Le système prostitutionnel

De
Publié par

Cet ouvrage décrit la situation des personnes prostituées en France, le rôle des proxénètes et des clients qui forment le système prostitueur, le rôle des familles et de la société. Leur analyse révèle des déterminants qui poussent au départ des pays d'origine. A partir d'un modèle général qui établit le cercle vicieux de la prostitution, l'auteur se penche sur les modèles spécifiques camerounais et nigérian qui se distinguent.
Publié le : lundi 1 décembre 2014
Lecture(s) : 46
Tags :
EAN13 : 9782336362816
Nombre de pages : 232
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

z
Questions contemporaines
Cyrille MbiagaLE SYSTÈME Q PROSTITUTIONNEL
Sources africaines dans le paysage français QuesQuestions conttions contemporemporainesaines
En France, le nombre de personnes prostituées d’origines
étrangères est de plus en plus élevé. Parmi elles, les personnes
prostituées d’origine africaine attirent l’attention, car leur QQQ
pénétration dans l’espace français modi e le fonctionnement du
système prostitutionnel.
Selon le Conseil de l’Europe, le phénomène de la traite des êtres
humains (TEH) qui s’associe au système prostitutionnel est le plus
répandu. Ses projets interrogent sur les politiques à mener pour
enrayer la traite, mais ne semblent pas tenir compte suf samment
des spéci cités liées aux lieux d’origines des personnes prostituées. LE SYSTÈME
Ce livre décrit la situation des personnes prostituées, le rôle des PROSTITUTIONNELproxénètes et des clients qui forment le système prostitueur,
le rôle des familles et de la société. Leur analyse révèle des
Sources africaines dans le paysage françaisdéterminants qui poussent au départ des pays d’origines, et leurs
projections dans l’espace français décrivent ce qui les attirent.
Il donne en n une image d’ensemble du fonctionnement du
système prostitutionnel dans ce qu’il traduit d’abord, un modèle
général qui établit le cercle vicieux de la prostitution autour de la
personne prostituée, puis des modèles spéci ques camerounais et
nigérian qui se distinguent.
Questions contemporainesCyrille Mbiaga est Docteur en Biomathématiques.
Enseignant (Mathématiques) et Consultant (Analyse des
données et épidémiologie statistique), il est administrateur à
l’Amicale du Nid où il assure la présidence du Comité Territorial
de Marseille.
ISBN : 978-2-343-04854-3
23 €
Cyrille Mbiaga
LE SYSTÈME PROSTITUTIONNEL










Le système prostitutionnel


Questions contemporaines
Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland
et Jean-Paul Chagnollaud

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions
contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à
appréhender. Le pari de la collection « Questions es » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à
tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser
autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes
à la réflexion collective.


Dernières parutions

Nicole PÉRUISSET-FACHE, Pouvoirs, impostures. Du
mensonge à l’encontre des peuples, 2014.
André DONZEL, Le nouvel esprit de Marseille, 2014.
Félicien BOREL, Renaître, ou disparaître, 2014.
Alain RENAUD, Lyon, un destin pour une autre France, 2014.
Blaise HENRION, Eurocopter savait, La vérité sur un crash
mortel, 2014.
André PRONE, La fin du capital. Pour une société
d’émancipation humaine, 2014.
Philippe QUÊME, Finance et éthique. Le prix de la vertu...,
2014.
Maurice BERTRAND, Machiavel ou l’Illusion réaliste, 2014.
Cyril MARÉ & Rémi RAHER, Géopolitique de l’Arctique, 2014.
Chantal PERRAS, La coopération policière globale contre le
trafic de drogue transnational, 2014.
Gaby NAVENNEC, Les souffrances sociales. De l’acceptation
aux alternatives, 2014.
Julien PINOL, Essais nucléaires : 1961, une apothéose ?, 2014.
François COUDERC, Chronique d’une aventure politique
ordinaire, 2014.
Gérard DAHAN, La manipulation par les sondages. Techniques,
impacts et instrumentalisations, 2014.

Cyrille Mbiaga












LE SYSTEME PROSTITUTIONNEL






Sources africaines dans le paysage français


































































































Du même auteur

Cameroun, le temps des incertitudes. Espace de risque et
dynamique de populations, L’Harmattan, Paris, 2013.



































