"De seconde main"

De
Publié par

Au cœur de cette profonde crise socio-économique, l'exercice du travail social se fait de plus en plus hors de ses bases, dans des face-à-face inédits qui peuvent déstabiliser les professionnels. L'exemple de l'organisation d'un marché d'objets issus de la récupération, dans la rue et visant l'insertion des vendeurs pauvres et précaires, en est une belle illustration. Les auteurs de ce livre, eux-mêmes travailleurs sociaux et fondateurs de cet étonnant projet, passent au crible leurs doutes et leurs réussites.
Publié le : mercredi 15 octobre 2014
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782336359427
Nombre de pages : 254
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

"De seconde main"
"De seconde main" Vendeurs de rue et travailleurs sociaux
face à face dans la crise Vendeurs de rue et travailleurs sociaux
Parce que la crise a jeté dans la pauvreté des millions de face à face dans la crise
nos concitoyens, nombre d’entre eux s’adonnent aujourd’hui
à la récupération d’objets, notamment dans les poubelles,
se transformant alors en vendeurs de rue. En France, ces
récupérateurs vendeurs sont qualifés de bifns.
‘‘De seconde main’’ observe d’abord le fonctionnement du
Carré des bifns, un marché de rue porté par une association
de travail social dans un partenariat original avec un collectif
de bifns militants et une collectivité territoriale. Ensuite,
ce texte interroge l’efcacité et la légitimité du travailleur
social s’agissant de l’insertion professionnelle de ces
récupérateurs vendeurs, dans un projet qui peine fnalement
à changer la donne. La proposition est alors faite de penser
ce dispositif comme un accompagnement du bifn en tant
que sujet collectif et non pas individuel dans la quête d’une
reconnaissance statutaire de son activité.
Au-delà de cette action, ce texte remet en cause
la pertinence d’un travail social de plus en plus malmené,
en s’appuyant sur les résistances de la profession à adapter
ses cadres de pensée et d’intervention aux nouveaux traits
sociologiques de la précarité en France.
‘‘De seconde main’’ ne s’adresse pas seulement aux
travailleurs sociaux, mais à tous les acteurs, qu’ils soient
militants, élus, chercheurs ou formateurs, en quête de solutions
viables pour améliorer le sort de ceux qui sont plongés dans
les afres de la crise et de la soufrance quotidienne qu’elle
engendre.
Préface : Éric PLIEZ
Postface : Stéphane RULLAC
Photographie de couverture : J. Pavlovsky
e Yvan GRIMALDI Photographie s de 4 :
L. Zylberman / Graphix-Image Pascale CHOUATRA
Photographies intérieures : Pascale Chouatra
ISBN : 978-2-343-04238-1
25 e
Vendeurs de rue et travailleurs sociaux
"De seconde main"
face à face dans la criseCOLLECTION
« Les Écrits de BUC Ressources »
L’Harmattan
Coordonnée par Ghislaine Pelletier et Stéphane Rullac
&HWWH LRQ FW OOH FR HRSRV GHV LRQVpIH[ VpHDOL RUP DQV H
HFDGU GX O DL WUDY DO VR HQW pP &RQIR j FKHSSUR?D
GDQV WHV RX VHV HQVLRQV GLP FHV VpFU RQW XOWL HOVQWL pUUpI
OD DWX GH FH HXUFW VH HO HVVRQQSURI TXL VW HUVp UDY U SD HV
TXH ORJ WpPpSLV W pWKRGRORJLTXH /D Q WLR RFD GHV RQ TXHV
HQWV QHPWHqWHVQFU FRDIQHHUj FLSDOLWLLRQQDUDVV IH
QVWHU V GH DQWXGLpW GHV UVDWHX IRUP W GHV UV HX HUF FK HQ DL DY
HV LTXSUDW HQ HQpWW HFRL DY OHV VVRLHVGHLQWEH HWUDRQW FH FLH[HU
HOHVVSURIRQQ &HWH RQDWL SOL LP GDQV H UpH HVW H DW HUQDOW
GHV LRQFDWOL SXE XU H DLO DY VRFDO XL W HQ RS HQ VRXY W j
HWWUH DX FHHUY HV LTXHVDW QHOVLRQHVSUR HW DIIHURQW O
OH[LW FRP H VHV pVLWDO Up WLDU LVSU LW VF ?LQ QV QH
DUFKH GpP H LY DF GH HQW RSSHPHO pY GX S DP O RQQHHVVL SURI
Q WLRXFDO?pG H LVpDOpFL VS GH HQWQH DJ FFRP?D LDO RF
pGLFRVRFL DO H D DWLRQ UP IR HHXUULVXSp HQ DLODY FLD HW
UH WHU LRQODQWDW TXL HVW p HO DS U HQ GHY XQ
FH HQHO G?H[F
VPUXVGLFVH?OHGDOVKQIVOHUpWTUWULSOOVPRUFLGDKOjO?R/HGVVeSFDUHLOWVVHGHHjO%V8O&LS5LHpVVRTXSUGFRH&VHV?QXDUOWFLFFXXGOPHRQWWPWWKpGRULLWHVVLH?WVHLODDUHULORLHPUQVGHHRQULTWIDWQOVVSOOURXJDRLOW?ULSLSOH{SLXLGPHUWGSRFGpFOHLDHLORVVKOHTRWXHQDXpUEFUHLVGSjLLWWPWVHVLOWFWUUPRLOUW?YGLLRKTGHLKSpVULWSPWRQF
XQ
YH
KXP Q UHrW RQVLqU TXL 5H %8& RSR TXH"De seconde main" Dans la même collection
— Du discours à la méthode,
pQL FHVXY HQ9LR , Légitime défense ?,
Ouvrir le travail social aux professionnels sourds, OSRUW QD5DS
GH KHKHU HF H (FR WLRQ RUP TX 3pGDJ KR 3V\ e 3D ,
MHXQHV GDP0DFD — La rue, espace criminogène ?,
3UDWVLTXH DLHVGLQ HQ DLO WUD VRF W DORFLpGLFR —, Le
quotidien en on et en off
/H HQW HORSSHPpY TXH QR pFR HW DOVRFL — Les nouvelles
synergies entre économique et social,
/H 2 HQ QV WLR TXHV — Rendre visible ce qui est invisible,
6RFLD V HP URE LQ RSH — Dilemnas and possible solutions,
/D WpFLSpF H HQW QHP DJ FFRPO?D HV HVHUVRQ UDQII
V OHWURXE KLTXHV V\ « Le lien d’accompagnement au risque de la
relation »,

