L'autobiographie Le Voyage

Publié par

L'autobiographie Le Voyage

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 149
Nombre de pages : 48
Voir plus Voir moins
APA - MAI 2009 - N° 45
Aix-en-Provence
Association pour l’autobiographie et le patrimone autobiographique
Aoste Aix-en-Provence
Lautobiographie Journée de l’autobiographie 19 mai 2009 Un partenariat entre l’APA et l’académie d’Aix-Marseille
Saint Victoret Apt Berre l’étang
Le Voyage
Amphithéâtre de la Verrière Cité du livre Aix-en-Provence -
Marseille Digne
Collège Saint-Eutrope, Aix-en-Provence
SOMMAIRE
Collège Henri Barnier, École de la Bricarde, Marseille ........................................................................................................................ 4 Collège Belle de Mai, Marseille ............................................................................................................................................................ 6 Collège Belle de Mai, École de la Révolution, Marseille ..................................................................................................................... 8 Cité scolaire d’Apt, Lycée ................................................................................................................................................................... 10 Lycée professionnel Colbert, Marseille ............................................................................................................................................... 12 Collège Gassendi, Digne-les-Bains ..................................................................................................................................................... 14 Collège André Chénier, Marseille ....................................................................................................................................................... 18 Collège Rocher du Dragon, Aix-en-Provence ..................................................................................................................................... 19 Maison d’Arrêt de Luynes ................................................................................................................................................................... 20 Collège du Vieux Port, Marseille ........................................................................................................................................................ 22 Collège Clair Soleil, Marseille ............................................................................................................................................................ 24 Vallée d’Aoste, Italie ........................................................................................................................................................................... 26 Budapest, Hongrie ............................................................................................................................................................................... 28 Collège Jacques Prévert, Saint-Victoret .............................................................................................................................................. 30 Collège Vallon des Pins, Marseille ..................................................................................................................................................... 33 Collège Arc de Meyran, Aix-en-Provence ........................................................................................................................................... 36 Collège Fernand Léger, Berre l’Etang ................................................................................................................................................. 39 Collège de l’Estaque, Marseille .............................................................................................................................................................40 Collège Georges Brassens, Bouc Bel Air ............................................................................................................................................. 42 Menu DVD .......................................................................................................................................................................................... 44
Cahier n°45- Mai 2009
2
Fête de l’autobiographie, 19 mai 2009 Un partenariat entre l’académie d’Aix-en-Provence et l’Association pour le Patrimoine Autobiographique
Carnets de Voyages Le désir de faire se rencontrer des équipes de professeurs et d’élèves pour découvrir leurs travaux en écriture autobiographique est le moteur de la manifestation qui, le 19 mai 2009, a réuni à la Cité du Livre, dans l’amphithéâtre de la Verrière, les représentants de 19 établissements scolaires. Les enseignants qui le désiraient avaient été, en cours d’année, invités à suivre des ateliers d’écriture, à rencontrer l’équipe du FRAC (Fonds régional d’Art Contemporain), à recevoir dans leurs classes une comédienne qui aidait les élèves à prendre confiance devant un micro, et qui a rythmé l’enchaînement des présentations successives sur la scène de l’amphithéâtre. Le thème,Voyages, a été interprété de multiples façons : de Mayotte à Tizi-Ouzou, de Bagdad à Tipaza, parfois avec hésitation, toujours avec application, ceux qui nous parlaient nous ont fait suivre les fils de leurs vies d’adolescents pour qui le voyage, loin d’être un divertissement, est une expérience fondatrice. Un coquillage suffit pour faire rêver de l’île lointaine et ensoleillée qu’on a perdue… D’Italie nous sont venus des poèmes, et de Hongrie un carnet du voyage accompli entre Budapest et Aix-en-Provence. Grâce à l’aide de l’équipe du FRAC et à la disponibilité des administrateurs de la Cité du Livre, les professeurs avaient pu, la veille, disposer les travaux d’art plastique réalisés pendant l’année : une mosaïque de dessins, au sol, conduisait devant un poème projeté sur le mur, des livres-objets, posés sur des chaises, attendaient leurs lecteurs. Dans une grande salle vitrée étaient réunies de véritables installations parfois commentées par leurs créateurs.
