Théorie des genres littéraires

De
é. à-'hiemt ^/féerie. )itfpm/jMtté/m/ieJenms CIPES RAlSONi\ÉS DE LITTÉRATl RE THÉORIE GENRES LITÏÉRAIRES PAR M. l'abbé C. VINCENT QUATRIEME EDITION ;[0 PARIS ANCIENNE LIBRAIRIE POUSSIELGUE J. DE GIGOKD, ÉDITEUK RUE CASSETTE, 15 1910 PROPRIÉTÉ DE ,/. (le (ligord. DU MEME AUTEUR : Théorie de la composition littéraire. broclii'In- 12 1 75 Relié toile pleine 2 25 Le Péril de la Langue française. 4S 1/6-' PRÉFACE r^e présent volume a été composé clans le même esprit et suivant la même méthode que notre Théo- rie de la composition littéraire. La part excessive faite, depuis plusieurs années, aux réduitdétails historiques, a considérablement la théorie scientifique des Genres littéraires. Nos bacheliers n'ignorent pas que Corneille est né à Rouen, rue de la Pie; ils ne bronchent pas sur la date de sa naissance, ni sur celle de la représen- tation de ses pièces. Quant savoirà comment est construite une tragédie, ce qu'on entend, au théâ- tre, par action, caractère, a point de nouvelles », comme disait Montaigne. Les histoires de la littérature française ensei- gnent notre tragédie classique uneque est crise et un problème uwral; mais on néglige générale- ment de définir deux mots, surtout le dernier.ces Et les élèves sont amenés ainsi à répéter des for- mules creuses. THÉORIE DES GENRES LITTÉRAIRESIV Il en va, à peu près, de même pour l'ëpopée, le lyrisme, l'histoire, l'éloquence.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 85
Tags :
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 332
Voir plus Voir moins

