Untitled

De
Publié par

Untitled

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 100
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins
54N fooitaAlanmessy blr foe thirLoL ioerMtyaroo  fOrléans, Member aMdrauorrOd eri Ds,anlédué utépge GSerrdoweroFsoporp-tnaAvntmetearép detMn MinistrePrésidcieh laSipAncneiim remroFertneC ongiRéa  ldet enR getner eeC fhtan oairmerChnistnioha ces lntteesttér sel te sreitnésenngages eform aofedl ue rf vas decharatrmn ioini laitceti,setinue, deeet contngmene tl esnienoitacinos iuq ,aiteaiuhfiafi nsl  amrre euqlpcait pe dore lrendcraetihut-ca erseu  din pesitolqieu suctlruleels de lÉtat.En aend moiaeld na ses dduitsconsion iuhdruojuatse retuecitcharle udm nisiiratri etif prioun objecc alummote e ed cua urltretèel dRenforcer lbisitélies dis mpmi tcal teil atiqu praontees ciaenpmrol a sedne ustexileéf rt rus noselsetuounication. À traevsrA crihaL,bc retèe  d clatuule ered t al mmoctt e secpeiuund inisle m pardaterOd elliVal ed teou sst es,anlééne  n91 eojru , volonté99 de laiuqél-avs no snaalon c àt entinad noitatitpecxeb,Lahircesifan m euprvgaeuA.lbqimaît la dourisel à uq atilaed éteationtpon éertcrihettcruee tl françaises en aesnctepéom ces dnois-uffid al à acréconsrcé enfoner uoitels ts en .Eteatitchteec reiradud etém exercice etde lihettcruedl acrt  eonàsay rneontneml à rtéegnar. ArchiLab, au eret-nitssmene tcèuc saus-oicrs  ed tnasuffid al de sionchitlarere ceutnaec nrFuc srutlres ecivVia edlls el lde ,octnirOlraésnrtement buent foid ed serutcurts qesllten iousfftnercaeC erFeul  les parpuyé, apèierdneivornnme citoyens en matte lbru .nia seLt encharecitratu xta iuasef ettnpond, réainsant  rap seésel suotenem-torimprext tère de le minisuoetin r eevtus caniontiac lmuome ered tc alutlunjeuux euveas noteelru eettccrihquinbaurt enemppolevéd ua séil xarch, ce ldee géetihcraniMerutcre distè cule lae  tuter aocedl teinatrnnaio el,se nel tirb nallt exemple.Ann-JoésA lrtoiDertcirinummoC dna erut
La Région Centre soutient ArchiLabThe Centre Region has been support-depuis sa création et sa premièreing ArchiLab since its creation and first édition en 1999.conference in 1999. ArchiLab est un événement impor-ArchiLab is a major event that helps to tant qui permet de réunir ceux quibring together those interested in, s’intéressent, s’interrogent et s’im-challenging and involved in the various pliquent dans les domaines de l’ar-architectural discipline s, be it teaching, chitecture, que ce soit pour ensei-informing, awareness-raising, gner, sensibiliser, échanger ouexchanging know-how, or creating. créer. C’est l’occasion pour les par-ticipants d’engager, de poursuivreIt offers participants a chance to ou de mutualiser des réflexions etbecome involved in, pursue and swap des expériences sur la place et lelines of thinking and experiences on the devenir de l’architecture internatio-spot, as well as the future development nale, notamment au travers de l’en-of international architecture, in partic-seignement de cette discipline enular through the teaching of this disci-Europe et de sa diffusion auprès despline in Europe, and its dissemination publics.among the public in all its forms. Depuis plusieurs années, notam-For several years, and especially in ment dans les villes et les agglomé-cities and built-up urban areas, people rations, on se questionne sur l’urba-are raising questions about urbanism nisme et ses enjeux pour restructu-and city-planning and its challenges, in rer ou dynamiser un quartier, pourorder to restructure and galvanize a mieux l’intégrer dans son environ-neighbourhood, the better to incorpo-nement, en prenant en compte sesrate it in its environment, by taking into composantes sociales et économi-account its social and economic fac-ques. De nombreuses problémati-tors. Many different problem-sets can ques peuvent ainsi trouver desthus find answers through innovative réponses au travers de projets d’ar-architectural projects, undertaken as chitecture innovants, menés dans lepart of a method proposing a so-called cadre d’une démarche proposantplural approach to today’s city and to une approche dite plurielle de lathe challenges linked with its develop-ville d’aujourd’hui et des enjeux liésment, and by bringing international à son développement et en