Cahier n°45- Mai 2009
3
Evocation qui n’a rien d’exhaustif… Pendant ce temps la mairie d’Aix-en-Provence offrait une collation à l’assistance, ce qui accentuait le petit air tranquille et joyeux de nos déambulations sous le grand préau ouvert. L’après-midi, dans le petit auditorium, Philippe Lejeune a animé une causerie « Journal et autobiographie : convergences et divergences ». Deux pratiques embarquées dans le même bateau : du côté de la vérité de la personne qui écrit. On y a parlé du temps, du secret, du rapport à la naissance et à la mort, d’exemples de fusion entre autobiographie et journal : Perec, Leiris, Stendhal, Claude Mauriac… Nous remercions très chaleureusement toutes les institutions sans lesquelles cette manifestation n’aurait pu avoir lieu : l’Académie d’Aix-Marseille, la ville d’Aix-en-Provence, la Cité du Livre, la Fondation du Crédit Mutuel pour le livre, le FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain), et nous espérons que leur intérêt pour nous ne faiblira pas ! Françoise Lott,responsable régionale APA Jean-Guillaume Coste,responsable académique lecture-écriture, DAAC, rectorat d’Aix-Marseille
N.B. Le point de départ de ce cahier était une profusion de textes, tous plus attachants les uns que les autres. Il a fallu choisir, et bien souvent, trop souvent, seul apparaît le nom d’un élève dont le travail aurait mérité d’être cité : le nombre de pages que ne devait pas dépasser la publication était notre plus forte contrainte !
Voici comment un élève du Collège Georges Brassens, à Bouc-Bel-Air a vécu la journée : Je revois encore cette corde où l’on avait accroché des panneaux. Sur chaque panneau, on trouvait des mots, des souvenirs d’un pays abandonné, des espoirs de mondes nouveaux et meilleurs, une ribambelle de mots aux sonorités familières pour les uns et étrangères pour les autres. Cette farandole de mots représentait l’espoir, les peines, les joies et les malheurs que toute personne ayant quitté son pays subit en ressassant de vieux souvenirs, tantôt bons, tantôt mauvais. On écoute attentivement les textes des autres collèges. On regarde leurs représentations et, bien que personne ne voudrait l’avouer, on compare leurs récits aux nôtres. On se dit soit « Pfft… ! Ils sont nuls ! On est bien meilleurs ! » Ou alors « Oh non ! On va passer pour des idiots à côté d’eux ! » Pas de variante possible.
