Etude Egide 20060719

De
Publié par

ARKEON FINANCE Le 19 juillet 2006 EGIDE Augmentation de capital Le renforcement des fonds propres sécurise le redressement Prix proposé : 17.50 € (prix d’émission de l’ABSA) Objectif : 25 € Secteur d’activité : Equipements électroniques Recommandation : Souscrire En K€ 2005 2006e 2007e 2008e Chiffre d'affaires (K€) 21 700 25 663 31 619 42 349 EBE (K€) -4 240 -2 012 1 179 5 484 Résultat d'exploitation (K€) -8 173 -5 211 -1 686 3 584 Résultat net (K€) -7 941 -5 763 -2 401 2 847 Capitaux Propres (K€) 14 065 12 802 10 401 13 248 BNPA (en €) -7,95 -4,48 -1,87 2,21 BNPA dilué (en €) -7,94 -4,25 -1,77 2,10 Marge d'exploitation -37,7% -20,3% -5,3% 8,5% Marge nette -36,6% -22,5% -7,6% 6,7% ROCE -65,7% -36,8% -10,3% 18,1% ROE -56,5% -45,0% -23,1% 21,5% PE (x) - - - 7,9 PE dilué (x) 8,3 VE / CA (x) 0,7 0,9 0,8 0,6 VE / EBITDA (x) - - 21,1 4,4 Estimations après augmentation de capital de 5M€, Multiples calculés au cours d’émission de l’ABSA Source : ARKEON Finance • Centré exclusivement sur les solutions d’encapsulation hermétiques pour les composants électroniques, EGIDE est capable de répondre à une large gamme de besoins clients grâce à la maîtrise de quatre technologies : scellement verre/céramique avec le métal, traitement de surface (dépôts électrolytique et chimique Or, Nickel), céramique complexe (“co-cuite à haute température“ - HTCC), moulage de métal par injection (“MIM”). • EGIDE adresse des clients ...
Publié le : vendredi 23 septembre 2011
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
F I N A N C E    Le 19 juillet 2006  EGIDE   Augmentation de capital   Le renforcement des fonds propres sécurise le redressement   Prix proposé : 17.50 € (prix d’émission de l’ABSA)  Objectif : 25 €   Secteur d’activité : Equipements électroniques Recommandation : Souscrire    En K€ 2005 2006e 2007e 2008e Chiffre d'affaires (K€) 21 700 25 663 31 619 42 349 EBE (K€) -4 240 -2 012 1 179 5 484   Résultat d'exploitation (K€) -8 173 -5 211 -1 686 3 584 Résultat net (K€) -7 941 -5 763 -2 401 2 847 Capitaux Propres (K€) 14 065 12 802 10 401 13 248 BNPA (en €) -7,95 -4,48 -1,87 2,21 BNPA dilué (en €) -7,94 -4,25 -1,77 2,10 Marge d'exploitation -37,7% -20,3% -5,3% 8,5% Marge nette -36,6% -22,5% -7,6% 6,7% ROCE -65,7% -36,8% -10,3% 18,1% ROE -56,5% -45,0% -23,1% 21,5% PE (x) - - - 7,9 PE dilué (x) - - - 8,3 VE / CA (x) 0,7 0,9 0,8 0,6 VE / EBITDA (x) - - 21,1 4,4 Estimations après augmentation de capital de 5M€, Multiples calculés au cours d’émission de l’ABSA  Source : ARKEON Finance   Centré exclusivement sur les solutions d’enca sulation herméti ues our les com osants électroni ues, EGIDE est ca able de ré ondre à une lar e amme de besoins clients râce à la maîtrise de uatre technolo ies : scellement verre/cérami ue avec le métal, traitement de surface dé ôts électrol ti ue et chimi ue Or, Nickel , cérami ue com lexe (“co-cuite à haute température“ - HTCC), moulage de métal par injection (“MIM”).  EGIDE adresse des clients dans trois secteurs high-tech : Militaire / Programme Spatial (fusées, satellites, avions, missiles, etc , Industrie / Automobile avioni ue, a lications infrarou e ar exem le our vision nocturne, médical, a lications électroni ues, activités étrolières … et Téléco ms lasers, détecteurs infrarou es, électroni ue à haute vitesse).  L’histori ue de la société est caractérisé ar 1/ la chute de l’activité entre 2000 et 2003 suite à l’effondrement des commandes en rovenance du secteur Telecom 2/ une situation financière très solide ui a ermis de faire face à un EBITDA négatif et 3/ des capitaux propres de 14 M€ au 31/12/05 et un endettement financier quasi nul.   