OBJECTIFS DE L' ETUDE

De
Publié par

ÉTUDE SUR LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION SYNTHESE DU RAPPORT ET PRECONISATIONS Charte Lodévois-Larzac Conseil Général de l’Hérault (Pacte 34) septembre 2001 OBJECTIFS DE L'ETUDE !" Présenter un état des lieux de l'utilisation des TIC dans les mairies des communes qui constituent la Charte Lodévois-Larzac (soit 19 communes des 24 que comptent les cantons de Lodève et du Caylar). !" Faire apparaître les différences de situation qui existent en équipements et compétences dans les mairies du territoire. !" Evaluer les besoins des différentes catégories d' utilisateurs. !" Etudier la faisabilité d' une mise en réseau des différents sites dans le cadre d' un projet global de territoire. !" Présenter un plan d' action à court et moyen terme, tenant compte des nouveaux enjeux, dans le cadre de la politique départementale et nationale d' accès du public aux TIC. 2METHODOLOGIE !" Un courrier a été adressé par la Charte Lodévois-Larzac le 25 juin 2001 à un échantillon d’une centaine de personnes représentant autant de structures présentes sur les 19 communes du territoire, (les mairies et les écoles, les associations, les entreprises et les institutions). !" Une rapide présentation de l’étude a été faite aux élus présents lors de la dernière Assemblée Générale de la Charte Lodévois-Larzac, le 29 juin 2001 en mairie de Saint Jean de la Blaquière. !" Un guide d’audition ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins





ÉTUDE SUR LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION


SYNTHESE DU RAPPORT ET PRECONISATIONS








Charte Lodévois-Larzac
Conseil Général de l’Hérault (Pacte 34)

septembre 2001

OBJECTIFS DE L'ETUDE



!" Présenter un état des lieux de l'utilisation des TIC dans les mairies des communes qui constituent la Charte
Lodévois-Larzac (soit 19 communes des 24 que comptent les cantons de Lodève et du Caylar).


!" Faire apparaître les différences de situation qui existent en équipements et compétences dans les mairies du
territoire.


!" Evaluer les besoins des différentes catégories d' utilisateurs.


!" Etudier la faisabilité d' une mise en réseau des différents sites dans le cadre d' un projet global de territoire.


!" Présenter un plan d' action à court et moyen terme, tenant compte des nouveaux enjeux, dans le cadre de la
politique départementale et nationale d' accès du public aux TIC.
2METHODOLOGIE


!" Un courrier a été adressé par la Charte Lodévois-Larzac le 25 juin 2001 à un échantillon d’une centaine de
personnes représentant autant de structures présentes sur les 19 communes du territoire, (les mairies et les
écoles, les associations, les entreprises et les institutions).


!" Une rapide présentation de l’étude a été faite aux élus présents lors de la dernière Assemblée Générale de la
Charte Lodévois-Larzac, le 29 juin 2001 en mairie de Saint Jean de la Blaquière.


!" Un guide d’audition a été adopté de façon à couvrir l’ensemble de la situation décrite par les personnes
auditionnées, dans le cadre de leur travail ou de leur environnement culturel en matière d’informatique
(exprimer les attentes et les ressentis vis à vis des équipements dont elles disposent).


!"Cette étude s’appuie sur plus de soixante auditions de personnes, qui représentent plus de cinquante
structures différentes du territoire. Ces auditions ont été réalisées entre le 18 juin et le 15 septembre 2001.


!" Un rapport est remis à la Charte Lodévois-Larzac et aux services du Conseil Général qui fera l' objet d' une
restitution publique, en présence des élus, des personnes auditionnées et commanditaires de cette étude.
3BILAN DE L' ETUDE
LES SCOLAIRES


!" Les écoles primaires situées sur le territoire sont toutes équipées ou en cours d’ équipement de matériels
multimédias.

!" Ces équipements ont été acquis par les écoles sur l’initiative de leur directeur, avec le soutien financier des
mairies dont dépendent leurs budgets.

!" Le choix des équipements est laissé à l' école. Il en est de même des usages des TIC qui sont proposés aux
enfants. Cette situation a créé des approches pédagogiques différentes suivant les sites.

!" Les personnels des écoles avouent n' avoir bénéficié d' aucune formation spécifique à ces équipements .

!" Tous les instituteurs qui utilisent INTERNET considèrent cet outil comme très utile pour les élèves et pour
eux-mêmes. De nombreux sites éducatifs sont signalés aux écoles sur le site de l'académie.

!" Les écoles de Salèlles, St-Martin du Bosc et Loiras ont créé leur propre site INTERNET.Ce travail nécessite
d' acquérir des compétences techniques variées (TIC, graphisme, PAO, écriture, organisation, etc.). Il
présente d'autres atouts comme le partage des tâches, des échanges d' informations et le travail en commun d'
élèves d'ages différents.
4BILAN DE L' ETUDE
LES ASSOCIATIONS



!" La plupart des associations qui ont été auditionnées disposent de compétences techniques en matière de
TIC.


!" Elles sont équipées de machines plus ou moins performantes suivant les moyens financiers dont elles
disposent. Elles utilisent quotidiennement ces ressources et ont le souci de les optimiser.


!" Elles disposent du contenu (culturel ou pédagogique) qu' elles souhaitent valoriser par l’intermédiaire des
supports de communication classiques, mais également sur le réseau INTERNET.


!" Certaines associations ont développé ou sont en train de développer leur propre site INTERNET. Citons
notamment les sites de l' association Sherp'anes, celui de l' association "la Méridienne", ou de l'association
"Grand Site", développés cet été.

