PLAN DE LA THESE

De
Publié par

Premier chapitre - PrésentationRemerciements :Aux personnes SDF qui ont acceptées de contribuer par leur témoignage à ce travail derecherche en psychologie clinique. A ceux qui souffrent, qui ont souffert, qui sont morts, jen’oublie pas leur histoire que je transmets aujourd’hui en respectant leur mémoire. Aux professionnels du lien social : à l’association qui m’a permis la découverte du mondede la rue pendant deux ans et à l’équipe éducative qui m’a accueillie pendant quatre ans, amenantréflexion et intérêt pour ce travail de recherche. Aux amis et collègues qui m’ont soutenue et supportée dans les moments de doutes etd’euphorie, qui ont accepté mon isolement dans les temps forts de rédaction, qui ont répondu àmes demandes d’écoute dans les moments difficiles des rencontres cliniques. Je veux remercierTessy, Caro, Héléna, Catherine, Juju, M-A. Peel, Sophie, Briouse et tout particulièrement monParadis privé pour sa présence sans relâche des derniers temps et pour son soutien logistique trèsimportant. A ma famille qui n’a cessé de croire en ce travail depuis le début de mon engagementdans les études universitaires et qui m’a assurée la sécurité affective au cours des épreuves de mavie.A l’équipe universitaire du CRPPC, enseignants et personnels, pour leur encadrement dequalité sur le plan scientifique et sur le plan technique, pour avoir favoriser les conditionsnécessaires à un tel travail de recherche.A mon superviseur pour l’estime qu’il a pu porter ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 81
Nombre de pages : 156
Voir plus Voir moins

Premier chapitre - Présentation
Remerciements :
Aux personnes SDF qui ont acceptées de contribuer par leur témoignage à ce travail de
recherche en psychologie clinique. A ceux qui souffrent, qui ont souffert, qui sont morts, je
n’oublie pas leur histoire que je transmets aujourd’hui en respectant leur mémoire.
Aux professionnels du lien social : à l’association qui m’a permis la découverte du monde
de la rue pendant deux ans et à l’équipe éducative qui m’a accueillie pendant quatre ans, amenant
réflexion et intérêt pour ce travail de recherche.
Aux amis et collègues qui m’ont soutenue et supportée dans les moments de doutes et
d’euphorie, qui ont accepté mon isolement dans les temps forts de rédaction, qui ont répondu à
mes demandes d’écoute dans les moments difficiles des rencontres cliniques. Je veux remercier
Tessy, Caro, Héléna, Catherine, Juju, M-A. Peel, Sophie, Briouse et tout particulièrement mon
Paradis privé pour sa présence sans relâche des derniers temps et pour son soutien logistique très
important.
A ma famille qui n’a cessé de croire en ce travail depuis le début de mon engagement
dans les études universitaires et qui m’a assurée la sécurité affective au cours des épreuves de ma
vie.
A l’équipe universitaire du CRPPC, enseignants et personnels, pour leur encadrement de
qualité sur le plan scientifique et sur le plan technique, pour avoir favoriser les conditions
nécessaires à un tel travail de recherche.
A mon superviseur pour l’estime qu’il a pu porter à mon travail clinique auprès des
personnes SDF. Il a été un phare dans les moments d’obscurité.
A mon directeur de recherche, toujours soucieux de la pertinence scientifique de la
recherche et de mon insertion professionnelle, sans qui ce travail n’aurait pas été possible. Outre
la reconnaissance que j’ai pour lui, il aura été mon guide depuis plusieurs années en tant que
professionnel du soin psychique et de l’enseignement universitaire. Cette thèse est pour moi, le
fruit d’une riche collaboration à maintes reprises confirmée par la confiance qu’il a bien voulue
m’accorder.
1Premier chapitre – Présentation
"Souvent, c'est au cœur de l'être que l'être est en errance. Parfois, c'est en étant hors de soi que
l'être expérimente des consistances. Parfois aussi, il est, pourrait-on dire, enfermé à l'extérieur".
