Pages 35 à 38 - Dumez H. - 2007 - Rodin, le Balzac et l'étude de cas - Libellio vol.3 n°3.pub

De
Publié par

AEGIS le Libellio d’ Eté/Automne 2007 Volume 3, numéro 3 TIRÉ A PART le Libellio d’ AEGIS Dumez Hervé (2007) “Rodin, le Balzac et l’étude de cas”, Le Libellio d’, Aegis, volume 3, n° 3, été/automne, pp. 35-38 Sommaire 1 Quand Wittgenstein rencontre Popper Ou comment tisonner le débat intellectuel H. Dumez MÉTHODOLOGIE 10 De l’étude de cas à l’analyse comparative fondée sur une typologie : le “typological theorizing” D. Bayart 14 De l’analyse critique des typologies bricolées C. Curchod 18 Règle et compréhension des phénomènes linguistiques Séminaire avec D. Fattier & B. Laks J.-B. Suquet 35 Rodin, le Balzac et l’étude de cas H. Dumez 40 Programme des prochains séminaires AEGIS Les autres articles de ce numéro & des numéros antérieurs sont téléchargeables à l’adresse : http://crg.polytechnique.fr/v2/aegis.html#libellio AEGIS le Libellio d’ Eté/Automne 2007 Volume 3, numéro 3 Rodin, le Balzac et l’étude de cas Souvenir de Meudon, villa “Les Brillants”, 20 avril 2007 Une bonne comparaison rafraîchit l’entendement. Wittgenstein e texte tente une analogie entre le travail de Rodin sur Balzac et une recherche par C étude(s) de cas. Il n’est pas question ici de comparer l’étude de cas à la démarche 1artistique (trop de chercheurs se prennent pour des génies, et déjà parfois des docto-rants…). L’analogie porte sur les liens entre idées et matériaux. 2Rodin et Balzac En 1891, la Société des Gens de Lettres, alors présidée par Zola, passe ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 139
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
AEGIS le Libellio
d’
Eté/Automne 2007
Volume 3, numéro 3
Dumez Hervé (2007) “Rodin, le Balzac et l’étude de cas”,
Le Libellio d’,
Aegis, volume 3, n° 3, été/automne, pp. 35-38
le Libellio
d’
AEGIS
TIR
TIR
TIR
É
A PART
A PART
A PART
Sommaire
Les autres articles de ce numéro & des numéros antérieurs sont téléchargeables à l’adresse
:
http://crg.polytechnique.fr/v2/aegis.html#libellio
1
Quand Wittgenstein rencontre Popper
Ou comment tisonner le débat intellectuel
H. Dumez
MÉTHODOLOGIE
10
De l’étude de cas à l’analyse comparative fondée sur une typologie :
le “
typological theorizing
D. Bayart
14
De l’analyse critique des typologies bricolées
C. Curchod
18
Règle et compréhension des phénomènes linguistiques
Séminaire avec D. Fattier & B. Laks
J.-B. Suquet
35
Rodin, le Balzac et l’étude de cas
H. Dumez
40
Programme des prochains séminaires AEGIS
AEGIS le Libellio
d’
Eté/Automne 2007
Volume 3, numéro 3
Une bonne comparaison rafraîchit l’entendement
.
Wittgenstein
C
e texte tente une analogie entre le travail de Rodin sur Balzac et une recherche par
étude(s) de cas. Il n’est pas question ici de comparer l’étude de cas à la démarche
artistique
1
(trop de chercheurs se prennent pour des génies, et déjà parfois des docto-
rants…). L’analogie porte sur les liens entre idées et matériaux.
Rodin et Balzac
2
En 1891, la Société des Gens de Lettres, alors présidée par Zola, passe commande à
Rodin d’une statue de son fondateur, Balzac, à livrer dix-huit mois plus tard.
Rodin lit des biographies de l’écrivain, dévore ses livres, se rend en Touraine pour
voir les lieux où il a vécu. Pendant sept ans, il multiplie les études (plus d’une tren-
taine, dont un certain nombre qu’il détruit), à la grande exaspération de ses comman-
ditaires, pour parvenir finalement à un résultat qui les scandalisera.
Confronté à son sujet, le sculpteur cherche à exprimer ce qu’il en pense – sa puis-
sance, sa force visionnaire – à partir de ce qui est son support – le physique. Il sait
que l’expression voulue se jouera plutôt dans le visage, et plus particulièrement dans
le regard, mais dans une tension avec le corps. Il fait séparément des études de tête
(quelques-unes sont d’un Balzac riant) et de corps sans tête. Il peut tenter de fixer le
regard sur le spectateur, qui doit se sentir alors un peu écrasé, ou faire ce qu’il choisit
à la fin : un regard puissant, mais légèrement levé vers le ciel, au-delà du spectateur,
qui exprime un défi (Balzac s’est fixé comme objectif de rivaliser avec Dieu comme
créateur d’un monde). Cherchant à exprimer l’idée d’une intelligence qui maîtrise une
matière informe, Rodin revient sous différentes formes à une tension entre tête et
corps.
