Recommendations du comite d’audit de BASS2000

De
Publié par

Recommandations du comit é d’audit de BASS2000Suite à la journée d’évaluation du 19 Avril 2007 à Tarbes.Ce comité est mandaté par l'INSU afin d'émettre des recommandations sur les points suivants.1/ Préciser le rôle de BASS 2000 dans le contexte présent, archivage de données fournies par les laboratoires et valorisation de l'impact scientifique des données. Les 3 objectifs de BASS2000 sont :-d’archiver l’ensemble des données solaires obtenues par des instruments solaires français- de diffuser ces données vers la communauté internationale- de faciliter l’utilisation de ces données par une large communauté en fournissant des données réduites. Bass 2000 est sur deux sites : Meudon et Tarbes dont les fonctions sont très différentes. Sur le site de Meudon, sont archivées des données Soleil entier ou synoptiques en provenance de Meudon, de Nançay, du coronographe du Pic du Midi. L’accès aux données y est rapide. Sur le site de Tarbes, les volumes de données archivées sont plus importants (données de THEMIS, données brutes du radio-héliographe, données du coronographe). Le service FROMAGE d’extrapolation de champs magnétiques dans la couronne à partir de champs magnétiques) est intégré dans le service BASS 2000. En ce qui concerne le site de Meudon, le catalogue du site est très souvent consulté (hors moteurs de recherche) et le site remplit sa mission d’archivage et de diffusion. Le comité d’audit a examiné plus particulièrement le site de Tarbes (dont le ...
Publié le : vendredi 23 septembre 2011
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Recommandations du comit
é
d’audit de BASS2000
Suite à la journée d’évaluation du 19 Avril 2007 à Tarbes.
Ce comité est mandaté par l'INSU afin d'émettre des recommandations sur les points suivants.
1/ Préciser le rôle de BASS 2000 dans le contexte présent, archivage de données fournies
par les laboratoires et valorisation de l'impact scientifique des données.
Les 3 objectifs de BASS2000 sont :
-d’archiver l’ensemble des données solaires obtenues par des instruments solaires français
- de diffuser ces données vers la communauté internationale
- de faciliter l’utilisation de ces données par une large communauté en fournissant des données
réduites.
Bass 2000 est sur deux sites : Meudon et Tarbes dont les fonctions sont très différentes. Sur le site
de Meudon, sont archivées des données Soleil entier ou synoptiques en provenance de Meudon, de
Nançay, du coronographe du Pic du Midi. L’accès aux données y est rapide. Sur le site de Tarbes,
les volumes de données archivées sont plus importants (données de THEMIS, données brutes du
radio-héliographe, données du coronographe). Le service FROMAGE d’extrapolation de champs
magnétiques dans la couronne à partir de champs magnétiques) est intégré dans le service BASS
2000.
En ce qui concerne le site de Meudon, le catalogue du site est très souvent consulté (hors moteurs
de recherche) et le site remplit sa mission d’archivage et de diffusion.
Le comité d’audit a examiné plus particulièrement le site de Tarbes (dont le responsable scientifique
est à renouveler) et l’aspect base de données et valorisation des données de THEMIS.
Le système BASS2000 et en particulier le site de Tarbes joue un rôle pionnier dans le contexte
d’archivage de données solaires. En effet, BASS2000 est le seul centre au monde archivant les
données d’un instrument solaire/sol dédié à des observations non systématiques dans une base de
données relationnelle. Ce rôle de pionnier n’est pas facile a assumer – entre autres du fait que les
physiciens solaires ne sont pas habitués à l’utilisation de telles bases. Mais il a sans nul doute été à
l’origine de la motivation du personnel technique de BASS2000 a Tarbes, dont l’équipe a fait
preuve pendant des années d’un travail minutieux, et soutenu.
Aujourd’hui, il faut souligner la fragilité de l’équipe existante à Tarbes. Une certaine ambiguïté
existe entre le fait que l’établissement (l’OMP) garantit la pérennité de la base, ce qui ne pourrait en
aucun cas être critiqué, et le fait que l’effort du personnel technique ne semble pas avoir été
valorisé, par exemple par des primes ou des promotions. Il est possible que cela traduise une
perception insuffisante (fait constaté par ailleurs aussi dans d’autres occasions totalement
indépendantes) de la quantité de travail qui a été effectué au niveau de la base et de l’archive.