OSYMH(LXWUUOIDHOVXHUVLULVJORF$O,U6RFDWVGLLISLF)LGOHPPSVGHGGOSDRQVp
3DUHQ LW Yvan GRIMALDI
Pascale CHOUATRA
"De seconde main"
Vendeurs de rue et travailleurs sociaux
face à face dans la crise









































© L'HARMATTAN, 2014
5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04238-1
EAN : 9782343042381 Table des matières
Préface 13
Ce qui n’a pas été écrit n’aurait jamais été vécu... 15
5,0 /', ,
Bibliographie
Un projet expérimental comme solution... 21
3DVFDH&
Au commencement, la porte Montmartre 21
Le rejet des biffins
De la plainte à la mobilisation 23
L’étude menée par l’ADIE 27
Les Sauve Qui Peut : des acteurs politiques incontournables
28
Créer un projet 33
Co-construire avec l’existant : les lieux, l’histoire, les luttes
35
Les premières difficultés, les résistances et les négociations
37
Le premier jour d’ouverture 41
Quitte ou double
Le Carré comme théâtre des divergences 42
Sources référencées
Chronique de la mise en œuvre du carré des biffins de 2009
à 2012... 45
3DVFDH& ,
Chef de service du Carré des biffins : Les raisons de ce
choix 46
Mes motivations
Un décalage à admettre et des réticences 47
D’un point de vue éthique 48
La première année 49
Organiser et structurer l’espace de vente
Le fonctionnement
Au bout de quelques mois, les premières difficultés

$$557O$7O
+28$
+28$
<Y DQ*La gestion des « provisoires » : beaucoup de candidats et peu
d’offres
Un partenariat variable
La mise en place du travail social
Le tout jeune équilibre du Carré fragilisé par l’incohérence
politique 62
D’impensables conditions de travail 65
Des conditions matérielles aux paradoxes éthiques, une
partie de l’équipe flanche… 67
La deuxième année 69
Les douces habitudes
Quatre mois laborieux de réinscriptions
Des accompagnements sociaux sur-mesure face à la dure
réalité de l’offre sociale 73
L’accélération de la répression 74
Entre partenariat et négociations avec les Sauve Qui Peut
(SQP) 79
La mise en œuvre d’une étude sur les biffins en
Île-deFrance 83
La troisième année 86
Des avancées
L’anniversaire des 2 ans du Carré, la reconnaissance 87
Une nouvelle équipe 89
Après trois ans de Carré des biffins 91
Sources citées
Le carré des biffins : trois ans d’expérimentation et de quête de
légitimité... 99
5,0 /', ,
Avec leurs rêves perdus d’un Carré circonscrit, des
travailleurs sociaux face à la violence des grands nombres 99
Partagés entre noblesse du métier et précarité des statuts :
des intervenants dans la division sociale du travail 101
La qualification et la recherche afin de produire un récit et
une approche critique 104

$
<Y DQ*Entre domination, compétences et justifications : une
légitimité négociée 108
Bibliographie
L’insertion sur le carré : plus un mythe qu’une réalité... 117
5,0 /', ,
En dépit de ses ambiguïtés, l’insertion comme cœur de
métier 117
Entre humanitaire et accompagnement social 119
L’insertion sans illusion entre indigence de l’offre et non-dit
de la compétition 122
Dans la pénurie, l’insertion n’est plus qu’une coquille vide
124
Attachés à une relation d’aide individuelle et réparatrice,
des travailleurs sociaux exhortés à produire du « vivre
ensemble » 129
Des employeurs aux abonnés absents et des biffins
condamnés au travail pauvre 135
Le déficit de partenariat avec les employeurs : la faute aux
déficits dans la personnalité des bénéficiaires ? 138
Comme substitutif de l’insertion et comme justification du
métier : le lien social et la socialisation 143
Bibliographie
La socialisation professionnelle des biffins dans la lutte
individuelle et collective... 153
5,0 /',
Au-delà de la relation : la socialisation 153
La relative influence des mots sur les représentations et
comportements des bénéficiaires 155
Entretiens individuels et dispositifs institutionnels pour une
socialisation plutôt apparente 156
La socialisation comme processus de construction
identitaire 161
Une socialisation professionnelle malmenée 163
Conscience fière de l’artisan, refus de la hiérarchie du
travailleur indépendant et utilité sociale du retraité 166

