Sujet 4 : la rafle du Vel’ d’Hiv vue par Lionel Jospin (1997)

De
Publié par

Sujet 4 : la rafle du Vel’ d’Hiv vue par Lionel Jospin (1997) Expliquez, en portant un regard critique sur le document, comment ce discours révèle le tournant pris par la politique mémorielle de l’Etat dans les années 1990 et montrez l’importance du travail

Publié le : jeudi 8 octobre 2015
Lecture(s) : 1 895
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Sujet4:larafleduVeldHivvueparLionelJospin(1997)
Expliquez, en portant un regard critique sur le document, comment ce discours révèle le tournant pris par la politique mémorielle de l’Etat dans les années 1990 et montrez l’importance du travail des historiens dans les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale
Consignes : - politique mémorielle - Rôle des historiens
Document : e - Auteur = L Jospin, 1 ministre, PS, cohabitation - Discours sur rafle du Vel d’Hiv (à expliquer : 13 000 juifs, rôle de la police fr, Drancy puis Auschwitz) - 1997 = 2 ans aps Jacques Chirac 1995 sur respon de Etat français Procès de M Papon alors en cours d’instruction
Intro : - Mémoire de la WW2 douloureuse. Rôle des acteurs qui la façonne, dont les historiens et les hommes politiques - Dans les 1990s, Etat transforme sa politique mémorielle. Présenter le doc - Comment ce discours est-il révélateur du tournant pris par la politique mémorielle de l’Etat dans les 1990s 1) Politique mémorielle 2) Influence des historiens
1) La politique mémorielle de l’Etat - « responsables politiques … gendarmes » (paragraphe 1): reconnaiss de Chirac de la respon de l’Etat fr 1995. Critique : avant, mémoire résistancialiste. On peut évoquer scandale du fleurissement de la tombe de Pétain par Mitterrand
-
-
2) --
« le gouvernement … Shoah » (dernière phrase) : Etat encadre mémoire du génocide. On peut expliquer intentionnalités de ce lieu de mémoire « que soient jugés … crimes passés » (parag 2) : temps des grands procès. Ici, Maurice Papon, mais poss d’évoquer les autres Critique : le procès Papon est alors en cours. Pas encore jugement + difficultés soulevées par ce procès (devoir du fonctionnaire vs lib individuelle)
L’influence des historiens « travail des historiens » … « assassins de la mémoire » parag 3 : résurgence du négationnisme fin 1970s. 1990 = loi Gayssot Critique : étude du rôle de l’Etat vient parfois de chercheurs étrangers (R Paxton) « l’accès aux archives … facilité » parag 3 : difficulté des historiens pr accéder aux sources (sur lesquelles se basent pr écrire le récit historique en les confrontant aux témoignages), + grand nombre d’autorisations exceptionnelles permis par la loi Critique : archives étrangères svt ouvertes avt les archives fr, et survivants moins nombreux
CCL Nouv politique mémorielle : Etat insiste sur sa propre respon dans la collabo, et garantit aux historiens des moyens pr travailler sur cette période difficile. Permet l’élaboration d’un récit historique + complet et + complexe. (Ouvrir sur une autre politique mémorielle - histoire de l’esclavage ?)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.