HIS4476.Plan de cours.Aut 2009

De
Publié par

Les relations internationales depuis 1945 : Histoires croisées … Plan de cours HIS4476 (30) Session : automne 2009 Horaire : mercredi, 9H30 à 12H30 Salle : V-2430 Professeur : Christopher Goscha Bureau : A-6130 Courriel électronique : goscha.christopher@uqam.ca Permanences : lundi, de 9H00 à 13H00 et sur rendez-vous Site du cours : www.cgoscha.uqam.ca Présentation du cours : Jusqu’à la Seconde guerre mondiale, les pays européens dominaient le système international, ainsi que de vastes espaces du monde qu’ils avaient colonisés. C’est la Seconde guerre mondiale qui mit fin à la prépondérance européenne en ouvrant la voie à un nouvel ordre dominé par les deux grandes puissances sorties vainqueurs du conflit : les Etats-Unis et l’Union soviétique. La Guerre froide, née de l’opposition idéologique entre ces deux puissances datant des années 1920, dominera les relations internationales jusqu’en 1991, date à laquelle le monde communiste implose en Europe. Si l’on ne peut pas faire abstraction de l’opposition « Est-Ouest » dans l’étude des relations internationales, le système international ne s’en est pas moins transformé d’autres façons qui méritent de retenir notre attention. La Seconde guerre mondiale a enclenché la décolonisation de l’ordre colonial, l’une des plus grandes transformations du système èmeinternational depuis le 19 siècle. Paradoxalement, au moment où l’idée nationale se propage dans le Sud, de nouvelles forces ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 92
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Les relations internationales depuis 1945 :

Histoires croisées …

Plan de cours

HIS4476 (30)

Session : automne 2009
Horaire : mercredi, 9H30 à 12H30
Salle : V-2430

Professeur : Christopher Goscha
Bureau : A-6130
Courriel électronique : goscha.christopher@uqam.ca
Permanences : lundi, de 9H00 à 13H00 et sur rendez-vous
Site du cours : www.cgoscha.uqam.ca

Présentation du cours :
Jusqu’à la Seconde guerre mondiale, les pays européens dominaient le système
international, ainsi que de vastes espaces du monde qu’ils avaient colonisés.
C’est la Seconde guerre mondiale qui mit fin à la prépondérance européenne en
ouvrant la voie à un nouvel ordre dominé par les deux grandes puissances sorties
vainqueurs du conflit : les Etats-Unis et l’Union soviétique. La Guerre froide, née
de l’opposition idéologique entre ces deux puissances datant des années 1920,
dominera les relations internationales jusqu’en 1991, date à laquelle le monde
communiste implose en Europe. Si l’on ne peut pas faire abstraction de
l’opposition « Est-Ouest » dans l’étude des relations internationales, le système
international ne s’en est pas moins transformé d’autres façons qui méritent de
retenir notre attention. La Seconde guerre mondiale a enclenché la décolonisation
de l’ordre colonial, l’une des plus grandes transformations du système
èmeinternational depuis le 19 siècle. Paradoxalement, au moment où l’idée
nationale se propage dans le Sud, de nouvelles forces transnationales, nées des
ravages nationalistes en Europe, se concrétisent sous la forme des organisations
internationales comme l’ONU et supranationales comme l’Union Européenne. Et
comme nous le verrons, l’histoire des relations internationales n’est pas
seulement diplomatique et politique, mais aussi culturelle et sociale. En bref,
l’évolution des relations internationales depuis 1945 nous présente des histoires
croisées – de l’Est en Ouest, du Nord en Sud, relayant un ordre à un autre,
jusqu’à nos jours …

Buts et déroulement du cours :
Ce cours se donne comme objectifs principaux :

– d’initier l’étudiant(e) aux grandes étapes, événements et personnalités de
èmel’histoire des relations internationales depuis 1945 jusqu’à la veille du 21
siècle ;
– de permettre à l’étudiant(e) de dégager et d’analyser les grands thèmes et
problèmes historiographiques de l’histoire internationale depuis 1945 ; – de permettre à l’étudiant(e) de s’initier au métier de l’historien (travailler
avec des sources de première main et d’analyser des textes)
– de fournir les éléments structurants pour un approfondissement ultérieur et
pour une application professionnelle.

