cours-fr-1-memo-spc

Publié par

Diplôme d’aptitude à l’enseignement secondaire I – DAES I Gestion de classe (module 2: connaissances socioculturelles, socio-affectives, pédagogiques) Etiennette.Vellas@unige.ch |Olivier.Maulini@unige.ch |www.unige.ch/fapse/SSE/groups/life Année 2008-2009 Analyser des situations complexes en vue d’agir et réagir à bon escient Première synthèse NB : Ce mémo formalise les analyses de situation menées jusqu’à maintenant collectivement et doit aider à réaliser la prochaine étape du travail par groupes. Le texte sera amendé et complété afin de servir de guide pour la réflexion individuelle finale soumise à évaluation. 1. Repérer une situation pédagogique intrigante, touchant à la gestion de classe, à la relation maître-élèves, à l’organisation du travail, à la conduite de l’enseignement, au sens des apprentissages, au contrôle des comportements et/ou à la différenciation des interventions. La situation peut se dérouler entre les murs de la classe ou impliquer davantage d’acteurs de l’établissement (élèves, collègues, direction, familles des élèves, concierge, personnel administratif, etc.). 2. Décrire la situation : - le contexte (classe, nombre d’élèves, discipline enseignée, lieu, type d’établissement, etc.) ; - ce qui s’est passé, dans un intervalle de temps limité (les faits, vos sentiments, l’épilogue, la/les question/s que vous vous êtes posée/s). 3. Réfléchir sur la situation : a) analyse des vécus : - écouter le vécu de l’enseignant ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 50
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins


Diplôme d’aptitude à l’enseignement secondaire I – DAES I
Gestion de classe (module 2: connaissances socioculturelles, socio-affectives, pédagogiques)
Etiennette.Vellas@unige.ch |Olivier.Maulini@unige.ch |www.unige.ch/fapse/SSE/groups/life
Année 2008-2009

Analyser des situations complexes en vue d’agir et réagir à bon escient
Première synthèse

NB : Ce mémo formalise les analyses de situation menées jusqu’à maintenant collectivement et
doit aider à réaliser la prochaine étape du travail par groupes. Le texte sera amendé et complété
afin de servir de guide pour la réflexion individuelle finale soumise à évaluation.

1. Repérer une situation pédagogique intrigante, touchant à la gestion de classe, à la relation
maître-élèves, à l’organisation du travail, à la conduite de l’enseignement, au sens des
apprentissages, au contrôle des comportements et/ou à la différenciation des interventions. La
situation peut se dérouler entre les murs de la classe ou impliquer davantage d’acteurs de
l’établissement (élèves, collègues, direction, familles des élèves, concierge, personnel
administratif, etc.).

2. Décrire la situation :
- le contexte (classe, nombre d’élèves, discipline enseignée, lieu, type d’établissement, etc.) ;
- ce qui s’est passé, dans un intervalle de temps limité (les faits, vos sentiments, l’épilogue, la/les
question/s que vous vous êtes posée/s).