Cahier n°45- Mai 2009
4
Collège Henri Barnier et École de La Bricarde, Marseille
Collège Henri Barnier, École de La Bricarde
ème Frédéric Damour,professeur de lettres, 6 F Anne Lacaule, Pierre Hafsi,professeurs d’école, CM2
mè
Une île au large de ma vie : Dans le cadre des missions des collèges « Ambition Réussite il en est une qui consiste à familiariser, préparer les élèves de CM2 à l’entrée en 6», e. Ces actions sont particulièrement axées sur les mathématiques, le français, et doivent si possible prendre la forme d’un projet pédagogique. Il semblait donc tout indiqué de réunir deux classes de CM2 de l’école de la Bricarde et une classe de 6èmedu collège Barnier autour d’un thème aussi riche et stimulant que l’écriture autobiographique. Le choc de l’entrée au collège peut être ainsi atténué par le contact progressif avec des élèves du secondaire et surtout des professeurs. Par ailleurs, l’écriture autobiographique semble tout indiquée pour exprimer les craintes, angoisses, questionnements dûs à un imminent changement de rythme scolaire. Certes les méthodes mises en œuvre sont quelque peu différentes des pratiques dites classiques du cours de français. En effet il est apparu plus pertinent, car plus doux, de fonctionner sous forme d’atelier d’écriture. Les ateliers se sont déroulés à l’école, un groupe d’élèves du collège se déplaçait et nous prenions en alternance, dans une salle à part, quelques élèves de la classe de Mme Lacaule ou de M. Hafsi. Les ateliers se sont déclinés en trois phases autour de trois textes.Une Îlede J. Brel,Robinson Crusoëde D. Defoe, etVendredi ou la vie sauvagede M. Tournier. L’idée générale était d’imaginer une île à soi, idéale, qui nous ressemble et nous fait rêver. Une sorte d’utopie au large de sa vie. On a d’abord imaginé le nom, la géographie et les moeurs de son île. On s’est aidé d’anagrammes, de paronymes, de jeux de mots, de néologismes. A partir de la Charte de Speranza (cf. Vendredi ou la vie sauvage), on a élaboré l’organisation, les us et coutumes de son île. Enfin, on a imaginé ce que pouvait être le retour à la civilisation après un long séjour dans son île, le retour au quartier de son enfance. Notre vie rêvée est un voyage…
Afin de pouvoir présenter ces textes à la Journée de l’APA, nous avons construit un texte, certes un peu synthétique, mais à partir des plus belles images glanées dans tous les textes d’élèves…
Cahier n°45- Mai 2009
Collège Henri Barnier et École de La Bricarde, Marseille5 Lynessa de Solvan,C’ÉTAIT COMMENT SUR TON ÎLE? J’ai la peau sèche. Ma société de prêt-à-porter a -UHne iîaleg ,au large…Il est interdit de parler sans rimerbien march酠En plus jai hérité de mon père… J’ai bien profité… J’ai 12 petits enfants. Dans mon Maonntagnes rocheuses dans leau verte.OLens  npaar peantss  lseo dnrt opitr idées  fduêmtreer doux avec les enfantsquartier un supermarché a remplacé les bâtiments. ÎLlee s Dhjoemm,mes y sont en guerre, les maisons brûlent sur On ne peut abattre les animaux rampants.-v Joeu lsauiiss… g rAo slsae  pelta rciedédee, je n aai npciaes npnue  féaciroel ec,e  ilqsu eo njte   mon lKei tsaaab,le blanc.Il ny a ni bagues ni cortège lors des mariagesfaJit aui nr éhuôstseil  dmea  lvuixee,  !j étais brillante avocate… Mais Tout le monde se peint en bleu -Les hommes y sont des sages muets, une année dure Pas de roi, tout le monde est révolutionnaire je ne suis pas mariée et je n’ai pas vu mes parents 2K7o ahnssu.rf,Le cinéma est gratuit. […]-m Joeu rsiri…s  Jceh nauavi ej acmoamis mree vBu armtohne zq, ujaer tsieuri.s clochard. u ÎTlee ddaer ,rage, de lave, large et folle !Les enfants ont le droit de conduirecAhvaaunsts ejtteétsa itsr oubéieesn,,  mmoani nâtemnea nbtr ûljee  enncaoi re quete  mdoesn  Il n’y a pas d’horaires Île de pierre sans mer, de mort, de diables et de Il est très mal vu de postillonner seul ami est le ciel… Je me moquais d’Ugly Betty, peur ! Les stars sont les bienvenues. mais je suis devenu plus moche qu’elle… Dans L’île Cotropicale, mon quartier, il n’y a plus de voyous, mais des Décharge universelle, remplie de nudistes et de voyelles… mutants.ET AUJOURDHUI, Rakounia,COMMENT TE SENS-TU DEPUIS QUE TU ES RENTRÉ?