Dans l’attente de la montée en uissance de l’activité, notamment râce à la diversification des débouchés vers l’industrie, EGIDE doit faire face à une situation de trésorerie difficile. Avec une consommation de cash su érieure à 300 K€ ar mois, EGIDE doit sécuriser ses ers ectives de retour à bonne fortune ui devraient, selon le lan de marche de la société, intervenir courant 2007 et se concrétiser leinement en 2008 avec un résultat d’ex loitation et un résultat net largement positifs.   L’émission d’ABSA sur un prix très décoté a précisément pour objet de donner à EGIDE les moyens financiers de su orter le financement des uel ues mois ui sé arent l’entre rise du retour à l’é uilibre de financement. Les modalités retenues, rennent en com te lar ement les ris ues liés à une telle o ération et ermettent selon nous d’envisa er le ari du redressement ui, lors u’il se concrétisera, sera accom a né d’une forte valorisation des titres émis à l’occasion de cette augmentation de capital.  Analyste : Jean-Louis SEMPÉ (01 53 70 50 15) JeanLouisSempe@ArkeonFinance.fr 
A R K E O N F I N A N C E
 
  
2 
 
  Modalités de l’augmentation de capital   Nombre d’actions composant le capital social : Avant augmentation de capital : 1 000 084  Après augmentation de capital : 1 285 822 Après exercice des BSA : 1 357 257   Nombre d’ABSA proposées à la souscription : 285 738  La souscription des ABSA sera réservée par préférence aux propriétaires des actions anciennes ou aux cessionnaires de leurs droits qui pourront souscrire à titre irréductible à raison de deux ABSA pour sept actions anciennes  possédées.   Caractéristiques des bons de souscription d'actions attachés aux actions émises  A chaque action nouvelle est attaché 1 (un) bon de souscription d’action (BSA). Le nombre total de BSA émis attachés aux actions s’élève à 285.738. Quatre BSA permettront de souscrire une nouvelle action Egide . PRIX D’EXERCICE DES BSA : 30 euros par action, soit une prime de 9 % par rapport au cours de clôture du 28 juin 2006 (27,50 euros). PERIODE D’EXERCICE DES BSA : les titulaires de Bons pourront souscrire des actions Egide à compter du 9 août 2006 et jusqu’au 8 août 2009 inclus, soit une durée de trente-six mois.   Prix proposé : 17.50 € Ce prix, déterminé le 28 juin 2006, représente une décote de 36,4% par rapport au cours de 27,50 euros coté ce jour là, et représentatif de la moyenne des cours observés durant le mois de juin 2006.  Répartition du capital avant émission des ABSA Situation au 31 mai 2006 Nombre % du Nombre de voix % des droits d’actions capital de vote Actionnaires dirigeants 3 010 0,30 % 5 766 0,49 % FCPR 21 Développement 126 471 12,65 % 252 942 21,40 % 21 Esenga FCPR 90 681 9,07 % 135 129 11,43 % Actionnaires agissant de concert 217 152 21,71 % 388 071 32,84 % Public (titres au porteur) 770 811 77,07 % 770 811 65,23 % Public (titres au nominatif) 9 111 0,91 % 17 122 1,45 % Public 779 922 77,99 % 787 933 66,67 % TOTAL 1 000 084 100,00 % 1 181 770 100,00 % Source : Egide
 
 
A R K E O N F I N A N C E
  Sommaire   ARGUMENTAIRE D’INVESTISSEMENT .................................................................................................. 4   VALORISATION ............................................................................................................................................. 6  L A METHODE DES COMPARABLES BOURSIERS ...................................................................................................... 6  L A METHODE DES D ISCOUNTED C ASH -F LOWS (DCF) ......................................................................................... 6  S YNTHESE ............................................................................................................................................................ 