$$
<Y DQ*
<Y DQ*Loin des chaînes de montage ou du travail de bureau :
l’idéal de l’artisan 168
Prédominance de l’absence de lien de subordination chez
certains biffins 171
Le Carré est un espace de narration identitaire 177
La route pour la reconnaissance professionnelle est encore
longue 181
Contre la concurrence : des frontières spatiales et mentales

La figure déviante du biffin disparaît en même temps que la
répression 184
Une rhétorique professionnelle contre la désapprobation
sociale 186
L’autorisation et le mandat d’exercer dans le tabou de la
manipulation des déchets 187
L’obtention victorieuse du Carré par la résistance collective
189
Après les combats transgressifs : compromissions et
violence symbolique 192
Dans l’ombre des industriels et d’une association
gestionnaire : les Sauve Qui Peut au milieu du gué 194
Bibliographie :
Historique de la biffe, une lutte pour la reconnaissance... 203
3DVFDH& ,
La biffe, une organisation professionnelle 203
Apparition des termes « chiffonnier » et « biffin » 203
Le fonctionnement
La culture
L’inscription des biffins dans la cité 209
Leur habitat
L’âge d’or 210
Les débuts des regroupements corporatistes vers une
reconnaissance du métier 211
Les difficultés de la profession 213
D’un point de vue économique

O$57
+28$La biffe et l’ordre public 214
Les représentations sociales 215
De la disparation à la réapparition des biffins 216
Des biffins devenus des puciers
À Saint-Ouen : de la zone à la renommée internationale 221
D’autres marchés aux puces : Montreuil et Vanves 222
Le retour des biffins 225
Un maillon de la chaîne commerciale et sociale
Quand le nombre change les représentations
Les marchés de biffins : entre lien social et économie
marchande 228
Bibliographie
La route avec les biffins mène au pouvoir d’agir... 233
5,0 /', ,
L’organisation collective comme un écho à l’éducation
populaire 234
« L’empowerment» : tout le monde en parle et personne n’en
veut 235
Résister au monopole de la gestion managériale de la
souffrance 237
Bibliographie
POSTFACE 243
Merci… 247

$
<Y DQ*Préface
HQW HPOLqU5pJ GH ERQ HVSUL W FHQpQRQ DWDVVLVWDQ O

HUDLW HQIHUP V XV HV V DQ pLW WLYDF LQ HV HV
QWHQGHSUpW UTXHOHXUGRQQH GHVW DWRQV HUDSUHXQHPFRXUDJHQ HQW
j VLY RL XQ HQW HP HQRQF UDY &H UH LY DFUpRQV DX UpDU
GHV V LQ ULV 3D RQWUHGpP LO V
OH pQHUJH O
DQ SHUP HQ
GpSOR\pH U SD V OH SOX HVLUUpFD U SRX QH DV HUFXO GDQ
H[FOXVL RQO
L QV TXH U HX pORQ GH U OHDLO DY HSX GHV
FHX[ L TX W FHQH[H V FH LWpV WL DF VRQ UV RX HV pV H OD
WHU W HV &? DL XL UG?K RX DX HQFRU OV W V OH XV XQL pP V
SOXV QpV ORLJ V GH HV LF VHUY DX[RFL (W V OX QpV DFKD j DJ HU
HVTXHOTX URV HX U SRX HULVWVXEV Q GHV pVLFKFO OHXUV
HVQQDJSHUVR VwTXH UR Kp DQWWW OX UHRQW HV V FH GH SSUHVVLR
HQGHXUV UpQVDUHVIL LIQQ WLHSSDUHODUHDDUWWH0RQWPRU HQ
j V GH VRXSH DX[FL UV GLY OV UH OWX LFXOW TXL QW WH DQ DY
SRXU DUGHU OD H UV KR H HDX O
GDQV XQH RQH H ORX UHHQW
LWpDUSUpF HQWpQXHP W LRQFOXV V WH LVFRORJ SDU OD FH HV
FKRVH VLO RQWUHQGpP HV LRQVEHUUDW H OD Wp Lp RF GX rWSU
WLRQ UD XSpHOD OH LD VRFXWLOLWp O
HQW URXY HWS
$ORUV HO TX WXWWD HQWHLQY SRXU HV vendeurs de seconde
main
H[SpULH HQF &DU GHV V ELILQ RQWUH pP TXH Q WLRDOLVD
GHV HVHQW vQHUDHQW OH SHFW HV OHV qJ HW H DXWUHO

