Traité de l'age du cheval

De
*KSI ^ TRAITE^é !AGE DU CHEVAL PAR FEU ]\.-F. GIRARD. QUATRIÈME ÉDITION, h:buêe avec des cbangemess , ET AUGMENTEE L'AGE DU BŒUF, DU MOUTON,DE DU CHIEN ET DU COCHON, PAR J. GIRARD, CUEVVLIER de SAi:«T-MItHEL et DE lA LÉG10?i-D'lI0!V:ïEUR A^CIES DIRECTEUR- , PR0FES8EIR DE l'ÉCOIE YÉTÉRmAlRE d'aLFORT MEMBRE TITULAIRE DE ,> l'iCADÉMIE ROTAEE DE MÉDECINE, DE LA SOCIÉTÉ ROTALE ET CE5TRALE AGRir.riTi'nl=^^, I» etc. 4 ROUX,CuWlE LIBRAIRE, RIE DE MADELA15E; V LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE PERICHON, lUE TES ALEXIEXS, .N°25j A MONS, TAtEt LE ROUX, LIBRAIRE. (Dctobrc 1834, "^ErR A5CIE5 DIRECTEUR- , PROFESSEUR DE l'ÉCOlE VÉTÉRINAIRE d'aLFORT MEMBRE , TITULAIRE DE i'aCADÉMIE ROTAIE DE MÉDECINE, ROTALEDE LA SOCIÉTÉ ET CENTRALE d'agriculture, etc. 6ru3felle9, LE ROUX, LIBRAIRECHEZ RUE DE LA MADELAINE; ENCYCLOPÉDIQUEA LA LIBRAIRIE DE PERICHON, RUE DES AI.EXIENS , N° 25; A MOIVS, CHEZ LE ROUX, LIBR.URE. (Octobre Î834. i V\«/VV>AA-'\/V\A/V^A/X'VAV\A«VV»/\X/\A/\AVV\VV/X X»»A/VV\^/VN VVrta/V\^\AA "XAA>'V"> A./\A VVi\(\'V\/VV\ PRÉFACE. Le mémoire sur l'âge chevaux fut imprimédes pour la première fois dans le recueil de médecine février marsvétérinaire, numéros dejanvier, et 18M. L'auteur étant décédé l'année suivante, je me déter- minai, d'après de vives instances, à faire réimprimer l'un des premiers essais filscet opuscule, d'un uni- sur lequel je fondais les plus douces espérances,que , et qui s'était déjà montré avec quelques avantages dans le professorat.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 30
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins

*KSI
^
TRAITE^é
!AGE DU CHEVAL
PAR FEU ]\.-F. GIRARD.
QUATRIÈME ÉDITION,
h:buêe avec des cbangemess
,
ET AUGMENTEE
L'AGE DU BŒUF, DU MOUTON,DE
DU CHIEN ET DU COCHON,
PAR J. GIRARD,
CUEVVLIER de SAi:«T-MItHEL et DE lA LÉG10?i-D'lI0!V:ïEUR A^CIES DIRECTEUR-
,
PR0FES8EIR DE l'ÉCOIE YÉTÉRmAlRE d'aLFORT MEMBRE TITULAIRE DE
,>
l'iCADÉMIE ROTAEE DE MÉDECINE, DE LA SOCIÉTÉ ROTALE ET CE5TRALE
AGRir.riTi'nl=^^,
I» etc.
4
ROUX,CuWlE LIBRAIRE,
RIE DE MADELA15E;
V LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE PERICHON,
lUE TES ALEXIEXS, .N°25j
A MONS,
TAtEt LE ROUX, LIBRAIRE.
(Dctobrc 1834,
< !1
A.SEAVERNSJOHN
\
lTRAITE
LAGE DU CHEVALROI.DUIMPRIMEURREMY,II.,
TRAITÉ
L'AGE DU CHEVAL
PAR FEU IV.-F. GIRARD.
