etude

De
Publié par

La crèche est rentable,c’est son absence qui coûteUne analyse réalisée en Suisse romande qui confirme les résultats d’une étude zurichoise en ce qui concerne lerendement élevé des structures d’accueil pour la collectivité.Conférence latine des déléguées à l'égalitéRésumé3La présente étude montre que les investisse- de nature moins directe apportant égalementments consacrés aux structures d’accueil de des bénéfices à la collectivité.la petite enfance engendrent des bénéfices,c’est au contraire la pénurie de celles-ci qui Cette étude montre aussi très clairement quegénère un manque à gagner considérable les bénéfices réalisés sous la forme depour la collectivité, pouvoirs publics compris. recettes fiscales ne retournent pas demanière équitable aux pouvoirs publics. LaEn sériant les coûts et les bénéfices, il a été commune, qui subventionne les crèches pourpossible de calculer que la totalité des béné- une part importante, n’en reçoit qu’unefices dépassait largement les coûts puisque partie, l’autre étant partagée entre le cantonles crèches examinées en Suisse romande et la Confédération. La répartition des béné-rapportent, pour un franc investi, en fices justifie pleinement une participationmoyenne trois francs à la collectivité et un financière des pouvoirs publics à tous lesfranc aux pouvoirs publics au titre de niveaux (communal, cantonal et national).recettes fiscales.En revanche l’étude ne permet pas de déter-Les retombées pour la ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 53
Nombre de pages : 43
Voir plus Voir moins
La crèche est rentable, c’est son absence qui coûte
Une analyse réalisée en Suisse romande qui confirme les résultats d’une étude zurichoise en ce qui concerne le rendement élevé des structures d’accueil pour la collectivité.
Conférence latine des déléguées à l'égalité
La présente étude montre que les investisse-ments consacrés aux structures d’accueil de la petite enfance engendrent des bénéfices, c’est au contraire la pénurie de celles-ci qui génère un manque à gagner considérable pour la collectivité, pouvoirs publics compris. En sériant les coûts et les bénéfices, il a été possible de calculer que la totalité des béné-fices dépassait largement les coûts puisque les crèches examinées en Suisse romande rapportent, pour un franc investi, en moyenne trois francs à la collectivité et un franc aux pouvoirs publics au titre de recettes fiscales. Les retombées pour la collectivité dépassent largement le cercle des personnes les plus concernées, les parents, les enfants et le personnel des crèches. Les contribuables, dans leur ensemble, ainsi que les entreprises en bénéficient aussi. De plus, la comptabilité des crèches ainsi que les analyses «coût de revient» n’intègrent pas ces retombées. Elles ignorent l’insertion des crèches dans le circuit économique. Les retombées les plus directes sont: – la plus grande participation des femmes au marché du travail avec en conséquence l’acquisition de revenus supplémentaires pour la famille; – une plus grande disponibilité et une meilleure qualification des employé-e-s, des cotisations sociales supplémentaires; – des rentrées fiscales plus élevées ainsi qu’une diminution des dépenses sociales. Les résultats ne comprennent que les revenus et les impôts supplémentaires produits grâce à l’augmentation de l’activité professionnelle due à l’existence de la crèche. De surcroît, ils ne prennent pas en compte certains éléments
Résumé
de nature moins directe apportant également des bénéfices à la collectivité. Cette étude montre aussi très clairement que les bénéfices réalisés sous la forme de recettes fiscales ne retournent pas de manière équitable aux pouvoirs publics. La commune, qui subventionne les crèches pour une part importante, n’en reçoit qu’une partie, l’autre étant partagée entre le canton et la Confédération. La répartition des béné-fices justifie pleinement une participation financière des pouvoirs publics à tous les niveaux (communal, cantonal et national). En revanche l’étude ne permet pas de déter-miner quelle devrait être la contribution du secteur privé, parents et entreprises, plusieurs points de repère apparaissent néanmoins. La présente étude se base sur une méthode développée pour la Ville de Zurich par le bureau BASS à Berne. Les facteurs qui expli-quent les résultats étant communs à l’ensemble de la Suisse, les résultats devaient pouvoir être reproduits dans les cantons romands. Il a été décidé de procéder à l’échelle d’une seule crèche par canton, ce qui permet d’alléger considérablement les données nécessaires tout en révélant les mécanismes à l’œuvre. De par leur diversité, les crèches retenues sont représentatives de différents contextes économiques et sociaux. Le fait qu’il a été possible de reproduire les résultats zurichois dans chaque cas démontre que les conclu-sions de l’étude ne dépendent pas des parti-cularités cantonales, géographiques ou sociologiques et s’appliquent bien à toute la Suisse. Tous les calculs ont été effectués sur la base de données anonymes fournies par des personnes autorisées à les connaître.
