etude

Publié par

E t u d eLes préalables d’undeveloppement integrédes loisirs et du tourisme :élèments de stratégiePar Khelfani Mohamed. de relanceDr. en economieLE CADRE MULTIDIMENTIONNEL - La concurrence qui fait rage à tous les A titre de contribution à cette réflexion, DE L’ACTIVITE niveaux le maître mot qui semble le plus - La communication qui occupe de plus recommandé à ce sujet est celui d’une Quand on sait aujourd’hui que les en plus de l’espace approche de définition et d’élaboration mutations vont en s’accélérant et en d’une « stratégie de développement ».touchant pratiquement tous les Pour un secteur comme le tourisme, En effet, sans stratégie préalable, un domaines d’activités via : une question cruciale se pose : développement quelque soit sa nature et - la production qui se modernise sa raison d’être est voué à l’échec ou à des - La demande qui ne cesse d’augmenter Comment asseoir durablement le dysfonctionnement préjudiciables à et qui se fait exigeant développement du tourisme et des plus ou moins log terme.- Les aspirations qui vont au gré des loisirs quand ces derniers sont L’effervescence que connaît demandes considérés et choisis comme option? actuellement le secteur du tourisme No 0440M a g a z i n eA lgérTie OURISME Jan/Fév 2007E t u d edans le cadre de sa mission, interpelle économique à part entière.En tant que définition schématique suivante :nécessairement tout un chacun sur les tel, il a donné naissance à une « C’est le mouvement temporaire ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Les préalables d’un developpement integré loisirs des etdu tourisme :
Par Khelfani Mohamed. Dr. en economie
LE CADRE MULTIDIMENTIONNEL DE L’ACTIVITE
Quand on sait aujourd’hui que les mutations vont en s’accélérant et en touchant pratiquement tous les domaines d’activités via : - la production qui se modernise - La demande qui ne cesse d’augmenter et qui se fait exigeant - Les aspirations qui vont au gré des demandes 40
E t u de
élèmentsdestratégie derelance
- La concurrence qui fait rage à tous les niveaux - La communication qui occupe de plus en plus de l’espace
Pour un secteur comme le tourisme, une question cruciale se pose :
Comment asseoir durablement le développement du tourisme et des loisirs quand ces derniers sont considérés et choisis comme option? No 04 RISME M a g a z i n e Algérie
A titre de contribution à cette réflexion, le maître mot qui semble le plus recommandé à ce sujet est celui d’une approche de définition et d’élaboration d’une « stratégie de développement ». En effet, sans stratégie préalable, un développement quelque soit sa nature et sa raison d’être est voué à l’échec ou à des dysfonctionnement préjudiciables à plus ou moins log terme. L’effervescence que connaît actuellement le secteur du tourisme
dans le cadre de sa mission, interpelle nécessairement tout un chacun sur les avis et recommandations visant d’une part, à opérer une relance de grande envergure et d’autre part, à éviter au secteur les catastrophes à répétition et les désastres multiformes futures ou à prévoir avant l’effet de situations types «non retour ».
Vouloir développer et promouvoir le tourisme sans saisir ses facteurs et ses caractéristiques de base et sans veiller à maîtriser les distorsions et les déséquilibres seraient aller tout droit vers un développement à risque menant le plus souvent à l’échec.
Il faut dire que l’intégration de notre vie en société dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’ère des loisirs » a nécessairement des répercussions sociales, économiques, culturelles et politiques profondes.
Les loisirs ont acquis désormais des espaces au sein de notre société en évolution. Devenus une réalité familière, les loisirs représentent aujourd’hui une norme de vie. La qualité de vie d’un pays développé, assure-t-on, ne s’établit plus comme par le passé, en fonction des « biens de consommation » possédés parles populations mais dépend en grande partie, du degré de participation de ses ressortissants à la « civilisation des loisirs » !
