Atlas des Orchidées de France

De
Publié par

Cet atlas des orchidées de France fondamental de 400 pages, au format A4, est la conclusion d'un long travail d'inventaire des stations des 159 espèces d'orchidées de France. Au travers de 159 monographies superbement illustrées et 154 cartes, vous découvrirez un état des lieux de la répartition de ces plantes fascinantes.

Cet ouvrage est une Publication scientifique du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN), en coédition avec les éditions Biotope. Quatorze auteurs et de nombreux photographes ont mené à bien cette entreprise ; François Dusak et Daniel Prat, de la SFO, étant les coordinateurs de cette équipe. Fruit du travail de plus de 3 000 personnes ou organismes (dont les Conservatoires botaniques nationaux) regroupe plus de 420 000 données.

Les parties introductives de l'ouvrage détaillent la genèse de la cartographie, les implications de cet Atlas sur la gestion des populations d'orchidées, les différentes zones biogéographiques déduites de leur répartition et des données climatiques, et font le point sur les risques auxquels elles sont exposées.

Pour chaque taxon, sont indiqués en plus d'une carte détaillée, la répartition globale, l'écologie et le classement liste rouge nationale selon les critères de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). En mai 2009, le Comité français de l'UICN, le MNHN, la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux et la SFO ont validé, lors d'une réunion de synthèse, la liste rouge des orchidées de France. L'Atlas procure des informations de référence pour définir les priorités de protection et les actions à mener en faveur des espèces classées en danger (EN) ou vulnérables (VU) telles que le Sabot de Vénus plante spectaculaire, le Liparis de Loesel espèce fragile des milieux humides (le Ministère chargé de l'environnement vient de lancer le 1er octobre 2010, le Plan d'action nationale de protection du Liparis de Loesel), et l'Ophrys de l'Aveyron qui occupe une aire très restreinte. Ce dernier est une des rares espèces de la flore française proposée pour inscription sur la liste rouge mondiale de l'UICN.

Dans la lignée des ouvrages naturalistes édités récemment par Biotope et le MNHN, cet Atlas des orchidées de France offre un outil important pour l’évaluation de la biodiversité française. Il permet de mieux appréhender les difficultés de la conservation de nos orchidées et de leurs habitats et de comprendre les menaces qui pèsent sur elles ; certaines espèces étant principalement, voire uniquement, réparties en France ce qui leur confère une valeur patrimoniale particulière à préserver. Enfin, la répartition des orchidées, servira tous ceux qui interviennent dans la gestion du territoire et les nombreux passionnés !


Publié le : vendredi 12 novembre 2010
Lecture(s) : 41
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782366621020
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
cover

images

Atlas des Orchidées de France

Coordinateurs
François Dusak et Daniel Prat

Ouvrage collectif de la Société française d’Orchidophilie

 

Cet Atlas est la conclusion de l’inventaire des orchidées de France, commandé en 1987 à la Société française d’Orchidophilie par le ministère chargé de I’Environnement ; le Service du Patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle étant le partenaire technique désigné par le ministère.

images

Référence bibliographique à utiliser :

Dusak F. & Prat D. (coords), 2010. – Atlas des Orchidées de France. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 400 p.

Diffusion

BIOTOPE

22 boulevard Maréchal Foch, BP 58 34140 Mèze

Contact : parthenope@biotope.fr
Tél. : 00 33 (0)4 67 18 65 39
Fax : 00 33 (0)4 67 18 46 29
Sur internet : www.biotope.fr ou

Publications scientifiques du Muséum

CP 41

57 rue Cuvier, 75231 Paris cedex 05
Email : diff.pub@mnhn.fr
Tél. : 00 33 (0)1 40 79 48 05
Fax : 00 33 (0)1 40 79 38 40

Photos de couverture

Page 1 de couverture

Gymnadenia corneliana, © Olivier Tourillon

Page 4 de couverture

Orchis militaris, © Pascal Pernot

Platanthera chlorantha, © Pascal Pernot

Dos

Cephalanthera rubra, © Hélène Rodriguez

Ensemble des auteurs

Jean-Pierre Amardeilh
Robert Bordes
Janine Bournérias
Francis Dabonneville
Michel Demange
François Dusak
Philippe Feldmann
Olivier Gerbaud
Alain Gévaudan
Pierre Jacquet
François Munoz
Daniel Prat
Gil Scappaticci
Daniel Tyteca

Société française d’Orchidophilie

17 quai de la Seine

75019 Paris

Tél.: 01 40 37 36 46

Sommaire

PRÉFACE (Pierre Laurenchet, Président de la SFO)