3
Introduction
Le rôle économique des structures d’accueil de la petite enfance est rarement pris en compte lors des décisions de création ou de financement d’une crèche. Les retombées pour la collectivité de l’existence de crèches dépassent largement le cercle des parents, des enfants et du personnel des crèches. En effet, les contribuables et les entreprises en bénéficient aussi. Ces retombées ne sont par ailleurs pas intégrées dans la comptabilité de ces structures. Autrement dit, le rendement des unités d’accueil de la petite enfance pour la collectivité est très élevé et l’accueil profes-sionnel des enfants est un investissement rentable lorsque l’on tient compte de son insertion dans le circuit économique. Après un bref exposé des enjeux, la méthode et les résultats de l’analyse ainsi que des pistes de réflexion sont exposés dans le chapitre I. Les estimations relatives aux crèches indivi-duelles font l’objet du chapitre II. Enfin, l’an-nexe technique donne des informations plus détaillées sur les données et leur traitement.
En quoi les structures d’accueil sont-elles rentables pour la collectivité? Citons les éléments de rentabilité en lien direct avec l’existence de crèches: la plus grande participation de la population au mar-ché du travail avec en conséquence des revenus supplémentaires pour les parents, des employé-e-s plus disponibles et plus qualifié-e-s pour les entreprises; pour les pouvoirs publics comme pour les contri-buables, des cotisations sociales et des rentrées fiscales plus élevées, mais aussi une diminution des dépenses sociales et des dépenses d’intégration; les enfants bénéfi- cient de leur côté d’une meilleure socialisa-tion et d’une plus grande sécurité.
5
6
La pénurie de crèches est coûteuse
L’absence de crèches induit des coûts d’opportunité1de deux ordres:
– des revenus perdus à la suite du retrait du marché du travail ou de la diminution non désirée des heures travaillées,
– une détérioration des perspectives de revenu à long terme due à l’effritement progressif du capital humain.
C’est pourquoi, loin d’être coûteuses, les structures d’accueil permettent une mise en valeur des ressources humaines de l’économie2.
Quels freins institutionnels à l’augmentation de l’offre de crèches?
En Suisse, la fragmentation institutionnelle entre communes, cantons et Confédération entraîne une allocation sous-optimale des ressources aux structures d’accueil du fait du manque de correspondance entre contribu-teurs et bénéficiaires: le plus souvent les communes sont invitées à fournir l’effort financier principal, ou même unique, alors qu’au travers du système fiscal, les bénéfices seront redistribués au canton et à la Confédération ainsi qu’aux communes non participantes. Une implication et une coordi-nation des trois niveaux de gouvernement sont donc indispensables pour dégager les avantages des structures d’accueil3.
(Voir notes en page 16.)
chapitre I Méthode et résultats de l'analyse
Cette analyse vient combler le manque de données pour la Suisse romande et se base sur une application de l’étude coûts-avan-tages de l’existence de crèches développée par le bureau BASS de Berne et commandée par la Ville de Zurich4. Cette méthode est un instrument d’évaluation des investissements publics dont la rentabilité est avérée lorsque le rapport entre les avantages et les coûts pour la collectivité est supérieur à un. Alors que l’étude zurichoise prend en compte l’ensemble des crèches de la Ville, pour les cantons romands, les estimations ont été effectuées à l’échelle d’une crèche par canton. Cette démarche produit des résultats équivalents et met en lumière les méca-nismes à l’œuvre tout en réduisant le nombre des données et des estimations nécessaires5. L’étude zurichoise comme l’analyse romande se limitent aux crèches car le financement d’autres types de structure d’accueil (ex.: mamans de jour) est trop peu explicite. Une mise en relief des coûts grâce à une plus grande professionnalisation de ce secteur d’activité rendrait toutefois les conclusions de l’étude applicables à ces structures.