QUATRIÈME ÉDITION,
PUBLIÉE AVEC DE9 CHAI^GEMETiS
,
ET AUGMENTEE
DE L'AGE DU BŒUF, DU MOUTON,
DU CHIEN ET DU COCHON
PAR J. GIRARD,
CnEVAUER DE SAII^T-MICHEL ET DE lA lÉG10N-D'lI0>"^ErR A5CIE5 DIRECTEUR-
,
PROFESSEUR DE l'ÉCOlE VÉTÉRINAIRE d'aLFORT MEMBRE
, TITULAIRE DE
i'aCADÉMIE ROTAIE DE MÉDECINE, ROTALEDE LA SOCIÉTÉ ET CENTRALE
d'agriculture, etc.
6ru3felle9,
LE ROUX, LIBRAIRECHEZ
RUE DE LA MADELAINE;
ENCYCLOPÉDIQUEA LA LIBRAIRIE DE PERICHON,
RUE DES AI.EXIENS
, N° 25;
A MOIVS,
CHEZ LE ROUX, LIBR.URE.
(Octobre Î834.iV\«/VV>AA-'\/V\A/V^A/X'VAV\A«VV»/\X/\A/\AVV\VV/X X»»A/VV\^/VN VVrta/V\^\AA "XAA>'V"> A./\A VVi\(\'V\/VV\
PRÉFACE.
Le mémoire sur l'âge chevaux fut imprimédes
pour la première fois dans le recueil de médecine
février marsvétérinaire, numéros dejanvier, et 18M.
L'auteur étant décédé l'année suivante, je me déter-
minai, d'après de vives instances, à faire réimprimer
l'un des premiers essais filscet opuscule, d'un uni-
sur lequel je fondais les plus douces espérances,que ,
et qui s'était déjà montré avec quelques avantages
dans le professorat. Cette deuxième édition totale-,
ment épuisée, parut en 1828, et elle était accom-
pagnée de deux planches lithographiées , destinées
à faciliter l'intelligence des préceptes émis. Dans la
préface placée en tête, j'ai exphqué les motifs qui
m'avaient surveiller la réimpressiondécidé à du
mémoire, et à faire quelques changemens. Je ney
rappellerai pas ici ce que j'ai dit à ce sujet.
L'édition que je publie aujourd'hui est plus éten-
due elleque les deux premières : non-seulement
renferme l'iigodiverses observations nouvelles sur
du cheval comprendet autres monodactyles ; elle
encore la connaissance des animaux rumi-de l'âge
nans, ainsi que du chien et du porc. Cette dernière
partie, qui ne se trouve pas dans les deux premières
éditions, cheval,fait suite aux détails concernant leque j'ai pris pour type de comparaison. Cette ma-
nière de procéder est la même que celle suivie dans
dans le traite du pied ellel'anatomie Tetérinaire et ;
simple, la plus convenable pourest aussi la plus
des descriptions qui doivent embrasser plusieurs
relative l'âge du(jenres d'animaux. La partie à che*
l'ouvrage de mon fils , est reproduiteval et qui est
avec plusieurs changemens et additions elle com-;
lais-porte des dëveloppemens fort étendus, et qui
à désirer tandis que la partie consacrée àsent peu ;
l'âge du bœuf, du mouton du chien et du cochon,,
plus simples. Ilse trouve réduite aux notions les
suffire d'indiquer les principales diffé-devait en effet
des dents de ces derniers , comparativementrences
aux dents du cheval , type des observations. Toute-
troisième édition aura le précieux avan-fois cette,
comprendre l'âge des principaux quadru-tage de
domestiques , et elle formera ainsi un traitépèdes
complet sur la matière.