Ce cours s’organise d’une façon géographique et thématique autour de la
question des transformations croisées du système international. Du point de vue
géo-historique, les trois premiers cours examineront les origines et la
mondialisation de la Guerre froide sur un axe euro-asiatique. Toujours sous cette
optique, deux autres cours examineront l’interaction entre le Nord et le Sud
pendant la Détente et lors de la fissuration de l’axe sino-soviétique. Pour mieux
cerner les transformations du système international depuis 1945, ce cours
adoptera aussi une approche thématique, avec des séances consacrées à « la
diplomatie culturelle en relations internationales », « la nucléarisation des
rapports de force », « la décolonisation des relations internationales », « le
supranational en relations internationales », etc. Ces deux axes d’analyse (géo-
historique et thématique) s’entrecroisent dans le temps et dans l’espace. Enfin, on
ne peut pas saisir la portée de ces transformations sans se pencher sur les textes
de la période. C’est pourquoi chaque cours fournira à l’étudiant(e) des extraits de
documents de première main correspondant au cours magistral.

Formule pédagogique :

La base du cours s’effectuera sous forme magistrale, tout en faisant appel à des
sources audiovisuelles (power point, affiches, films documentaires) et aux textes
de première main, qui seront discutés et commentés en relation avec le cours
magistral.

Evaluation :

La répartition de la note du semestre sera faite de la manière suivante :

1. Examen de mi-session (30%)
2. Travail de session (travail de recherche) (35%)
3. Examen final (35%)

1) Un examen de mi-session divisé en deux parties aura lieu le 21 octobre
2009. La première partie du contrôle (30%) consistera en des questions
d’identification et d’explication. Sur une liste de 10 choix, l’étudiant(e)
répondra à 6 questions d’identification et de signification (personnages,
événements, concepts, etc.). Vous devrez identifier la
personne/événement/concept (1 point), donner la ou les date(s) (1 point) et
fournir une explication de sa signification historique (3 points : 2 exemples =
1.5 point chacun). La deuxième partie (70%) du contrôle demandera à
l’étudiant(e) de choisir deux questions à développement parmi quatre.
Chaque question vaudra 35 points. Les questions seront spécifiques, basées
sur le cours magistral et les lectures obligatoires, chacune exigeant environ
30-45 minutes pour leur préparation et leur rédaction (exemple : quelles
furent les raisons de la fin de la Grande Alliance ?) Il s’agit d’une question
plutôt descriptive mais qu’il faudrait développer. Il me difficile de préciser,
exactement, combien de pages il faut rédiger. C’est la qualité qui compte.
2Disons environ 4 pages d’un cahier UQAM. L’examen se déroulera sur les 3
heures de cours.

2) Un examen final constitué en trois parties aura lieu le 16 décembre 2009. La
première partie du contrôle (20%) consistera en 20 questions à choix multiple
(1 point chacune) portant sur les cours magistraux et les lectures obligatoires
(dates, événements, personnages historiques importants). Dans la deuxième
partie (20%), sur une liste de 6 choix, l’étudiant(e) répondra à 4 questions
d’identification et de signification (personnages, événements, concepts, etc.).
Vous devrez identifier la personne/événement/concept (1 point), donner la ou
les date(s) (1 point) et fournir une explication de sa signification historique (3
points : 2 exemples = 1.5 point chacun). Enfin la troisième partie (60%)
demandera à l’étudiant(e) de répondre à une question de dissertation sur trois
sujets (au choix) en faisant un argument structuré et analytique (exemple :
Dans quelle mesure la sécurité a-t-elle joué le rôle déterminant dans la
politique extérieure de Josef Staline ?). Au moins deux questions porteront
sur la deuxième moitié du cours, ultérieure à l’examen de mi-session.
L’examen final se déroulera sur les 3 heures de cours.