Les premières esquisses présentées à la société des gens de lettres sont sages : un Bal-
zac en redingote appuyé sur un fauteuil Louis XV et un autre en robe de moine
(Balzac était connu pour travailler en robe de moine, attachée avec une cordelette,
ou en robe de chambre). Rodin n’est visiblement pas satisfait et abandonne ces idées.
De toute façon, il a l’habitude de travailler les corps nus, avant de faire les statues
habillées.
Une esquisse pose Balzac nu, immobile, debout. Rodin imagine le corps de Balzac tel
qu’il devait être : une bedaine imposante, des cuisses et des bras énormes. Il joue sur
le contraste possible entre ce corps ridicule, dérisoire, mais puissant à la fois, et la
tête. Mais le résultat de cette première tentative est évident : le regard du spectateur
se focalise sur ce ventre gros et mou, et la tension avec la force du visage disparaît.
Rodin,
le Balzac et l’étude de cas
– ii –
Souvenir de Meudon, villa “Les Brillants”, 20 avril 2007
AEGIS le Libellio
d’
Eté/Automne 2007
Volume 3, numéro 3
Autre esquisse. Rodin met le personnage en mouvement. Il le fait marcher en avant,
comme une force qui va. Le corps est le même dans son apparence ridicule, mais il
s’avance fièrement, bras croisés, le visage jovial. L’idée est intéressante, mais trop
appuyée. Peut-être aussi trop facile : ce qui intéresse Rodin est d’exprimer la puis-
sance de création intérieure, dans une tête immobile, un regard, et le mouvement de
la marche est trop extérieur, trop éloigné aussi de la pratique de l’écriture. Il faut
alors revenir à autre chose. Il lui faut, à ce stade, résoudre le problème de la relation
du corps et de la tête, du corps devant mettre en valeur la tête. Il tente, pour articu-
ler les deux d’essayer autre chose : non plus le corps nu, mais habillé. D’où l’idée de la
robe de chambre.
Rodin pose une vraie robe de chambre, sans doute sur un nu de Balzac. Puis il la rigi-
difie avec un procédé que l’on n’a pas identifié. Il la détache du corps et la plonge
dans le plâtre. Il va travailler à partir d’elle.
Nouvelle esquisse, la robe de chambre couvre le corps, mais laisse entrevoir la nudité.
Rodin a du mal à faire disparaître ce corps, c’est-à-dire à renoncer à l’idée de cette
tension entre ce corps humain, trop humain dans sa laideur, et la puissance qui doit
se dégager de la tête et du regard. Il fait encore trois maquettes, allant dans le sens
d’une simplification de plus en plus grande.
Il va, dans la solution qu’il retient finalement – celle de la robe de chambre envelop-
pant et dissimulant totalement le corps, mais traitée de manière floue – cachant les
bras, repartir de l’idée de tension sur laquelle il a travaillé depuis le début, mais en la
déplaçant. La robe de chambre va lui donner deux effets : le premier est celui de l’in-
forme, d’une matière brute qu’il faut maîtriser, que la tête, forte, va dominer, c’est-à-
dire de la création avant la création ; le second est celui d’une sorte de protection, de
refuge, de repliement sur soi (disparition du corps que l’on devine), de concentration
sur soi, à partir duquel la création se fait, d’où surgit la tête par le cou puissant, dans
un mouvement de redressement. Ce mouvement tout entier conduit le regard du
spectateur vers la tête qui se dresse au sommet, et le regard de Balzac qui lui-même
se dresse vers le lointain. Rodin l’a trouvé dans l’Héra de Samos exposée au Louvre.
Plusieurs choses.