L’utilisation modeste de la base de données ayant demandé beaucoup d'efforts contraste avec
l'utilisation massive de l'archive par les PIs d'observation, et ceci pèse clairement sur le moral de
l’équipe de BASS2000 à Tarbes.
Il nous semble pourtant que cette situation ne devrait pas être analysée par un constat d'échec, mais
bien au contraire comme l’imminence d’un décollage. D'une part, l'intégration de nouveaux outils
comme BASS2000 dans la culture de la communauté est un processus lent. D'autre part, un tel
service acquiert une forte attractivité lorsqu'il propose des données et produits prêts à l'emploi pour
le chercheur. Or c'est justement dans cette voie que s'est lancé BASS2000, en particulier par la mise
à disposition de données dépouillées (cartes de champ B). Ce type de produits permet à l'utilisateur
de les exploiter directement au niveau de l'interprétation ou d'alimenter des outils de simulation
comme FROMAGE, en cours d'intégration dans le service. Cette évolution récente s'accompagne
d'ailleurs d'une relance sensible des requêtes de base de données.
BASS2000 réunit beaucoup de conditions pour jouer un rôle prépondérant dans la phase nouvelle
orientée vers le dépouillement, la réduction, et la valorisation des données. Nous serions dans uns
situation idéale si l’équipe actuelle pouvait continuer dans cette voie en s'appuyant sur les
l'expérience et les compétences acquises ces dernières années.. C’est pourquoi nous encourageons
l’établissement à envisager des solutions pour essayer de garder les membres de l’équipe actuelle
plutôt que de les remplacer, ainsi que d’envisager des solutions pour valoriser leur travail.
2/ Evaluer le niveau actuel d'utilisation des données mises à la disposition de la communauté
solaire française et internationale via BASS2000, en particulier les données THEMIS. Le retour
scientifique est-il en adéquation avec les moyens mis en place ?
Le lien entre l’instrument THEMIS et la base est une partie essentielle dans le bon fonctionnement
de BASS2000 Tarbes. Les données une fois à Tarbes peuvent êtres introduites dans le pipeline qui
permettra leur valorisation par des utilisateurs autres que les PIs. Cependant, il est primordial que
ces données soient décrites exactement par les méta données associées. Ceci ne semble pas avoir été
le cas pour ~ 6 % des données. Dans cette optique, il faut absolument éviter une situation de
« garbage in – garbage out ». Malgré le nombre relativement petit de cas mal documentés, ceux-ci
"polluent" la base, (tels du pétrole dans l’océan) et en rendent l’utilisation incertaine.. De plus, il
semble critique de pouvoir libérer l’équipe de Bass2000 de l’identification et du traitement de ces
cas, qui a pris un part significative de leur temps. Il nous semble pour cela important,
-
d’améliorer la production des méta données au niveau d’un « run »
-
de pouvoir marquer les évènements dont les méta données sont susceptibles de ne pas
correspondre exactement au contenu des observations.
Un simple aiguillage concernant un minimum de cas et permettant de limiter l’intégration dans la
base aux données considérées comme sûres permettra a l’équipe de BASS2000 de se concentrer
pleinement sur le pipeline et sur la valorisation. Par ailleurs la qualité de la communication au
niveau des personnels techniques peut et devrait être améliorée.
3/ Prévoir l'évolution à long terme de la base de données, en particulier après l'arrêt des
activités de l'instrument THEMIS, qui est son principal fournisseur actuellement.
La première priorité de BASS2000 doit être la valorisation des données, en particulier celles de
THEMIS. Le "produit fini" de choix à valoriser devrait être les cartes de champ magnétique
vecteur obtenues par inversion (UNNOFIT). Actuellement un petit nombre (~100 ) de ces cartes
existe à BASS2000 et au LERMA, et cela peut-être déjà bien supérieur à ce qu’il existe ailleurs en
qualité et en quantité. Il faut encourager:
-
l'utilisation de ces cartes pour des extrapolations (allant jusqu'au champ magnétique coronal)
en particulier grâce à la base de codes numérique FROMAGE (au Lesia)
-
L'utilisation statistique à partir du moment où le nombre de produits deviendra suffisant.