RQVKLVUpIpF j D FHSOD GH WHFHW LH QRP pFR HOO RUP TXL W Dv GHV
QGHLO\QGHXUDGHVYjXQHGHPGELHQHVSRQUUFULHV(OHFR VFD
FL FHX[ HQW RXY V GH XUVWH FKH D RXV H LJ EO j QVHUSH H VW DWX
GH FHV XUVHQGH VL LQ XH HV HVOO UHDVV HUV V SORLV SOX
HVSpUHQ HF Q LRDWWpJ LQ O? GH V LWpVLY GDQV QH LVLRQ GH
DOHLW FDSOD HSUDEHQWGXHORSSHP GpY
QV FH UHOLY OHV WHX DX QWUURJLQWH VV D RQWL OD UH TXH
VRFLpWp WOL DE RX LW DE SDV ? HF DY HX[ XQ DLO UDY RF
GRLW VH HUHQWpLQY DQHQFH HU WH DX H XRL DLXHUULVT
HQLUGHY XQ USV FR GH SOHV LP HQWVDJ H FRQWU{OH DORFL
eULF
6RFLDOGH6DGXLV

GOHDVYWWVGRGSUjROjYXMUGVIHDILeW[?HVHOGLVIGH]GULpPFYGEWLRrW%JVRXW?WOLUrPWFGWHXXOXXWPWHXRHVYUW"O/D
VJFFWGWXWOSUUpDIGUEXIOGL&DGUXpGW?OLDODpXLJUYHUVXHTYOWQGRV
VOUH=VUOHGGRSHUIOFV'GUHLHQW'XqQVDLORUUDDSRHODYWVVXLYQOLLORO/XQDJU'SILVLVQ&IHHDOFHOVOQDpOVXpHDVOOQGpOWSHQRDVVWW,PHVHLMOUT/U?WGUQYSPHIUDDSOGOQS&OHOPPLQTDRGWGOMVXROW(3W(WWYGUHYO3PQLDUqpTLHOO$VLSQR
HQpVL URUH
DVVRJpQUHFWFLDWUDOHX DFWVW /,
H
V
UV
HWHU
FOHV
= /, eULF3Q WLR HQWHUYLQ GH WLRQFLDVVR UH UR VX H UUp HV QV H
DLQVL XU DUUIR GX LO WUDY VRF W GH D ODW H O
VSDFH
SXEOLF LV 0D FLD VR SRUWHHP U FD OD FH pVHQ H DVVRF LRQ
$XURUH RXV UV RX HUWXUH ?RX GX DUFKp XLV HS H2FWREU
DWWHV H O
Q WLRVVRF LRQHUWLQV G
HFRQQX UH XU SR RQ IHVLR UR
H QDOVP DQGDWpH U SD D OHLO 3DUV RXU UH XQ DLO DY LD RF
HF DY OHV LQVII XURUH UH XVVL VDLWp WLP OpJ GX LWID DU
DQGDW GX LIFROOHFW H DXY XL HXW UDFWHX H LTXKLV XU
ERXW HQW DUURQGLVVHP HW LHXFWRU DQV VRQ DW FRP SRXU SRVH
HGYDp/LGO
$XURUH QW OOHDL UDY HQ H H DQF DO HF DY OHV V HQGHX HQ
j HVSULW O
OHX H GH DVVHXV OV HQWLG L QV OHV V LQ
U UHFRXYUH OHX GUR SRXU HQ DUY j XQH H UDWLRpJ ?LQ
HQWGRLY USRVHUDQHQFHRL DYFRPSHUPHF DYHV VWHX DF GHUD HU LQ
HOD HXW UHGL SUH RP HF DY D QLVLR HQW VHXHP OOHGLYGXH LQ HW
LFH WU UDUpSD GX ODLWUDY DOFL VR DX LWURI GX HW LIFWOOH G
O DL WUDY XQDXWDLUH FRP FH VHQV FH H TXL RXV H LW QF j
U WHVLUHY XVSO HQW OHPORED QRV UVpWLH H HURJLQW V OH LTXHDW
O DL WUDY VRF RQGDP j ROXWLRQ O
DQHQWHUP W DX
QW QQHP GpFORVR LO V
XW RQVHUYU RQ pLWLOXW HW VD LO LE FUp
HQV R\ VFRQ VGH OX XVH[VSO GHDXSUq
? LUSDUW H WLRQ HQWD pU H[S GX p&DU HV LQ GDQV D
FDSLH GRQW HDL VXUpDV TXH H WW UHH[FOXVOXQW FR
OD UDQGH VH FDX H OD DQGDWXUH W Dv DU HDEOVSHQVLQGL GH
UH LYSRXUVX XQH H[LR XU D FH SOD GH FHV RQV DWRSXO XQL pP HV
GDQV D LWpVW ?H H U VX GH VHVOHHOVQRXYORLUP IR
HUWURXY VHVpSRQ qWHV FU FRQ U SRX Q LQVHUWLR O
GH [ FHX TXL HV WHQ
WpDUL OLGHODVRUWVOHVP DQJXOpVGDQHV LPGLVV VLELQY

