Rapport d'étude EECCOOT, SD C2So, Mars 2005.rtf

De
Publié par

Projet EECCOOT Prototype audio d’une visite culturelle de la ville de Lyon Résultats de l’évaluation formative d’une version de démonstration Rapport d’étude, mars 2005 Sophie Deshayes, laboratoire C2So, ENS-LSH, Lyon Sommaire 1. INTRODUCTION ......................................................................................................................................... - 4 - 2. CONFRONTATION DU PROJET EECCOOT AUX PRATIQUES DE VISITE D’UNE VILLE ....... - 7 - 2.1. USAGES DE L’INTERNET...........................................................................................................................- 7 - 2.2. RESSOURCES SUR PLACE : OFFICE DU TOURISME ET FLANERIE ...............................................................- 10 - 2.3. DES HABITUDES DE VISITE EN CENTRE VILLE .........................................................................................- 13 - 3. REACTIONS AUX PARTIS PRIS DE MEDIATION............................................................................. - 15 - 3.1. UNE ADHESION GENERALE FONDEE SUR L’INTERACTIVITE DU DISPOSITIF .............................................- 15 - 3.2. LA « GARANTIE » MUSEE GADAGNE .....................................................................................................- 16 - 3.3. LE CHOIX DES POINTS DE VUE : L’APPROCHE SPECIALISEE.....................................................................- 19 - 3.3.1. Un intérêt ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 73
Voir plus Voir moins
Projet EECCOOT
Prototype audio dune visite culturelle
de la ville de Lyon
Résultats de lévaluation formative dune
version de démonstration
Rapport détude, mars 2005 Sophie Deshayes, laboratoire C2So, ENS-LSH, Lyon
Sommaire
1.INTRODUCTION ......................................................................................................................................... - 4 -2.AUX PRATIQUES DE VISITE DUNE VILLE ....... - 7 -CONFRONTATION DU PROJET EECCOOT 2.1.USAGES DE LINTERNET........................................................................................................................... -7-2.2.RESSOURCES SUR PLACE:OFFICE DU TOURISME ET FLANERIE............................................................... -10-2.3.DES HABITUDES DE VISITE EN CENTRE VILLE......................................................................................... -13-3.REACTIONS AUX PARTIS PRIS DE MEDIATION............................................................................. - 15 -3.1.UNE ADHESION GENERALE FONDEE SUR LINTERACTIVITE DU DISPOSITIF............................................. -15-3.2.LA«GARANTIE»MUSEEGADAGNE..................................................................................................... -16-3.3.LE CHOIX DES POINTS DE VUE:LAPPROCHE SPECIALISEE..................................................................... -19-3.3.1.Un intérêt pour le discours savant .............................................................................................. - 19 -3.3.2. dont certains réfutent lomniprésence  .................................................................................... - 20 -3.4.TOURISTES ET/OU LYONNAIS?............................................................................................................... -22-4.LA QUESTION DES STYLES ET DES FORMATS AUDIO ................................................................ - 25 -4.1.LE STYLE«POINT DE VUE»ET LA PAROLE DES SPECIALISTES...............................................................25--4.1.1.Le parlé des spécialistes.................................................................................................................. - 26 -4.1.2.La forme de mise en scène............................................................................................................... - 27-4.2.DDE MEDIATION POUR CADRER LE DISCOURS SAVANTES PROCEDES ..................................................... -29-4.2.1.La médiation dans la structuration des contenus ............................................................................ 29 --4.2.2.médiation pour tenir compte de lactivité de visite .................................................................... - 32 -La 4.3.LE STATUT DE LANECDOTE...................................................................................................................35--4.3.1. .................................................................................................Lanecdote est un savoir « vivant » - 36 -4.3.2.Lanecdote cest le singulier, le « typique ».................................................................................... - 37 -4.4.REACTIONS AU PRINCIPE DES HYPERLIENS.............................................................................................41- -
- 2 -