3) Travail de session :

Le travail de session demande à l’étudiant d’approfondir ses connaissances
de l’histoire des relations internationales depuis 1945 et ses compétences
historiques et analytiques en répondant à l’une des questions de recherche
fournies dans la liste attachée ci-dessous. Une fois la question choisie,
l’étudiant(e) effectuera une recherche afin de construire une réponse
argumentée à la question posée (pour plus de renseignements, voir la fiche
explicative supplémentaire qui est mis en ligne sur notre site de cours).
1L’étudiant présentera ce travail à l’écrit – de 10 à 12 pages
dactylographiées, tout compris (New Times Roman 12, interligne 1,5 ou 2).
Marges : 2 cm (bas, haut, droite et gauche). Ceux qui dépassent les 12 pages
seront pénalisés de 5 points par page. Il s’agit d’un travail de synthèse.
Votre travail devra consister en cinq parties : 1) un plan, la « boussole »
de votre réflexion, que vous joindrez au début de votre travail (juste après la
page de titre) ; 2) une introduction dans laquelle vous exposerez clairement
votre réponse (argument) à la question posée, sa place dans l’historiographie
et un mot expliquant la démarche que vous allez suivre ; 3) le développement
de votre texte dans lequel vous ferez votre argument, en vous basant sur vos
recherches et connaissances historiques (exemples, citations, chiffres, etc.) ;
4) la conclusion et 5) la bibliographie.
Répartition de la note : 1) Plan/introduction : 20% (10% pour le plan et
10% pour l’introduction) ; 2) connaissances historiques et argument
analytique : 60% (30% pour les connaissances et 30% pour l’analyse) ;
Recherche : 10% pour l’usage approprié de la source de première main ;
Bibliographie et suivi des consignes : 10% (qualité de la bibliographie =
pertinence des ouvrages et leur usage dans le développement ; consignes :
voir ci-dessus (police, marges, etc.).
Pour la rubrique « recherche » et « bibliographie » : je vous demanderai
de vous baser sur au moins 4 livres relatifs à votre sujet (monographies,

1 Sans compter la page de titre, ni la bibliographie.
3études, livres), un article provenant d’une revue scientifique (pas un journal
ou magazine) et l’usage dans votre analyse d’une source de première main
(discours, statistiques, mémoire, télégramme diplomatique, etc.).
Pour ce qui concerne l’internet, il faut utiliser les sites scientifiquement
fiables. Il est admissible de chercher sur l’internet les œuvres complètes de
certains personnages historiques (une source de première main : les discours
de Staline, Kennedy, Mao, etc.) ou les documents diplomatiques en ligne, à
condition que vous mettiez la référence complète (voir la fiche explicative
supplémentaire en ligne) et la date de votre accès à cette source électronique.
Bien que lié l’un à l’autre, un plan n’est pas une table des matières.
Votre plan doit être inséré au début de votre travail (après la page de
couverture ; une page suffit). Voir ma fiche explicative supplémentaire qui se
trouve en ligne sur notre page de cours. Il n’est pas nécessaire de mettre une
table des matières. Mais si vous ne mettez pas le plan, vous perdrez 10 points
pour rien. Et ce serait très dommage …

Français écrit : Selon le vote de l’assemblée départementale du 28
mai 1993, la correction grammaticale du français comptera pour un
pourcentage de 10% de l’évaluation des commentaires de texte (à
l’exception des examens en salle). Deux fautes = une réduction d’un
point

Pour plus de renseignements sur la manière d’effectuer un travail de
recherche, voir l’excellent manuel de Jocelyn Létourneau, Le coffre à outils
du chercheur débutant, Montréal, Boréal, 2006, qui se trouve à la réserve, au
nom de Goscha, cours HIS5489-50 ; Histoire-Hypermédia : www.histoire-
hypermedia.ca ou www.h-h.ca ainsi que le site de ce cours. Je vous conseille
fortement de consulter Histoire-Hypermédia et le manuel de Létourneau.