8   PRESENTATION DE LA SOCIETE ............................................................................................................. 9   PRINCIPAUX MARCHES ............................................................................................................................ 10  L ES INDUSTRIES DE DEFENSE ET DU SPATIAL ..................................................................................................... 10  L ES TELECOMMUNICATIONS .............................................................................................................................. 10  L ES MARCHES INDUSTRIELS ............................................................................................................................... 11   EVOLUTION RECENTE .............................................................................................................................. 12  E XERCICE 2005 : ENCORE DE LOURDES PERTES ................................................................................................. 12  L E DECOLLAGE DU CHIFFRE D AFFAIRES SEMBLE AMORCE ET SE CONFIRME AU PREMIER TRIMESTRE 2006. ..... 12  S ITUATION DE LA SOCIETE AU PREMIER SEMESTRE 2006 ................................................................................... 13   PREVISIONS 2006-2009 ................................................................................................................................ 14  U N SCENARIO DE REDRESSEMENT PROGRESSIF DE LA DEMANDE ….................................................................... 14  S ELON LE SCENARIO DE BASE LE RETOUR A L EQUILIBRE INTERVIENDRA COURANT 2007 ................................. 16  P ASSER LE CAP 2007 SERA ENTIEREMENT SECURISE PAR L AUGMENTATION DE CAPITAL .................................. 16   DONNEES FINANCIERES ........................................................................................................................... 18  
3 
A R K E O N F I N A N C E  
 
 4
 Argumentaire d’investissement
 Engagé dans une stratégie de longue haleine visant le retour à des marges et à une rentabilité positive, EGIDE est en passe de sortir d’une période de cinq exercices consécutifs de pertes. Les premiers signes de retournement sont pour le moment visibles à deux niveaux : 1/ la croissance du chiffre d’affaires sur 2005 et 2006 qui reflète l’augmentation de l’activité et l’impact positif de la diversification des débouchés, 2/ la réduction des pertes d’ebitda qui sont passées de 6.3 M€ en 2004 à 4.3 M€ en 2005.  Evolution du chiffre d’affaires (en K€)
80 000 68 900 70 000 60 000 50 000 40 000 30 000 20 000 10 000 0
66 69 131725241519,321,7 97 98 99 00 01 02 03 04 05
24 100 21 700 19 300 15 300
2001 2002 2003 2004 2005
Source : Egide
Pour autant la marge d’exploitation ne reviendrait positive qu’en 2008. Même si le bilan consolidé est encore solide à fin 2005 avec des capitaux propres de 14.1 M€ (après imputation du résultat net 2005 négatif de 7.9 M€) et une dette financière nette de 1.2 M€, la consommation de trésorerie reste significativement élevée tant que le point mort d’exploitation n’est pas atteint.   Partant d’une analyse des coûts et compte tenu d’un taux d’utilisation de l’outil industriel qui est estimé entre 30% et 40%, ce qui signifie que ces coûts sont peu élastiques à l’accélération attendue de la croissance de l’activité, nous avons, en concertation avec la direction, retenu comme base de nos estimations de résultats et de nos travaux de valorisation, le plan de redressement du chiffre d’affaires le plus prudent.   Sur la base des données chiffrées qui résultent de ces prévisions de croissance « pessimistes », le redressement de la société, c’est à dire sont retour à un résultat net positif est attendu pour l’exercice 2008.