réunis-experts together with this goal in mind. sant, dans ce but, des experts inter-nationaux.There can be no doubt that the rele-vance and interest of the projects pre-Nul doute que la pertinence et lessented at ArchiLab help to fuel lines of intérêts des projets présentés àmay be of use to publicthinking that ArchiLab contribuent à nourrir desauthorities and citizens alike.The chal-réflexions utiles aux pouvoirslenges associated with city-planning publics comme aux citoyens. Lesand the attendant architectural choices enjeux liés à l’urbanisme et lesmade are conditioning the future of choix d’architecture conditionnentcities.To gain a better grasp of these l’avenir d’une cité. Mieux compren-choices is undoubtedly to gain a better dre ces choix, c’est certainementunderstanding of today’s city, the bet-mieux appréhender la ville d’au-ter to plan for and design the city of jourd’hui pour mieux envisager ettomorrow. imaginer celle de demain.
Depuis 1999, la Ville d’Orléans devient pendant plu-For several months each year, since 1999, the City of Orléans sieurs mois un lieu de présentation des recherchesbecomes a forum for the presentation of the most innovative archi-les plus novatrices en ma tière architecturale grâcetectural research projects, and this thanks to the multiple and à l’approche multiple et pluridisciplinairemulti-disciplinary approach adopted by ArchiLab. d’ArchiLab. The aim of this conference is to compare the various ways of being Cette manifestation vise à confronter les maniè-of today’s architects, to shake up compartmentalized thinking, to res d’être architecte aujourd’hui, à bousculer lesgain a better grasp of new types of urban organization, and to cloisonnements de pensée pour mieux saisir lesgoverning the use of constructed spaces, andrethink the conditions nouvelles organisations urbaines et repenser lesspaces awaiting construction. conditions d’occupation des espaces construits ou à construire. ArchiLab est donc avant tout unMr. Bart Lootsma, ArchiLab 2004’s curator, is this year proposing a creuset d’idées et de projets qui fait d’Orléans unsurvey of the reality of the city by, among other things, exploring lieu de débats sur les choix de développementOrléans, its assets, and its strengths in relation to the present state urbain indissociablement liés à des choix deof Europe’s cities. société. ArchiLab, which is organized by the city of Orléans, brings together Monsieur Bart Lootsma, le commissaireinstitutions and associations, and is supported by the expertise and d’ArchiLab 2004, propose cette année, une étudeof the Centre Region’s Regional Contemporary Artcollections de la réalité de la ville en explorant, entre autres,Fund [FRAC Centre], now a major reference for contemporary Orléans, ses atouts, sa force au regard de l’actua-architecture. lité urbaine européenne. ArchiLab is also a convergence of projects involving the Regional ArchiLab, organisé par la Ville d’Orléans, rassem-of Architects, the Architectural Council forCouncil of the Order ble institutions et associations et prend appui surCity-Planning and Environment in the Loiret, the Friends of the l’expertise et les collections du Fonds RégionalFRAC Centre, the Historic Cafés in the Region, the Regional Office d’Art Contemporain de la Région Centre, réfé-of Cultural Affairs, the Caisse des Dépôts et Consignations, as rence majeure de l’architecture contemporaine.well as firms and companies taking part in this encounter between architecture and urbanism. ArchiLab est aussi une convergence de projets du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, duI duly thank them all for their involvement, which is once more Conseil Architecture Urbanisme et Environnementenabling Orléans to be a forum for thinkers and designers involved du Loiret, des Amis du Fonds Régional d’Artin contemporary architecture. Contemporain du Centre, des Cafés historiques en Région, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Caisse des Dépôts et Consignations ainsi que des entreprises qui parti-cipent à ce rendez-vous autour de l’architecture et de l’urbanisme. Je les remercie donc pour leur implication permet-tant une nouvelle fois à Orléans d’être le lieu des penseurs et des concepteurs de l’architecture contemporaine.