3. Réfléchir sur la situation :
a) analyse des vécus :
- écouter le vécu de l’enseignant pris dans la situation (ses sentiments, ce qu’il a pensé sur
le moment, sa réflexion dans l’action, pourquoi il a choisi cette situation) ;
- écouter les sentiments des autres membres du groupe, éprouvés en prenant connaissance
du récit ;
- repérer nos auto-attributions et hétéro-attributions d’enseignant (« d’où vient le
problème ? ») ;
- repérer nos fatalismes, nos idéalismes (« y a-t-il un problème ? ») ;
- repérer nos dilemmes, hésitations, ambivalences, contradictions, pour chercher à les
dépasser par le haut (« faire du problème la solution… »).
b) analyse des faits (de leur repérage aux arguments fondés les explicitant et les interrogeant) :
- relever les premières questions et hypothèses de chacun (de l’étudiant qui a offert la
situation et de tous). Ce peut-être par brainstorming ;
- questionner ces questions et hypothèses en fonction des finalités, valeurs et théories qui
sont celles de chacun, les trier-analyser pour clarifier la question ou la problématique (un
ensemble de questions) que vous allez choisir de traiter ;
- cibler les théories, concepts, croyances qui vous ont fait opérer ce choix et rechercher les
références théoriques pouvant vous aider à répondre à vos questions ; ressources : les
théories à dispositions dans ce cours ou ailleurs ; Olivier Maulini et Etiennette Vellas, à
disposition durant les cours et par e-mail) ;
- répondre à la question stabilisée en vous appuyant sur les théories, les concepts, les
« théories pratiques » provenant des sciences humaines et/ou de la réflexion pédagogique
(mêmes ressources que ci-dessus). Votre réponse à la question (ou problématique traitée)
peut prendre différentes formes, par exemple :
• présentation d’une autre manière de poser le problème pour agir (au) mieux ;
• ou repérage de tensions, dilemmes, paradoxes, devenant plus clairs et pouvant de
ce fait être mieux admis pour agir (au) mieux ;
• ou mise en évidence d’une tension jugée inévitable, puis repérage ou invention
argumentée d’un moyen de s’en sortir par l’action (création d’un nouveau
dispositif, nouvel intérêt pour une certaine manière de gérer la classe, etc.) ;
• ou réflexion du type « si nous nous trouvions dans un tel cas demain, nous nous y
prendrions ainsi », en argumentant alors vos propositions, vos choix, les
différences, en vous référant aux sciences humaines et recherches pédagogiques ;
- ou présentation d’hypothèses sur les raisons qui ont fait qu’une situation
pédagogique complexe n’a pas posé de problème.

© Entre les murs, film de Laurent Cantet, d’après le roman et avec François Begaudeau
http://www.entrelesmurs-lefilm.fr et http://www.agence-cinema-education.fr/zdc-entrelesmurs.pdf 4. Implications de cette analyse sur l’état de votre réflexion pédagogique (retour au triangle
pédagogique présenté lors du premier cours). Ces implications peuvent être diverses, chacun
construisant sa pédagogie. Elles peuvent toucher à un pôle surtout. Par exemple :
- à la prise de conscience d’une valeur forte ou de la difficulté à la mettre en œuvre ;
- à la lucidité acquise sur tel phénomène ou tels effets produits par une attitude ou une croyance,
grâce à une théorie ou concept découverts ;
- à un changement envisagé sur le plan pratique de son organisation du travail, de sa gestion de
classe (découverte d’un dispositif, création d’une nouvelle institution pour éviter une certaine
catégorie de problèmes,…).
Cette analyse peut aussi impliquer la prise de conscience de la complexité de toute pédagogie,
c’est-à-dire des manières de tisser les trois registres de sa pédagogie.

5. Rédiger collectivement le tout en allant aux essentiels.

6. Relire de manière critique votre écrit commun :
- veiller à supprimer les jugements de valeur dans le récit de pratique ;
- veiller à supprimer tout dogmatisme dans l’analyse et la conclusion : faire la traque aux « il
faut », « on doit »… ;
- veiller à fonder vos propositions : faire la traque aux « nous pensons/croyons » non argumentés,
non étayés par les faits, l’expérience et/ou la recherche en éducation ;
- ne pas craindre une conclusion ouverte : de nouvelles questions et hypothèses à renvoyer au
groupe sont les bienvenues ;
- ne pas créer des liens artificiels entre théories et pratiques (de nombreuses facettes de la
pratique ne sont pas touchées par les théories existantes) ; utiliser les théories comme des repères,
pas des dogmes à appliquer.

7. Envoyer votre travail en fichier .pdf à
Olivier.Maulini@unige.ch et Etiennette Vellas@unige.ch

8. Se préparer à présenter ce travail de groupe de manière à permettre à l’ensemble des
étudiants de s’enrichir de votre réflexion. Présentation entièrement libre d’une durée de 30
minutes au total : 15-20 minutes d’exposé, puis 10-15 minutes de discussion à partir des
questions que suscitera votre travail.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.