Force est de reconnaître que le loisir n’est déjà plus seulement un temps libre …une attitude centrée sur la recherche d’un état temporaire de satisfaction, de plaisir ou de joie, mais il est devenu «un objet », un bien de consommation et une valeur
E t u de
économique à part entière.En tant que tel, il a donné naissance à une «industrie» qui voit s’ouvrir devant elle un marché aux débouchés exceptionnels, avec pour corollaire, une commercialisation florissante de toutes les formes de loisirs: le loisir standing, le loisir objet de consommation, le loisir-gadget, le loisir frénétique…ce qui revient à envisager toute une gradation de choix possibles en fonction des préférences particulières des individus et des opportunités personnelles ou collectives, qui leur seront offerts.
Le tourisme étant une composante essentielles des loisirs, voire même un des principaux dispensateurs des loisirs, cette fonction lui confère une dimension exceptionnelle à la mesure de cette importance croissante des loisirs. Toutes les activités inhérentes au tourisme dans leur progressions positives ou négatives trouvent l’origine de transformation dans le contexte du concept loisir et des caractéristiques s’y rapportant. On sait aujourd’hui que le tourisme est un phénomène social et économique. Cette double nature du tourisme apparaît plus clairement dans la
No 04 RISME M a g a z i n e Algérie
définition schématique suivante : « C’est le mouvement temporaire de personnes se déplaçant individuellement ou en masse, de leurs domiciles vers un autre lieu, simplement pour leur agrément ou pour la satisfaction d’intérêts moraux ou de curiosités intellectuelles provoquant ainsi la création d’activités économiques». Il ressort de cette définition que la tendance d’un déplacement d’une personne exprime le « besoin touristique » qui est l’élément social (intérêts moraux) et donne, par conséquent, lieu à la création de « biens touristiques » qui est l’élément économique (activités…).
Grâce à ces fonctions, le tourisme participe au plan social dans les mutations socioculturelles. Expression à part entière du monde des loisirs, engendré par l’augmentation du temps libre et la prospérité matérielle, le tourisme est devenu aujourd’hui un phénomène en soi. Pour l’appel au voyage, le tourisme est une réalité marquante de nos jours. Il est synonyme de : - consommation sous toutes les formes - loisirs et émancipation - communication et échange avec autrui
41
E t u de
De ce fait, le tourisme susciteAujourd’hui, on n’ignore plus ce des curiosités, incite à lacaractère multidisciplinaire du tourisme découverte… améliore laet de ses dépendances et relations avec qualité de la vie et s’érigel’économie, la géographie, l’écologie, la même comme un allié poursociologie, les différentes techniques préserver l’environnement etd’aménagement, de planification, de les valeurs culturelles d’unemarketing, de gestion, d’information… population et d’un pays.sui sont autant de domaines qui concourent et dominent son approche Sur un autre plan, son importanceet participent à sa formulation. économique se traduit par : - les mouvements croissants de touristesEn fait, le tourisme est un système en dans le mondelui-même où une série de fonctions sont - L’élargissement et la diversification desintégrées et interagissent pour donner domaines et compétences quelieu à un produit touristique. connaissent bon nombre de d’organismes nationaux etLa saisie réelle de ce système et de sa internationaux du tourismeproduction est délicate du fait de cette - l’apparition d’une véritable industrie sehétérogénéité et précisément parce que composant de plusieurs secteursle tourisme se révèle être une modalité sous-jacents dela consommation et qu’aucun secteur - tels les chaînes hôtelières, les villages de vacances, les stations thermales, les camping caravaning, les tours opérateurs, les agences de voyages… sans compter que cette industrie induit et entraîne d’autres secteurs partenaires: l’artisanat, le bâtiment et autres productions tellesl’habillement, la photo, équipement de loisirs et de distraction. Ne connaissant aucune frontière culturelle, économique et territoriale, le tourisme constitue aujourd’hui un phénomène international d’envergure. No 04 42 RISME M a g a z i n e Algérie
déterminé ne lui correspond, les biens et services qui le composent ne sont pas, en fait touristiques par nature mais par fonction et par destination ;
PROBLEMATIQUE POSEE A TOUTE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE
Le tourisme, cette part de loisirs, est aujourd’hui un sujet à la mode. Il excite l’imagination des optimistes et des pessimistes. Les uns et les autres affirment beaucoup de faits contradictoires qu’il s’agit de mettre en évidence et d’inclure dans tout schéma de développement. En effet, le tourisme, de par son caractère diffus, multiple et dépendant de nombreux domaines sensibles et vitraux de l’activité humaine, recèle en lui, à la fois des possibilités de développement et des dangers potentiels. En terme de problématique de développement touristique pour une région appelée à s’ouvrir au tourisme, se posera inévitablement un dilemme communément admis :
D’une part, cette ouverture au tourisme donnera des chances considérables à la région à vocation touristique et de vacances puisqu’elle développera les économies locales, modernisera les
infrastructures, les superstructures d’accueil et contribuera par une augmentation des revenus et des ressources disponibles à l’amélioration,, en partie, des niveaux et conditions de vis des populations locales.