Rodin ne cherche pas l’idée abstraitement. Il la cherche dans la mise en forme d’un
matériau. Il tâtonne en progressant. Il s’éclaircit les idées de plâtre en plâtre. Il ex-
pose sa méthode à Zola dans une lettre en date du 5 février 1892 : « Mon cher Maître,
j’ai commencé le Balzac. Je ne puis vous dire qu’il est avancé, car j’ai un modèle qui
ne fera peut-être entièrement l’affaire, ce n’est qu’en travaillant que je le saurai si
cela prend belle tournure. Ne vous alarmez pas, le travail suit son cours d’étude. »
Visiblement, deux points sont déjà clairs dans son esprit dès le départ. D’une part, il
ne veut pas faire une tête de Balzac, il veut jouer sur une tension entre la tête et le
corps, sans bien savoir comment s’exprimera cette tension. Donc il cherche autour de
la mise en scène du corps. D’autre part, il ne semble pas intéressé par une présenta-
tion en habits d’époque (il a très rapidement abandonné cette piste et ne l’a pas réel-
lement travaillée). Donc, les idées de départ sont assez floues sur ce qu’il va faire,
plus précises sur ce qu’il ne veut pas faire. Ensuite, c’est, comme il a été dit, une pro-
gression par tâtonnement, dans une relation de l’idée à la matière. Le Bernin parlait
de
concetti
3
(à l’origine, le
concetto
est une pensée ingénieuse, originale
.
Il comporte
aussi l’idée de surprise, une pensée formulée de telle sorte qu’elle surprend. En ce
– iii –
AEGIS le Libellio
d’
Eté/Automne 2007
Volume 3, numéro 3
sens, le
concetto
désigne en poésie l’idée qui apparaît au dernier vers d’un poème, sur-
tout un sonnet, et saisit le lecteur comme un aboutissement, la chute
4
). Rodin dira :
« J’ai voulu montrer le grand travailleur hanté la nuit par une idée et se levant pour
la fixer sur sa table de travail. » C’est un concept, mais un concept très concret : une
idée qui s’incarne dans une matière et l’anime, pas une idée abstraite : soit un dessin,
soit, mieux, un plâtre. Ce dernier a cette particularité qu’il est facile à façonner,
qu’on peut relativement rapidement et aisément lui donner une forme. La succession
des plâtres montre une sorte de dialogue en progression entre matériau et idée. Der-
nière remarque : il est intéressant de voir que Rodin a du mal à se détacher de son
idée initiale (le corps nu de Balzac), qu’il explore cette idée très à fond et qu’il ne l’a-
bandonne pour le drapé de la robe de chambre qu’à l’extrême fin, sachant qu’il a
trouvé l’idée définitive et que ce n’était pas celle sur laquelle il a le plus travaillé
(mais ce long tâtonnement était sans doute nécessaire pour parvenir à la nouvelle
idée qui s’impose d’un coup).
L’étude de cas
Beaucoup de choses ont été écrites sur l’étude de cas. Par Yin
5
ou dans le livre de Ra-
gin et Becker
6
, par exemple. Le parallèle possible avec ce qui vient d’être dit vient de
l’articulation entre la matière et l’idée. L’étude de cas donne une matière de recher-
che abondante et informe, échevelée au sens où des fils possibles partent dans divers
sens. On ne sait pas bien au départ quelles idées donneront forme et sens à cet éche-
veau. La sage recommandation qui est faite au débutant est d’avoir une orientation
théorique de départ, un protocole et des questions de recherche
7
. Ce qui est évidem-
ment utile. Mais la réalité est que le matériau recueilli dans une étude de cas, si celle-
ci a été bien menée, conduite avec passion, va par nature bien au-delà des quelques
idées de départ, entraîne des surprises. On sait bien mieux ce que l’on veut écarter
(les idées trop simples, les « réductions »), que ce que l’on veut montrer. Quelques
intuitions structurent la démarche (analogues à cette recherche d’une tension, pour
Rodin, entre la tête de Balzac et le corps). On ne progresse que par des réécritures
successives cherchant à mettre en forme – mettre en sens – le matériau, et qui tâton-
nent vers un état final. L’idée centrale n’apparaît souvent qu’à la fin, à l’issue du
processus.
Comment organiser cet aller et retour entre les idées et le matériau ?
Les mémos ont cette fonction
8
. De l’étude en plâtre, ils doivent avoir la liberté. Ce
sont donc des écrits de ton personnel (il est préférable de les écrire en usant du « je »).
Ils doivent être alternés.
A partir de ses lectures, en gardant le matériau à l’arrière-plan, mais à l’arrière-plan
seulement, il s’agit de repérer les idées, les cadres théoriques, qui semblent faire sens,
et d’expliquer pourquoi. Dire aussi pourquoi certaines approches théoriques qui, a
priori, devraient faire sens, ne le font pas. C’est le mémo théorique.
Juste ensuite, faire des notes sur le matériau recueilli dans le cas. Il faut ici éviter la
monographie – monotone, monocorde, monochrome. Au contraire, avec liberté, cher-
cher les anomalies, les points saillants
9
, les aspérités surprenantes relevées dans le
matériau, c’est-à-dire chercher à donner forme librement, sans contrainte, au maté-
riau recueilli. C’est le mémo de terrain.