AVANT-PROPOS (Jean-Marc Michel, Directeur général de l’Aménagement, du Logement et de la Nature)

REMERCIEMENTS

GÉNÉRALITÉS

HISTORIQUE (Pierre Jacquet & Janine Bournérias)

RÉALISATION DE L’INVENTAIRE (François Dusak, Jean-Pierre Amardeilh & Robert Bordes)

L’ATLAS, UN OUTIL DE GESTION (Daniel Prat)

ANALYSE DES LIMITES D’AIRES (Michel Demange)

BIOCLIMAT, HABITAT ET RÉPARTITION DES ORCHIDÉES (François Munoz)

MENACES ET PROTECTION (Philippe Feldmann)

MONOGRAPHIES

Présentation des monographies

Présentation des informations portées sur les fiches

Anacamptis (11 monographies) (Jean-Pierre Amardeilh & François Dusak)

Cephalanthera (3 monographies) (Francis Dabonneville)

Chamorchis (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Coeloglossum (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Corallorhiza (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Cypripedium (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Dactylorhiza (18 monographies) (Daniel Tyteca)

Epipactis (19 monographies) (Alain Gévaudan)

Epipogium (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Gennaria (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Goodyera (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Gymnadenia (9 monographies) (Olivier Gerbaud)

Hammarbya (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Herminium (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Himantoglossum (2 monographies) (Francis Dabonneville)

Limodorum (2 monographies) (Francis Dabonneville)

Liparis (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Neotinea (7 monographies) (Jean-Pierre Amardeilh & François Dusak)

Neottia (3 monographies) (Francis Dabonneville)

Ophrys (47 monographies) (Michel Demange & Gil Scappaticci)

Orchis (13 monographies) (Jean-Pierre Amardeilh & François Dusak)

Platanthera (3 monographies) (Francis Dabonneville)

Pseudorchis (1 monographie) (Francis Dabonneville)

Serapias (8 monographies) (Olivier Gerbaud)

Spiranthes (2 monographies) (Francis Dabonneville)

Traunsteinera (1 monographie) (Francis Dabonneville)

ANNEXES

Les Conservatoires botaniques nationaux

Nombre de relevés et de stations par taxon

Classement des différents taxons selon les catégories et critères de l’UICN et leur niveau de protection

Liste des taxons menacés selon les catégories et critères de l’UICN et leur niveau de protection

Bibliographie

Index

images

© Daniel TYTECA

Epipactis palustris

Préface

Lorsque je suis entré à la Société française d’Orchidophilie (SFO) dans les années quatre-vingts, intrigué par une émission de l’INRA traitant des bizarreries des plantes et des orchidées en particulier, ma représentation de ces dernières relevait de l’imagerie populaire, du fantasme ; plantes aux fleurs merveilleuses dont l’aura mystérieuse hantait mon imagination vagabonde en quête d’exotisme. L’orchidée devait s’épanouir dans des forêts vierges, dans la touffeur des tropiques.

À la SFO, j’ai alors appris que l’orchidée peuplait aussi nos contrées et que Pierre JACQUET dans sa Répartition des orchidées indigènes de France dénombrait à l’époque environ 100 espèces.

J’ai aussi découvert dans les publications de la SFO d’étranges petits livrets verts qui présentaient une cartographie des orchidées locales par département. Nous étions aux prémices de cet Atlas.

Janine BOURNÉRIAS et Pierre JACQUET, mieux que je n’aurais su le faire, ont tracé l’historique de cet ouvrage dans leur partie respective.

Je préfère personnellement insister sur le rôle ingrat, mais ô combien important, des milliers de bénévoles de la SFO ou d’associations botaniques qui ont permis l’aboutissement de ce travail. Sans le dévouement de chacun, sans le travail obscur de collecte sur le terrain de 450000 données (plus de 420000 ont été conservées après suppression des doublons et validation), le traitement de celles-ci et la coordination des intervenants par la Commission de Cartographie et la Commission scientifique de la SFO, cet Atlas n’aurait pu voir le jour.

Je me dois de rappeler l’aide importante dont nous avons bénéficié de la part des Conservatoires botaniques et de l’Office national des Forêts.

Le Muséum national d’Histoire naturelle s’est fortement investi dans la réalisation de cet Atlas en traitant l’ensemble des données et en aidant à sa publication.

Les encouragements du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, se sont traduits par la signature de bons de commande successifs qui nous ont apporté un soutien financier.