4.4.1.et fonction de lhyperlien .................................................................................... - 41 -Statut conceptuel Lhyperlienpourisolerleregistresavant....................................................................................................................42- -Lhyperlien comme registre dédié au patrimoine local................................................................................................ - 44 -4.4.2.Anticipation de la navigation audio ................................................................................................ - 45 -5.UN DISPOSITIF SUR PLUSIEURS SUPPORTS ?................................................................................. - 48 -5.1.LE BESOIN D'EN MATIERE SUR SUPPORT PAPIER OU ECRANUNE ENTREE ................................................ -48-5.2.LE BESOIN DUNE SIGNALETIQUE SPECIFIQUE? ..................................................................................... -51-6.ANTICIPATION DE LUSAGE DU TELEPHONE PORTABLE POUR UNE VISITE CULTURELLE -52 -6.1.POSTURES DE VISITEURS ET USAGE DU TELEPHONE MOBILE.................................................................. -52-6.2.CONSENTEMENT A PAYER DANS UN CADRE CULTUREL.......................................................................... -57-7.ANNEXES .................................................................................................................................................... - 62 -7.1.GUIDE DENTRETIEN QUALITATIF.......................................................................................................... -62-7.2.CARACTERISTIQUES DE LECHANTILLON QUALITATIF............................................................................ -71-
- 3 -
1.Introduction Contexte de létude et conditions du protocole dévaluation formative En collaboration avec le musée Gadagne, porteur du projet scientifique et culturel, le laboratoire C2so a réalisé une maquette audio proposant une visite historique de la ville de Lyon. La réalisation de cette maquette concrétise le scénario de visite retenu fondé sur un parcours libre retraçant les étapes de développement historique de la ville de Lyon et lévolution du paysage urbain. Cinq étapes de visite ont été prototypées sur les 8 étapes prévues au scénario : -étape introductive à la Basilique de Fourvière -étape Gallo-romain autour du parc archéologique -étape Moyen-Âge autour de la cathédrale St Jean -étape Renaissance autour du musée Gadagne -étape 20ième autour du parc de Gerland Chaque étape est constituée : -dun commentaire dintroduction générale sur le contexte historique choisi -dun choix de point de vue de spécialistes : historien, archéologue, urbaniste, architecte, habitant. A des fins de communication interne à léquipe projet, cette maquette a été réalisée sur Pc au format html, ce document de travail donnant accès :
- 4 -
-à larborescence fonctionnelle : menu daccueil, menu étape, sous menu par étape avec liste des points de vue possibles ou enchaînements automatiques des fichiers audio -aux séquences audio stockées sur fichier mp3 -aux consignes de navigation envisagées : revenir en arrière, réécouter, choisir un nouvelle étape, un nouveau point de vue  Au 20 novembre 2004, 29 séquences audio étaient ainsi disponibles, ce qui représente 105 minutes denregistrement au format mp3, soit une durée totale dune heure quarante découte. Les enregistrements ont été effectués pour partie en studio professionnel et pour partie sur minidisque par le personnel du musée ou le chercheur du laboratoire C2So. La transposition de cette maquette sur le serveur vocal Tout O Phone devait permettre de réaliser des tests en situation dusage effectif du téléphone portable. Techniquement, cette transposition na pas pu être effectuée : une interface de saisie en cours de développement devrait palier ce problème pour la mise en ligne des séquences audio. Lusage dune telle interface, accessible à distance du serveur vocal, se révèle une condition indispensable au fonctionnement du dispositif : lautonomie des médiateurs permettra de faire léconomie des problèmes de communication avec un opérateur technique qui ne serait pas compétent pour programmer lenchaînement des séquences audio dans lordre requis au scénario de la visite. Non accessible à distance sur le serveur vocal, la version de démonstration a été testée en situation dusage expérimental selon un protocole dentretien qualitatif menés autour de la maquette présentée sur ordinateur au format html. Ainsi, le prototype de visite audio exploité à des fins dévaluation formative comprend : -un message daccueil -5 commentaires introductifs -17 points de vue -6 commentaires hyperliens
- 5 -
Deux focus groupes ont été réalisés les jeudi 25 et vendredi 26 novembre 2004, auprès dun échantillon de personnes volontaires ayant déjà participé au test mené par la société Ad Valor en janvier 2004, suivi dun troisième entretien réalisé le 6 décembre auprès dun couple découvrant le dispositif. Les discussions ont été menées à partir dun guide dentretien prédéfini (voir : annexe) sans que celui-ci ne contraigne le déroulement des entretiens et la libre expression des interviewés. Ils ont été enregistrés sur minidisque (2H30 en moyenne) et entièrement décryptés pour une analyse qualitative approfondie. Lanalyse dans le détail des réactions des personnes interviewées permet de rendre compte de postures de réception significatives. Les résultats obtenus concernent : -la confrontation du projet EECCOOT aux pratiques de visite dune ville préexistantes -les partis pris de médiation : scénario dusage, réception des contenus (approche spécialisée émanant du musée Gadagne), perception du public visé (touristes et ou habitant résidents ?) - le style point de vue (la parole des spécialistes) et la :des options de conception formelles mise en scène audio (interventions du médiateur ou non) -hyperliens et le principe de la navigation audiolanticipation de lusage des - :les réactions aux choix du supportmédiation audio et usage du téléphone mobile dans un cadre culturel.
- 6 -
2.du projet EECCOOT aux pratiques deConfrontation visite dune ville Des habitudes, des usages préexistants Au sein de léchantillon1, les manières de faire pour découvrir une ville apparaissent relativement homogènes : les personnes interrogées déclarent convoquer différentes sources et médias quand il sagit de découvrir une ville. Les visiteurs composent avec les supports papier (brochures et guides classiques2), les conseils damis, lInternet, et lOffice du tourisme.
