(etude ufc-qc version définitive 0505)

De
Publié par

_________________________________________________________________________________ ETUDE D’IMPACT D’UNE REMUNERATION ALTERNATIVE SUR LES ECHANGES PEER TO PEER _________________________________________________________________________________ UFC- Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p Page PREAMBULE 1 1 1. Rappel des objectifs de l’étude 2 2. Méthodologie suivie pour l’étude 2 3 Première partie : Analyse de l’économie du peer to peer 1.1. Les différentes techniques du peer to peer 3 1.1.1. Les différentes architectures 3 1.1.2. Les différentes applications 6 1.2. L’activité peer to peer 8 1.2.1. Le trafic généré 8 1.2.2. La comparaison internationale 9 1.2.3. L’impact sur l’activité des FAI 12 15 Deuxième partie : L’impact de l’Internet sur l’économie musicale 2.1. L’économie musicale 15 2.1.1. Les trends traditionnels des évolutions technologiques 15 2.1.2. L’explication de la vente des singles 16 2.2. L’impact de l’Internet sur la filière 18 2.2.1. L’impact de l’Internet sur l’économie de la filière 18 2.2.2. La reconfiguration de la filière 18 2.3. Place des plate formes commerciales 19 2.3.1. Le contexte général 19 2.3.2. La notion de rivalité des plate formes commerciales 23 25 Troisième partie : Modélisation de la rémunération alternative (collecte) 3.1. Les estimations de bases du ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 44
Nombre de pages : 50
Voir plus Voir moins













_________________________________________________________________________________

ETUDE D’IMPACT D’UNE REMUNERATION
ALTERNATIVE SUR LES ECHANGES PEER TO PEER

_________________________________________________________________________________





















UFC- Que Choisir

Mai 2005






Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

Page
PREAMBULE 1

1
1. Rappel des objectifs de l’étude 2
2. Méthodologie suivie pour l’étude 2
3
Première partie : Analyse de l’économie du peer to peer
1.1. Les différentes techniques du peer to peer 3
1.1.1. Les différentes architectures 3
1.1.2. Les différentes applications 6
1.2. L’activité peer to peer 8
1.2.1. Le trafic généré 8
1.2.2. La comparaison internationale 9
1.2.3. L’impact sur l’activité des FAI 12
15
Deuxième partie : L’impact de l’Internet sur l’économie musicale
2.1. L’économie musicale 15
2.1.1. Les trends traditionnels des évolutions technologiques 15
2.1.2. L’explication de la vente des singles 16
2.2. L’impact de l’Internet sur la filière 18
2.2.1. L’impact de l’Internet sur l’économie de la filière 18
2.2.2. La reconfiguration de la filière 18
2.3. Place des plate formes commerciales 19
2.3.1. Le contexte général 19
2.3.2. La notion de rivalité des plate formes commerciales 23
25
Troisième partie : Modélisation de la rémunération alternative (collecte)
3.1. Les estimations de bases du modèle 25
3.1.1. L’évolution des accès Internet 25
3.1.2. L’évolution du marché de la distribution musicale 25
3.2. Les prévisions de collecte 28
3.2.1. Les différents modèles de rétribution 28
3.2.2. Les valeurs des paramètres 29
3.2.3. Les résultats 30
3.3. Les enjeux de la collecte par rapport à l’économie du secteur 32
3.3.1. Les enjeux de la collecte sur l’économie de la distribution musicale 32
3.3.2. La collecte comme effet de compensation des pertes de marchés du CD 32
3.3.3. Les enjeux de la collecte par rapport à l’économie des éditeurs 34
3.3.4. Les enjeux de la collecte sur l’économie des FAI 34
3.4. Remise en cause des scénarios 35
3.5. Mode de répartition de la collecte 37
38
Quatrième partie : Modélisation sur le secteur vidéo
4.1. La situation du marché de la vidéo 38
4.1.1. Les tendances générales du marché 38
4.1.2. Les relations entre le marché de la vidéo et le cinéma 39
4.1.3. La chaîne de valeur 40
4.1.4. L’évolution des prix 41
4.2. L’impact du peer to peer 42
4.3. La modélisation du prélèvement 46
4.3.1. Les tendances du marché à moyen terme 46
4.3.2. Le cas des marchés complémentaires 47
4.3.3. Les hypothèses relative au marché selon l’année de sortie des films 47
4.3.4. Les résultats de la modélisation 47
4.3.5. Les conclusions sur les résultats de la modélisation 49
1
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