 
A R K E O N F I N A N C E
 Les principales étapes de ce redressement progressif sont : 1/ le retour à un EBITDA positif en 2007, 2/ en 2008, un résultat d’exploitation positif de 3.6 M€ et un résultat net positif de 2.8 M€, 3/ une consommation de trésorerie après investissements, variation du besoin en fonds de roulement et remboursement de la dette financière qui serait supérieure à 4 M€ en 2006 et ramenée en 2007 à 700 K€ par l’encaissement d’une créance de carry back de 1.8 M€. En conséquence de quoi, EGIDE afficherait fin 2007 des fonds propres de 5.4 M€ et un « gearing » supérieur à 150%.    Le montant de l’augmentation de capital envisagée par émission d’ABSA pour 5 M€ (complétée par la conversion des BSA qui apporterait à terme 2.1 M€ supplémentaires) vise donc à préserver la structure financière du groupe et à financer les investissements et l’augmentation du besoin en fonds de roulement liée à la croissance du chiffre d’affaires, en attendant qu’EGIDE soit en mesure, en 2008, de générer un EBITDA suffisant pour assurer le financement de sa croissance soit au moins 4 M€ par an.    Le prix d’émission de l’ABSA a été fixé à 17.5 € soit une décote de 36% par rapport au dernier cours de référence et une décote de 30% par rapport à la valorisation « post money » de EGIDE que nous avons déterminé par la méthode des DCF. Investir dans l’ABSA équivaut à suivre ou entrer au capital d’EGIDE sur la base de multiples 2008 très conservateurs : un PER de 8.3x, un multiple EV/CA de 0.6x.    Les BSA (4 BSA donnant droit à souscrire à une action nouvelle à 30 € échéance 3 ans) devraient avoir une valeur intrinsèque de 2.80 € avec un cours (ajusté de l’augmentation de capital) de l’action de 25.27 € et une volatilité de 60% (application de la méthode de B&S).   Au total, nous recommandons la souscription de l’ABSA EGIDE pour les raisons suivantes : 1/ Cette augmentation de capital sécurise les équilibre financiers du groupe et renforce ainsi sa capacité à atteindre les objectifs prudents et progressifs de retour à bonne fortune. 2/ Le prix d’émission de l’ABSA à 17.5 € est selon nous attractif car il intègre le risque lié à un éventuel décalage dans le temps du plan de redressement mené par la direction du groupe. Cette opinion est confirmé par notre valorisation par les DCF qui donne une valeur de l’action de 32.2 M€ / 1285817 = 25 €  
5  
A R K E O N F I N A N C E
 
 Valorisation  La méthode des comparables boursiers  EGIDE est une société unique, « pure player » industriel sur le métier des boitiers d’encapsulation (composants passifs) pour la protection et l’interconnexion de puces électroniques. La société met en oeuvre des technologies de fabrication high tech (verre/métal et céramique).  EGIDE partage le marché mondial avec le groupe japonais KYOCERA. Pour autant la comparaison avec Kyocera ne peut pas être retenue faute d’informations disponibles sur les performances financières de la branche d’activité de Kyocera directement comparable à EGIDE.  Nous n’avons pas non plus retenu la comparaison avec les sociétés cotées du secteur des semi conducteurs, fabricants de puces ou de « mems », bien qu’il existe des ressemblances en termes de métier et de process industriels.  