D’autre part, le phénomène touristique, une fois apparu, se présentera comme une menace pour la région du fait de la pression qu’il va exercer sur elle et des conséquences néfastes telles les risques portés à l’équilibre de l’environnement, l’atteinte à l’esthétique des paysages naturels, la création possible entre les membres de la communauté pour des intérêts divers, les atteintes aux particularités et spécificité culturelles et traditionnels de la région.
Cette région sera toujours partagée entre les bénéfices qu’elle tire du tourisme et les inconvénients que celui-ci lui inflige. Liée pour le meilleur et pour le pire à ce phénomène encore mal maîtrisé, la région oscillera entre le risque d’engloutissement de son capital culturel, naturel, de son originalité… et la préservation et la sauvegarde de ce même patrimoine local, legs des
E t u de
générations futures.Cette double considération a le mérite d’éveiller les consciences et de poser brutalement, en termes concrets le problème de l’avenir du tourisme et de sa croissance dans la région destinée à développer cette activité.
Face à ce dilemme, une chose est certaine et claire : L’avenir d’un développement d’une région touristique, s’il est livré à lui-même, est souvent dangereux. Le «laisser aller » et le « laisser faire » ne sont pas souhaitables et sous la pression de l’activité qui finira par s’imposer, même empiriquement dans le futur, un choix de modèle de développement à long terme est nécessaire.
L’expansion touristique, à quelque niveau que ce soit, est avant tout une question d’organisation et deexclut radicalement l’improvisation qui ne tiendrait pas compte de nombreux facteurs qui conditionnent un développement harmonieux et équilibré. No 04 RISME M a g a z i n e Algérie
ELEMENTS DE LA STRATEGIE GLOBALE
Cette rétrospective sur les contingences et les limites du tourisme, nous a permis de voir à quels point cette activité est sujette à débat et à quel point elle pèse par son impact et de façon croissante sur l’économie, la société et l’environnement.
Le développement touristique progressif d’un pays ou d’une region est censé être orienté et guidé par une politique qui se désagrège aux niveaux sectoriels.Ce développement, pour être fiable et durable doit être, par conséquent, étudié dans le cadre d’une stratégie globale instruite et agencée par une planification nationale nécessairement intégré et bien déterminé à partir d’une prévision couvrant l’échelle nationale et résultant de l’association étroite et harmonieuse avec les objectifs partiels de tous les secteurs et les options de politique d’aménagement du territoire.
Comme l’impose toute démarche méthodologique de processus de planification intégrée, celle-ci doit : - Fixerdes objectifs bien définis du développement envisagé et convenir d’une plateforme précisant le champ d’application et prenant en considération l’ensemble des paramètres intervenants dans la dynamique propre au secteur touristique en terme de volumes et de moyens des activités, en y incluant les secteurs d’activités périphériques au tourisme : les espaces économiques, culturels utiles à l’usage touristique et enfin préciser les échéances limitant et indiquant les étapes et les actions de ce développement.
