Schreiben des Ritters von Hamilton an die königliche Societät der Wissenschaften in London : In welchem seine selbst angestellten physischen Beobachtungen über das Erdbeben in Calabrien und Sicilien mitgetheilet werden.

De
Publié par

**• liSi^*^»!/'^ iUii^^^•^^^^^^^^^1%^UM-MEMOirxESURPtlONT-SOMMAjLEPar L. A. Necker.cCliüt. Natur, le 3i Nouembre i823,)(Xm a la Soc. de PJiys. el-semi circulaire,jLja Somma, cette montagne de formequi septeiitrionale du grand cöneentOLire la portiondu Vesuve, et qui est separee par la petite plaine enenforme Cavallo a dejäde croissant, nommee i'^^/vo del ,attire iatteiition de quelques naturalistes. Tous ceux quis'en soiit unanimement que laoccupes oiit reconiiuVSomma etoit uiie portion de Tancien esuve de cette,beaute etmoiltagiie renommee chez les ancieiis par lala fertiiite le sommet portoit encore,de ses bases, et dontsuivaut lan-Stral^oii et Silius Itaiicus, des marqiies decienne action , Vese-des feux souterrains. Ge Vesuviusvius o\x P'eshlus dlffereiis( car il est ainsi nomme parauteurs), quoif^u'il ccrivains avoir eteparut a quelquesune fois travaüle par le feu, ifeii fut pas moins, jusqu'alannee de notre ere, qui sembioic neun volcaii cteiat79devoir Jamals se raliumer. La Jameuse eruptioa qui eutl56 MEMOIREHeu ä cette epoque , sous le regne de rempereur Titas»erupüon si bien decrite par Plinele jeune, et dans laquellesoll oncle Pline le lanaturaliste trouva mort , fut cellequi engloutit, sous une grele de cendres et de pierresviilesde d'Herculanumponces, les Pompeia, et de Stabia.Ce fut aussi , suivant lopinion generale des naturalistes ,oc-toute la partie meridionale etCelle, qui en detruisantl'ancien Vesuve, transportale ...
Publié le : mercredi 20 juillet 2011
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 612
Voir plus Voir moins
* * • liSi^*^»! / '^ iUii^^^ •^^^^^^^^^1%^ UM-MEMOirxE SUR PtlONT-SOMMAjLE Par L. A. Necker. cCliüt. Natur, le 3i Nouembre i823,)(Xm a la Soc. de PJiys. el -semi circulaire,jLja Somma, cette montagne de forme qui septeiitrionale du grand cöneentOLire la portion du Vesuve, et qui est separee par la petite plaine enen forme Cavallo a dejäde croissant, nommee i'^^/vo del , attire iatteiition de quelques naturalistes. Tous ceux qui s'en soiit unanimement que laoccupes oiit reconiiu VSomma etoit uiie portion de Tancien esuve de cette, beaute etmoiltagiie renommee chez les ancieiis par la la fertiiite le sommet portoit encore,de ses bases, et dont suivaut lan-Stral^oii et Silius Itaiicus, des marqiies de cienne action , Vese-des feux souterrains. Ge Vesuvius vius o\x P'eshlus dlffereiis( car il est ainsi nomme par auteurs), quoif^u'il ccrivains avoir eteparut a quelques une fois travaüle par le feu, ifeii fut pas moins, jusqu'a lannee de notre ere, qui sembioic neun volcaii cteiat79 devoir Jamals se raliumer. La Jameuse eruptioa qui eut l56 MEMOIRE Heu ä cette epoque , sous le regne de rempereur Titas » erupüon si bien decrite par Plinele jeune, et dans laquelle soll oncle Pline le lanaturaliste trouva mort , fut celle qui engloutit, sous une grele de cendres et de pierres viilesde d'Herculanumponces, les Pompeia, et de Stabia. Ce fut aussi , suivant lopinion generale des naturalistes , oc-toute la partie meridionale etCelle, qui en detruisant l'ancien Vesuve, transportale siege des erup-cidentale de tions ä la place quoccupe aujourd' hui le cone du Vesuve les de l'ancienne montagne, etqui s'est eleve sur ruines tousqui des-lors s'est augmente et s accroit encore les ses frequentes eruptions.jours des produits de le actuelLes raisons qui portent a croire que Vesuve eruptioii de l'ann^e et que lan existoit pas avant 1 ,79 sont i.