GUWRHQQIUQ
,ODVGOULGVQSPS0VVWJLHHQOUSVUXIOOLIGLVEEUOLDDWD
,UUGS&WSIYUOL{OUjUUGULHWIOOQDY/DDDLJWOUOYLWLGLIOWHLGDRUULWOpSWLVQRRWLYWODSWLDFURGSURMGVFFRRVGDJ
HDWHHHXDVWVQLDDPUQWH?(OQVFYURHFOWL$YULWEQ?QOVPLUHLDVIXLOILV[LXHWWOQYJOHHOHPFPDQSDVVWUHOFDGRPSHUDLLE$VGPG
PXQLMGVOLDOLOFp[OQQpVOLSY
pSYOSHHH
GHGFFLVLLXUpROHHWO3L4
YPHD6FFQGHXVGVVHUGWPLIXEoH&HGUO$OLLHO
VV?XTL
HDI
LW
Wp
j
UG
U
H
Ce qui n’a pas été écrit n’aurait jamais été vécu...
3DVFDH W L RQV FFXSp HQW HP FWLYSH HV
OHV RQVWLIRQF H FKH H LFH VHU HW WHXUHF LU GX UUp HV LQV DX
VHLQ H Q WLR VVRF $XURUH SHQGDQ V OX GH LV UR DQ HQ
QRXV RQV DY XVV LEX FR j D RQ IRQGD HF DY HQ V UH ?DX
FH HWH[ V QRX VRQVHQGRV XQ HDX QRXY {OH HOX H LQV WpP
LpVpJLOSULY HG?X H WLYLDLW LQ VRFLDOH DWWHQDULDU QDOULJ SRVp RP
HQW QRWDP ?XQH RQ FLDDVVR GH ILQLI j QH H FH DUFKp
G?XQH LDWRQ RF DV QQHOH VVL IH UR HQ H KDUJ HQW RQQHP WL RQF
UUp HV QVIL LI W H G?X pLW WLYFROHF OHLD RU HQVXEY RQQHWL
OH W MH UR V HWH XEOHGR HVWX SR VWHX DF G? SOLTXpV
VWHXG?DX LW UDRXU HU VHP H WHGRX VL QRXV WLRQ oXV H FRP
V MXJ HW HVWL DU UDQVVX RX SUR HWLQJUN GH WHFHW FW
HLW LQpG WRXXU TXH V VDQVV LVHXUVILFUIROL TXD HV XV
RX WV HDQ ULJGL LDW RFDV WHFHW HQFHULH[Sp W DLDXU rWUH SHXW
REWHQX DQWDXW RQWL ?DWHQ VHORQ H LGp O? TXH GDQ H FHW RGHpUL G
WHQW FRP H XV SO Q XV SO VL XV D X FH DW LQQRY TXH Q ?R
SUrWH j FH SUR W TXL EOH QDvWUH WRX W XWD GX UVGLVFR H TX
GHV V WH DF DX H FLS LQ TX?DWLqUH RQDWLQQRY ?L DOH VRF le fait de
4dire, c’est souvent faire . HSHQGDQ V OH HVUW SR H LRQDW FL DVV
$XURUHD\DQW WppWHVHUWW{ RXYVOX WHOLVDX[MRXUQDHWDX[FKHUF UV HX
XQ DFFqV j H EUHX[ QRP HVDUW H VH HV RX XHV QWLLT LH VF HV
LQLUpI Q TXHOTXH WV XQ LOWU V QHKpWp RP
LF G?H VH LW LOOXVRLUH V KRLVLVVR QV OH WLI LF OLITXD
GH XOWLSOH SUHRQV W SURSRVRQV RORW WDLUH WWH QLWLRQ XW{WSO
WH RXY / WUDLO OLDVRF VW OH VH VLWpWLY ?D Up OL
RQQHSUOVRI LpXDOLI WLRQLU GH W GH
OD WpLpRFQ RP GLIOWpV VRF in 9257 QWRLQH et
al., Dictionnaire du travail
LU SRUWDQF GX
GLVRXU GH XVWLRQLFWLI OH RQQHSURIOV XURU
XGLD VWH UWH GH SROLWLT VXH Q Mémoire sur la pratique de
l’enquête qualitative Le Carré des biffinsLWHDVGHOLPX[VSXF GH6DLQW2XH
6WUD Wp GH LVWLQFRQ RQWLODLUF QWLH Q VGH RQWLq UH XOLH
88 6 'RULV0 5&, .2:6 ]\GRFW*XP S
86 RKQ Quand dire
c’est faire 6HXLO/

\HHPOWLD%,VQLDHWGXVSRQHU?L3GJH?SHUXOVXUXGHGQPLRMGHSHHVHWR?LPWPV+H'OQLSODHLLF1ROV$XOVLUDSYRDUIWEGHVPD&VORWHSWFQDDLVGLpGODOI?YLRYJHDPUUIU1HQXLSHTLRWDLQORXSWUXHGLOHO?V2K$LEUDFFHGSJW8RVLFKOGWGGXGRSQUOLVSDFL?SQFIQVVIWWpU'LWV6QH,VOWVDWPDROpEGOHDGYUDH{GVRPFWLLDO5W$U-q&M$Q.HDU$RUJqQDVHFLSSHSVODWPRSVUI1[,HUTFLLFHPWUUIDFDWHQODHH1R7XY3FRWG6(D&LHDIDGO?SLWPDLLLO3)H?WOV?&SLHSPL?XDWVPYPLVISHR[?VPVWLHHPHFOXRYXKQ]XDHPHVQLSGFGH$LGUpOILQW(DSWQHHQUPPV?UFHHFHVYWDLSEWVpUHQLXHQVSHWQL?PGEOILGGS&FGUGVWIHQDPRMLSDGD-LFLXUrHHVVDLRUHWI$TFL%D1V7H7Q%OGOH,F$SU/DS0HQUOVR0
HSKVR UPDWHU FpV pQ [DX UpIpUHQ FH
3') $2
(5 V
V UR DU HYpH
YR WH FLHQFRQ LQ W HQ VR UqV UpDOLWp H XQ VWUDWLRLOOX PPH
DWULFN //( ,9
DU pUpHVHS
HV DU VpHV
DU FLDOVR UDY
FK PH
RQ
X
DU