Egide présente en effet un profil d’exploitation déficitaire en 2006 et 2007 qui rend la comparaison non significative sauf à ne retenir que le multiple VE/CA. Ce multiple est pour EGIDE très déprécié par rapport à la moyenne ou à la médiane de l’échantillon de valeurs retenues mais ceci reflète le fait que la société est déficitaire.  Multiples Nbre d'actions Cours CB VE/CA 2006 VE/CA 2007 VE/EBITDA 2006 VE/EBITDA 2007 VE/REX 2006 VE/REX 2007 PE 2006 PE 2007 MEMSCAP Fr 182053857  0,4 80 104 4,7 2,5 -70,5 18,6 23,9 24,3 SOITEC SILICON Fr 65494401 21,9 1 434 982 5,0 3,2 19,2 13,4 36,4 17,5 63,8 23,0 ANALOG DEVICES US 367 000 000  30,7 11 255 890 4,2 3,7 9,6 7,4 11,4 8,8 19,4 15,6 DALSA SEMICONDUCTEURS Ca 18 800 000  14,7 276 360 1,5 1,3 7,7 6,3 14,9 0,0 13,9 0,0 JDS UNIPHASE CORP Us 1 594 000 000 2,1 3 299 580 2,7 2,4 33,1 72,5 55,2  INFINEON TECHNOLOGIES AG De 748 000 000 8,8 6 604 840 0,9 0,8 4,7 3,6 15,8 24,5 ST MICROELECTRONICS Fr 907 957 389  11,9 10 813 773 1,4 1,3 5,2 4,7 15,5 11,2 18,8 13,5  LEXMARK US 119 000 000 54,1 6 436 710 1,3 1,2 9,5 9,3 12,2 12,1 17,9 16,3 OMRON JP 238 000 000 2810,0 668 780 000 0,9 0,9 6,9 6,3 10,6 9,4 18,0 16,0  FREESCALE SEMICONDUCTOR INC US 400 000 000 28,2 11 296 000 1,8 1,7 7,5 7,0 12,4 11,2 13,2 12,9  VTI TECHNOLOGIES TW 1 333 000 000 28,0 37 324 000 1,4 1,3 16,3 14,4 20,1 18,7 AGILENT TECHNOLOGIES US 408 000 000 30,0 12 240 000 2,1 0,2 12,8 0,0 15,4 12,9 17,0 15,0 FAIRCHILD SEMICONDUCTOR US 119 000 000  16,4 1 949 220 1,2 1,1 7,3 5,5 11,7 8,6 16,5 11,6  Moyennes 2,23 1,66 3,02 9,97 16,05 17,12 22,05 18,98  Medianes 1,52 1,28 7,62 7,04 13,66 12,05 17,88 15,81   EGIDE FR 1 357 257 17,50 23 752 1,02 0,90 ns 24,0 ns ns ns ns Sources : Facset, ARKEON Finance  
6 
La méthode des Discounted Cash-Flows (DCF)  La valorisation effectuée est basée sur les estimations de résultats estimés à partir de la version la plus conservatrice du plan d’activité. Ces prévisions ont été modélisées en détail sur la période 2006 à 2010. Au delà nous avons supposé une croissance de 10% du chiffre d’affaires, une stabilité des marges, du ratio BFR/CA et du ratio Investissements/CA.  Nous avons intégré dans ces prévisions l’impact de l’augmentation de capital envisagée. Dans les prévisions du tableau des flux nous avons ainsi positionné l’augmentation de capital de 5 M€ (4.5 M€ net des frais) en 2006. La conversion potentielle des BSA pour 2.1 M€ n’a pas été intégrée dans nos calculs.
A R K E O N F I N A N C E   Deux éléments particuliers sont à noter. En 2007, la société va bénéficier d’un remboursement de créance de carry back pour 1.8 M€ estimés. Par ailleurs, EGIDE a accumulé depuis cinq exercices un déficit fiscal reportable de 25 M€ qui génèrera sur les exercices futurs une économie d’impôt sur les sociétés de 8 M€. Compte tenu du prévisionnel de résultats avant impôt, ceci signifie que le taux d’IS sera de 0% au moins jusqu’en 2010.  