– iv –
AEGIS le Libellio
d’
Eté/Automne 2007
Volume 3, numéro 3
L’un et l’autre doivent être écrits, dans les premiers temps, indépendamment : il ne
faut pas chercher à « voir » les cadres théoriques dans le matériau de terrain (on les
trouvera toujours, mais cette « trouvaille » n’aura pas grand chose d’intéressant). Il
faut maintenir un certain degré de liberté entre concepts et matériau,
Puis, par réécritures successives, faire converger les deux approches, chercher très
progressivement à relier les idées venant des lectures et les idées venant du matériau
pour trouver enfin la meilleure articulation entre concepts et matériau. Encore une
fois, ceci n’est pas un plaidoyer pour une aventure mains dans les poches théoriques.
La réflexion sur le choix du cas, l’orientation théorique de départ, sont essentielles.
Mais la richesse
10
du matériau dépasse (et doit dépasser de loin) ces premières idées.
Ce n’est donc que par tâtonnement, par élaborations successives (les mémos théori-
ques doivent intervenir très tôt) donc dans un climat de flottement conceptuel
(
« conceptual slack »
11
) qu’il faut accepter, que se construit l’analyse du cas.
A la manière dont Rodin a conçu son Balzac
„
Hervé Dumez
PREG — CNRS / École Polytechnique
– v –
Secrétariat de rédaction et mise en forme : Michèle Breton
1. Des travaux épistémologiques rapprochent démarches scientifique et artistique – Feyerabend Paul (2003, trad. franç.,
dernière édition)
La science en tant qu’art.
Paris, Albin Michel. L’analogie tentée ici est plus limitée et différente : elle
repose sur la notion de mise en idées d’un matériau. Dewey avait lui aussi opéré un rapprochement entre expérience
scientifique et expérience artistique – Dewey John (2005 trad. franç.)
oeuvres philosophiques, Tome III. L’art comme
expérience
. Pau, Publications de l’Université de Pau, éditions Farrago.
2. Le Normand-Romain Antoinette et alii (1998)
1898 : le Balzac de Rodin
. Paris, Musée Rodin.
3. Dumez Hervé (1988) "Petit organon à l'usage des sociologues, historiens, et autres théoriciens des pratiques de gestion".
Économies et sociétés
, série sciences de gestion n°12, pp. 173-186.
4. Il se trouve que Balzac lui-même a utilisé le mot dans
Modeste Mignon : « Depuis deux jours, le poète essayait donc de
séduire Modeste, et profitait de tous les instants où il pouvait se trouver seul avec elle pour l’envelopper dans les filets
d’un langage passionné. Le coloris de Modeste avait appris aux deux filles avec quel plaisir l’héritière écoutait de délicieux
concetti délicieusement dits »
(
La Comédie humaine
, Pléiade, tome I, p. 657). Au XIXe siècle, le
concetto
(on dit souvent par
erreur le
concetti
) a pris le sens péjoratif d’idée brillante, bien formulée, mais clinquante, affectée en vue de surprendre
ou choquer.
5. Yin Robert (2003, third edition)
Case Study Research: Design and Methods
. Thousand Oaks, Sage.
6. Ragin Charles C. & Becker Howard S. (1992)
What is a case ? Exploring the Foundations of Social Inquiry.
Cambridge,
Cambridge University Press
7. Voir par exemple le chapitre 2 de Yin Robert K. (1994)
Case Study Research. Design and Methods
. Thousand Oaks, Sage. 2
nd
edition.
8. Le terme, on le sait, vient de la théorisation ancrée
grounded theory
- Dumez Hervé (2004) "Élaborer la théorie à partir des
données".
Sciences de Gestion
, n° 44, pp. 139-155. Les logiciels d’analyse qualitative assistée par ordinateurs intègrent
cette dimension – Point Sébastien et Voynnet-Fourboul Catherine (2006) « Le codage à visée théorique ».
Recherche et
Applications en Marketing
, vol. 21, n°4, pp. 61-78.
9. Dumez Hervé (2006) « Équifinalité, étude de cas et modèle de l’enquête. » Le
Libellio d’Aegis
, n°2, février, p. 18-21.
10. Weick Karl E. (2007) « The generative properties of richness. »
Academy of Management Journal
, vol. 50, n° 1, pp. 14-19.
11. Schulman Paul R. (1993) « The negotiated order of organizational reliability. »
Administration and Society
, vol. 25, pp. 353-
372. C’est dans l’organisation que Schulman identifie le flottement (ou surabondance) conceptuel(le). Mais le chercheur
menant une étude de cas doit se confronter au même phénomène.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.