N’oubliez pas que vous avez également un service d’aide à la rédaction. Une
telle initiative ne peut qu’améliorer votre note globale et vos compétences
historiques et analytiques.

Ce travail est à me remettre au plus tard le 25 novembre 2009 avant
16H00, auprès du secrétariat du département d’histoire.

Politique du retard : 5% par jour (5 points par jour). Ne soyez pas en retard,
s’il vous plaît. C’est une question d’égalité et d’honnêté par rapport à vos
camarades. Pour ceux qui sont en retard, il faut déposer votre travaux auprès
du secrétariat du département d’histoire avant 16H00 afin qu’ils soient
tamponnés et datés. Aucun travail sans tampon ne sera accepté. Aucun
travail ne sera accepté par voie courrielle (email).

Textes du cours :

– Jean-Baptiste Duroselle et André Kaspi, Histoire des relations
internationales de 1945 à nos jours, tome II, Paris, Armand Colin, 2004
ème(14 édition, mise à jour).

4– Le recueil de textes de lectures obligatoires intitulé HIS-4476 se trouve à la
COOP de l’UQAM.

– Mes « power points », plans, lexiques, tableaux, chronologies et cartes pour
toutes les séances seront disponibles sur le site de notre cours au fur et à
mesure que le cours se déroule. La mise en ligne de mes Power Point
nécessitera parfois un délai d’une semaine. Merci de votre patience.

J’ai mis deux exemplaires du livre de Duroselle/Kaspi et du recueil à la réserve
de la bibliothèque centrale de l’UQAM, ainsi que des ouvrages relatifs à certains
sujets de dossiers. Pour visionner la liste des livres mis en réserve à la
bibliothèque centrale de l’UQAM, il suffit d’aller sur le site de la bibliothèque et
taper mon nom GOSCHA et trouver le sigle de notre cours HIS4476, automne
2008.

Séances et lectures :

1) le 9 septembre 2009 : Présentation et introduction du cours

– Robert Frank, « Penser historiquement les relations internationales », Annuaire
français des relations internationales, (2003) : http://www.afri-
ct.org/article.php3?id_article=458#bas
– John Lewis Gaddis, ‘Dividing the world’, dans John Lewis Gaddis, We now
know: rethinking Cold War history, Oxford, Oxford University Press, pp. 1-25.
– Documents: Mr. Katustani: “Account Rendered Just after the Bombing” and
Wakasa Ikuko, “Impressions of the Bombing Left on a Five-Year-Old”, dans
Michael H. Hunt, The World Transformed, Boston, St. Martin’s, 2004, pp. 54-56.

2) 16 septembre : D’un ordre à un autre : aux origines de la Guerre froide (1917-47)

– Jean-Baptiste Duroselle et André Kaspi, Histoire des relations internationales
èmedepuis 1945 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2004 (14 édition), pp. 16-24,
31-36, 48-49, 55-62.
– Walter Lafeber, America, Russia and the Cold War, John Wiley & Sons, 1980,
pp. 1-28.
– Documents : George Kennan’s Long Telegram, février 1946 et The Soviet
Ambassador to the United States on Post-war American Policy, 27 septembre
1946, dans Jussi M. Hanhimäki et Odd Arne Westad (sous la direction de), The
Cold War, Oxford, Oxford University Press, 2004 (paperback), pp. 108-114.