PREAMBULE


L’analyse de l’économie du peer to peer s’appuie sur l’étude de la littérature existante dans le domaine du peer to peer
et plus particulièrement sur les travaux relatifs aux téléchargements musicaux. Cette approche permet de présenter les
différentes solutions techniques relevant du peer to peer.

L’impact de l’Internet sur la filière musicale et cinématographique est abordé également en identifiant les différentes
fonctions de la distribution impactées par la numérisation de l’activité.

L’apport principal du présent rapport est une modélisation de la mise en œuvre d’une compensation financière
adossée aux abonnements conclus auprès des FAI.


NB 1 : La modélisation réalise des correspondances économiques jugées réalistes entre des grandeurs du
marché ( chiffre d’affaire total de la distribution musicale ) ou des pertes constatées ou estimées du marché
( diminution des ventes de CD ou de DVD) et la mise en œuvre d’une rémunération alternative adossées
aux abonnements conclu auprès des FAI.

Ces estimations ne préjugent en aucun cas du lien de causalité entre une diminution d’un marché et
l’usage des échanges peer to peer (positivement ou négativement).

En revanche, les hypothèses retenues permettent de tester la viabilité économique d’une rémunération
alternative en fonction de scénarios divers.

NB 2 : Les terme de « compensation », « prélèvement », « collecte » sont employés indifféremment à
plusieurs reprises et renvoient à une notion économique descriptive donc juridiquement neutre.



2
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

Première partie : Analyse de l’économie du peer to peer

1.1. Les différentes techniques du peer to peer

1.1.1. les différentes architectures
Dans le modèle initial du PtoP, l’architecture est construite autour d’un serveur centralisant les adresses des
ordinateurs détenant les fichiers à télécharger. Après identification, le téléchargement se réalise entre les deux
« clients » dont la mise en relation a été facilitée par le serveur. Cette architecture correspondait au modèle de
NAPSTER qui n’a pas résisté à des actions juridiques des majors compte tenu de son exposition.
Dans le PtoP décentralisé, les ordinateurs se mettent en relation et s’échangent directement les fichiers. Il s’agit du
modèle utilisé par GNUTELLA. L’absence de gestion du réseau engendre des dysfonctionnement.
Dans le modèle mixte, le téléchargement est organisé autour de nœuds intermédiaires qui permettent d’identifier les
demandes à un niveau bas du réseau et de transmettre éventuellement les demandes à un autre nœud sans être obligé
de lancer une requête sur un ensemble de machine. C’est le modèle utilisé par EDONKEY.
Les remarques qui s’appliquent à l’utilisation des solutions PtoP dans un environnement ouvert (Internet) ne
s’appliquent pas directement dans un contexte d’usage plus restrictif relevant plutôt d’un usage de type Intranet
(réseaux d’entreprises, communautés fermées).


