2.1. Usages de lInternet
Le recours plus ou moins fréquent, voire systématiquement, au réseau Internet, dépend des circonstances et du degré de familiarisation aux outils informatiques domestiques.
- « Moi jai pour habitude, enfin je fonctionne beaucoup avec Internet donc je prends tout un tas de documentation sur Internet , ce que je peux avoir en général, trajets, choses à visiter sur la ville etc. et puis après, je me déplace  jaime bien guide du Routard, Guide Vert , des choses classiques , voilà, éventuellement je passe à lOffice du tourisme récupérer un plan, les petites choses à faire » (H4) 1Voir : annexe N°22Le Guide du Routard et le Guide Vert sont souvent cités
7 --
- « Moi cest exactement la même chose : sur Internet et puis ensuite avec un guide, Routard, office du tourisme éventuellement pour avoir un plan. » (F3) (E2) Les personnes interrogées déclarent qu'elles consultent généralement des ressources Internet quand elles prévoient de visiter une ville. Ce « nouveau » réflexe serait quasi systématique dans le cadre dun séjour à létranger, pour préparer le voyage. Les informations recherchées y sont de deux ordres : pratiques, elles concernent les modalités du voyage, en particulier où se loger, mais aussi prescriptives dobjets de visite (les sites incontournables ou au contraires plus singuliers). Plusieurs personnes font référence aux contenus type collaboratifs disponibles sur le web : les récits de voyage des internautes seraient une entrée privilégiée pour glaner des informations utiles (avec la possibilité den trouver de récentes, bien actualisées).
« Cest vrai que moi aussi ça dépend, soit jorganise, soit jorganise pas, si je lorganise le fait de visiter une ville cest souvent avec un guide ou parfois avant de partir, si cest pour létranger, aller regarder sur Internet parce que cest vrai que c est sympa davoir lavis des gens qui sont allés, qui ont aussi des trucs pratiques, des conseils. ()Ca mest arrivé, pas tout le temps, mais cet été je suis allé en Egypte et jai trouvé des sites doffice de tourisme dEgypte qui donnaient des conseils qui disaient attention faites pas ci faites pas ça, allez dans ce bar, pas dans celui là des conseils un petit peu de gens qui sont allés, ça peut être appréciable ». (H3, E1) Ces utilisateurs du réseau sont également preneurs dinformations historiques et culturelles et ne négligeront pas de consulter un site institutionnel quand il est référencé par un internaute layant préalablement exploité. Ce mode dentrée joue comme une garantie dintérêt du site (institutionnel ou personnel) et évite des consultations inutiles. Cest ainsi sur le mode du bouche oreille que la consultation dun site officiel (type Office du tourisme ou institution culturelle) intervient quand il a été repéré par dautres voyageurs avisés, qui ont pu juger de la pertinence de tel ou tel site.
« Ca dépend, ya des sites  je crois un qui sappelle internaute.com, avec une rubrique voyage avec des conseils et à partir de là ils donnent généralement
- 8 -
des sites qui peuvent être intéressants aussi bien pratiques que culturels en fait ya des liens vers des sites, ça peut être historique, ça peut être  Oui je crois que jétais passé par là, par linternaute, pour aller en Egypte et que dessus ils montraient plusieurs liens et je suis tombé sur loffice du tourisme  » (H3, E1) Mais la visite effective du site Web dun musée dans une ville ou dans pays où lon prévoit de se rendre ne semble pas tant une habitude acquise. Lidée est plutôt de repérer les grandes institutions ou monuments à voir pour éventuellement sy rendre. La découverte des collections dun musée fait partie de la découverte du patrimoine dune ville. Le musée est un lieu quon na pas de peine à trouver : on verra sur place.
« Non, soit je vais dans une ville et je me dis je vais voir ce musée, par exemple, je vais visiter musée dOrsay, musée du Louvre, ou dans un autre ville, ça peut être le musée, à Madrid, le Prado ou alors je sais quil y a une exposition, parce que je sais qu à Paris en ce moment, ya une exposition, si jai envie daller voir jy vais , ça se passe comme ça, soit jentends parler de quelque chose, soit jy vais, mais cest rare que je me dise tiens quest-ce quil y a  je vais regarder sur un site () cest surtout parce quen fait quand je vais au musée, je sais où je vais , je sais que jy vais et quil y a  ya quand même des collections permanentes qui valent le coup, cest généralement ça qui me fait y aller , par contre lhôtel, je sais pas du tout où je vais aller, pour dormir, pour manger il me faut des points de chute et le musée je sais que je vais y aller je vais au musée, après si cela me plait pas je men vais  » (H3,E1) De même, pour la visite dune exposition, linformation passerait davantage par le bouche à oreilles ou les campagnes daffichage en ville. La présence dune affiche, un papier dans la presse locale, sont souvent cités comme facteurs de motivation, éléments dappel qui suffisent en soi, pour se décider à sy rendre ou pour informer un ami de passage de lexistence de telle ou telle manifestation culturelle dans la ville.
