Un audit des comptes de la Frme

Publié par

Un audit des comptes de la Frme Extrait du Maroc-Echecshttp://www.maroc-echecs.com/article1841.htmlBloc-notes 64 - n°4 Un audit des comptes de laFrme - d. Blocs-notes 64 - Date de mise en ligne : jeudi 31 janvier 2008Maroc-EchecsCopyright © Maroc-Echecs Page 1/3 Un audit des comptes de la Frme Le pessimisme est d'humeur. L'Optimisme est de volonté Aujourd'hui, il ne fait plus de doute que le dernier rapport financier présenté à l'assembléegénérale ordinaire du 20 mai 2007 à Casablanca, cachait des dysfonctionnements de compteou plutôt des manipulations douteuses qui donnaient un solde trompeur.Ce qui est corroboré par les faits suivants : 1. Les réserves émises sur des documents et sur les comptes financiers de l'ex-président démissionnairelors de la passation des pouvoirs par le nouveau président par intérim M.Hassan Semlali ;2. Les dettes de la FRME sous l'exercice de l'ex-président démissionnaire d'un montant estimé à plus 300000,00 dh. Somme qui n'a pas apparu dans le rapport précédemment cité ;3. La disparition soudaine des jeux et pendules d'échecs qui servaient à l'organisation des compétitionsfédérales ;4. Le solde restant de 1 000.00 dh environs dans les comptes de la FRME, enregistré lors de la passation depouvoir entre le président démissionnaire et le nouveau président Semlali ;5. Les réactions intempestives de l'ex-président et de sa clique à l'encontre de M.Hassan Semlali et de sapolitique de transparence.Une situation qui ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Un audit des comptes de la Frme
Extrait du Maroc-Echecs
http://www.maroc-echecs.com/article1841.html
Bloc-notes 64 - n°4
Un audit des comptes de la
Frme
- d. Blocs-notes 64 -
Date de mise en ligne : jeudi 31 janvier 2008
Maroc-Echecs
Copyright © Maroc-Echecs
Page 1/3
Un audit des comptes de la Frme
Le pessimisme est d'humeur.
L'Optimisme est de volonté
Aujourd'hui, il ne fait plus de doute que le dernier rapport financier présenté à l'assemblée
générale ordinaire du 20 mai 2007 à Casablanca, cachait des dysfonctionnements de compte
ou plutôt des manipulations douteuses qui donnaient un solde trompeur.
C
e qui est corroboré par les faits suivants :
1. Les réserves émises sur des documents et sur les comptes financiers de l'ex-président démissionnaire
lors de la passation des pouvoirs par le nouveau président par intérim M.Hassan Semlali ;
2. Les dettes de la FRME
sous l'exercice de l'ex-président démissionnaire d'un montant estimé à plus 300
000,00 dh. Somme qui n'a pas apparu dans le rapport précédemment cité ;
3. La disparition soudaine des jeux et pendules d'échecs qui servaient à l'organisation des compétitions
fédérales ;
4. Le solde restant de 1 000.00 dh environs dans les comptes de la FRME, enregistré lors de la passation de
pouvoir entre le président démissionnaire et le nouveau
président Semlali ;
5. Les réactions intempestives de l'ex-président et de sa clique à l'encontre de M.Hassan Semlali et de sa
politique de transparence.
Une situation qui a de quoi faire pleurer ...
D
e nombreuses suspicions qui resteront sans réponses si l'assainissement de la fédération ne passe pas par le
contrôle de la gestion financière de 2000 à 2007. Tout l'exercice de l'ex-président démissionnaire doit-être passé au
crible. C'est une nécessité morale, mais aussi une obligation pour rétablir réellement
« la bonne gouvernance »
de
la FRME en matière de gestion financière des deniers publics à laquelle s'est attelé M.Hassan Semlali.
M
ais, quand nous disons contrôle, cela ne veut pas dire présenter les recettes et les pièces justificatives de
dépenses à un comptable expert pour qu'il délivre une attestation comme celle qui accompagne les rapports
financiers de la FRME au cours des exercices de l'ex-président démissionnaire. Non ! C'est trop facile.
C
ontrôle et contrôle « sérieux », veut dire
« audit ».
En effet ce n'est que par un audit effectué par un cabinet
Copyright © Maroc-Echecs
Page 2/3
Un audit des comptes de la Frme
d'expertise financière que les masques tomberont nets sur la gestion fédérale 2000 - 2007.
A
n'en pas douter bien des choses monstres surprendront plus d'un. Nous découvrirons avec stupeur combien nous
avons été « berné » et combien est grande la responsabilité des clubs pour leur « faiblesse » incarnée dans leur vote
positif à tout va lors des assemblées générales durant la période 2000-2007 de l'ex-président démissionnaire, qui,
soit dit en passant, déclare à qui veut bien l'entendre que la présidence de la FRME lui retournera.
O
ui, mais la commission d'enquête sur l'arbitrage marocain, sa planche de salut, -c'est ce qu'il continue de croire dur
comme fer- reste orpheline du représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports lequel ne reconnait pas que
cette commission puisse être supérieure aux décisions de l'instance suprême internationale qu'est la Fédération
Internationale des Echecs (FIDE). On se rappelle que la FIDE a suspendu de ses activités internationales
l'ex-président démissionnaire pour 3 ans et la FRME pour 2 ans en raison des falsifications des normes d'arbitrage
après une année d'enquête sur cette question. Alors reprendre l'étrier de la FRME parait un peu court sinon illusoire.
S
urtout que ce « problème » des normes d'arbitrage ne doit pas cacher un autre problème hautement plus grave
qu'est la
gestion financière 2000-2007
. Aussi l'exigence d'effectuer d'urgence un audit sur les comptes de la FRME,
sous l'ère de l'ex-président, est-elle, au risque de nous répéter, une obligation pour mettre un terme définitif à la
situation problématique actuelle des échecs marocains. Dans la logique des choses, l'audit demeure la première
étape prioritaire sur laquelle une refondation de la fédération peut-être envisagée sérieusement. Dans le cas
contraire « la pomme » fédérale restera toujours avariée.
S
avez-vous, chers Lecteurs, que la première chose faite par M. Abdeslam Ahizoum (PDG de Maroc-Télécom),
après son élection à la tête de la Fédération Royale Marocaine d'Athlétisme fut un audit. Pourtant il n'y avait pas de
suspicion sur les comptes de la FRMA. Seulement, en bon gestionnaire de la chose publique qu'il est, M. Ahizoun
voulait travailler à partir de bases saines. Savoir à quoi s'en tenir.
Bel exemple à méditer.
Copyright © Maroc-Echecs
Page 3/3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.