Postulat pour l’étude d’un tunnel de profondeur nulle à St-François

De
Publié par

Postulat pour l’étude d’un tunnel de profondeur nulle à St-François En octobre dernier, la direction des travaux de la Ville de Lausanne annonçait qu’elle étudiait la construction d’un tunnel routier sous la place St-François s’étendant de l’avenue du Théâtre à la Vigie. Les premières estimations prévoient un coût d’environ 50 à 80 mios. Ce projet ne serait pas nouveau puisqu’il aurait par ailleurs déjà été 1étudié dans les années 1970 . La proposition du tunnel permet de répondre à certaines exigences concernant la place Saint-François, telles que : • réaliser une interface de transport public efficace • faire face à l’augmentation des transports publics prévue en 2012 en réduisant au maximum les croisements entre les transports individuels et publics • Y générer un espace convivial et traversable en surface, alors qu’elle est aujourd’hui traversée par 6 voies de circulation Face à ces arguments qualitatifs essentiels, la solution de tunnel proposée à ce jour doit être analysée, tout comme d’autres alternatives ou variantes potentielles, afin d’entrevoir une amélioration de ces divers paramètres à Saint-François. La proposition consistant à creuser un tunnel suscite un nombre important d’interrogations et de réticences, tant il est vrai qu’aujourd’hui, l’efficacité de telles infrastructures routières est remise en question, notamment par la Confédération qui 2juge le rapport efficacité/coût de tunnels routiers inadéquat . En l’occurrence, ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 117
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Postulat pour l’étude d’un tunnel de profondeur nulle à St-François
En octobre dernier, la direction des travaux de la Ville de Lausanne annonçait qu’elle
étudiait la construction d’un tunnel routier sous la place St-François s’étendant de
l’avenue du Théâtre à la Vigie. Les premières estimations prévoient un coût d’environ
50 à 80 mios. Ce projet ne serait pas nouveau puisqu’il aurait par ailleurs déjà été
étudié dans les années 1970
1
.
La proposition du tunnel permet de répondre à certaines exigences concernant la
place Saint-François, telles que :
réaliser une interface de transport public efficace
faire face à l’augmentation des transports publics prévue en 2012 en réduisant
au maximum les croisements entre les transports individuels et publics
Y générer un espace convivial et traversable en surface, alors qu’elle est
aujourd’hui traversée par 6 voies de circulation
Face à ces arguments qualitatifs essentiels, la solution de tunnel proposée à ce jour
doit être analysée, tout comme d’autres alternatives ou variantes potentielles, afin
d’entrevoir une amélioration de ces divers paramètres à Saint-François.
La proposition consistant à creuser un tunnel suscite un nombre important
d’interrogations et de réticences, tant il est vrai qu’aujourd’hui, l’efficacité de telles
infrastructures routières est remise en question, notamment par la Confédération qui
juge le rapport efficacité/coût de tunnels routiers inadéquat
2
.
En l’occurrence, de nombreux spécialistes craignent qu’un tunnel puisse générer une
augmentation significative du trafic de transit, par un effet qualifié d’« d’aspirateur » à
voitures, possiblement ressenti loin à la ronde. Ce trafic de transit est délétère pour
les centres villes (pollution, bruit, occupation de l’espace) alors qu’il n’apporte rien en
terme économique, puisque par définition ces automobilistes ne s’arrêtent pas dans
les commerces. Les quartiers proches d’une telle infrastructure encourent le risque
d’une augmentation des nuisances liées au trafic. Dans l’exemple du tunnel de St-
François, on pense en particulier aux quartiers Rumine/Mousquines qui pourraient
voir les charges de trafic de ces axes fortement augmenter. Les effets seraient par
ailleurs non-négligeables pour l’ensemble des communes voisines.
Le parti socialiste lausannois reste convaincu que, plutôt que de favoriser le transit
des automobilistes, il faut bien au contraire améliorer leur accessibilité au centre-ville,
notamment en favorisant des parkings aux abords du centre, tout en évitant
d’augmenter la perméabilité du centre-ville au trafic.
Une problématique supplémentaire liée
au projet de tunnel sous St-François réside
dans la construction d’une trémie devant l’Opéra de Lausanne. Celle de Chauderon
reste un malheureux exemple de « balafre » urbaine que représentent de tels
ouvrages. Il serait désolant de prévoir un tel environnement sonore et visuel devant
l’entrée d’une prestigieuse institution culturelle lausannoise.
1
Réponse à l’interpellation urgente de Mme Isabelle Mayor et crts : « Tunnel sous St-François, Métro M3 :
prochain arrêt conseil communal SVP », novembre 2009.
2
Cf. fiche sur le tunnel d’« Ouchy » qui compte tenu de son rapport coût-utilité, implique qu’il ne peut pas avoir de
co-financement fédéral au titre du trafic d’agglomération cf. p. 126 des annexes au rapport final du PALM,
décembre 2007.
De surcroît, on retrouve aux entrées et sorties du tunnel tous les conflits entre
transports individuels motorisée (TIM) et les transports en commun (TC) que l’on
cherche à éviter sur la place St-François. Outre l’aspect esthétique, nous doutons fort
que les sorties de l’avenue du Théâtre et de J.-J. Mercier puissent ne pas bloquer en
conséquence les carrefours de Georgette ou de Vigie, au sud du Pont Chauderon.
Ce projet très routier n'obtiendra, à ce stade, aucun financement de Berne car il n'a
pas été déposé à fin 2007. Cette exigence de la Confédération est très claire: seuls
les projets déposés à fin 2007 (pour la liste A) peuvent obtenir des financements. Un
tel projet serait vraisemblablement entièrement à la charge de la Ville de Lausanne.
Ces très nombreuses interrogations débouchent aujourd’hui sur la variante qui
consiste à étudier une place St-François avec un "tunnel de profondeur nulle" (cf.
annexe), c'est-à-dire un projet qui aurait les mêmes vertus que le projet de tunnel:
limiter au maximum les croisements TIM et TC
retrouver une place traversable en surface (avec extension de la place sur
Benjamin-Constant)
tenir compte de l'augmentation des bus à St-François
augmenter la zone piétonne à St-François
définir une priorité bus à chaque croisement TIM-TC (céder le passage ou feu)
mais éviter des dépenses estimées entre 50 et 80 mios.
Ce postulat demande donc à la Municipalité d’étudier un projet de type « tunnel de
profondeur nulle ». Il a pour vocation d’évaluer la pertinence d’un tunnel à cet endroit
et de souligner le rôle essentiel d’une étude approfondie des autres solutions
envisageables pour la place Saint-François, et en conséquence pour le centre-ville,
les quartiers avoisinants, voire les communes voisines.
Ce projet, dont les aménagements sont réalisables à des coûts modestes, permet
dans tous les cas de tester une solution avant d’investir, si cela s’avérait toutefois
nécessaire, des sommes très importantes pour la réalisation d’un tunnel. Si la mise
en place de cette variante devait d’une quelconque manière avoir un impact négatif
sur l’attractivité ou l’accessibilité de la Ville, la variante tunnel pourrait ensuite, en
toute connaissance de cause être envisagée.
Florence Germond
Solange Peters
Lausanne, le 19 janvier 2010
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.