43
Pour ce faire, la maîtrise du développement touristique passe par la maîtrise de l’outil planification dont on ne peut ignorer le rôle et l’importance vu qu’elle se situe au niveau le plus haut de la réflexion comme elle constitue un cadre général et prospectif lisible des orientations, des options et des actions de développement dans leur ensemble.
Dans sa conception, la planification intégrée est régie par les fonctions principales suivantes : - La prévision, - La coordination - La mise en place des moyens de réalisation Dans sa phase pratique, concrètement, cette maîtrise dela planification permettra au sens réel du terme de prévoir l’établissement des programmes comportant à la fois l’indication des objectifs à atteindre et un état prévisionnel des diverses étapes et modalités d’études, de financement et de réalisation.
E t u de
d’experts, d’économistes, d’urbanistes, de sociologues, d’ingénieurs… ou le facteur « interdisciplinarité » reste fondamentale dans ces phases d’élaboration.
CONCLUSION :
Elle permettra aussi et surtout deA partir de ces quelques axes de prévoir les distorsions duréflexion, sur le contenu du couple développement en tranchant lesloisir-tourisme, il ne s’agit pas de incertitudes et en veillant à ce que lesminimiser le rôle et la nécessité dela étapes de réalisation obéissent à undéfinition d’un cadre de politique schéma d’équilibre général et progressiftouristique. en termes de délais d’achèvementet deIl faut croire que le tourisme et le loisir gestion des écarts à la fois sectoriels eten général, défi d’aujourd’hui, intersectoriels. correspondentà un projet complexe Au plan opérationnel, le processus dedevant aboutir non pas à changer la planification nécessite en permanencesociété, la formule est un peu excessive, la collecte, l’analyse, la coordination, lesmais à améliorer et développer le cadre échanges, les traitements et contrôles dede vie dans de nouvelles perspectives. projets et exigent l’application préciseReconnaître et faciliter l’accès de tous au des normes de travail avec les moyenstourisme et au loisir et de surcroît prédéfinis, une collaboration efficace,s’ouvrir au marché international, une autorité et un pouvoir effectifnécessite la définition d’une plateforme d’exécution sur l’organisation qu’il esd’intervention de l’Etat, des collectivités parfois difficile de réunir.publiques et privées au premier desquels A cet effet, étant donné que ces études etles figurent les collectivités locales et les analyses sont aussi complexes les unescommunes où les rapports humains ont que les autres , ceci entraîneencore un sens. obligatoirement la collaborationL’action dans ce domaine se doit de No 04 44 RISME M a g a z i n e Algérie
prendre en compte les différentes dimensions intéressant tant l’éducation, l’animation, le développement des aptitudes par la formation de professionnels compétents, l’organisation administrative, juridique et financière, l’aménagement urbain et péri- urbain, l’environnement dans son sens le plus large. Pour être accepté, le tourisme doit développer au préalable une mentalité et une conscience touristique auprès des différents opérateursconcernés ou intéressés : autorités locales, investisseurs, population … Il doit, à ce titre , posséder ou confectionner une image de marque honorable et spécifique qui met en confiance et le marché et les exploitants.Aussi, pour se concevoir, le tourisme a besoin de vues prospectives à long terme, faisant preuve de rigueur et de clarté, de même qu’il a besoin des études sérieuses et approfondies, quantitatives et qualitatives des possibilités réelles et potentielles disponibles tant actuellement que dans le futur. Enfin pour réussir et se maintenir le tourisme doit se soucier des aspects de valorisation des ressources touristiques et des équipements liés à l’exploitation et à la gestion permanent de la qualité des services, comme il doit veiller à la disponibilité sans cesse actualisée et renforcée d’un fond de relève par la formation et lapromotion de l’homme au tourisme.
Toutes ces considérations doivent guider et aider l’effort de la réflexion en matière de définition d’une politique de développement touristique sur le long terme et où « prise conscience » et «respect des valeurs humaines » occupent une place de premier plan dans la problématique de tout développement et particulièrement aux fins de tourisme et de loisirs.
Mohamed Khelfani. Dr. en economie
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.