.onticaDnoicerinummtacinspoleibr,toes rihettcruf roa cry of CuleMinistr
balir Dtoec Ar,hirc edrAhcLibaA trctrice artistiqurB egnA-eriDreyaiear6M
Nowadays, one of the top priorities of the Ministry of Culture and Communication is to strengthen the impact and readability of assignments conducted in the architectural arena. In this, the Ministry is also keen to assert the place that architecture must occupy within the Government’s cultural policies. The projects and reforms undertaken to encourage the training of architects, both initial and on-going, architectural instruction, and the actual exercise of the architect’s profession all attest to this. As do the beefed up support given to the dissemination of French know-how in architecture, and the attention paid to the quality of public contracting. ArchiLab is an outstanding and to date unparalleled national event, inaugurat-ed in 1999 at the bidding of the City of Orleans; it has been supported since then by the Minist ry of Culture and Communication. By way of ArchiLab, the said Ministry is eager to underwrite a line of thinking about all contemporary architectural practices as well as new challenges associated with urban development, thus meeting the expectations loudly expressed by all citizens with regard to the architectural and urban environment. Organizations whose brief involves spreading the word – one such being the FRAC Centre [Regional Contemporary Art Collection], backed up by the cultural departments of the City of Orleans – are making an impor-tant contribution to the spread of archi-tecture in France, and its sphere of influence abroad.The internationally acclaimed ArchiLab conference is a shining example of this.
no doubt, and the same goes for his exhibition plan which will certainly stand apart from the previous ArchiLab meetings. By inviting a critical re-read-ing of modernism, this plan will lie at the crossroads of practices that are at once architectural, artistic, and urban.
Depuis sa création en 1999, ArchiLab s’est affirmé comme uneSince it was created in 1999, ArchiLab plate-forme internationale de débats, de rencontres, qui ahas established a solid name as an sans nul doute renouvelé le discours critique sur l’architec-international forum for debate and dis-ture. Cette manifestation, étroitement liée aux collectionscussion, and meetings. As such, it has d’architecture du FRAC Centre, fut impulsée par la Villeundoubtedly revitalized the critical dis-d’Orléans. ArchiLab est arrivé à maintenir, année aprèscourse about architecture.This confer-année, l’idée initiale d’un “festival” d’architecture consacré àence-cum-exhibition, which is closely la jeune création. Entièrement tourné vers l’expérimentation,connected to the FRAC Centre archi-ArchiLab a confronté de multiples démarches. Les projets lestecture collections, has been keenly plus conceptuels et radicaux y ont voisiné avec des réalisa-supported by the City of Orleans.Year tions et discours plus pragmatiques. Certains architectes, quiafter year, ArchiLab has managed to y furent montrés pour la première fois ou peu connus alors,the initial idea of a “festival”maintain ont depuis trouvé leur place : ainsi Shigeru Ban, architecte duof architecture devoted to the work of futur Centre Pompidou à Metz ou Lars Spuybroek (NOX),young architects.With experimentation auteur d’une maison-folie à Lille. Certains ont entre-tempsas its sole focus, ArchiLab has dealt construit : R&Sie en France et en Asie. Des “architectureswith many different methods and non-standard” ont également vu le jour, certaines d’entreapproaches.The most conceptual and elles exposées au Centre Pompidou par Frédéric Migayrou,radical projects have rubbed shoulders l’un des fondateurs d’ArchiLab, comme le centre multimédiawith more pragmatic works and theo-“Hydrapier” construit à Haarlemmemeer aux Pays-Bas parries. Some architects, either exhibited Asymptote, ou encore les entrées de stations de métro fabri-at the conference for the first time or quées par des machines à commande numérique au Japonthen little known in France, have since par Makoto Sei Watanabe. ArchiLab fut ainsi parfois