é. à-'hiemt
^/féerie.
)itfpm/jMtté/m/ieJenmsCIPES RAlSONi\ÉS DE LITTÉRATl RE
THÉORIE
GENRES LITÏÉRAIRES
PAR
M. l'abbé C. VINCENT
QUATRIEME EDITION
;[0
PARIS
ANCIENNE LIBRAIRIE POUSSIELGUE
J. DE GIGOKD, ÉDITEUK
RUE CASSETTE, 15
1910PROPRIÉTÉ DE
,/. (le (ligord.
DU MEME AUTEUR :
Théorie de la composition littéraire.
broclii'In- 12 1 75
Relié toile pleine 2 25
Le Péril de la Langue française.
4S
1/6-'PRÉFACE
r^e présent volume a été composé clans le même
esprit et suivant la même méthode que notre Théo-
rie de la composition littéraire.
La part excessive faite, depuis plusieurs années,
aux réduitdétails historiques, a considérablement
la théorie scientifique des Genres littéraires. Nos
bacheliers n'ignorent pas que Corneille est né à
Rouen, rue de la Pie; ils ne bronchent pas sur la
date de sa naissance, ni sur celle de la représen-
tation de ses pièces. Quant savoirà comment est
construite une tragédie, ce qu'on entend, au théâ-
tre, par action, caractère, a point de nouvelles »,
comme disait Montaigne.
Les histoires de la littérature française ensei-
gnent notre tragédie classique uneque est crise et
un problème uwral; mais on néglige générale-
ment de définir deux mots, surtout le dernier.ces
Et les élèves sont amenés ainsi à répéter des for-
mules creuses.THÉORIE DES GENRES LITTÉRAIRESIV
Il en va, à peu près, de même pour l'ëpopée, le
lyrisme, l'histoire, l'éloquence. Où est le rhétori-
decien capable de retrouver dans une harangue
lesDémoslhène, dans un sermon de Bossuet, parties
discours de distinguer les diver-constitutives du et
d'arguments?ses espèces
de l'esprit scientifique. IlOn parle beaucoup
faire pénétrer un peu de cet espritserait temps de
des Lettres. L'érudition n'estdans l'enseignement
formons des pédants au petitpas la science. Nous
pédantisme, dans son fond, est un demi-pied, si le
qui n'approfondit rien et se contente desavoir,
confuses et éparses. De la sorte, on a desnotions
non des connaisseurs : la mémoire estamateurs,
l'intelligence reste inactive, ou s'exerce àfarcie;
vide.
La théorie et l'histoire des Lettres doivent aller
de pair. Donnons aux élèves des idées précises
les choses dont ils parlent , souvent sans lessur
nous inviter.comprendre. La Sorbonne semble y
proposés, à Paris,Voici des sujets de dissertation
baccalauréat : la théorie s'y mêleaux examens du
:judicieusement à l'histoire (i)
observationpar un exemple, la justesse de cetteMontrer,
« oraison funèbre n'est pasd'un prédicateur célèbre : Une
être une leçon utile »;un discours curieux, ce doit
Composition du a5 juillet 1899 (2).
trouve dans notre pre'cé-(i) La réponse à ces questions se
celui-ci.dent volume ou dans
(a) Théorie des genres littéraires^ 239-240.p.rP.ÉFACE. >
Qu'est-ce qu'une épopée? Qu'est-ce qui distingue les
épopées dites primitives des épopées dites savantes? Exem-
ples de l'une et de l'autre.
20 juillet 1901 (i).
Qu'entendez-vous par le style d'un auteur? Caractérisez
successivement le style des principaux auteurs que vous
connaissez.
20 juillet 1901 (2).
Expliquer et discuter cette pensée de La Bruyère : « Entre
toutes les différentes expressions qui peuvent icndre une
seule en qu'une qui soit la bonne. »de nos pensées, il n'y a
26 juillet igoi (3).
Énoncer, expliquer et discuter la règle des trois unités,
avec des exemples à l'appui.
a août 1901 (4).
Le comique, ennemi des soupirs et des pleurs,
tragiques douleurs.N'admet pas en ses vers de
Boileau, Art. poét., ch. m, v. /|0i.
décision est-elle fondée en raison? Est-elle confir-Cette
par l'histoire du théâtre français?mée
octobre26 1901 (5).
des professeurs, en expli-Sans doute, la plupart
incidemment les questionsquant un auteur, traitent
en volume. jMais ces expli-que nous avons réunies
fournies en passant, à proposcations discontinues,
litte'raires^ 6o-65.(i) Théorie des genres p.
composition littéraire, 167-171^ 174.Théorie de la p. p.(2)
193-197-Ibid.,(3) p.
littéraires, i3i-t4i.Théorie des genres p.
(4)
1^ Conception moderne eti38-i39 ;(b) Ibid., p. 12-14, p.
162-165.romantique p.
.^THÉORIE DES GENRES LITTÉRAIRES.VI
d'un genre ou d'un texte, ne restent pas dans la
mémoire. En effet, la méthode de l'enseignement
secondaire doit être synthétique, non analytique
;
particulier,elle doit aller du général au du simple
non du particulier au général, duau composé,
au simple. La méthode analytique n'estcomposé
dans l'enseignement supérieur. Lesde mise que
des Facultés peuvent classer et coordon-étudiants
les aperçus et les observations de détail duner
professeur. Mais de jeunes intelligences de quinze
ans sont inhabiles à celte synthèse. Les théories
fragmentaires, suggérées au maître par un texte
un auteur, restent flottantes : manque d'un pointou
d'attache qui les relie entre elles. Conséquemment,
s'évanouir.elles ne tardent pas à Au contraire,
compris, grâcelorsque l'élève a appris et à quelques
générales, qui constituent unexemples, des notions
il lui est facile, sous la directioncorps de doctrine,
d'en faire l'application à un cas par-du professeur,
tragédie, sermon, page d'histoire.ticulier,
dans ce volume, nous nous sommes efforcéOr,
répondre avec ordre, aux diverses questionsde
posent touchant un genre littéraire. Nousqui se
définitions, afin deavons insisté sur les mettre des
mots devenus banaux,idées nettes sous des faute
d'être précisés.
Nous avons tenu également à enregistrer les
de la critique moderne.derniers résultats La théo-
genres, telle qu'on l'aenseignée longtempsrie des et

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.