Gaston Bachelard (1957)
2Premier chapitre - Présentation
Dans ce travail de recherche, je m'intéresse aux personnes sans domicile fixe dans une
perspective en psychologie dynamique. Comprendre la spécificité de cette clinique de la rue avec
le symptôme massif de l'investissement de l'espace de la ville et du dehors, est une visée de cette
recherche. Ces manifestations semblent contenir une souffrance psychique qui fait buter la
1réinsertion sociale du sujet ce qui préoccupe les pouvoirs publics et tous les citoyens que la
misère fait souffrir. L’ambition scientifique de ce travail s'attache à la description et à la
proposition de modèles de compréhension de certaines spécificités psychiques des sujets en
errance dans un objectif pratique d'amélioration de l'accompagnement des exclus pour les
psychologues praticiens et pour les travailleurs sociaux confrontés au terrain.
Cette recherche s'appuie sur plusieurs dispositifs de prise en charge socio-éducative dans
une grande agglomération. Le terrain de recherche clinique est constitué géographiquement par la
ville et plus particulièrement par les lieux préférentiellement occupés par les personnes SDF (les
ponts, les gares, certaines places, certaines rues, certaines allées d'immeubles, les chambres de
foyer ou les appartements transitoires). Les rencontres et le travail de terrain avec les travailleurs
2sociaux du réseau urbain ont permis d’une part, une compréhension globale du système de prise
en charge des populations extrêmement marginalisées, et d’autre part, des échanges théoriques et
pratiques dans une appréhension de la souffrance psychique du sujet SDF. Cette implication dans
le réseau socio-éducatif a facilité la rencontre des personnes SDF tout en garantissant un cadre
éthique et scientifique à ces rencontres.
Cette recherche se situe au niveau de l'articulation du champ social et du champ de la
psychologie clinique prenant en compte les dimensions de la réalité sociale des personnes
rencontrées, la dimension de la réalité subjective et du vécu personnel ainsi que les dimensions
architecturales (aménagements urbains) et spatiales de la ville sur laquelle se déploie
l'investigation.

1 Création des observatoires de la grande exclusion et de la précarité sociale et la loi d’orientation n°98-657 du 29
juillet 1998, Relative à la lutte contre les exclusions, Journal officiel de la république française, 31 juillet 1998.
2Stage de maîtrise avec un lieu d’accueil de jour, stage de DEA et de Doctorat avec une équipe éducative qui a une
mission de « veille sociale », emploi dans un centre d'hébergement d'urgence, constitution d'un groupe de recherche
Lyon Errance réflexions Recherche avec les travailleurs sociaux impliqués dans la mission de veille sociale.
3Premier chapitre – Présentation
Ce travail a une visée exploratoire d’un champ nouvellement ouvert par la recherche en
psychologie clinique et s’appuie essentiellement sur l’observation, à la recherche de constantes
dans le comportement du sujet.
« Il m’est personnellement impossible d’imaginer une investigation scientifique solide qui ne commence
au moins par une prospection minutieuse ; dans bien des cas, c’est d’ailleurs le seul mode d’investigation
possible » (D. Lagache, 1949, p. 157).
C’est la raison pour laquelle ce travail de recherche se présente comme de longs
préparatifs nécessaires à la récolte puis à la synthèse d’éléments cliniques fiables avant de
proposer des hypothèses psychodynamiques. Aussi l’investigation scientifique prend-elle la
forme d’une approche phénoménologique où les écueils méthodologiques et les avatars contre-
transférentiels sont rapportés pour constituer un compte-rendu de recherche le plus exhaustif
possible. La rigueur scientifique liée à la validité des indices cliniques à retenir engage sur un
cheminement pas à pas au cœur d’une clinique aussi riche qu’hétérogène.