Il est possible de commencer à démontrer cette valorisation grâce aux données du MTR2 à partir de
2007, et des données MTR à partir de 2004. Bien sûr, les autres données ne doivent pas être
perdues. Nous n’avons pas identifié un risque de perte de données, mais par contre un risque majeur
de pertes de compétence au niveau du pré-dépouillement des données du DPSM existe. Ceci
risquerait de compromettre la valorisation des donnés du DPSM. Dans ce contexte, la première
priorité est de définir une stratégie pour ne pas perdre ces compétences, avant de discuter sur les
options ouvertes pour l’établissement d’un pipeline. En d’autres termes, le LESIA doit s’organiser
pour réaliser un transfert des compétences sur les aspects liés au pré-dépouillement DPSM. Les
responsabilités au niveau du pipeline devront être établies par la suite et n’ont pas été discutées lors
de cet audit.
L’effort d’intégration des données calibrées du coronographe doit être poursuivi.
Il faut enfin noter que pour que l’effort humain et financier investi dans BASS2000 soit valorisé au
maximum, il est nécessaire que la base soit maintenue et exploitée après l'arrêt de la production
des données du fournisseur principal.
4/ Donner un avis sur l'organisation du projet, l'adéquation des ressources humaines, les
besoins ainsi que sur la répartition des responsabilités entre Meudon et Tarbes.
Les centres de Tarbes et de Meudon sont très différents de nature. Le centre de Meudon est orienté
monitorage (et aussi service à valeur ajoutée avec le service d’extrapolation FROMAGE) alors que
Tarbes est orienté sur la valorisation des données brutes. Il semble clair que les différentes
singularités des compétences peuvent être conservées géographiquement. Cependant nous
encourageons l’uniformisation de la « vitrine » BASS2000 pour les personnes externes. Il devrait
être envisageable aussi à long terme de développer une interface de requête commune aux deux
sites. Il est aussi important de noter qu’une personne de l’équipe de Meudon part bientôt à la
retraite. Il est fondamental que cette personne soit remplacée pour que l’équipe de Meudon puisse
garantir la maintenance de BASS2000 Meudon.
L’orientation des sites de Meudon et Tarbes vers le développement d’observatoires virtuels du
système solaire est à encourager ainsi que le développement de services associés (par exemple
autour des techniques de reconnaissance de formes qui ont commencé à être développées). Il faut
cependant noter que de telles évolutions nécessiteront à terme des ressources humaines, et se
justifieront pleinement dans le contexte d’une coordination européenne renforcée.
5/ Examiner et donner un avis sur les orientations proposées par la nouvelle direction ou
toute autre proposition qui pourrait être présentée devant le comité.
Le comité d’audit est très favorable à la direction proposée par le nouveau responsable de mettre en
avant un axe prioritaire de mise à disposition de données THEMIS sur BASS 2000 avec 1) la
fourniture d’un nombre accru de cartes de champ magnétique vectoriel et 2) un effort pour valoriser
et disséminer les résultats par le développement d’extrapolations de champ magnétique
(FROMAGE), offrant la possibilité de réaliser des études statistiques et la mise en relation avec
d’autres sources de données (par exemple évolutions vers OV). La perspective d’une coordination
au niveau Européen, non seulement au niveau d’un grand projet de télescope européen EST, dont
les données pourraient être archivées dans la base de Tarbes, ainsi que la participation très active de
BASS 2000 à divers projets d’envergure européenne, notamment dans les domaine des
observatoires virtuels, laissent envisager le rôle majeur que la base a le potentiel de jouer dans le
futur. De nouveau il n’est pas trop de noter que cette position est due au travail qui a été effectué
dans le passé, et au rôle pionnier que le centre a osé jouer. L’investissement, s’il continue à être
bien géré, est bientôt prêt à payer.
André Csillaghy (Audit externe, Président du comité)
Bernard Gelly (Directeur de THEMIS)
Christian Jacquey (Membre du conseil scientifique de BASS2000)
Pierre Valiron (Président de la CSA)
Nicole Vilmer (Présidente du PNST)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.