°Somma est une portion de laucieii cone, : qu'aucun de la division du Vesuveauteur ancien ne fait mentioii telles qu'on les voit au-en deux montagnes distinctes , aspect aussi remarquable n'eutet cependant unjourd'hui, II sembleroitd'attirer l'attention. , au con-pas manque description de Strabon, qu'il n'y avoittraire , d'apres la plaine sterile et formeseul cone termine par unequ'un pierrescouleur de cendres et de calcineesdun terrain 2.° anciens comptoient entrefeu la distance que lespar le ; Pompeia et de StabiaVesuve et les villes dele pied du de notreelbignement du piedcorrespond plus a leurne basedistance de la d'unbien a lenrVesuve actuel , mais montagne de Sommadont lacone situe plus au nord et historiques ne suffisoient paspartie. Si ces argumensferoit Texamen de la struc-verite,mettre au jour cettepour , MOKT-SOMMA.SUR LE ibj evidemment, ainsidenionlreroitde la SommaIure meine montagiietard que cette doitverrons plusque noiis le joue aujourd'hui lerole queavoir joue jadis le ineme Vesuve. que la Somma estqu'il est reconnuUne fois donc derniere eruptioii eii le de-ancieii volcan , dont la »un rinterieur, il devient pluschirant, jour dua mis au de chercherles geologues la desgrand interet pour Interieure dun volcan, car danssur la structuredonnees il n'est gueres possible d'enles volcans brulants , voir surface irregulierement couverte d'amasautre chose que la laves.cendres , de sabie et dede petit nombre d'exceptions pres, lesCependant, a un plus soin le Vesuve,observateurs ont etudie avec de oü brillans phenomenes qu'offre unetous les interessans et attiroient de prefe-montagne en pleine activiteignivome malgre sa structurerence leur attention. Et la Somma , n'etoit presque point visitee.remarquable et instructive ßreislak dans ses voyages physiques et lithologiques , Cbap. IV), a donnedans la Campanie (Tom. I, sur detailleele notice courte et peu ; sonMont-Somma une portee sur les causes et lesattention s'est principalement partieresultats de la qui en a detruit unecatastropbe ainsi description des minerauxque sur leuumeration et la sessimples, nombreux et varies qui recouvrent pentes, sous blocs epars.la forme de caillous ou de occasionellement quelques-unsSir James Hall a cite montagne,des gcologiques que presente cettepbenomenes la lave et dansdans son Memoire sur le whinstonc et j MEMOIREl58 ilcelui sur la clialeur modiliee par la compression (i), a Si- gnale les fiions de lal ^ e basaitique laSomma, en lescom-de paraiit aiix fiions trapeens de basalle et de grünstein, sicom- sous le demuns en Ecosse, et si bien connus nom PVhin- JDykes. La analogie avoit frappe le mineralogiste Irlan-meme dans lettre Lord Charlemont,Graydon , et sa ädais, M. 3.^dans le volume des Transactions de la So-imprimee geologique il fait deciele nombreux rapprochemens, enlre les fiions de lave de la Somma et les Dykes basalti- d'Antrini en Irlande.ques du Gomte Sir James Halldesir de verifier les observations deLe de comparer encore plus scrupuleu-et de ?vi. Graydon, celui fiions de lave avec les Dykes que j'avois etudiessement les TEcosse et l'espoir d'acquerirdans plusieurs parties de , sur la structure Interieure d'une montagne decidement des lumieres qiii pussent jeter quelque jourvolcanique dont l'origine ignee est encore problema-sur ces terrains pendanttique, tels sont les inotifs qui m'ont engage un ä Naples en Avril 1820, a parcourir avec quel-sejour , visite le Vesuve. Je com-que soin la Somma, apres avoir mencai rnon inspection , en suivant la crete de la mon- tagne apres etre par sa partie occidentale pres, monte dude riiermitage de St.- Salvador puis je redescendis , parcote escarpe de la montagne tourne vers le Vesuve , passage le long d'une penteun ditlicile dans les rochers et couloir^ jusques ärapide qui lait le fond dun profond cliez J.-J. Paäcliyud.Cel ouvragc est imprime a Geuüve,())
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.