4Premier chapitre - Présentation
SOMMAIRE
Premier chapitre – Présentation………………………………………………………….7
1. Les premiers jalons de la recherche……………………………………………………….…….9
2. L’état de la question dans les champs connexes……………………………………………….36
3. L’état de la question en psychologie clinique………………………………………………….83
4. Problématisation et champ conceptuel……………………………………………………….118
5. Les hypothèses et leurs fondements théoriques et cliniques…………………………………139
Deuxième chapitre – Méthodologie……………………………………………………156
1. L’avant-coup de la méthodologie…………………………………………………………….159
2. Construction de l’objet épistémique et parcours d’errance…………………………………..168
3. L’après-coup de la méthodologie –Analyse………………………………………………….179
4. Méthode d’organisation des trois champs cliniques………………………………………….190
5. Méthode de présentation des résultats du champ exploratoire et du contre-champ………….217
Troisième chapitre – Résultats du champ exploratoire………………………….222
Première partie – Clinique groupale……………………………………………………………224
1. De l’importance du groupe…………………………………………………………………..224
2. La rue comme scène subjectale………………………………………………………………275
3. Les scènes du discours………………………………………………………………………..305
4. Conclusion de la première partie……………………………………………………………..316
Deuxième partie – Les témoignages uniques…………………………………………………...318
5. Les témoignages uniques……………………………………………………………………..318
6. Conclusions et propositions à discuter avec le contre-champ………………………………..380
Quatrième chapitre – La clinique au long cours…………………………………..384
1. Madame D……………………………………………………………………………………386
2. Monsieur T…………………………………………………………………………………...424
3. Monsieur A…………………………………………………………………………………..468
5Premier chapitre – Présentation
4. Mademoiselle A………………………………………………………………………………517
5. Perspectives pour une discussion théorique…………………………………………………550
Cinquième chapitre – Discussion théorico-clinique……………………………….559
1. Une perspective psychosomatique……………………………………………………………559
2. Une clinique sans plaisir ?……………………………………………………………………576
3. Les constantes dans les entretiens de recherche à travers le transfert………………………..583
4. La dimension de la répétition………………………………………………………………...598
5. Le traumatisme comme potentialité subjectivante……………………………………………603
6. Du mécanisme de périphérisation topique à une topique spatialisée…………………………619
7. Proposition d’outils et de grilles d’analyse…………………………………………………...651
8. Ouverture, débats……………………………………………………………………………..659
9. Conclusion……………………………………………………………………………………664
Bibliographie………………………………………………………………………………670
Index des tableaux et des schémas…………………………………………………….690
Index des cas…………………………………………………………………………………692
Index des auteurs…………………………………………………………………………..693
Index thématique…………………………………………………………………………697
Table des matières…………………………………………………………………………700
Annexes
6Premier chapitre - Présentation
PREMIER CHAPITRE
PRESENTATION
Dans un premier temps, la problématique de la recherche se dessinera à travers la
présentation des objectifs de ce travail, de la population et des critères retenus d'un point de vue
clinique. Ensuite, la problématique de recherche sera discutée à travers l’exploration des réponses
proposées par les champs connexes à la psychologie clinique afin de spécifier nos propositions
dans une perspective psychodynamique ; la sociologie, le droit, l’histoire, la psychiatrie et la
médecine seront ainsi interrogées. Ces disciplines ont effectivement approfondi plus que d’autres
le phénomène de l’errance. A partir des élaborations des champs connexes, le champ de la
recherche se restreindra à la psychologie clinique.
La problématique de recherche concentrera ce qui est commun à tous ces champs
d’exploration du phénomène de l’errance, restreint à notre population étudiée, tenant compte des
variations dans les approches. Sera retenu ce qui est propre à la psychologie clinique et comment
cette discipline apporte des réponses à condition d’en modifier certaines pré-conceptions
(méthode d’entrée en relation, la nécessité des préliminaires, etc.).
A partir des hypothèses de recherche, répondant au problème des personnes SDF qui se
"maintiennent" dans la rue, un champ conceptuel propre à la psychologie en appui sur le
référentiel analytique sera délimité. Ce choix théorique sera défendu et une relecture de certains
concepts à la lumière de la clinique SDF sera proposée.
Cette présentation des bases de la recherche ouvrira sur les questions méthodologiques
traitées dans le deuxième chapitre.
Je propose un repérage visuel au lecteur pour suivre le déroulement des étapes de la
recherche avec le schéma suivant qui sera actualisé en fonction de l’avancée de chaque étape
décrite.
