dans la même condition morale qu’Adam avant sa désobéissance,
-
il n’y a pas de péché originel héréditaire,
-
l’homme choisit donc seul, librement, sa destinée éternelle,
-
il ne porte nullement la culpabilité du péché originel, il n’est responsable que de
ses propres fautes,
-
l’homme ne peut être sauvé en suivant l’exemple de Christ.
2. Dans la pratique semi-pélagienne (catholique, arminienne)
-
le péché d’Adam a affecté toute sa descendance,
-
tout homme naît avec une inclination au mal,
-
mais le péché n’a pas affecté tout l’homme : sa volonté est encore libre de choisir
le bien et de rechercher l’aide de Dieu,
-
si l’homme a hérité du péché originel une nature mauvaise, il n’en porte pas per
sonnellement la culpabilité ; il n’est responsable que de ses propres péchés,
-
l’homme peut être sauvé par une régénération complète qui est l’acte souverain de
la grâce de Dieu.
3. Dans la pensée augustinienne (protestante)
-
le péché d’Adam a affecté toutes sa descendance,
-
tout homme naît vec une inclination au mal,
-
tout dans l’homme a été affecté par le péché originel, y compris la volonté ; il ne
peut donc de lui-même trouver ni même chercher Dieu,
-
l’homme est pécheur, non seulement parce qu’il pèche, non seulement parce qu’il
est héritier d’une nature pécheresse, mais aussi parce qu’il est solidaire du péché
d’Adam, père (tête) de la race (« en Adam »),
-
l’homme est sauvé par une régénération complète qui est l’acte souverain de la
grâce de Dieu.
Dieu punit de mort éternelle (« une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur », 2 Th 1.9) le pécheur
qui refuse le salut. Certains voient là un châtiment disproportionné à la faute. Qu’en pensez-vous ?
- Par le péché, l’homme tourne le dos à Dieu et choisit délibérément une existence sans lui :
hors de sa présence (qu’il ne peut supporter), de son contrôle (qu’il ne peut admettre) et de
ses bienfaits (dont il n’a aucun besoin). L’homme a choisi l’autonomie.
Dieu qui laisse l’homme à lui-même et l’abandonne contre son coeur aux conséquences natu-
relles de son choix, malgré ses sages avertissements et ses pressants appels, ne peut être accu-
sé d’injustice.
Le salut n’est pas
de
l’homme, mais il n’est pas non plus
contre
l’homme.
- Le châtiment est à la mesure du péché qui lui-même est à la mesure de celui qui en est la vic-
time.
Le péché contre un Dieu infini devient infini.
C’est parce que notre conscience est émoussée et faussée par le péché que nous n’aperce-
vons plus l’immensité de celui-ci. Si nous le voyions avec les yeux infiniment purs de Dieu, nous
ne pourrions vivre.
- « Loin de la face du Seigneur », c’est le choix insensé de l’homme aux conséquences infinies
et éternelles.
En vous appuyant sur vos connaissances bibliques et sur votre expérience chrétienne, avec l’aide du
Dictionnaire de théologie biblique (XLD), p. 932-946, ou de tout autre ouvrage théologique, formu-
lez votre propre définition (ou vos définitions) du péché.
LEÇON : Hammond p. 99 - 103 : LES CONSÉQUENCES DU PÉCHÉ
96s
3
Observations
Page 2
D 32
E.R. 2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.