- Tu n’as reconnu ni ton île ni ton quartier…. Vous ne l’atteindrez jamais… - Non, parce qu’ils ont fait comme toi, ils ont vieilli.  - J’ai les cheveux gris, mes enfants sont tous casés, Belli,ifiue ojai été très heureux… La cité de la Castellane est DLuésnearbtee let magnqù loiseau se gave de fruits.devenue un marché de fruits et légumes… Le soleill an,y brille que la nuit ! Malgré mes 83 ans, jai les cheveux rouges et -Archipel de l’Esmour, m’habille comme si j’avais 17 ans… Mon quartier a  Habillés de rouge, hommes et femmes prennent des disparu sous une décharge publique… barques pour regarder de près le soleil ! Sporo, Sœur des îles Loyauté, le sport est art, loi et religion. Île Poégine, Île poétique au cœur de l’océan Magnifique. Rougeoi, Île de sang bordée de houx et de cactus, située aux confins de l’enfer ! Cahier n°45- Mai 2009
6
Collège Belle de Mai, Marseille
Charlotte Hasson,professeur référent Ambition Réussite, Dispositif d’accueil et d’intégration (DAI) du collège Belle de Mai Hélène Force et Éric Petit,association Art de Vivre
Collège Belle de Mai
Le Dispositif d’Accueil et d’Intégration rassemble des élèves de la 6ème à la 3ème, une dizaine en tout, qui viennent d’arriver en France et qui apprennent le français. Dès le début de l’année, des ateliers théâtre (travail sur le corps, la voix...) et des ateliers d’écriture (sur les thèmes de l’identité, du voyage...) ont été menés en parallèle. Au fil des ateliers, les élèves se sont sentis plus en confiance et le plaisir d’être ensemble a fait naître le désir de chanter des chants de leurs pays d’origine. Tous étaient non francophones et récemment arrivés en France ; la beauté et la sincérité de ces chants étaient frappantes. L’idée est alors née d’imaginer des autobiographies autour de ces chants.
La production finale est un disque où s’entremêlent les chants et les textes des élèves. Ceux-ci ont été enregistrés dans le studio d’enregistrement de l’association Art de VivreauComptoir de la Victorine.
Merci àSinan, Gentrit, Hisen, Souhil, Mostapha, Lila, Chaambani, Siyar, Zalhata, Benazir.
Cahier n°45- Mai 2009
Je m’appelle Hame Heci. Je suis chanteur. J’ai 2 enfants. J’ai 54 ans. Je suis né au Kurdistan. Quand j’étais petit, je suis parti en Turquie. Ma mère était turque. Avant tout le monde était turc. Maintenant il y a les Kurdes et les Turcs. C’était mieux pour moi de partir en Turquie. Il y avait trop de guerre au Kurdistan. J’ai appris à chanter. Je chantais dans les mariages. 10 jours à Istambul, 10 jours à Izmir. Et comme ça, je gagnais ma vie. C’était mieux, il n’y avait pas de bombardement. Après je suis parti en Europe. Et j’y suis resté. Le Kurdistan, ce n’est pas comme la France. Là-bas quand tu es malade, il y a toujours une plante qu’on te donne à manger. Et alors tu peux guérir. Sinan Je m’appelle Ermal. Je suis né au Kosovo. J’ai une compagne qui s’appelle Katlina. Nous avons 2 enfants : une fille qui s’appelle Vlora et un garçon qui s’appelle Astrid. Quand j’étais petit j’adorais la musique. Mon père m’aidait, il m’apprenait à jouer du çiftili. C’était de belles années d’enfance au Kosovo. Il y avait beaucoup de fleurs et beaucoup de gens très gentils. Maintenant j’ai 23 ans. On m’a dit qu’en France il y avait beaucoup de travail. Mais je préfère rester ici. Je suis professeur de mathématique à Skinderei. Avant il y avait la guerre.