3) 23 septembre : La polarisation du système international (I) : La Guerre froide en Europe
et la mise en place des blocs « Est-Ouest » (1947-1949)

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 63-89, 95-102.
– Pierre Grosser, « De Yalta à la guerre de Corée : comment le monde a basculé
dans la Guerre froide », L’Histoire, no. 209, (avril 1997), 22-31.
– Carolyn Eisenberg, ‘Dividing Germany’, dans Robert J. MacMahon et Thomas
G. Paterson (sous la direction de), The Origins of the Cold War, Houghton
Mifflin, 1999, pp. 127-142.
– Débat historiographique : Melvyn P. Leffler, ‘The Cold War: What Do “We Now
Know?”, American Historical Review, vol. 104, no. 2, (avril 1999), pp. 501-524.
5– Document : Extraits de 5 documents sur la Doctrine Truman

4) 30 septembre : La polarisation du système international (II) : l’expansion euro-asiatique
de la Guerre froide et ses effets mondiaux (1949-1955) : Chine, Corée et Bandoung

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 50-55, 102-106,
137-152, 172-177, 206-210, 213-215.
– François Joyaux, La nouvelle question d’Extrême-Orient, Paris, Payot, 1985, pp.
153-177.
– Jean Lacouture, « Bandoeng », L’Histoire, no. 151, (janvier 1992), pp. 114-118.
– Documents : « Déclaration du président Truman relative à l’intervention
américaine en Corée » (27 juin 1950) ; Nehru, ‘Speech to Bandung Conference
Political Committee, 1955’ (extraits) ; Raymond Aron, « Bandoeng : Conférence
de l’équivoque », Le Figaro, (27 avril 1955). (extraits)

5) 7 octobre : De la co-existence pacifique jusqu’au bord du gouffre (1953-1962) : la
fragilité du système international de la guerre froide : les cas de Berlin et Cuba. Extraits
du documentaire The Fog of War concernant la crise de Cuba.

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 219-244.
– Jim Hershberg, ‘Anatomy of a Controversy : Anatoly F.Dobrynin’s Meeting with
Robert F. Kennedy, 27 October 1962 at:
http://www.gwu.edu/~nsarchiv/nsa/cuba_mis_cri/moment.htm
– Document : Secret Speech to the 20th Party Congress (le 25 février 1956,
extraits), dans Michael H. Hunt, The World Transformed, Boston, St. Martin’s,
2004, pp. 135-42 et « Discours télévisé du président Kennedy », 22 octobre 1962
(extraits) et ‘Khrushcev’s Recollection of the Cuba Crisis’ (1971) (extraits)

6) 14 octobre : La « nucléarisation » du système international (1945-1972). Projection du
film de Stanley Kubrick : Docteur folamour.

– Pierre Milza, Les relations internationales, 1945-1973, Paris, Hachette, 1996, pp.
172-177.
– Maurice Vaïsse, « La grande peur atomique », L’Histoire, no. 151, (janvier
1992), pp. 96-102.
– Documents: Dwight D. Eisenhower, Diary Entry, le 23 janvier 1956 et Igor V.
Kurchatov, Draft Article for Soviet Leaders”, dans Michael H. Hunt, The World
Transformed, Boston, St. Martin’s, 2004, pp. 150-152.
– Fred Kaplan, ‘Truth stranger than ‘Strangelove’, International Herald Tribune,
(le 13 octobre 2004),
http://www.iht.com/articles/2004/10/12/features/strange.php

7) 21 octobre : examen de mi-session

8) 28 octobre : semaine de lecture

9) 4 novembre : Le « contexte culturel » des relations internationales (1945-62) : enjeux et
pouvoir

6– Valérie Aubourg, « La diplomatie culturelle américaine en Europe pendant la
ème er èmeGuerre froide », Communisme, nos. 80/81/82, (4 trimestre 2004, 1 et 2
trimestre 2005), pp. 77-103.
– Jacques Semelin, « La voix de l’Amérique contre Radio-Moscou », L’Histoire,
no. 151, (janvier 1992), pp. 88-92.
– Martha Bayles, ‘Goodwill Hunting’, Wilson Quarterly, (été 2005), pp. 46-56.
– M. Vatikiotis, ‘The soft power of Happy Chinese’, International Herald Tribune,
(19 janvier 2006), p. 7 www.iht.com/articles/2006/01/18/opinion/edvatik.php
– Documents: Reinhold Wagnleitner, “Coca-Colonization and the Cold War” et
Bertrand Russel, “The Impact of American on European Culture” (1951), dans
Michael H. Hunt, The World Transformed, Boston, St. Martin’s, 2004, pp. 64-69.