Tableau révisionnel des flux de trésorerie en K € 2006e 2007e 2008e 2009e 2010e 2011e 2012e 2013e 2014e 2015e 2016e CA  25 663 31 619 42 349 47 300 52 899 58 189 64 008 70 409 77 450 85 195 89 454  % de la variation du CA 23% 34% 12% 12% 10% 10% 10% 10% 10% 5% EBIT corrigé de la participation -5 211 -1 686 3 584 5 731 8 276 9 104 10 014 11 016 12 117 13 329 14 662 Marge d'exploitation  -20% -5% 8% 12% 16% 16% 16% 16% 16% 16% 16% Impôt après imputation du repo deficitaire  0 0 0 0 0 655 3 305 3 635 3 999 4 399 4 838 rt fiscal Amortissements 3 199 2 865 1 899 2 170 2 175 2 392 2 631 2 895 3 184 3 502 3 678 Trésorerie d'exploitation  -2 012 1 179 5 484 7 900 10 451 10 841 9 341 10 275 11 303 12 433 13 501  Remboursement créance de carry back 1 800 Augmentation de capital 4 500  Investissements corporels et incorporels 1 500 1 000 1 200 1 500 1 000 1 100 1 210 1 331 1 464 1 611 1 691 BFR 6 121 7 542 10 101 11 282 12 618 13 880 15 268 16 794 18 474 20 321 22 353  en % du CA 24% 24% 24% 24% 24% 24% 24% 24% 24% 24% 25% Variation du BFR 945 1 421 2 560 1 181 1 336 1 262 1 388 1 527 1 679 1 847 2 032  Cash Flows Disponibles 43 558 1 724 5 219 8 116 8 479 6 743 7 417 8 159 8 975 9 778  Source : ARKEON Finance  L’actualisation de ces cash flow disponibles après augmentation de capital a été faite en retenant un taux de 18% qui cherche à refléter 1/ la situation actuelle de la société (EBITDA négatif en 2005, « cash burning » élevé) 2/ le risque éventuel de non réalisation du Business plan qui est sans doute assez faible compte tenu de la prudence des hypothèses du Business Plan et 3/ l’horizon encore lointain du retour à une situation bénéficiaire (2008) après six exercices consécutifs de pertes.  Tableau des flux de trésorerie actualisés (en K€)    Source : ARKEON Finance  La valeur terminale est calculée en 2016 en utilisant la formule de Gordon Shapiro (V/t-g) avec t comme taux d’actualisation de 18% et g comme taux de croissance à l’infini fixé à 5%.  Tableau récapitulatif des flux de trésorerie (en K €)  Somme des FCF actualisés 20 109  Valeur de sortie 2016 75 215  Valeur de sortie actualisée 13 230  TOTAL FCF actualisés + valeur de sortie actualisée 33 339  Intérêts minoritaires 0 - +Actifs hors exploitation 0 - dette nette 2005e 1 154  Evaluation 32 185 Source : ARKEON Finance  La somme des cash flow actualisés et de la valeur terminale actualisée ressort à 33.3 M€. Les flux actualisés représentent 60% de ce total et la valeur terminale actualisée pèse pour 40%. Déduction faite de l’endettement financier net, la valeur post augmentation de capital est de 32.2 M€ soit 25.03 € par action. 7  
A R K E O N F I N A N C E
 
8  
 Synthèse
 
Compte tenu du business plan (hypothèse basse) retenu, nous aboutissons à une valorisation de 32 M€ y compris 5 M€ d’augmentation de capital. Les modalités arrêtées pour l’émission d’ABSA, soit 17.5 € par action (valeur du BSA incluse) permettent de constater que la décote par rapport au dernier cours de bourse est de 36%. Celle-ci est de 30% par rapport à notre estimation de la valeur post money de la société.  Notre opinion est que cette décote significative intègre raisonnablement le risque qui pèse sur l’entreprise du fait du niveau élevé de sa consommation de trésorerie. L’apport de 5 M€ est de nature à permettre à EGIDE de sécuriser complètement son plan de redressement. En ce sens, le potentiel de valorisation nous semble très élevé à moyen terme et devrait pouvoir se concrétiser soit en cas de bonne surprise sur le rythme de redressement de l’activité et donc des résultats, soit lorsque les investisseurs auront acquis une bonne visibilité sur le redressement des résultats et anticiperont le retour aux bénéfices pour 2008.  