7La question de départ
L’état de la question dans les champs connexes
L’état de la question en psychologie clinique
Problématisation et champ conceptuel
Hypothèses de recherche et
fondements théoriques
Méthodologie
Les hypothèses à l’épreuve
de la cliniquePremier chapitre - Présentation
1. LES PREMIERS JALONS DE LA RECHERCHE
A partir des objectifs de recherche, je définirai la population étudiée et les critères
restrictifs de ce choix. Le premier constat est celui de la dimension subjective à travers le
maintien de la personne dans la rue qui intervient dans les paradoxes et les échecs de la
réinsertion sociale du sujet SDF. Mes recherches préliminaires en relèvent les indices subjectifs à
partir d’une clinique groupale et individuelle. Je présenterai d’une manière descriptive un
ensemble de phénomène au sens de la méthode phénoménologique, c’est-à-dire les choses
mêmes sans présupposé.
1.1. Les objectifs de cette recherche et sa portée potentielle
Mon intérêt pour le processus psychique qui conduit à la grande marginalisation des
personnes qui vivent dans la rue a débuté il y a six ans (avec les mémoires de maîtrise et de
3DEA ). Encouragée par l’intérêt que suscitait cette recherche tant sur le plan universitaire que
dans le champ des praticiens du champ social, j’ai choisi d’approfondir mes travaux préliminaires
dans le cadre d’une recherche doctorale d’une part, et d’autre part, de participer à la mise en
place d'une réflexion autour du travail socio-éducatif avec des professionnels et des
4universitaires . Ce groupe de recherche a pour but de construire des outils diagnostics du travail
socio-éducatif et de permettre un travail d’accompagnement efficient auprès des personnes très
désocialisées.
Ainsi, ce travail de thèse contient des objectifs universitaires liés à la recherche en
psychologie clinique, mais aussi une préoccupation particulière pour la pratique de
l’accompagnement tant psychologique que socio-éducatif de la population concernée par la
recherche.
J’interrogerai les outils de recherche et de compréhension concernant cette population
développés et pratiqués jusque-là. La perspective psychopathologique et clinique s'appuiera sur
les avancées d’autres champs de référence, dans une approche transdisciplinaire (notre thème

3Colin V., 1997, "Sans domicile fixe le syndrome de "l'escargot"", Mémoire de Maîtrise de psychopathologie et
psychologie clinique, Université Lumière Lyon 2 et 1998, "L'occupation de la rue par les personnes SDF : un
symptôme spatial et groupal", DEA de psychopathologie et psychologie clinique, Université Lumière Lyon 2.
4 En 1999, création du groupe Lyon Errance Réflexion Recherche, composée d’une équipe des travailleurs sociaux
spécialisée dans la grande exclusion et des membres du Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologie
clinique de l’Université Lumière Lyon 2 sous la direction scientifique du Professeur Bernard Duez.
9Premier chapitre – Présentation
traversera ces approches) pour mettre en évidence la dimension subjective dans le phénomène
d’errance. L’analyse théorico-clinique s’étayera essentiellement sur la métapsychologie
freudienne, suivant l'approche psychanalytique des groupes développée notamment par D.
Anzieu et R. Kaës, poursuivie par B. Duez (cf. 4. Problématisation et champ conceptuel, chap. 1).
De même, à partir de la méthode d’entrée en contact avec la population que j’ai choisie et à partir
de la méthodologie de recherche, je tenterai de proposer des repères tant sur les processus
psychiques à l’œuvre dans la grande exclusion que sur les conditions de possibilité
d’accompagnement des personnes SDF.
Cette recherche pourrait proposer des modèles d’organisation de l’appareil psychique
individuel en situation d’exclusion sociale et donner des éclairages sur la dynamique psychique
des sujets en errance afin d’envisager des dispositifs de "soins" ou de prise en charge aux
intervenants sociaux en fonction.
Dans le cadre de cette recherche, j’ai eu le souci de rester au plus près de l’expérience
clinique acquise auprès des personnes rencontrées et de tenir compte des difficultés du travail
socio-éducatif ainsi que des contraintes de recherche imposées par une population qui se déplace
et qui ne demande pas a priori d'aide psychologique.
La méthodologie, à partir d’une observation phénoménologique et comportementale (cf.
4.1.1. La méthode topologique, chap. 2), n’en reste pas moins dans la lignée de la recherche
clinique actuelle, c’est-à-dire, basée sur l’analyse des actualisations du sujet en appui sur ce qu’il
peut montrer ou dire.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.