Les vertus ophtalmiques et digestives de la myrtille

Publié par

Les vertus ophtalmiques et digestives de la myrtille

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 266
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
/ Région /Page d’été
Textes : Simone Wehrung Photos : Bernard Meyer
o ;N 171- Vendredi 24 juillet 2009
REF TE 02
Région 2
Les plantes médicinales (2) Les vertus ophtalmiques et digestives de la myrtille « Quandles myrtilles sont mûres, le médecin peut partir en vacances» dit-on à Lièpvre. Il est vrai que la plante soigne une multi-tude de maux, de la diarrhée au diabète en passant par les troubles de la vision.
Les mamans le savent bien :rien de tel qu’une bon-ne compote de myrtilles pour calmer la diarrhée du petit. Les qualités antidiarrhéiques de la «brimbelle »comme on l’appelle dans les Vosges sont connues depuis la nuit des temps. Mais pour développer ces vertus, la myrtille doit être cuite ou séchée; le fruit fraî-chement cueilli et ingéré pro-duit l’effet inverse, c’est-à-di-re légèrement laxatif. La myrtille, baie ou feuille, a une action antibactérienne sur les intestins mais ce n’est là que l’aspect le plus notoire
Fruits ou feuilles
Dans leur ouvrageEn bon-ne santé avec les plantes des Vosges et d’ailleurs (éditions La Nuée Bleue), Christian et Elisabeth Bus-ser préconisent une infu-sion de feuilles de myrtille pour soigner le diabète (sans insuline), l’infection urinaire en complément, la diarrhée, la mauvaise cir-culation sanguine et les troubles de la vue: une cuillerée à soupe de feuilles pour un quart de litre d’eau bouillante, laisser infuser 10 à 15 minutes (boire deux à trois tasses par jour). Les mêmes effets thérapeutiques peuvent être obtenus avec des gélu-les :300 à 600mg à cha-que repas. Contre la diarrhée, on peut également directement cro-quer (ou infuser) cinq baies séchées ou prendre deux gélules de 300mg plu-sieurs fois par jour s’il le faut.
Elle tapisse en masse les hauteurs des Vosges, sur les chaumes ou dans les forêts. En été, les myrtilles se dégustent à la pelle.
La belle couleur bleue vio-lacée dénote d’une pleine maturité, la myrtille est prête à être récoltée. La saveur de la baie juteuse est douce, lé-gèrement acidulée, à l’image du sol sur lequel la plante se complaît.
Fleurs vertes ou rosâtres
L’arbrisseau aime les sols frais, siliceux et pousse en masse en association avec les plantes acidophiles. Les feuil-les sont caduques, ovoïdes et finement dentelées. D’un vert profond l’été, elles rougissent légèrement à l’automne. La floraison intervient au prin-temps, d’avril à juin avec des fleurs vertes ou rosâtres qui laissent ensuite place à des fruits passant du vert au vio-let foncé.
A fins thérapeutiques, les feuilles de la myrtille doivent être récoltées au printemps et les baies quand elles sont mûres, c’est-à-dire de la mi-juillet à septembre.
des propriétés médicinales de la plante. Sa baie, un des fruits les plus légers en sucre et en ca-lorie, est non seulement riche en fibres mais aussi en anti-oxydants et en vitamine P qui renforce la résistance des ca-pillaires sanguins. Elle soula-ge les troubles circulatoires et agit comme un tonique, no-tamment sur la mémoire. Elle protège en outre des ulcères
gastriques et des infections urinaires.
Arme secrète des pilotes britanniques
Elle prévient également les cataractes et régénère le pourpre rétinien, essentiel pour la vision nocturne. Mê-me si Hildegarde de Bingen e avait dès le XIIsiècle souli-
gné les vertus ophtalmiques de la baie bleue, la myrtille a été l’une des armes secrètes de la British Royal Air Force contre les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale: les pilotes britanniques bu-vaient du jus de myrtille afin d’améliorer leur vision lors des vols de nuit... Des découvertes récentes ont confirmé un usage popu-laire anti-diabétique. La feuil-
La baie bleue des Vosges
Plante emblématique des Vosges, la myrtille tapisse les chaumes.
La myrtille commune (Vac-cinium myrtillus, de la famille desEricaceaeet du groupe des airelles) est une plante emblématique du massif vos-
gien et le nom désigne aussi bien le végétal que le fruit. Il signifie à l’origine petite myrte pour sa ressemblance avec cette plante méditerra-
néenne pourtant très éloi-gnée sur le plan botanique. La myrtille (Haidelbeeren al-sacien) est également connue sous le nom de brimbelle
le de myrtille est riche en chrome et possède un effet protecteur dans le diabète non insulino-dépendant. Ri-che en tanin, elle est astrin-gente et donc cicatrisante. La myrtille semble n’avoir que des avantages et cela d’autant plus qu’elle se laisse déguster sous diverses for-mes. Attention toutefois à l’ecchinococcose (lire ci-contre).
dans le département des Vos-ges, raisin des bois, bleuet ou bluet. Le bluet des Vosges est d’ailleurs un label donné aux myrtilles cultivées sur le mas-sif, plus grosses que celles qui poussent à l’état sauvage (les arbustes originaires d’Amérique du Nord peuvent atteindre 1,5 m de hauteur).
Cueillette : deux kilos par personne et par jour
La cueillette des baies sau-vages, autorisée à partir du 15 juillet pour une consom-mation familiale à raison de deux kilos par personne et par jour, a de tout temps été pratiquée pour des raisons culinaires essentiellement (tarte, confiture, liqueur,...) mais également médicinales. La myrtille était aussi utilisée comme teinture (en Scandi-navie, on s’en servait même pour colorer le vin).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.