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04854-3
EAN : 9782343048543
Pour Jean-Cyrille, Grace Kensy, Martin, Sandrine,
Thérèse et Joëlle REMERCIEMENTS
Je me dévouais à mes travaux de recherche en
écologie humaine et santé des populations, au Centre
d’Études des Espaces Épidémiologiques de l’EHESS,
lorsque travaillant sur la dynamique des IST et des
infections à VIH en Afrique subsaharienne, mon attention
se portât sur la catégorie des personnes prostituées, et
davantage sur les personnes prostituées d’origine
tanzanienne. Elles s’exportaient dans les îles des côtes iennes, notamment dans l'archipel de Zanzibar, où
elles se livraient de façon provisoire à des activités de sexe
tarifées, le temps nécessaire pour amasser suffisamment
d’argent. De l’argent pour s’offrir dans le pays d’origine,
un bar, une activité productive pouvant leur permettre
d’améliorer leur situation sociale et celle de leur famille,
une fois retournées dans le village. Leurs vulnérabilités et
leurs situations qui s’associaient à des risques sanitaires
élevés m’interpellaient. Puis, à la suite d'une réunion de
travail au bureau de l'UNICEF à Yaoundé en 2004, le Dr
Badibanga m'invita à sa fenêtre où il me montra de loin
des maisons en construction et me fit cette remarque :
« ...c'est pour les femmes qui vivent en Europe ... ».
Ma rencontre avec le père Jean Lahondès ensuite
me donna l’occasion de parler de prostitution. Il me parlait
du père Talvas, le fondateur en 1946 de l’Amicale du Nid,
que je n’ai pas connu, puis plus tard, il m'invita à apporter
mon expertise à l'Association. J’attendis deux années pour
me décider. A l'écoute des travailleurs sociaux, mes
connaissances sur la problématique prostitutionnelle se
sont accrues, qu’ils trouvent en ce livre, l'opportunité
d'améliorer leur compréhension de l'Autre venu d'Afrique.
Qu’il me soit permis enfin de remercier infiniment
ma mère. Sans ses conseils et encouragements, sans la
confiance qu'elle m'a toujours portée, ce travail n'aurait
pas vu le jour. Je lui dédie ce livre.
9SOMMAIRE
Préface ................................................................................................ 13
AVANT-PROPOS ............................................................................. 19
INTRODUCTION ............................ 23
CHAPITRE 1 ..................................................................................... 31 ITRE 2 53
CHAPITRE 3 75 ITRE 4 95
CHAPITRE 5 ............................... 127 ITRE 6 153
CONCLUSION GENERALE .......................................................... 171
ANNEXES ....................................................................................... 181
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................... 213
TABLE DES MATIERES ................................................................ 221
11Préface
Tout faire pour mieux connaître la violence qu’est
la prostitution et la traite des êtres humains qui en découle
est l’attitude à la fois scientifique et humaniste de Cyrille
Mbiaga avec ce livre.
Mieux connaître la prostitution, les migrations qui
y amènent ainsi que la misère et les violences qui
constituent des facteurs de risques, permet de lutter avec
plus d’efficacité contre le système prostitutionnel,
d’accompagner les personnes prostituées vers l’insertion
sociale et professionnelle, de prévenir la prostitution tant
du côté des personnes vulnérables que des prostitueurs
(clients, proxénètes et trafiquants) qui sont responsables de
cette atteinte à la dignité des personnes.
L’achat d’actes sexuels est le produit d’une double
domination, la domination masculine et celle de l’argent.
Alors que les définitions classiques de la prostitution
mettent l’accent uniquement sur la personne prostituée, le
13
concept de système prostitutionnel a l’avantage d’offrir
une définition plus globale de la prostitution et de tenir
compte de tous les acteurs concernés.
Le système prostitutionnel est, si l’on prend la
définition de Marie-Victoire Louis, un système de
domination sur les sexes, les corps et donc sur les êtres
humains. Ce système met en relation des clients à qui des
proxénètes garantissent contre rémunération la possibilité
d’un accès marchand aux corps et aux sexes d’autres
personnes, de sexe féminin dans l’immense majorité des
cas.