!" L' accès au réseau INTERNET est pour elles un outil de travail et d' échange de documents, qu' elles
sollicitent régulièrement. Le nombre important de courriers qu' elles émettent et reçoivent donne une
pertinence économique à ce choix de communiquer au travers des TIC, dans la mesure du possible.
5BILAN DE L' ETUDE
LES ENTREPRISES


!" Les entreprises du territoire sont sensibles aux changements que suppose l' utilisation des TIC en matière de
communication, et au succès du réseau INTERNET.


!" Elles intègrent cet état de fait dans leurs réflexions sur les enjeux commerciaux qui se jouent sur ce réseau,
notamment à l'export.


!" Elles peuvent indexer des budgets en fonction de leurs besoins d' équipement et des orientations définies
dans leur stratégie commerciale.


!" Elles sont régulièrement informées, par le réseau commercial de France Télécom, des offres disponibles sur
le marché.


!" Elles maîtrisent leur stratégie de communication, et définissent leurs priorités d' investissement. Certaines
d'entre elles préfèrent externaliser le développement de leur site, et d' autres au contraire souhaitent
développer les compétences en interne.
6BILAN DE L' ETUDE
LES INSTITUTIONS

!" La Direction Départementale de l'équipement affirme que la mise aux normes autoroutières des voies
actuellement en travaux prévoit la pose de trois fourreaux le long de l'axe A75 et A750. Un seul de ces
fourreaux serait équipé en fibre optique pour les besoins des services de la DDE.

!" Un bouquet de fibre optique venant de La Pezade suit l'autoroute jusqu' à Pégairolles-de-l'Escalette. Il est
utilisé pour l' exploitation des équipements de surveillance de l' autoroute (12 caméras), des panneaux à
affichage variable et des bornes d'appel d' urgence. Toutes ces installations sont reliées à la salle de veille
situé au Caylar.

!" Deux fourreaux sont donc disponibles et pourraient permettre le déploiement d' infrastructures à haut débit le
long de l' autoroute qui traverse le territoire du nord au sud.

!" France Télécom confirme pour sa part que seul le périmètre de la ville de Lodève sera couvert par son offre
ADSL. (2 à 5 km autour de la ville). Les ZAE du Caylar, de Soubès et du Bosc risquent de ne pas disposer d'
accès à ces technologies à haut débit, alors que les villages de Poujols, de Fozières et des Plans pourraient en
bénéficier.

!"France Télécom a participé au programme des PMS (Soubès et St-Jean de la Blaquière) et a signé
récemment une convention avec l'association des maires de France pour former les élus à l'usage
d’INTERNET.
7BILAN DE L' ETUDE
LES MAIRIES

!" La directive du Trésor Public de 1994 a poussé les mairies à s' équiper d' au moins un ordinateur pour
assurer la comptabilité des communes (logiciels AGEDI, MAGNUS ou MERIGES).

!" Le personnel des mairies n' a reçu de formation que pour cet usage (1/2 journée). Les utilisateurs ont donc du
développer des compétences personnelles en ce qui concerne tous les autres usages qui sont faits de ces
équipements.

!"La plupart des mairies ne disposent que d' une seule ligne téléphonique, ce qui rend inaccessible la
permanence des secrétaires de mairies en cas d' utilisation du Fax ou du Minitel.

!" Une faible proportion du matériel des mairies dispose de sécurité électrique ou logicielle anti-virus installés
et mises à jour régulièrement.

!" Les procédures de sauvegarde des données et de débranchement des ordinateurs après les permanences sont
suivies par les personnels des mairies (système des sauvegardes sur disquettes).

!" La maintenance des matériels des mairies n' est prise en charge par aucun organisme spécialisé. Elle se fait
sur l’initiative des utilisateurs, qui font appel à des personnes étrangères aux mairies.

!" 4 mairies sur 19 disposent d' un accès à INTERNET. 2 mairies seulement l' utilisent régulièrement.
8LES ENJEUX A PLUS LONG TERME
LES INFRASTRUCTURES A HAUT-DEBIT

Objectifs :. ⇒ Rendre le territoire attractif pour l' implantation d' entreprises nouvelles.
⇒ Permettre aux populations de disposer d' une offre et d'un accès à "haut-débit".
⇒ Développer les télé-services et la télé-formation. ⇒Positionner une politique d'équipement du territoire dynamique et évolutive.

Actions :
!" Affirmer la volonté d' aménager des boucles locales à haut-débit dans les zones stratégiques du territoire (chef-lieu
de canton du Caylar, ZAE du Bosc et de Soubès, médiathèque de St-Maurice, etc.).

!" Soutenir le département dans sa réflexion actuelle et associer des partenaires privés ou institutionnels (la Poste, la
DDE, France Télécom, etc.) à la mise en oeuvre d'un projet qui touche à la politique d'aménagement du territoire. Il
s’agit notamment du rôle que pourront jouer, sur l'axe Nord Sud du département, les tronçons A75 et A750 en
matière d' autoroutes de l' information.

!" Anticiper les besoins en matière d' accès à des réseaux haut débit en tenant compte du contexte et des opportunités
actuelles (réflexions du département, mises aux normes autoroutières des voies des autoroutes A75 et A750, mise
en conformité des ZAE/Charte Qualité ZAE, assurer la jonction et continuité des équipements à haut débit entre les
départements du Massif central et ceux du littoral, réduction des écarts ville/campagnes,...).

!" Positionner le territoire comme territoire pilote dans la perspective du futur pays "Coeur d' Hérault".
9

! PRECONISATIONS



⇒ LES FORCES.

⇒ LES FAIBLESSES.

⇒ LES ATOUTS.

⇒ PRÉCONISATIONS.

-AXE 1 : La formation et les équipements.
-AXE 2 : L’accès au réseau INTERNET.
-AXE 3 : Mutualiser et fédérer les initiatives.
-AXE 4 : Développer des outils communicants
accessibles et partagés.



10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.