Collège Belle de Mai, Marseille
Parce que le Kosovo était ensemble avec la Serbie. Ils ont dit : - On ne veut pas rester avec vous ! Pour toujours ! Et c’est mieux comme ça. Gentrit J’ai zéro an. Je suis encore dans le ventre de ma mère. Je l’entends parler [...] Elle va m’appeler Ibrahim. Je vais naître au Kosovo. Hisen Je m’appelle Mounir. J’ai 56 ans. Je suis né à Batna. Je suis opticien. J’ai fait mes études à Alger. J’aime ce métier parce qu’on bricole. L’Algérie a changé. La vie a remonté. J’aime tout en Algérie. Je ne suis jamais allé en France et je n’ai pas envie d’y aller. Ici il y a maintenant tous les objets de valeur qu’on veut. J’ai un enfant qui vit en Belgique. Il avait du travail en Algérie mais il est parti en vacances et il a rencontré une femme. Et ça s’est passé comme ça ! Souhil Je m’appelle Hamou. J’ai 80 ans. Je suis né à Casablanca mais je connais toutes les villes du Maroc. J’ai eu une belle vie dans une belle ville. Casablanca c’est plus beau que l’Amérique. De beaux bâtiments, de très hautes mosquées. J’ai dit à mes petits enfants : « Travaillez bien à 
Cahier n°45- Mai 2009
7
l’école ! Moi, je suis allé à l’école. » Mais ils sont partis en France... « On sait courir plus vite que le TGV si la police arrive. » Ils sont rentrés dans les camions, dans les conteneurs. Ils disent que l’Europe c’est bien. Mieux que l’Amérique. Ils m’ont dit qu’ils allaient à l’école là-bas. Mostapha Je m’appelle Wallada. Mon nom veut dire naissance. Je suis née à Cordoba au dixième siècle. Je suis une princesse arabo-andalouse. Mon père, le calife Muhammad al Mustafki Billah a été assassiné. J’écris de la poésie et je reçois dans ma maison des philosophes et des artistes. Lila Je m’appelle Jamal J’ai 75 ans. J’écoute la chanson nationale des Comores. Le drapeau monte. Il est bleu, jaune, blanc, rouge et vert. Je ne sais pas expliquer pourquoi j’aime cette chanson. Elle parle de la vie avant. Chaambani Je m’appelle Ahmed. J’ai trente-huit ans. Je suis né à Izmir. Là, pas de guerre. Mais personne ne parle kurde. Je ne me suis jamais marié. Je suis pêcheur. Le plus beau poisson, c’est l’alabala.
Siyar
8
Collège Belle de Mai, École Révolution, Marseille
Collège Belle de Mai, École Révolution
Dispositif d’Accueil et d’Intégration (DAI), 10 élèves CLasse d’Initiation (CLIN), 9 élèves
Charlotte Hasson,professeur référent Ambition Réussite, DAI Marie-Hélène Gracias,institutrice CLIN
Mosaïque Interculturelle, 2009 (dessins au sol) Le projet est né d’un échange entre les Élèves Nouvellement Arrivés en France (ENAF) de l’école primaire Révolution et ceux du collège Belle de Mai. Nous avions un désir commun : prendre en compte la diversité culturelle de nos classes et en faire un point de départ pour les apprentissages. L’échange s’est matérialisé par des sorties, des moments d’échanges, de jeux... La production finale de ces apprentissages a peu à peu pris forme à travers une mosaïque représentant ces identités plurielles. Il s’agit de se représenter en montrant à la fois d’où l’on vient et où l’on vit aujourd’hui. Expliquer le voyage parcouru par les élèves, voyage à la fois géographique, d’un pays à un autre mais également identitaire et linguistique...
Cette production artistique utilise les éléments de la diversité culturelle mais également des éléments mémorisés lors des sorties de découverte de la ville d’accueil.
Cahier n°45- Mai 2009
Collège Belle de Mai, École Révolution, Marseille
Cahier n°45- Mai 2009
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.