3
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

LES DIFFERENTES ARCHITECTURES PTOP


Source :anonyme
4
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

Bittorent
La solution Bittorent représente en 2004/2005 le protocole assurant la principale charge du réseau Internet.
Le principal avantage est la rapidité du protocole. En effet parmi la communauté des protocoles Peer To Peer il est le
plus rapide pour le téléchargement de gros fichiers. Bittorent représente l’enjeu principal de l’économie du peer to
peer dans la mesure où il permet de télécharger des œuvres video et cinématographiques très rapidement.
Pour de petits fichiers (inférieurs à 30 Mo) d'autres protocoles sont plus efficaces (Kazaa, Gnutella) mais au delà de
cette taille il devient le plus efficace. Dès lors où de nombreux clients sont disponibles, le téléchargement se fera
quasiment au maximum de la bande passante.
Un autre avantage est la réduction significative de la charge des serveurs, ce qui est la raison pour laquelle ce
protocole a été conçu.
La critique principale concerne l'absence de fonction de recherche sur le protocole. Contrairement aux autres
protocoles Peer To Peer, cette absence est assez handicapante puisqu'elle oblige l'utilisateur à récupérer des fichiers
Torrent.
Pour de vieux fichiers, le problème qui se posera est que le tracker ne contiendra plus de clients et donc le
téléchargement ne pourra pas s'effectuer. Avec un système de recherche, il aurait été possible de récupérer les clients
actuellement disponibles pour les données à récupérer, et donc de les télécharger.
Une autre critique qui peut être faite à BitTorrent, est l’utilisation d’un tracker unique qui représente un obstacle à
une montée en charge sans problème. Même si la bande passante utilisée par le Tracker est limitée, il arrive un point
où c’est elle qui limite la croissance du système.
D'autre part, la faiblesse de la vitesse du téléchargement au début du téléchargement peut également représenter une
faiblesse. En effet celle-ci prend un certain temps avant de décoller. Ceci est principalement dû au fait que le
téléchargement du premier morceau d’un fichier peut être assez long et pendant ce temps, le client ne peut
(forcément) rien uploader (d’ou une vitesse de download faible).
On pourrait également critiquer le fait que le tracker ne fasse pas grand-chose, à part servir d’annuaire pour les
différents clients intéressés par un même fichier et collecter passivement des données. Il pourrait, par exemple,
essayer de décider plus ”intelligemment” quels clients connecter entre eux.
On peut enfin critiquer le fait que le protocole ne prévoit pas le fonctionnement des clients derrière un Firewall ou
un réseau de type NAT (ce qui n'est pas le cas d'autres protocoles tels que EMule, Gnutella ...). En effet, de tels
clients ont deux désavantages :
• Ils ont moins de peers possible, car ils ne peuvent pas se connecter à d'autres clients qui ont, eux aussi, les
ports bloqués
• Personne ne sait les contacter, donc les connexions qu’ils auront seront uniquement celles qu’ils auront
initiées
Bien que le système travaille dans une logique partagé sans serveur, un site WEB (le tracker) est nécessaire pour récupérer les informations
sur le fichier et les adresses des machines possédant le fichier à télécharger.
Pour surmonter cette faiblesse, la technologie Bittorent est en train d’évoluer vers une solution complémentaire
EXEEM. Dans ce cas, le tracker n’est plus physiquement concentré sur un serveur mais est lui-même réparti sur
l’ensemble des ordinateurs participant aux réseaux (sous entendu, les ordinateurs abritant les fichiers recherchés pour
le téléchargement). L’action juridique à l’encontre d’un seul site (le tracker) n’est plus possible.

1.1.2. les différentes applications

a) les applications génériques
5
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

Les techniques du peer to peer permettent d’améliorer les solutions de travail collaboratif, le calcul distribué entre
machines, l’échange et le stockage répartis et la distribution de contenus naturellement.

Les banques, les assurances et d’autres industries utiliseront les techniques du peer to peer pour partager et distribuer
de l’information au sein de leur organisation. Lindows, un distributeur de Linux offre ses logiciels en mode PtoP à
moitié prix par rapport au téléchargement sur site, rétrocédant ainsi au client final l’économie sur les coûts de la
bande passante sur le site et la qualité de service (vitesse plus élevée en PtoP et lissage des périodes de pointe de
téléchargement).

Dans l’enseignement universitaire, le PtoP est perçu comme un moyen efficace de partager de manière plus rapide et
plus stable des documents pédagogiques.
Le gouvernement américain met en œuvre également des solutions PtoP pour collecter des statistiques et des
informations situées dans une centaine d’agences fédérales distantes.

