`°ÅÉ|Üx xÇ äâx wx ÄËÉuàxÇà|ÉÇ wâ W|ÑĨÅx wx `tz|áà¢Üx xÇ U|ÉÄÉz|x ...

De
Publié par

`°ÅÉ|Üx xÇ äâx wx ÄËÉuàxÇà|ÉÇ wâ W|ÑĨÅx wx `tz|áà¢Üx xÇ U|ÉÄÉz|x ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 163
Nombre de pages : 62
Voir plus Voir moins
               
  !" !" #     !    $  %                       !"   &
          !
  $ elle M MEDJDOUB Houria  '(  $ Mr TALEB BENDIAB S.M Professeur Université de Tlemcen Président Mme ATIK F MC Université de Tlemcen Examinatrice Mr CHABANE SARI D Professeur Université de Tlemcen Examinateur Mr DJAZIRI R MC Université de Tlemcen Examinateur Mr TABTI B Professeur Université de Tlemcen Promoteur  
   
 
 
             
      
     
  
 Mes sincères remerciements vont à monsieur TABTI B, professeur à l’université Abou Bakr Belkaid, Faculté des Sciences, Département de Chimie pour la confiance qu’il a voulu m’accordée en réalisant ce modeste travail. Ma reconnaissance va tout spécialement à monsieur GOUZI H, étudiant en Magistère, Produits Naturels, Département de Biologie, pour sa patience, son pragmatisme, ses précieux conseils et sa grande disponibilité pour l’aboutissement de ce travail. Que les honorables membres du jury veuillent croire en mes remerciements anticipés pour leur acceptation d’examiner ce travail. Mes remerciements s’adressent aussi aux membres du laboratoire Produits Naturels, monsieur : MOUSSAOUI A, CHABANE SARI D, à madame ATIK F, madame BELARBI M, pour leur aide. J’exprime ma profonde reconnaissance à monsieur MAHBOUBI A, Chargé de cours au Département de Biologie, Université Abou Bakr Belkaid pour sa contribution. Je tiens à remercier spécialement toutes mes amies, Asma, Wahiba, Nabila, Zohra pour leurs encouragements. Je tiens à remercier, également, tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la réalisation de ce modeste travail.  
 
 Avant-propos     Ce travail constitue une contribution à l’étude de l’activité biologique de Zygophyllum geslini appelée communément Aggaya. L’inventaire réalisé par Benmehdi en 2000 ainsi que les données rassemblées sur l’utilisation thérapeutique de cette espèce, montrent qu’elle est d’une activité antidiabétique. Cette herbe est très utilisée par la population tlemcenienne pour abaisser l’hyperglycémie. Effectivement, c’était notre premier objectif, étudier cette activité. Cette contribution était réalisée sur des rats Wistar rendus diabétiques par la streptozotocine. Les animaux ont été suivis à long terme afin de pouvoir visualiser l’effet de l’extrait éthanolique (Partie aérienne) sur l’évolution du diabète sucré. De plus, il était crucial de suivre l’évolution de la glycémie, des heures après le traitement par l’extrait étudié. D’autres tests ont été effectués dans le but de se rapprocher du mécanisme par lequel agit l extrait éthanolique. Le présent travail contient, également, une partie consacrée à ’étude phytochimique de la plante. Celle-ci a été effectuée en fonction des moyens disponibles. Les études sur le genre Zygophyllum sont très limitées. Peu de travaux sont réalisés dans ce contexte surtout pour Z. geslini. De ce fait, ce modeste travail constitue une originalité dans le domaine de recherche de nouveaux agents antidiabétiques. Une grande partie de ce modeste travail a été effectuée au niveau de l’Animalerie, Département de Biologie, et au sein du Laboratoire de Recherche Produits Naturels.
Résumé   Zygophyllum gesliniCoss. appelée communément aggaya est une plante de la famille des zygophyllacées, très répandue dans le Sahara algérien. Dans ce travail on a recherché d’éventuels effets antidiabétiques de l’extrait éthanolique de la partie aérienne deZ. gesliniadministré par voie orale aux rats Wistar rendus diabétique par l’injection intraveineuse de 50 mg/kg de la streptozotocine. La présente étude est divisée en deux parties essentielles. La première est consacrée à l’étude de l’effet de cet extrait en suivant l’évolution de la glycémie, la cholestérolémie, les protéines totales et le poids corporel, pendant cinq semaines. Durant cette période, une diminution non significative de la glycémie était remarquée. En revanche, la deuxième partie consiste au suivi de la variation de la glycémie des rats traités par le même extrait pendant 7 heures. Effectivement, on a noté une diminution hautement significative de la glycémie, 7 heures après l’administration de 1 g/kg de l’extrait éthanolique. Cette réduction peut aller jusqu’à 75 % de al glycémie basale. Parallèlement, l’étude phytochimique a dévoilé que la plante est très riche en saponosides, en tanins et en flavonoides. Elle contient, également, d’autres familles de composés. Effectivement, l’extrait éthanolique à une dose de 1 g/kg est doué d’une activité antidiabétique remarquable. De ce fait il peut constituer une ressource naturelle de nouvelles substances antidiabétiques.      Mots clés :Zygophyllum gesliniCoss. ; Streptozotocine ; Extrait éthanolique       
 Summary
 Zygophyllum geslini Coss. commonly called aggaya is a zygophyllacae, it is very widespread in the Algerian Sahara. In this work, possible antidiabetic effects of the ethanolic extract of theZ. geslini aerial part managed by oral way is investigated in wistar rats diabetic-induced by the intravenous injection of 50 mg/kg of streptozotocin. The present study consists of two essential parts. First is devoted to the study of the effect of this extract while following the evolution of the glycaemia, cholesterol, triglycerides, total proteins and the body weight, during five weeks. During this period, a non significant reduction of glycaemia was noticed. On the other hand, the second part consists of the follow-up of the variation of the glycaemia after treatment by the same extract during 7 hours. Indeed, a highly significant reduction in the glycaemia, 7 hours after administration of 1 g/kg ethanolic extract. This reduction can go up to 75 % of basal glycaemia. In parallel, the phytochimic study revealed that the plant is very rich in saponines, tannins and flavonoides. It also contains other families of compounds. Indeed, the extract ethanolic with at 1 g/kg is endowed with a remarkable antidiabetic activity. From this fact, it can constitute a natural resource of new antidiabetic substances.      Keywords:Zygophyllum gesliniCoss; Streptozotocin; Ethanolic extract        
 