 Présentation de la société
A R K E O N F I N A N C E  
Fondée en 1986, Egide conçoit, produit et distribue des composants d’encapsulation hermétiques servant à la protection et à l’interconnexion de plusieurs types de puces électroniques ou photoniques.  Ces boitiers ont pour mission d’assurer l’invulnérabilité des systèmes électroniques intégrés ou de puces complexes, donc fragiles, sensibles aux environnements thermiques, atmosphériques ou magnétiques difficiles.  Présents dès l’origine sur les marchés des industries spatiales et de défense, puis sur le marché des réseaux de télécommunications par fibre optique, ces boîtiers pénètrent aujourd’hui les marchés de l’aéronautique civile, de l’automobile, du médical, de la prospection pétrolière et des nouvelles applications industrielles de l’infrarouge.  Ces composants sont le fruit d’un savoir-faire complexe faisant appel à plusieurs disciplines : structure des matériaux et notamment des alliages spéciaux, chimie et traitement de surface, mécanique et thermodynamique, électronique, optoélectronique et modélisation hyperfréquence.  Egide est l’un des seuls acteurs au monde à maîtriser l’ensemble des technologies mises en œuvre à ce jour pour ces boîtiers : le scellement verre-métal, le scellement céramique-métal et la production de céramique co-cuite à haute température. Les concurrents européens et américains d’EGIDE ne fabriquent quasiment que des produits verre - métal. A l’inverse, les concurrents japonais sont surtout présents sur le marché des produits céramique.  Historique  1986 : Fondation d’Egide pour répondre aux besoins de la Défense en boîtiers hermétiques pour composants sensibles ; la société est spécialisée dans le scellement verre - métal. 1992 : Egide acquiert l’activité « encapsulation » de la société Xéram, alors filiale du groupe Péchiney, qui a mis au point une filière de scellement céramique - métal. Egide devient le seul spécialiste européen en céramique co-cuite à haute température (HTCC), qui permet de développer des boîtiers intelligents. 1994 : Egide entre sur le marché des télécoms (transmissions optiques), qui seront le moteur de son expansion avec une accélération en 1998. 1999 : Egide est cotée en Bourse. 2000 : Egide acquiert le fabricant américain de boîtiers Electronic Packaging Products (EPP) lui assurant une présence industrielle aux Etats-Unis. 2002 : Acquisition des principaux actifs de la société britannique Europlus à travers la filiale Egide UK créée à cet effet. Europlus apporte la technologie MIM (moulage par injection d'alliages spéciaux) nécessaire à la compétitivité des composants, télécoms notamment. 2002 : Ouverture de l’usine de la filiale Egima au Maroc, destinée à la production en grands volumes et à coûts réduits visant de nouveaux marchés civils.  
9  
A R K E O N F I N A N C E
10  
 
 Principaux marchés Présente dès l’origine sur les marchés des industries de défense et du spatial, puis sur le marché des réseaux de télécommunications par fibre optique, Egide a pénétré avec succès grâce à la généralisation des besoins en encapsulation hermétique les marchés de l’aéronautique civile, de l’automobile et des nouvelles applications industrielles de l’infrarouge. D’autres marchés tels que le médical et la prospection pétrolière vont également offrir de nouveaux débouchés au groupe.  Les industries de défense et du spatial  Les boîtiers hermétiques sont omniprésents dans l'électronique de défense : avions de combat, radars, missiles, satellites, lanceurs, détecteurs infrarouge, etc… En Europe, que ce soit le Rafale (France), l'Eurofighter (Angleterre, Allemagne, Italie et Espagne) ou le Jas Gripen (Suède), tous ces avions de combat utilisent des composants tels que ceux fabriqués par Egide pour protéger leurs systèmes électroniques très sensibles. Aux Etats-Unis, Egide est également présente sur les grands programmes militaires dont les budgets sont croissants. Certaines applications sont en verre - métal (boîtiers de puissance, systèmes de contrôle), d’autres migrent vers la céramique (vision infrarouge, calculateurs pour missiles).  L’espace connaît une forte croissance sur trois applications : les télécommunications, l’observation et la navigation (projet Galiléo). Egide y est présente grâce aux boîtiers verre - métal et à la céramique MCM (Multi Chip Module). La société fournit également les équipementiers du lanceur Ariane V, dont le programme de lancements est rempli pour plusieurs années. Elle est très bien implantée chez les équipementiers du secteur grâce notamment aux agréments du CNES et de l’ESA.  Acteur dominant en Europe, Egide est donc très bien positionnée pour profiter des exigences de ces marchés, d'autant que l'européanisation des sources est expressément demandée dans le domaine spatial et fortement souhaitée par les principales forces armées.  Les télécommunications Il existe trois manières de transmettre des informations : le traditionnel fil de cuivre (ADSL), les liaisons hertziennes (téléphone mobile cellulaire) et la fibre optique. Cette dernière est de loin celle qui permet d’atteindre les plus hauts débits. Les boîtiers d'Egide se retrouvent dans plusieurs types de sous ensembles optoélectroniques car tous font appel à des puces en matériaux sensibles et complexes pour lesquels des boîtiers hermétiques sont indispensables : - les émetteurs, qui transforment un signal électrique en un signal optique transporté par la fibre, - les récepteurs, qui font l’opération inverse, - les modulateurs, qui servent à transformer un signal continu en suite de 0 et de 1, - les amplificateurs, qui servent à amplifier un signal optique grâce à des lasers de forte puissance, - les multiplexeurs, qui groupent, dégroupent et orientent les communications, - les compensateurs de dispersion qui corrigent certains défauts du signal.