« Moi non plus, en fait cest avec les affiches quon voit dans le métro. Par exemple en ce moment ya celle où, du musée Guimet, je crois, qui parle des jeux anciens, javais entendu parler, je crois dans Lyon Capitale et après jai vu par beaucoup de campagnes, y avait des affiches dans le métro » (H2, E1)
- 9 -
« () Je sais quil y a une exposition, parce que je sais quà Paris en ce moment, ya une exposition, si jai envie daller voir jy vais , ça se passe comme ça, soit jentends parler de quelque chose, soit jy vais, mais cest rare que je me dise tiens quest-ce quil y a  je vais regarder sur un site » (H3, E1)
Ce faible usage déclaré des sites Web de musée avant la visite est à relier avec les attentes en la matière : la présentation du prototype EECCOOT a parfois favorisé lexpression de ce qui pourrait être intéressant comme contenus accessibles à distance. La possibilité de préparer réellement sa visite en téléchargeant un programme audio (voire en le prépayant pour un usage différé sur site) est une possibilité qui apparaît spontanément opportune pour une offre culturelle telle que présentée au prototype.
« Si le grand Lyon propose par le site Web cette chose là, si tes touriste, sans passer par lOffice du tourisme, ça tévite de faire la queue, tas pas à rendre ton truc, tu peux le faire la nuit , par exemple même après 19 heure ». (H5, E3)
2.2. Ressources sur place : office du tourisme et flânerie
Le passage à lOffice du tourisme est cité comme une voie daccès «naturelle » aux informations sur la ville.
« Effectivement le premier réflexe quand jarrive dans une ville, si je suis de passage ou que je navais rien de prévu, si je navais pas prévu de visite, je vais aller effectivement à loffice du tourisme parce que parce que je sais pas déjà, ils sont plus amènes à rencontrer des gens qui parlent pas leur langues  ». (H3, E1) Mais les personnes interviewées font également valoir que certaines de leurs pratiques de visite, le plus souvent improvisées, se passent volontiers du recours à lOffice du tourisme. C'est généralement le cas pour une visite en France, ou dans une ville francophone où le visiteur se plait à découvrir la ville en flânant. La marche à pied (souvent assortie du soutien dun plan de la ville consulté à loccasion) au grès des sollicitations quoffre le paysage urbain constituant un
- 10 -
mode de déambulation exploratoire. Le plaisir est alors précisément de partir à la découverte « de visu », sans forcément rechercher à se renseigner au préalable.
« Sinon en France, des fois, comme cest la même langue, on peut plus aller découvrir plus facilement la ville par soi même, enfin je veux dire sans forcément aller directement à loffice du tourisme, cest deux approches différente France et étranger » (F1, E1) Sils ne passent donc pas toujours à l'office du tourisme, les personnes de léchantillon déclarent toutes quelles savent pouvoir y trouver les informations pratiques dont elles ont besoin le cas échéant, la liste des principaux musées et monuments incontournables par exemple. Cest évidemment dans le cadre des visites déambulatoires que les membres de léchantillon argumentent de la plus value du projet EECCOOT, sur téléphone portable, par rapport à dautres modes de visites possibles (conférenciers, audioguides). Le téléphone mobile est un support personnel que lon a sur soi et se prête bien, de ce point de vue, à un usage instantané.
- « Moi je nai toujours pas de téléphone (rires), mais en supposant que ce soit en famille  (a signalé en début dentretien utiliser le portable de son mari dans ce cadre). Mais cest vrai que le fait dêtre sur le portable cétait euh yavait pas le fait que ce soit prémédité » (F2) - « Oui, cest accessible tout de suite » (H4) - « Le fait que ce soit sur le portable si on envie, hop on dit tiens, ben aujourdhui je vais faire ça et justement même les lyonnais peuvent le faire, ya que quand on est vraiment touriste quon va au syndicat dinitiative, moi jy vais pas sinon ».(F2) (E2) Lopportunité dutiliser son mobile quand cela se présente est vue comme un avantage, qui ferait accepter lidée dutiliser son équipement personnel pour laccès à des commentaires historiques ou culturels sur la ville. Mais dans ce cas, certains anticipent que léconomie de moyen pour le musée serait nécessairement reportée sur le coût dutilisation du service. Le tarif serait moindre
11 --
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.