      ةر%ڪ" ة! (Zygophyllacées) تا   ،   آ ا   .ا&ا ءا()ا 89! :! +;<إ ي>ا 7اد ةد2! لأ د6و ا(إ ارد إ اذه 12و  +ر, "اNا (Wistar)رGو  ناد6 1 ر"9 Cا6 7ا6D" Bذ و .ا ?@A اAا 7& (آ >ا 7ا  .(treptozotocine) :Gوز"اا ةد! :! Sآ/S 50 :P :1 جاا ي د" >ا  تار< 1 89ا ر%أ Gار]" 89 لو`ا :GGأ :+ إ Gار]ا ^ه _  . لاط gPh. e"Gأ f ل;f نزا س+ ا@آ و توا ، %;aا تادbا، لو>ا، م]ا   .م]ا  >ا  س(! j طه ،8f" 6اا ة 89ا :! Sآ/غ " ناد&ا &! ]" م]ا  >ا  تاb "" _A aا _ا ن> ي@ا و ،1ر6 " 1ا  >ا  س(! ]6 طه gPh .ت1G  ة]! ا@ه و (>ا ا ذfأ ] تا  .5 nN نأ  ]ز" j ا  نا آpا Gار]ا q" ،+"اا Cرا6ا e! تازا"  qاآ 1 2أ ى( آ ، (Flavonides) ];p" ا@آ و (Tanins) :<ا و (dessaponos)  . ىf أ :> ا@A" و ، ي> 7ا] ةد2!  وذ Sآ/غ 1&" (>ا 89ا نأ ا :" رf`ا   . "<ا pا تاذ ة]]6 دا!ر])آ ?را"1ا            ا ا ، وزا ،  م"#$%ا :  تآ
% Pourcentage P/V Poids/Volume mM Millimolaire t/mn Tours/Minute °CDegré Celsius nm Nanomètre
Liste des abréviations  OMS Mondiale de la Santé Organisation mn Minute h Heure g Gramme kg Kilogramme mg Milligramme l Litre ml Millilitre    Liste des figures  Figure 01 : de la glycémie Evolution(A) du poids et(B) des rats normaux et diabétiques traités et témoins durant les cinq semaines de traitement par 500 mg/kg d’extrait éthanolique. Figure 02 : des paramètres sériques: Cholestérolémie Evolution(A), Triglycéridémie(B) et Protéinémie(C)durant les cinq semaines de traitement par 500 mg/kg d’extrait éthanolique. Figure 03 : Test de réponse des rats à 1 g/kg de l’extrait éthanolique après 5 semaines de traitement par le même extrait(A); (B)de la glycémie exprimant la réponse des rats à la fin des 5: Pourcentage de diminution semaines. (C): Comparaison entre le pourcentage de diminution de la glycémie basale des rats postérieurement traités ** (5 semaines) et celui des rats qui n’ont subi aucun traitement préalable*. Figure 04 :Evolution de la glycémie des rats suivis 7 heures après gavage (ou non) de 1 g/kg d’extrait éthanolique. Figure 05 : de diminution de la glycémie des rats diabétiques traités (ou Pourcentage témoins) par 1 g/kg d’extrait éthanolique durant les sept heures qui suit le traitement. Figure 06 :Test de tolérance chez des rats normaux traités 1 heure (par 1 g/kg de l’extrait éthanolique) avant gavage de 3 g/kg de glucose. Figure 07 :Effet de la concentration (exprimée en mg/g) en acide ascorbique sur le pourcentage de réduction du DPPH. Figure 08 : Effetla concentration (exprimée en mg/g) de l’extrait éthanolique sur le de pourcentage de réduction du DPPH. Figure 09 : (A)représente la relation entre la concentration et le pourcentage d’inhibition (B)montre la relation entre le temps nécessaire pour atteindre la stabilité et la concentration en acide ascorbique correspondante. Figure 10 : (A)représente la relation entre la concentration et le pourcentage d’inhibition (B)pour atteindre la stabilité et la concentrationmontre la relation entre le temps nécessaire de l’extrait éthanolique correspondante.  
 