+28$
5, <YDQ*KXL DXG? EOHVVL HV DWpULDX[ W RQ GX H VW UH pWp pVH[SOR
Q WLR O?pDER GH FH HWH[ Q Q OLH HF DY QRV SUH UR UFH
GH LO UDY UWV DSSR H pXQLRQV VHZ HW HUV DUWHV
LpVSXEO
UH LY WH Oq HI ERUG?D WUH UG H HXUDLWUDY LDX[VRF
3DVFDH DDSOSH
pH LDO VSpF QV GD HV DLQHV RP GH D DQGH RQ OXV H[F HW H D
DODGLH HQWDOH RXU D SDUW DQFHQ DWHX QLP OFLD UF?H[H
KXL G?DX HV pV QVDEHVSR W{WOX V VpHOLIRFD VX D VWLR
HQW O?D HW H WHP DQDJ HV HV KRP HQ WHFHW H LRGpU
LWp DU SUpF VVDQURL GH LRQVDW FL DVV ILQ (Q H RP DXWUH
LRQEXWDWW LUHWD WL LGHQ V QRX V VHURQ LDXV V HQX GHY HXUHUFK G
IDLWVDQVpDQXWGqVORDW TXHQRXVRQVLOHVLV DY FK GUHV
QRWU HURS XUHpFU LQ H HX[ U LH LI DO WHFHW H pULQF
EDQDOH HQ FH DQ VTX HV XUV OOHDL UDY DX[FL VR DQLVHQ
DUFKp H HV FHQWDLQ H HXUVHQ H UXH H HH[W HQWH SUp LQV O
HV LTXpUVW FWFDUD H G?XQ HUFKUHF HQ QDFWLR HW LRQ?FW ?D
LWHFRQVW QH WXUHSRV H DXWHX LHQLFDW H HQ DU FXO
OHV RQVWL LF FRQY H V HOVLRQQHVSUR SOLTXpV LP ?XQ F{Wp GH
H WU O?DX H HGRXW TXH pWKRGRO H LU VVD pFH HW RUL DY SDU le pas
de côté XUGXFKHUFK ?
V LVRQ3UpF LOTX? pUD DY SRVVLEOH LP H HU MXJ FRQ D H WLTX HV
pV VDEUHVSR HF VFHVV UH WXUL pF V DQW QpV
WHFHW LRQDW SXEOLF X HHV QRXV RQV HUo ?H[ V LOX G?KX DX XU H
&DUUp HV QV (Q HW II j LUUW SD H OD RQ RQGD GX p DUU
HRFWRE j TX? XV OD H QRV DQGDWV V LI HFW HVS DX HLQ
Q WLR VVRF O?D UH $XUR p pW U SRX XQ O? QH RP SRX
HWU O?DX VH RQW pHVRXO OXV GH LV UR HVDQQp H ?XQ HQ ULH[Sp
{WSOXW HVLEUpY XH HQ RXW H S{O LRQUW VH $XURUH
SOH[H U SD V OWLSOHV HWV HW V LOHDJ DU VD
pDELO QVRTXDVL QV 'D XQ O WH WH QWH FR HQW DJ ?HQ OD
p LW LO LEGLVSR LTXKRORJSV\ W GH SV HP QW OHPHODWX HQGX WW
SRXU LFHUF ?H[ WWH UH RpFULWX V LW IDX Gp 3RXU DQ W
QRXV RQV DY HQXDLQ OH FD qV DSU H W DU UH$XU RXU
UDLRQV DX LQV O HXW GDER HHQW HQH HVLWUpXV
OGFSGPHUG&GE ILQ
3DU UH LY XQ KRPp SSX\ HVW VL DLQGX UHQLWpQWLY j LQ O? G
UVDFWH H QWHU GDQV D H UHFKHFK GH RQV ROX IDFH j