L’étude pose la question suivante: et si la crèche n’existait pas? On peut constater sur la base de statistiques suisses qu’en moyenne la moitié du deuxième revenu d’un ménage disparaîtrait. La méthode utilisée a consisté à recalculer les revenus, impôts, cotisations sociales supplé-mentaires ainsi que les aides sociales épar-gnées en tenant compte uniquement de la moitié du revenu supplémentaire des mères. Dans l’étude zurichoise, les revenus dus à la conservation du capital humain sont calculés
7
8
exclusivement à partir de biographies fémi-nines, la situation professionnelle du père n’étant que très rarement affectée par la venue d’enfants (l’annexe technique revient en détail sur la méthode).
Sur la base de statistiques suisses, les auteurs de l’étude zurichoise démontrent que la crèche permet réellement une augmentation de l’activité professionnelle par rapport à des modes de garde moins formels. Ces estima-tions comprennent uniquement les revenus supplémentaires générés grâce à l’existence de la crèche et les retombées fiscales et sociales afférentes. Elles tiennent ainsi compte du fait que, même en l’absence de crèche, les ménages disposent en moyenne de plus d’un revenu.
De plus, les résultats ne considèrent que les effets les plus directs et les plus facilement chiffrables. Plusieurs éléments apportant des bénéfices à la collectivité n’ont pas été chif-frés (voir la liste ci-dessous) et peuvent justi-fier un investissement même lorsque le rendement calculé ici paraît insuffisant (ex.: un rendement inférieur à 1 dans les tableaux 1.1 et 1.2 ci-contre).
Pour 1 franc investi, les crèches examinées en Suisse romande rapportent en moyenne 3 francs à la collectivité. Pour 1 franc de subventions, elles rapportent 1 franc aux pouvoirs publics.
Résultats globaux pour la Suisse romande et la Ville de Zurich Tableau 1.1 moyenne ensemble des Crèches FR GE JU NE VDdes 5 crèches crèches de la participantes Mosaïque Kaiser LesCroqu‘lune Edmond Bercles La Patachoux Les deromandes VilleZU Rendement économique 3.3 1.8 4.1 3.4 2.5 3 3 à 4 Rendement fiscal* 1.2 0.6 1.2 1.3 0.8 1 1.6 à 1.7 Participation publique 50% 75% 75% 63% 72% 67% 46% Pour les détails et les hypothèses de travail, voir chapitre II, les tableaux 2.1 à 2.6 ainsi que l’annexe technique. Aucune crèche ne peut représenter la situation d’une ville ou d’un canton. * La participation publique par rapport à celle privée étant très variable d’une crèche à l’autre, les rendements fiscaux ne sont pas comparables.
Tableau 1.2 Rendement fiscal si la participation publique était unifiée à hauteur de 70%: moyenne ensemble des Crèches FR GE JU NE VD crèchesdes 5 crèches de la participantes KaiserCroqu‘lune Edmond La Mosaïque Les Patachoux Les Berclesromandes Ville deZU Rendement fiscal 0.9 0.7 1.3 1.2 0.8 1.01.1
Pourquoi des résultats si variablesexaminées ont ainsi toutes un rendement élevé pour la collectivité (rendement La variation des résultats découle essentiel- économique) alors que pour les pouvoirs lement de la structure des coûts et de celle publics, avec une participation à hauteur de des revenus des parents, éléments essentiels 70%, l’investissement dans la crèche qui influencent le rendement économique. rapporte autant qu’elle coûte. Le rendement fiscal est de plus influencé par la part relative des subventions publiques qui Par ailleurs l’étude ne postule pas qu’une varie de 46% à 75% (par rapport à celle de la crèche doit être rentable fiscalement, mais contribution des parents). elle démontre qu’elle peut l’être et qu’en tous les cas les coûts pour les pouvoirs Si l’on unifie la participation publique à publics sont inférieurs à ceux tirés hauteur de 70% (tableau 1.2) le rendement généralement de la comptabilité des crèches. fiscal est moins variable. Les crèches
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.