Des hôpitaux japonais dans le programme NICIT utilise le PtoP pour partager le dossier médical.

Une véritable offre professionnelle apparaît dans le domaine du PtoP pour proposer leur solution au monde
professionnel comme les sociétés 312 Inc, LeanOneMe , Groove Networks.

b) L’application to peer to peer aux systèmes de communication

Le logiciel freeware Skype, qui permet d’établir des communications vocales sur Internet se diffuse sur Internet dans
une logique de peer to peer. Plus généralement les architectures innovantes dans le domaine des communications
radio utilisent une philosophie de PtoP sous la forme de réseaux dits « mesh » qui permettent de relayer des
communications entre terminaux sans intervention d’infrastructures fixes d’opérateurs.

UN EXEMPLE DE RESEAU MESH

source : Meshnetworks











6
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

c) Les applications dans le téléchargement d’œuvres
Plusieurs sociétés commencent à proposer des solutions de peer to peer légales (Wurld Media, Snocap, Wippit). Le
système PEER Impact développé par Wurld Media avec SONY, Universal, Warner devrait être diffusé dans la
première partie de 2005. Le business model est basé sur le paiement du téléchargement mais ce sont bien les
membres de la communauté qui contribuent aux téléchargements (tous les fichiers participant à la communauté sont
légalisés). Vis à vis de la communauté, Peer Impact veut créer un espace de communications. L’avantage économique
de la solution est de supprimer la gestion d’un serveur central et de réduire le coût de la bande passante requise pour
répondre aux demandes des internautes. Il s’agit donc d’une solution complémentaire aux téléchargements
commerciaux qui pourrait se positionner en terme de prix moins élevé avec l’objectif de reverser pour partie aux
membres de la communauté les économies réalisées.
Un tel système est surtout avantageux pour les téléchargements vidéo qui demandent des bandes passantes
importantes alors que pour les fichiers MP3 la bande passante n’est pas l’aspect critique.
Ces propositions s’inscrivent dans une prévision de recours intensif au téléchargement commercial ; il est certain que
si l’ensemble des trafics actuels PtoP basculaient sur des sites de téléchargements commerciaux, aucune solution
classique à base de serveurs ne pourrait de toute façon répondre physiquement à cette demande.
7
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p

1.2. L’activité peer to peer

1.2.1. Le trafic généré
Le trafic PtoP - même si il faut prendre la précaution de préciser qu’il ne porte pas nécessairement atteinte à des
droits- est néanmoins aujourd’hui largement utilisé pour échanger des contenus non pourvus de droits dans le
contexte juridique de la propriété littéraire actuelle.
Le trafic PtoP évolue d’ailleurs très rapidement et en fonction des solutions proposées pour les téléchargements de
contenu. Les solutions plus adaptées au téléchargement de contenu « lourd » prennent la majeure partie du trafic.


L’évolution du trafic PtoP

Source : Cachelogic

Suivant les régions, le trafic PtoP représente entre 60 et 80% de la bande passante de Internet.







8
UFC-Que Choisir Mai 2005 Etude d’impact d’une rémunération des échanges p2p


L’évolution du trafic par région

Source : Cachelogic

1.2.2. La comparaison internationale
Les statistiques publiées par l’OCDE donnent une indication sur les différences par pays en matière d’intensité
d’utilisation des réseaux PtoP. Le marché français se situe dans une fourchette haute.
Mais ce qui caractérise le marché français sur les dernières années est son dynamisme avec une forte croissance des
utilisateurs du PtoP. De tels phénomènes sont toujours difficiles à interpréter ; il est possible qu’il s’agisse d’un effet
de rattrapage par rapport aux autres pays, en particulier par rapport à une certaine corrélation avec la pénétration de
l’accès haut débit.














9
UFC-Que Choisir Mai 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.