WHFYSGGVPVOUIUGPMPQUHR7JLDHYQWLGWL?qGLWJILWDWVDpRL,?PWXpTXGUHUOSOGWPHGXRVLUGXJVUVG?XHUpOHJU&GRXGVW?RXGHVOKRSLUWDGLUXGVVFQHXQDLLDOPLWSDHDLYRVWOIHSRSYUURPWOXG&HG?VGFGYWGXQHRTXOGDDF\PRPVHUQWj$VXVWUJSU?RSRL'VRU\W?WFWGGFQURHDUQLSHRLOLUVMHRHXDUL)LDUVODODHVSHHGH[XLEPLIrIHLFHPWVHOXXTUULMPUGUXGUIMDXILWOLWWLD&3UPS[MLQUPOUGHOLHMFHHGHPWDIQLUQp?GXRHWPQGUVHUFWQVQXVIHDWODXLLDH5PWWOSHQVWKOFpVOLGHDWJHDUXVWULUPQPUGFUORHVLV&GOpSUUSHWXSWXFRWJHHHWGGGUSRHPHGLQHRQHRPWLWPQSUOpLHUOIJVVDUHOGHUSDPUJOVHRQSHWLYQUJOVUGSRX?WUULO&LR
WDJpH
XL
FH
GH
MXL
SHX
H
+28$
RWHVLWpOWLSO HV HV qPREO SRVp D DWRQFUp H H DUFKp
HQGHXUV GH XH LOV QW DLH p pW V LTXH FKQ RX HV KLT Q HV
GH p LGD RO HHQWXU DY D p DJ OHV QHOV RQHVVSUR RS
HQWV?UHP DX RQVWL XD DQWHV RY QQ L TX HQW URP DU XU OH FHV UR
LUHDOpDWR HF DY les logiques programmatiques et routinières »
WXUUL pF W GH SDV HUOL RXE HV DQWV W
V VDQ LVDERXW H FRP XQH DFH pH SRXU V FHX[ L RQ
p HQFKGpFO HWH LRQDFW RX TXL ?RQW H HV LQV U SD OH
QVH LP FRXUDJH DLV VLDXV V OH QWV LWDKDE GX HUWL DU OHV XVpO
V UH DL WLRQIRQF HV LOLWDQW LDW RFDV OHV HXUHUFK FK HQ VF
H?$XUROVGRQQHRIHVSU OH ILQ WHQ H DOHVRFL
SRVpHH H LPHV SHXULHjSHXFHRP [SpXUV3DUFHOOH
SRVVH EO U HXDO\ DQ XQG? DLO DY WU DO FL p QJ OR GDQV QH UH OWX FX
FULH X OIL GHV HV SDJ HQWLVVDUD DS HV HV DJ OLY UHX[GRXOR GH F
HOV HVVSURIRQQ GX Up DU H UVTX OHV WHV DF V GLHWL TXR QW IR ?RE MHW
RQV LEX WUG?DW UHV DL LW QW GH j Vp RSSR GX UpF TXUDSKL RJ WRE DX H
H WW WpWL LGHQ X DLO DY WU VH H URXY VDOR HQpH OP SDUFH H TX GH
QVRGLILFDWLR DOH LF DG H FDGUH H pHSHQV WSRVHQ LP V? DX[ WHX DF
GDQV HXUV HVWLTX UD Q LHU HP HX V QRX V HQRVRX TXH L
DUFKp H UXH W HV FRQQXUH H FRP XQH ODFH GX HUFH FRPDQWH
HW ROR V VH XV H Q WLR VD FLD VR V GH SRXU VLVV OD
LO VW LVV UWLHUL Kp GX marchéH TSG
H FDSL HQ H[SDQVLRQ WR DX W DQRFX HQW UHOHP WX QD DX
UV GpWHQHX H WDXDSLOXVHXUWpVWLRQOL ELWD H[SORL G?GH SOX
VOHIDLE OD TXHWL UD RQRSROH D DXG W FHLQDQ
HOOHLQIRUP /H pDUU HV ILQLI Up DOJ RQ FWULVW HQW QFDGUHP
FSpjOGFU/S
RQW ORU G? HU VLJ DQ HF DY FHW UW IR QFRQ ?XQH pHHQV ELHQ RX
pHFRLQF HQWH OH H {O LWLQ VR W RL H OLTXDERGL GX marché
OH ILHOL TXD HQ DQW H TX GXLW SUR GX HpFDQLVP H OD DLQ VLELQY
O LDVRFUGUH ?RHOLFWTXLG
8Q H DXWU VHDODL RTXp pY VW Lp DX[ RGHV GH LRQDW DO RFL HV
RQWUHQVQWLOWpELILQLFXTXUVGLQHOHPTXHII VHX VRQ W
GXHV j V GH V RQ WL WD DGDS OHVHO UVRQQSH DLV HQ TX XVSO
$ WLRQRUEH XOWW TXHG?ORJWLRQRYLQQ? Sciences sociales et
santé PYRO
) 217 1( Le Marché. Histoire et usages d’une conquête sociale,
(VVD LV

LFRHPWHIXVO$HVGODVXQQWOH??UHY?FOHPYDOQHPQHWDSQWFpLXU?YLQDVVWHUPXIPYHQWULUOpPIDpQUQpSF?UXFQDpV?LWVDO/LWVYPYLWYTPLSGPVSHUGUPVHFPVXOHQWLL[POOWFULSGGI(VFSQOH[XSHLWGOVS?RLVVL?GFVXHUPVPSDWP[UUQVDWWVUpPD8HH&TSGLLDUGXEIPRWHOULVIUL?HVQHOVOVDLIOPLLLPWWQVOO&GQTPGLOERIOEVLPU&HVHOLWVVHWHVXTFXRQW?VDPOWHDURWDLUQHHWPWHVQOWSSVDVH$LWpVHH?HDPEUUHLGHOHHHV?X1L/VWT?X$HVUH?VLSVUXVRSISHVLVLLRXUHSOI)JGDURVWHVLWUVV,LDQXXPXLpWWX?UGGVPSGFOQUHSVVWSYGHFQWOLWU?L/UDXL
15 HHVVHV*DOUFKDLDSVHWUGFK JL
FHUHQDX
(5/7
OH
TXRQWH
QQ V
PS
UV
V
FHV
XU

