photographie et expérience océanique, les leçons du paysage

De
Publié par

Ce livre, Photographie et expérience océanique, les leçons du paysage, a une double ambition :
- montrer comment j’en suis venue à écrire sur le thème du paysage, le paysage au prisme de la photographie,
- et expliquer dans quel esprit et quelles directions j’entends mener cette étude, dans une confrontation entre pensée orientale, particulièrement chinoise et japonaise, et pensée occidentale, particulièrement la mésologie et la psychanalyse freudienne.
Publié le : samedi 23 avril 2016
Lecture(s) : 14
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 177
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Photographie et expérience océanique Page 1
PHOTOGRAPHIE ET EXPERIENCE OCEANIQUE, LES LEÇONS DU PAYSAGE.
 ESSAI
 LUCILE LONGRE
© Lucile Longre 2016 lucile.longre@yahoo.fr
Photographie et expérience océanique Page 2
« Je détiens l’Unique Trait de Pinceau, et c’est pourquoi je puis embrasser le fond du paysage ; les monts et les euves prennent forme par mes tracés. »
« Il y a cinquante ans, il n’y avait pas encore eu co-naissance de mon Moi avec les Monts et Fleuves, non pas qu’ils eussent été valeurs négligeables, mais je les laissais seulement exister par eux- mêmes. Mais maintenant les Monts et Fleuves me chargent de parler pour eux ; ils sont nés en moi, et moi en eux. J’ai cherché sans trêve des cimes extraordinaires, j’en ai fait des croquis, monts et euves se sont rencontrés avec mon esprit, et leur empreinte s’y est métamorphosée, en sorte que, înalement ils se ramènent à moi, Dadi. »
Photographie et expérience océanique Page 3
Shitao,Les propos sur la peinture du moine Citrouille –Amère,traduit et annoté par Pierre Ryckmans, Plon, 2007, p. 76.
 LE PHENIX.
Aube, Dans la lumière qui sourd, J’attends, Premiers oiseaux, J’attends, L’ombre le dispute encore à la lumière, J’attends, fébrile, Le nouveau jour, La nouvelle aurore, Soudain, quelque chose à l’horizon Palpite, Soue du monde, Soudain, quelque chose à l’horizon palpite, Scintille, Photographie et expérience océanique Page 4
L’univers s’arrête un instant, Devient plus dense, Rose, rouge, or, Mon cœur s’accélère aussi, Je vis au rythme de la mélodie des oiseaux, Je suis là, je suis intensément là, Je nais en même temps que le Soleil, Présence du monde, Je nais en même temps que la lumière, Présence au monde, Je m’enfante chaque matin Et ressuscite à chaque aurore de mes cendres, Phénix engendré de mes songes.
Lucile Longre.
Photographie et expérience océanique Page 5
INTRODUCTION.
Ce livre,Photographie et expérience océanique, les leçons du paysage, a une double ambition : - montrer comment j’en suis venue à écrire sur le thème du paysage, lepaysage au prisme de la photographie,-et expliquer dans quel esprit et quelles directions j’entends mener cette étude, dansune confrontation entre pensée
Photographie et expérience océanique Page 6
orientale, particulièrement chinoise et japonaise, et pensée occidentale, particulièrement la mésologie et la psychanalyse freudienne.
Je pratique la photographie depuis 2009, mais je m’intéresse depuis longtemps à l’image, à sa représentation et aux théories qui en découlent. Pour ceux que cela intéresse, j’ai soutenu en 1992 un mémoire de DEA sur la presse satirique ème sous la III République, où l’image tient une grande part, et qui est 1 accessible sur le net . L’image, de quelque nature qu’elle soit, a toujours tenu une grande place dans ma vie, et mon grand-père, peintre de eurs et de paysage, n’y est sans doute pas pour rien. Mes parents m’ont initié à l’art et à la peinture dès
1http://imagesetimageurs.com/la-presse-satirique-a-lyon-1870-1914/ Photographie et expérience océanique Page 7
mon plus jeune âge et je ne compte plus les musées vus en leur compagnie, à l’occasion de vacances en France et à l’étranger. J’ai vécutrois grands chocs esthétiques dans ma vie, l’un dans mon enfance, l’autre dans mon jeune âge d’adulte, le dernier enîn, à une période récente.
Le premier choc fut vers 11-12 ans, la découverte de lapeinture italienne de la Renaissance, et en particulier celle que l’on peut observer à Florence. La galerie des Oïces fut ainsi mon premier grand choc esthétique, ainsi que la peinture de Fra Angelico. J’ai eu pendant au moins dix ans sur un des murs de ma chambre d’enfant une annonciation de Fra Angelico, que je ne me lassais pas de voir et de contempler encore et encore.
Le second choc fut vers 23 ans la découverte de lapeinture Lamande et hollandaise du Siècle d’Or, à l’occasion d’un voyage aux Pays-Bas.
Photographie et expérience océanique Page 8
Ce qui me plut particulièrement dans cette peinture fut l’attention à la vie de tous les jours, l’attention au quotidien, avec toutes ces scènes qui décrivaient la vie des gens de l’époque, scènes de banquet ou de vie familiale. Le soin extrême apporté aux détails, la texture de la peinture, qui fait que l’on croit vraiment sentir sous ses doigts eurs, costumes et fruits, la amboyance des couleurs, tout cela, par son caractère extrêmement vivant et viviîant, me plut énormément. Frans Hals en particulier ît mes délices, mais tant d’autres également.
Mon troisième choc esthétique fut celui d’une certaine maturité, puisqu’il vint à plus de 40 ans, à l’occasion d’une exposition au musée des Beaux-arts de Lyon. En eet, je îs, à cette époque-là, la rencontre avec l’œuvre d’un peintre qui changea ma conception et ma pratique de l’image photographique et de l’image en général. Pour moi, il y a eu, sans contestation aucune, un avant et un aprèsPierre Soulages.
Photographie et expérience océanique Page 9
Qui n’a jamais vu en vrai la peinture de Pierre Soulages ne peut pas imaginer l’impression forte, le choc que peut provoquer la rencontre avec ses œuvres. C’est certes du noir (mais pas seulement), mais une symphonie de noirs, une myriade de noirs tous diérents, de par la façon dont ils accrochent chacun diéremment la lumière et la reètent chacun à leur façon. C’est une peinture intensément intérieure, méditative, chaque tableau témoigne d’une aventure spirituelle unique, et ils induisent chez le spectateur un même attrait pour la vie du dedans, pour l’expérience et le voyage intérieurs. C’est une œuvre qui appelle à se recentrer en soi-même, à l’écoute de ce qui se passe en soi, pour ensuite le retranscrire aussi îdèlement que possible par la médiation imagée que l’on aura choisie. Cette aventure intérieure, cette pratique méditative dans et par l’image, c’est ce qui guide ma pratique de la photographie et irrigue
Photographie et expérience océanique Page 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.