A R K E O N F I N A N C E  
  La croissance du marché est liée aux besoins sans cesse en augmentation de débits élevés, notamment avec le développement des offres dites "triple play" (Internet, téléphonie et télévision). En effet, plus la demande sera forte en débits de transmission, plus les équipements feront appel à la fibre optique. Déjà utilisée pour le réseau de transport longue portée, elle devient ainsi nécessaire pour le réseau métropolitain et le réseau d’accès (quartiers, habitations, entreprises). Le raccordement optique des immeubles, maisons et autres réseaux locaux implique de nombreuses connexions, donc des composants d’encapsulation.   En 2005, la demande en fibre optique a d'ailleurs essentiellement été tirée par les réseaux d'accès (50% du marché), le reste se partageant entre les réseaux urbains/métropolitains (35%), les réseaux terrestres longue distance et les liaisons sous marines (10%) et, enfin, les installations professionnelles et résidentielles (5%).   La surcapacité, à l’origine de la crise du marché des télécommunications est en voie d’être comblée, le trafic ayant poursuivi sa progression régulière est en passe de saturer les réseaux existants. Le marché montre une légère reprise et cette tendance devrait en conséquence s’intensifier sur les prochaines années.   Les marchés industriels  L'électronique complexe se développe de plus en plus dans les applications industrielles civiles. Les composants utilisés ou les fonctions assurées ne tolèrent aucune défaillance, quel que soit le domaine abordé : avionique civile, infra- rouge civile, radar anti-collision, applications médicales, électronique de puissance, recherche pétrolière ; autant d'applications où le boîtier hermétique devient indispensable. En fournissant les équipementiers d'Airbus Industrie et de Boeing, Egide met son savoir faire au service de l'aéronautique civile, et s'appuie notamment sur sa filiale marocaine pour la production des embases hermétiques de relais largement utilisés dans les avions. L'électronique de pilotage des réacteurs est également protégée par des boîtiers hermétiques et la tendance "tout – électrique" des avions du futur laisse présager des volumes significatifs. Le désir de renforcer la sécurité a vu l’arrivée de produits de haute technologie dans l’industrie automobile, principalement pour les camions et les véhicules haut de gamme. Ainsi, Egide fournit des boîtiers pour les radars hyper fréquence anti-collision et pour les systèmes de vision nocturne. Les compétences de la société permettent de proposer les composants nécessaires à ces équipements de sécurité, qui ne devraient pas rester confinés dans leur sphère "haut de gamme" mais au contraire s'étendre vers les gammes moyennes.  Par ailleurs, les applications infrarouge deviennent multiples : surveillance des frontières, des bâtiments industriels, des lieux publics, aide au diagnostic médical, assistance au pilotage sans visibilité, détection des gaz, etc… Dérivées elles aussi des applications militaires, les solutions infrarouge pour le domaine civil connaissent une forte croissance, notamment grâce à des produits utilisés par les pompiers (vision à travers la fumée), pour la sécurité (surveillance de sites), pour la maintenance prédictive (diagnostic d’un court-circuit avant qu’il n’arrive), par le corps médical (détection de tumeurs) ou encore par l'industrie automobile citée plus haut (vision nocturne). 
11  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.