SULW
HSRVVqGHQW H OHV OWLS VWXGHWL VTXHFKQ WH RQQHOHV HW
HV WXH HFHO LQW VL XV H ID j FH VHQGHX H SpWHQWV FRP
HX[FRXUDJ RELOLVp DLV H HQW FRP en trop
RQ WHQ O?RE G?X ORL HP XQ HQW HP ORJ RX ELHQ UHV ?DX WVRL O
DWRQUHO GH OO LGXH LY QG HFKqU X[ HXUOO DL DY LDX[ VHP EOH
RLVSDUI j W ERX GH OH &H WH H[ VVHTXL HV UV DOR D SHUSHF
G?XQ VDLFHVH Qp WRXU UH X DLO DY FLD VR HUV OH UDQ FR TXHOTX H SHX
p LVVGpOD H LRQ DWpGXFO? HRSXOD GDQ HQFH ?H[ GH WLR?DF
HFRQGLWLRQ LUFRP RLUG?HHWGXSRXY WLY FROHF sine qua nonG?XQ
HOD H DWXHVW DQF LVV RQQD HUHFUXQ SRXILQ LI DX[ELHQVRXW IIH
(QILQ H H qPVL RELOH LHQ j UHQRW UHFRQ HQ HF DY OH LOL HX
GH D H HUFUHFK D WLRQ UpD XQHG? GH pWX XU D H OH
)UDQF HQ LRQ ERUDOOD FR VH HXUHX HF DY GHV UV HX FKFKH QXV HFRQ
XH RORJ KURSDQW XH RORJVRF UDSKH RJ W UDSKH RJ QRXV QF
LDLQV j V QRX SDUHU HP H UH HURS FH SpUHQ H[ QRV RL DY
Q WLRG?DF SRXU HQ HUUW SR VH QDO\?D &H UH OLY VSqH L QVDL WLFSDU LSH
OD WLRQ UXFVW FRQ H ?R GX O DL WUDY VRF kFH j ?pF
H LVWKHXUTX j D LRQFDW XEO W DQ ?DJ H D LVDDOVRFL
OHHO SURIHVVRQQ QVQRWU H DU V LW HOXIX G?XFH RFK SSU
H LTX VRFLRRJ H pHQW LG QVSLUpH DU XGH DTO
LH VRFLRRJ HV LRQV HVVURI j RQH[L WH LV LRQQDFWWHU LQ HVWRX G
HVIRQGp D RQ DW URQ RQI TXH QDP G\ HQWUH D p WLY HF VX GH
V LQGLYGX LWp FW ?R HV HVDGU DX[VRF H DU TXH QRXV
RQV H DLO DY WU DOFL VR FR XQ S FKDP GH UDWLTXHV HOHV SOX
TXL H FRP ?DXWUHV SV FKD « peut être passé au crible de
8disciplines diverses mobilisées par le même objet ». O QRXV DL
DORUV HUFKDSS j XQH UHOWX FX WOXW H RXU HU ?REOLJ DX
scriptural 8//$ LQDI H WWH H XUpF
H LY UpIH[ HWWHSHUP X[ XUVWH DF QpVFHU FRQ GH H UWL Ek XQH RLU H
5 WpSKDQH RXV WLRQGLU GH (,66 28, +$
Étude géographique et qualitative portant sur les conditions de vie des biffins en
Île-de-France QGLWp SD RQVLO RQDO G?GHQF WpSRU
S{OH WLRQ G? RXV GLUWLRQ LHQWLILTXH X
ERU QHQWH X WU GH WLRQ RU GH 8&
9VVRXUF5H VLWHLUVXUOH www.mipes.org,
& 89 +$ 5( OKHLF L’Intelligence sociale en danger. Chemins de résistance et
propositions WHRXY'pS/
5 WpSKDQH RXV GLUWLRQ GH La Science du travail social. Hypothèse
et perspectives GLWHp XUS

HWODROROELMHHLWWLYLFUGMFREFOHLULWL)G3DWFYFOO%OYWRH\UHOXPVP[OXpHHLHLOWVPUPVHFOGIOQ$SWLUJSDUSLUORGXOUP?GGDHXYPOLVVQKL5RGL'UDOP&LS?LWWDL?OHGLOU$HUDWQLWUSJOLUW?S$LVISITL&E,LLVIHDOOOVHWVGYLWpXXQHRLW?OVGISVV{DVLRLUGDGOLLSH6VYLLSOLTWHDLL/VOHPOWRFQPDPHpWSXHD&H5USJ&LUUOXWTUXOLFHHUSOOULQWHEUUJXOROHDHLDWODHHMVEVOPGDGj&WVHUGUOHOOLFPpDPSVLXGHD8DUR&U6QGODWFQHVLHIPODULLHHFGUSWXU%GHU,1$U+UW&:$RQH&,GW60(O0&IORDFV0VLWL

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.