10) 11 novembre : La « décolonisation » des relations internationales : de l’Indochine (1945-
54) à l’Algérie (1954-1962)

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 134-137, 175-177,
187-205, 266-273.
– François Joyaux, La nouvelle question d’Extrême-Orient, Paris, Payot, 1985, pp.
241-258 (Indochine).
– Débat : Matthew Connelly, « L’indépendance algérienne : une révolution
diplomatique », Esprit, (octobre 2004), pp. 142-156 et Daho Djerbal, « Les effets
de la crise de 1956 sur la guerre d’Algérie », texte inédit aimablement
communiqué par l’auteur, prof. à l’Université d’Alger, en ligne sur notre site.
– Documents : « L’Appel de Hô Chi Minh » (Viet Bac, 22 juillet 1954) ;) « Appel
au peuple algérien » (le 1 novembre 1954) ; et « Discours de Charles de Gaulle
(Alger, 4 juin 1958) » (extraits)

11) 18 novembre : D’un côté à l’autre : la rupture sino-soviétique et la « dépolarisation » du
système international (1956-1989)

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 244-251, 300-309,
374-377, 402-404.
– François Joyaux, La nouvelle question d’Extrême-Orient 2 : l’ère du conflit sino-
soviétique, 1959-1978, Paris, Payot, 1988, pp. 15-25, 359-384.
– Chen Jian et Yang Kuisong, ‘Chinese politics and the collapse of the Sino-Soviet
alliance’, Odd Arne Westad (sous la direction de), Brothers in arms, Stanford,
Stanford University Press, 1998, pp. 246-277.
– Documents : ‘The 20th Party Congress’, ‘Communiqué sino-américain’, ‘Soviet
view of China’s Role in Vietnam after the War’, 1979 (extraits)

12) 25 novembre : Quelle détente et pour qui ? Le rapprochement Est-Ouest et le glissement
de la Guerre froide vers le « Sud » (1963-1979) Remise des dossiers de mi-session

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 279-315, 360-377.
– David S. Painter, The Cold War: An international history, Londres, Routledge,
1999, pp. 66-94.
– Document : ‘Vo Nguyen Giap on People’s War’ (1961) (extraits) et Richard
Nixon, “Remarks to Media Executives”, Kansas City, le 6 juillet 1971, dans
Michael H. Hunt, The World Transformed, Boston, St. Martin’s, 2004, pp.279-
281.

713) 2 décembre : Organisations internationales et supra-nationales en relations
internationales : L’ONU et l’Union européenne

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 5-16, 155-159,
181-186, 286-297, 380-384, 480-511.
– Anne-Marie Slaughter, ‘A New U.N. for a New Century’ dans Fordham Law
Review, no. 74, (2006), pp. 2961-2970.
– Elizabeth du Réau, L’idée d’Europe au XXe siècle, Bruxelles, Editions
Complexes, 1996.

14) 9 décembre : D’un ordre à un autre : La fin de la Guerre froide et l’émergence d’un
système international véritablement croisé : la mondialisation ?

– Duroselle et Kaspi, Histoire des relations internationales, pp. 389-430, 554-574.
– Anne-Marie Slaugther, ‘The Real New World Order’, Foreign Affairs, vol. 76,
no. 5, (septembre/octobre 1997), pp. 183-197.
– Documents: President Bill Clinton Endorses NAFTA and Praises International
Free Trade et Jorge G. Castaneda and Carlos Heredia, “Another NAFTA: What a
Good Agreement Should Offer”, dans Michael H. Hunt, The World Transformed,
Boston, St. Martin’s, 2004, pp. 328-334.

15) 16 décembre : Examen de fin session
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.