L’auteur, observateur averti de la réalité africaine,
choisit l’analyse systémique pour montrer l’organisation et
les ressorts de deux sous-systèmes de prostitution et traite,
celui qui assujettit des femmes nigérianes, celui qui
assujettit des femmes camerounaises et les amènent en
Europe, en France en particulier, où des
clientsprostitueurs achètent l’usage de leur corps, le plus souvent
sur les routes à l’extérieur des villes ou dans les rues. Les
travailleurs-ses sociaux-les des associations spécialisées
sur le problème de la prostitution rencontrent ces
personnes en nombre de plus en plus important partout en
France actuellement.
Il est important pour agir, de connaître les
différences et les spécificités de ces migrations selon les
lieux d’origine, la culture du pays ou de la société
concernée. On peut ainsi mieux comprendre les types et
les niveaux de contraintes subies par les victimes et leurs
trajectoires. On peut aussi du côté de celles et ceux qui
sont chargé-es de la répression des trafics et des actes de
violence, mieux agir. Et un des buts principaux de l’auteur
est de permettre d’élaborer des moyens d’action mieux
informés.
14L’éclairage donné dans ce livre, tout en
caractérisant un système global et en donnant des
orientations pour lutter contre, ouvre des pistes de
réflexion et de débat comme toujours lorsqu’il s’agit d’un
phénomène ancien profondément inscrit dans les pratiques
masculines- mais pas de tous les hommes-, lorsqu’il s’agit
d’un rapport social transformé en nature : Est-ce que la
prostitution est un travail comme un autre et quel est son
rapport avec le système capitaliste et marchand ? L’auteur
ouvre la réflexion du côté de la critique marxiste du
capitalisme en comparant l’exploitation du travailleur par
le capitaliste à l’exploitation de la prostituée par le
proxénète. Il aurait fallu aller plus loin d’une part en
travaillant sur l’idéologie libérale « contractualiste » (tout
contrat établi par des adultes consentants est valable même
s’il s’agit de vendre l’usage de son corps et la liberté
prime sur la dignité) et la critique du « contrat sexuel »
telle que l’a faite Carole Pateman, d’autre part en
articulant patriarcat et capitalisme et l’utilisation des
différences de genre par le système productif et de
consommation généralisée. Mais un seul ouvrage ne peut
tout contenir.
L’auteur montre bien la pauvreté mais aussi la
fascination pour la consommation et l’argent qui peut
amener les familles à fermer les yeux sur la violence subie
par des filles ou sœurs qui assurent de loin un mieux-être
matériel. Il décrit aussi le déséquilibre, l’immense
inégalité entre les pays d’Afrique étudiés et les pays riches
qui attirent, et en conclut fort justement qu’un effort de
rééquilibrage et de développement est à faire, à la fois, en
changeant les institutions des pays d’origine et les
pratiques de corruption et, du côté des pays riches en
cessant –mais ce n’est pas écrit ainsi- l’exploitation
néo15
colonialiste des pays pauvres et en particulier ceux
d’Afrique subsaharienne.
On aurait attendu davantage d’information sur les
violences subies par les victimes de la prostitution,
violences physiques, violences psychiques, violences
sexuelles dans leur famille, dans leur société qui
constituent des facteurs fragilisants, qui expliquent la perte
d’estime de soi ou la représentation de soi en tant qu’objet
de plaisir pour les hommes qui sont la plupart du temps à
l’origine d’un « aller vers » la prostitution. La misère ou la
grande pauvreté, le besoin d’avoir « une valeur » et celui
d’acquérir des biens pour sembler en avoir une, sont des
facteurs déclenchants et qui réduisent voire suppriment
toute méfiance vis-à-vis des trafiquants et des
« séducteurs ».
Cyrille Mbiaga relève le rapport homme-femme
déséquilibré qui construit les femmes comme servantes et
s’attache à montrer le cercle vicieux des systèmes de
violence qu’il analyse.
Quand on parle de prostitution, les représentations
en sont multiples mais souvent répétitives et enfermées à
la fois dans la naturalité du besoin sexuel masculin et dans
la division entre la prostitution forcée et la prostitution
dite libre parce que consentie. C’est ne pas vouloir
connaître la dépendance, l’emprise, la misère, les
violences subies, les peurs qui sont à l’origine de ce
consentement apparent. De plus, c’est parce que la
prostitution existe, c'est-à-dire la demande d’actes sexuels
tarifés que la traite des êtres humains à des fins
d’exploitation sexuelle existe comme le dit l’auteur dès le
début de son ouvrage.
La prostitution détruit l’être humain, la personne
prostituée, et déshumanise les prostitueurs. Elle a pour
conséquences des souffrances et la dégradation de la santé
16des personnes prostituées quel que soit le système qui les a
amenées là. Le risque « santé » ne peut être réduit aux
risques des maladies sexuellement transmissibles et les
associations réglementaristes s’en tiennent trop souvent à
la prévention et au dépistage de ces maladies, actions
évidemment nécessaires mais insuffisantes.
Une action d’accompagnement social global
permet aux personnes qui le souhaitent, aux victimes, de
sortir du « cercle vicieux », de cette violence et souvent les
premiers contacts se construisent à partir de problèmes de
santé.
C’est pourquoi l’idée de Cyrille Mbiaga de faire
travailler ensemble des associations africaines et
françaises abolitionnistes pour lutter contre le système
prostitutionnel, pour mieux prévenir, pour mieux aider les
victimes à accéder aux droits communs en France dont
celui d’y résider et d’y travailler, et éventuellement
préparer le retour au pays pour celles qui le souhaiteraient,
est très pertinente et doit être rapidement et davantage
appliquée.
Geneviève Duché
Présidente de l’Amicale du Nid
17AVANT-PROPOS
La prostitution est un sujet pour lequel à peu près
tout le monde s'accorde à n'en parler que très peu, ou à ne
pas en parler du tout, un sujet tabou en somme. Et
pourtant, aujourd'hui, à l'heure de la mondialisation, on
assiste à une recrudescence de ce phénomène en apparence
banal, jadis dévolu aux sociétés archaïques, et qui semble
s'imposer sous la forme d'un esclavage moderne. La traite
que ce phénomène traduit est dégradante et
déshumanisante.
La France a ratifié la Convention Internationale de
1949 relative à la répression de la traite des êtres humains
et de l'exploitation de la prostitution d'autrui. Son régime
juridique est l'abolitionnisme. Elle a pu mettre en place
des dispositifs pour prévenir la prostitution et aussi pour
accompagner la personne prostituée. Mais jusqu'à ces dix
dernières années, le regard que la société a porté sur la
prostitution a été essentiellement centré sur la personne
prostituée, ignorant parfois le client dont on mesure
aujourd'hui son rôle et son importance dans l'ampleur du
phénomène prostitutionnel.
19
Depuis mars 2013, la France a manifesté son désir
de supprimer le crime de racolage passif de son code
pénal, au 6 décembre 2013, le parlement a adopté en
première lecture le projet de loi visant à renforcer la lutte
contre le système prostitutionnel, autant de changements
qui ont fait évoluer le regard de la société sur la
prostitution. Le client prostitueur est désormais pris en
compte, il s'ajoute à d'autres acteurs (proxénètes,
trafiquants, etc.) qui forment avec lui le système
prostitueur, un système qui organise le marché
inégalitaire du sexe tarifé, un marché dans lequel l'argent
occupe une place centrale. Mais selon ses propriétés de
valeur d'usage et de valeur d'échange, l'argent fait subir à
la personne prostituée une double domination de pouvoir.
L'activité du sexe tarifé met en rapport plusieurs
acteurs qui interviennent dans le marché du sexe tarifé.
Les uns sont membres du système prostitueur, les autres
subissent la domination que les membres du système
prostitueur exercent sur eux. Entre ces deux groupes, des
personnes membres de la famille de la personne prostituée
'profitent' des retombées de l'activité du sexe tarifé, leurs
complicités dans le fait prostitutionnel soulèvent des
interrogations. Toutefois, le marché du sexe tarifé se
caractérise par une domination par le pouvoir de l'argent
du client prostitueur et une domination par le pouvoir de
coercition du proxénète ou trafiquant. Tous ces éléments
et leurs interactions traduisent la complexité de la
prostitution, et l'ensemble décrit le système prostitutionnel.
C'est donc sous ce nouveau regard de la prostitution
perçue comme un système prostitutionnel complexe que je
propose d'explorer ce livre.