Cet ouvrage d’importance, fruit d’un travail collectif de longue haleine, permettra

• aux orchidophiles de compléter in situ leurs connaissances livresques ;

• d’assurer un suivi des stations ;

• de lancer des actions de protection sur des sites menacés ;

• d’aider les pouvoirs publics dans leur politique environnementale.

Que tous soient remerciés de nous avoir permis la publication, après bien des années d’incertitude, de cet ouvrage de référence.

Pierre LAURENCHET
Président de la Société
française d’Orchidophilie
images

images

© Pierre LEBAS

• Serapias cordigera •

Avant-propos

Les orchidacées ou orchidées constituent une famille de plantes qui a toujours fasciné les naturalistes. La beauté de leurs inflorescences, leurs modes de reproduction complexes, leur taxonomie et leur biologie constituent tout autant d’intérêts pour le biologiste que pour le botaniste.

Bien qu’étant souvent considérée comme une famille plus accessible que le reste de la flore sauvage, l’étude des orchidées reste une discipline difficile et contraignante. La détermination des taxons implique un travail exigeant et rigoureux, d’autant plus lorsque l’on s’intéresse aux nombreuses sousespèces et divers hybrides existants.

Au-delà des orchidées tropicales qui fleurissent dans la plupart des salons des Français, les orchidées sauvages de la France métropolitaine sont également une source de passion pour de très nombreux botanistes amateurs comme professionnels constitués en réseau autour de la Société française d’Orchidophilie. Les orchidées comprennent des espèces autant inféodées aux milieux les plus secs que ceux particulièrement humides et constituent de très bons indicateurs de la qualité des milieux naturels.

L’ouvrage présenté ici constitue une synthèse actualisée des connaissances de la répartition de ces espèces. Il représente un travail considérable mené par la Société française d’Orchidophilie en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle et le réseau des Conservatoires botaniques nationaux.

Le fruit de cette collaboration a permis de rassembler et synthétiser un nombre impressionnant de données, rappelant l’activité importante et salutaire des réseaux de naturalistes locaux particulièrement dynamiques en matière d’orchidophilie.

Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer a apporté son soutien à cette initiative et je me félicite de la qualité de l’ouvrage qui en découle.

L’Atlas des orchidées est édité au moment où le Grenelle de l’environnement prend forme. Il constitue un volet important pour la connaissance de la biodiversité française dans la lignée des atlas régionaux de la flore, des monographies et ouvrages naturalistes édités ces dernières années.

La lecture de l’Atlas permet de mieux appréhender les enjeux auxquels nous devons faire face pour la conservation de la biodiversité en France. Les menaces qui pèsent sur ces espèces et leurs habitats représentent un défi en matière de politique d’aménagement et plus spécifiquement de politiques environnementales. Ces menaces sont bien illustrées par les cartes de répartition qui mettent en évidence le recul de nombreuses espèces. Face à ce constat, le ministère en charge de l’écologie complète les politiques réglementaires de protection des espèces et des espaces, par des plans nationaux d’action en faveur des espèces les plus menacées. En ce qui concerne les orchidées, le ministère a notamment mis en place un plan national d’action en faveur du Liparis de Loesel, espèce en très forte régression depuis un siècle en France, tout comme dans le reste de son aire de répartition.

Je suis attaché à ce que le Ministère poursuive le soutien de telles initiatives et je tiens tout particulièrement à féliciter ici les auteurs et ceux qui ont participé à la réalisation de cet Atlas.

Nul doute que cet ouvrage comblera de très nombreux amateurs de la flore sauvage et qu’il sera un outil pour la sensibilisation du public envers la nature.

 

Jean-Marc MICHEL
Directeur général de l’Aménagement,
du Logement et de la Nature
images

Remerciements

Nous remercions très sincèrement les personnels des services qui se sont succédé pour apporter un soutien substantiel à la réalisation de cet Atlas depuis la commande de 1987 passée par le ministère chargé de l’Environnement jusqu’à la phase finale gérée par le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, plus particulièrement par la Direction de la Nature et du Paysage.

Que le Service du Patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle et l’ensemble de son personnel soient également remerciés pour leur contribution technique et leur dévouement apportés à la réalisation de l’Atlas.

Plus de 3 000 personnes ont contribué, à des titres divers, à la collecte, la mise en forme, la transmission, la validation, de plus de 420 000 données. Plus de 90 personnes, cartographes, fournisseurs de données et autres intervenants ont ensuite participé à l’élaboration de la Liste rouge des orchidées de France intégrée dans cet Atlas.

Nous les remercions vivement de leur participation ; sans eux, cet inventaire et donc cet Atlas, ne seraient pas.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.