enJ'ai fait connaître, 1828, les circonstances
qui me déterminèrent à faire des recherches sur les
dents des animaux domestiques j'ai parlé d'une
;
collection de pièces anatomiques que j'avais formée
sûrement mon but j'ai mêmepour atteindre plus ;
de ces pièces qui me paraissaient offrirrelaté celles
un intérêt tout particulier. Lesévénemens politiques
de 1814 causèrent la dispersion de cette collection,
peines et de soins.qui m'avait coûté beaucoup de
Des qu'il est inutile de rapporter ici m'a-motifs
vaient mis, en dans la nécessité de prendre1811,
l'or-date pour quelques observations nouvelles sur
dents iuci-ganisation raccroissement et l'usure des,m
cet effet à M.sives du cheval. J'adressai à Tessier,
qu'il fit insérer dans les A71-de l'Institut , une lettre
Agriculture française, tome XLYl. Ilnales de V
connaître les diversesm'importait surtout de faire
la dent après le rasement , etnuances que présente
généralement ad-de prouver que , contre l'opinion
tant qu'elle est im-mise, elle marque toute la vie,
maxillaire.plantée dans l'alvéole
Dans les premiers temps de sa formation , l'inci-
dontsive du cheval représente un corps celluleux ,
, molles et membraniformes pren-les parois minces
nent promptement de la dureté, de l'épaisseur : en
la premièrese réfléchissant du côté de table . cette
dentaire donne lieu à deux cavités quiproduction ,
n'ont entre elles nulle communication et diffèrent,
l'une plussous plusieurs rapports de l'autre. La
de la racine [pi, I^, 14grande placée du côté fuj.,
contient la substance pulpeuse, tandis queet 16),
la cavité extérieure est béante, et constitue le cornet
production dentaire sede réflexion. Cette même
qui ne tarde pas à être recou-transforme en émail
,
surfaces par la substance osséiforme :vert à sesdeux
s'incruste en plus grande quantité du côtécelle-ci
jamais complètement lede la racine, et ne remplit
ne devient rase que par l'effetcornet, dont la cavité
du frottement.
éprouvé un certain degré d'usure^Après avoir
se trouve divisé en deux parties :l'émail de l'incisive
l'une extérieure ou l'émail d'encadrement; l'autre
le cornet.intérieure et centrale, qui circonscrit
la substanceÉtant plus dure et plus résistante que
l'entoure toutes parts, l'émailosséiforme qui deIV
central forme une légère exubérance isolée sur le
que l'usuremilieu de la table. A mesure avance, le
l'émail central prendrestant du cornet , ou mieux ,
formes, se rapproche du bord postérieurdiverses
complètement :de la dent , et finit par disparaître
la devient lisse, polie, et se trouve nivelée.alors table
Ces considérations anatomiques que je ne fais qu'é-
fournissent pournoncer, et qui diverses indications
la chronométrie de l'âge , ont été plus amplement
développées dans le texte du mémoire.
domestiques surtoutL'âge des animaux des her-,
est un objet important, essentiel pour labivores,
connaissance de leur extérieur c'est aussi la partie;
plus particulièrement les ama-à laquelle s'attachent
commerçans de chevaux. Lorsqu'il s'élèveteurs et les
quelques contestations sur le nombre des années
que peut avoir un cheval ou un bœuf, l'on a ordi-
vétérinaire.nairement recours aux lumières d'un
sorti des écoles, et qui se livre àEn effet, l'élève
l'exercice de la médecine des brutes , n'est pas seu-
lement appelé à traiter et guérir les maladies , il est
encore consulté sur le choix et l'acquisition des ani-
maux. Les connaissances médicales et chirurgicales
ne lui suffisent pas il faut encore qu'il sachedonc ;
distinguer tous les signes extérieurs qui caracté-
l'isent la beauté et la bonté de l'animal et peuvent
la duréefaire préjugerde la solidité et de de ses ser-
connaître toutes les nuances propres àvices il doit;
marquer périodes annuelles de la vie de l'indi-les
vidu : il doit surtout savoir apprécier les diverses
anomalies établir les rapprochemens nécessaires, ,
tirer enfin des inductions exactes sur le nonibre des

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.