Avec la proposition de loi du 6 décembre 2014, la
France veut non seulement réaffirmer sa position
20abolitionniste, mais elle reconnaît aussi que la prostitution
est une violence faite aux femmes, et une violation de la
dignité humaine et de l'égalité entre les sexes. Violence et
violation des droits sont des conséquences de la double
domination de pouvoir. La proposition de loi considère
comme présupposé la vulnérabilité de certaines catégories
de population, et désigne un groupe de cette catégorie
comme des victimes d'un dommage. Les personnes
prostituées sont un groupe de cette catégorie. Dans le
groupe, l'évolution du système prostitutionnel d'origine
africaine transforme le paysage français. Il renvoie
davantage aux personnes prostituées d'origine
camerounaise et nigériane. Leurs apports questionnent ce
livre. Ils se déclinent d'abord selon un modèle général du
système prostitutionnel, puis se distinguent suivant des
modèles spécifiques, - camerounais et nigérian. Ces
différents modèles spécifiques révèlent des déterminants
de l'environnement des pays 'sources' qui jouent dans la
dynamique de l'ensemble. Ils doivent être pris en compte
dans les politiques en matière de prostitution pour enrayer
la traite des êtres humains et pour accompagner les
personnes dans la perspective 'utopique' d'une disparition
de ce fléau.
21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.