 
 Introduction  
 Le diabète sucré est une maladie métabolique. Il touche environ 150 millions de la population mondiale dont 90% sont des diabétiques de type 2. Le traitement de cette maladie constitue une des plus grandes préoccupations scientifiques à travers le monde. Ceci est en vue de trouver de nouvelles solutions pour prévenir, voir ralentir la survenue des complications organiques et métaboliques résultantes de l’hyperglycémie chronique. En générale, tous les agents antidiabétiques (antidiabétiques oraux, insuline) ne répondent pas aux besoins des patients en tant qu’un traitement efficace. Eventuellement, plusieurs accidents risquent d’être à l’origine d’un état indésirable.   Actuellement, le recours au traitement du diabète sucré par les plantes attire tous les flashes. Justement, il existe dans le monde, plus de mille plantes utilisées traditionnellement pour lutter contre cette maladie, et certaines d’entre elles ont reçu une évaluation scientifique et médicinale de leur efficacité. De fait, plusieurs phytothérapeutes à travers le monde s’intéressent à la recherche de nouvelles substances d’origine végétale pouvant avoir ce secret.
 
- 1 -
 
I- Phytothérapie :
I-1. Définition :
A travers des siècles passés, l’homme a connu plusieurs maladies. Il a toujours cherché à traiter, à guérir ou à calmer ses douleurs. Sa souffrance l’a poussé à trouver des solutions. Mais quelles solutions ? Ce sont des remèdes naturels, d’origine animale, végétale ou minérale, des thérapies manuelles ou spirituelles. C’est la médecine traditionnelle ou la médecine populaire.
Plusieurs horizons s’ouvrent dans ce sens dont la thérapie par les plantes « Phytothérapie » qui signifie la thérapie par les plantes ayant des propriétés thérapeutiques que l’on appelle alors plantes médicinales.
I-2. Les chiffres de l’OMS :
En Afrique, jusqu’à 80% de la population utilise la médecine traditionnelle pour répondre à ses besoins de soins de santé [OMS, 2002]. Précisément, dans certains pays d’Afrique, les plantes médicinales représentent la seule source de médicaments pour près de 90% de la population [Anne-Laure, 2002]. De même, dans de nombreux pays asiatiques la médecine traditionnelle continue d’être largement utilisée, même si l’allopathie est facilement disponible. En Chine, l’utilisation des remèdes traditionnels représente 40% de tous les soins de santé. En même temps, pour certains pays de l’Amérique Latine, il a été rapporté que 71% de la population de Chili et 40% de la population de Colombie ont utilisé la médecine traditionnelle.
La médecine traditionnelle est également très populaire dans de nombreux pays développés parce qu’elle est fermement intégrée à des systèmes de croyance plus globaux [OMS, 2002].
Tous ces chiffres montrent que les gens se tournent, de nouveau, vers la médecine traditionnelle et surtout vers les plantes médicinales.
 
- 2 -
 
I-3. Pourquoi le recours à cette forme de médecine ?
L’usage de la médecine traditionnelle est très répandu et revêt une importance sanitaire et économique croissante. Dans les pays en voie de développement, l’usage répandu de la médecine traditionnelle est accessible et abordable particulièrement pour les patients les plus pauvres du monde vue le coût élevé de certains médicaments ainsi que leur indisponibilité sur le marché.
Parallèlement, dans de nombreux pays développés, la popularité de la médecine traditionnelle (dite : médecine complémentaire) est alimentée par les inquiétudes au sujet des effets nocifs des médicaments chimiques, par la remise en question des démarches et présomptions de l’allopathie et par l’accès de plus en plus facile du grand public à l’information sur la santé [OMS, 2002].
Durant ces deux dernières décennies, la recherche en phytothérapie devient une des plus grandes préoccupations scientifiques [Nyah Njikeet al., 2005]. De fait, l’OMS a mis une stratégie pour la médecine traditionnelle dont le but est de maximiser les possibilités de cette forme de médecine en tant qu’une source de soins de santé, et de protéger la matière première surtout dans le cas des plantes [OMS, 2002].
Justement, la pharmacie utilise encore une forte proportion de médicaments d’origine végétale et la recherche trouve chez les plantes de nouvelles molécules actives, ou des matières premières pour la semi-synthèse.
II- Diabète sucré : 
II 1. Présentation de la maladie : -
Traiter, soigner, ou guérir les maladies, c’est le but des phytothérapeutes à travers le monde. De ce fait plusieurs maladies qui posent de très graves problèmes à l’échelle mondiale sont pris en charge par les chercheurs dans ce domaine afin de trouver de nouveaux remèdes.
 
- 3 -  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.