Offre thèse légumineuses INRA 2009

De
Publié par

PROPOSITION DE THESE Intérêt agronomique et environnemental de l’insertion des légumineuses dans les successions de cultures Utilisation de la meta-analyse de données à l’échelle mondiale Contexte et objectif Les légumineuses peuvent rendre des services agronomiques, écologiques et environnementaux importants car elles possèdent la capacité d’utiliser l’azote atmosphérique via leurs nodosités racinaires. Par ailleurs, l’augmentation de la part des légumineuses dans l’agriculture européenne revêt une importance stratégique vis-à-vis de l’autonomie protéique en alimentation animale, secteur aujourd’hui fortement dépendant des importations de soja. Toutefois, les légumineuses peuvent être à l’origine d’émissions de N 0, qui est un puissant gaz à effet de serre. 2De nombreuses d’études expérimentales ont été réalisées pour analyser l’effet des légumineuses sur la fourniture d’azote pour la culture suivante, et plus récemment sur les émissions de N 0. Des 2données expérimentales sont ainsi disponibles dans la littérature mais leur synthèse demande un travail spécifique qui n’a pas été réalisé jusqu’à présent. Pour quantifier l’intérêt agronomique et environnemental des légumineuses, la thèse vise à utiliser une démarche de meta-analyse des données, qui a notamment fait l’objet d’applications dans le domaine médical et en écologie. Cette approche consiste à effectuer une revue quantifiée d’articles scientifiques sur un thème donné, à synthétiser les ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 98
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
PROPOSITION DE THESE Intérêt agronomique et environnemental de l’insertion des légumineuses dans les successions de cultures Utilisation de la meta-analyse de données à l’échelle mondiale Contexte et objectif Les légumineuses peuvent rendre des services agronomiques, écologiques et environnementaux importants car elles possèdent la capacité d’utiliser l’azote atmosphériquevianodosités leurs racinaires. Par ailleurs, l’augmentation de la part des légumineuses dans l’agriculture européenne revêt une importance stratégique vis-à-vis de l’autonomie protéique en alimentation animale, secteur aujourd’hui fortement dépendant des importations de soja. Toutefois, les légumineuses peuvent être à l’origine d’émissions de N20, qui est un puissant gaz à effet de serre. De nombreuses d’études expérimentales ont été réalisées pour analyser l’effet des légumineuses sur la fourniture d’azote pour la culture suivante, et plus récemment sur les émissions de N20. Des données expérimentales sont ainsi disponibles dans la littérature mais leur synthèse demande un travail spécifique qui n’a pas été réalisé jusqu’à présent. Pour quantifier l’intérêt agronomique et environnemental des légumineuses, la thèse vise à utiliser une démarche de meta-analyse des données, qui a notamment fait l’objet d’applications dans le domaine médical et en écologie. Cette approche consiste à effectuer une revue quantifiée d’articles scientifiques sur un thème donné, à synthétiser les résultats expérimentaux recueillis dans ces différentes sources dans une base de données commune, et finalement à analyser cette base de données avec des techniques statistiques adaptées. Elle permet ainsi (i) de mettre en évidence l’effet d’un traitement (ex: une espèce de légumineuses), (ii) de quantifier la variabilité des résultats reportés dans différentes études, (iii) d’expliquer cette variabilité à l’aide de co-variables (ex: lieu, méthode de mesure, techniques culturales). Le doctorant devra évaluer et comparer les performances de différentes méthodes pouvant être utilisées pour la meta-analyse en agronomie. Le candidat devra être titulaire d’un Master ou diplôme d’ingénieur en agronomie, en science de l’environnement, en statistique ou en écologie. Il devra être très intéressé par l’analyse bibliographique, les méthodes d’analyse de données et l’expérimentation. Une connaissance du logiciel R serait un atout mais une formation sera assurée sur place. Le thésard s’impliquera dans la réalisation d’expérimentations liées aux mesures d’émissions de N20 et recevra également une formation dans ce domaine. Le doctorant bénéficiera d’un co-encadrement en agronomie (Chantal Loyce) et en statistique (David Makowski). Calendrier prévisionnel 0-6 mois : - Identification des systèmes de culture incluant des légumineuses dans le monde (ex: succession de cultures riz-soja en Asie, systèmes de culture intégrant du pois protéagineux et féverole en Europe, systèmes de culture incluant du soja en Amérique etc.) - Définition des variables à analyser (ex: bilan azoté, fournitures du sol en azote, émissions de N20, etc.) - Réalisation de mesures de N20, de reliquat d’azote minéral en station expérimentale - Définition des variables explicatives (ex: succession de cultures, itinéraires techniques, caractéristiques du milieu et du peuplement végétal, localisation géographique, etc.) - Acquisition de compétences techniques en meta-analyse 6-12 mois : - Construction de la base de données
- Evaluation de la qualité de la base de données par un groupe d’experts (scientifiques spécialistes des légumineuses à l’INRA, à Chiang Mai University, au CIRAD etc.) - Premier test des méthodes dans un cas simple (ex : bilan N ou émissions de N20) - Réalisation de mesures de N20, de reliquat d’azote minéral en station expérimentale 12-24 mois : - Article 1 décrivant le principe de la meta-analyse et son intérêt potentiel pour l’agronomie, en s’appuyant sur le premier cas traité - Réalisation de la meta-analyse sur l’ensemble de la base de données pour quantifier l’intérêt agronomique, écologique et environnemental des légumineuses - Discussion des résultats avec des partenaires (UNIP, FAO, chercheurs européens spécialistes des légumineuses, experts du GIEC, etc.) 24-30 mois : - Ecriture d’articles - Analyses statistiques complémentaires 30-36 mois :  -Rédaction de l’introduction, de la problématique et de la discussion de la thèse  -Préparation de la soutenance
Aspects pratiques
La thèse sera réalisée à l’UMR Agronomie INRA / AgroParisTech Bâtiment EGER, 78850 Thiverval Grignon (40 min de la gare Montparnasse). Période souhaitée pour le début de la thèse: dès que possible. Le thésard recevra un salaire d’environ 1600 euros brut mensuels sur trois ans (financement INRA/DGER acquis). Ce travail sera réalisé en collaboration avec des chercheurs issus de laboratoires européens. Responsables de la thèse  Nom: DavidMakowski et Chantal Loyce  Tél: 0130 81 52 92 ; 01 30 81 52 45  Fax: 0130 81 54 25  Email:makowski@grignon.inra.fr;loyce@grignon.inra.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.