un trem-found their footing: this is the case with plin, parfois tout simplement un lieu de convivialité etShigeru Ban, architect of the future d’échanges, de croisements et d’hybridations. Après quatreCentre to be built in Metz,Pompidou éditions consacrées à défendre une nouvelle génération d’ar-and Lars Spuybroek (NOX), designer a chitectes et une édition consacrée aux collections du FRACmaison-foliein Lille. Some architects Centre, un commissaire différent sera à chaque fois invité,have meanwhile been hard at work renouvelant ainsi le regard sur la manifestation. Nul nebuilding : R&Sie in France and Asia, for contestera cette année l’expertise et la culture de Bartexample. “Non-standard Lootsma, tout comme la singularité de son projet d’exposi-Architectures” have also seen the light tion qui ne manquera pas de se démarquer des précédentesof day, and some of them have been éditions d’ArchiLab. Convoquant une relecture critique duexhibited at the Pompidou Centre by modernisme, celui-ci s’inscrira au croisement de pratiquesFrédéric Migayrou, one of the founders tout à la fois architecturales, artistiques et urbaines.of ArchiLab. One such is the “Hydrapier” multimedia centre built at Haarlemmemeer in the Netherlands by Asymptote, another, the entrances to metro stations produced by digitally controlled machines in Japan by Makoto SeiWatanabe. ArchiLab has also at times acted as a springboard, at others merely a place of conviviality and exchanges, intersections and hybridizations. After four conferences devoted to championing a new genera-tion of architects, and one devoted to the FRAC Centre collections, a differ-ent curator will from now on be invited for each event, thus introducing a new eye each year.This year, the expertise and culture of Bart Lootsma can be in
8SCoomtnmeantrie
Avant-propos Foreword 4 Avant-propos du maire Foreword Mayor 6 Avant-propos du président du Conseil régional de la région Centre Foreword Chairman Centre Regional Council Avant-propos du département du Patrimoine Foreword Heritage Department 7 Avant-propos du président du FRAC, François Bordry Foreword Président FRAC Bordry Essais Essays 10 Bart Lootsma La ville à nu / The naked city La ville à nu / The naked city 16 Lars Lerup Thérapies de remplacement : le domaine public contre le nouveau trib-alisme ReplacementTherapies 20 Nikolaus Kühnert L’Architecture Off Off Architektur 26 Friedrich von Borries Débrouillards au Mainstream-Paradise ! Hip Hop, Nike et Corporate Situationism Welcome to Corpor ate-Situationism-Mainstream-Paradise 32 Roemer van Toorn La Société du Et The Society of the And
Dérive Frontières Borders 46 Wilfried Hou Je Bek Un Urbanisme à créer soi-même 111 Studio Teddy Cruz Do-It-Yourself-UrbanismLa frontière : un lieu d’origine The Border, a Place of Origin 51 Boris Sieverts À mes voyages 121 Eyal Weizman & Anselm Franke Constructeurs et Guerriers, Eyal 55 Boris Sieverts Weizman Ohio VitrineBuilders andWarriors, EyalWeizman 61 Nick West Tapisseries Urbaines : Foules intelligentes le spatial et le social sur votre mobileSmart Mobs UrbanTapestries: the Spatial and the Social on your Mobile129 Wim Cuyvers & Mark de Blieck 139 Bas Princen La ville à nu Artificial Arcadia The Naked City 67 Boeri Studio / Multiplicity Logiciel urbain Entre le Port et la Ville, Stefano BoeriUrban Software Villa Marseilles, Boeri Studio Solid Sea 2: Odessa / the World, 147 MVRDV Multiplicity L’Architecture est un mécanisme Architecture is a Device 77 MUST EU 21 – Remanier le paysage 153 STEALTH Group européen du XXIe citysiècle Wild Reshuffling the European Landscape Unicity – Une Europe Rapide UnicityUrbanisme Urbanism Internationalisme 161 Michael Bell InternationalismRockaway Beach 87 Diego Barajas 167 CHORA Dispersion Toucher la seconde peau, Raoul Bunschoten 94 RaumtaktikTouching the Second Skin, Friedrich von Borries, Matthias BöttgerRaoul Bunschoten, Sacs à Linge Laundry Bags177 Maurice Nio & Paul Perry Matchmaker Matchmaker Phase 3 d’Amsterdam 2.0 Matchmaker Shrinking Cities Heterotopies Heterotopias Oswalt, Sybil Kohl,187 Philipp Albrecht Schäfer, 101 Nathaniel Belcher, Stephen Slaughter 3 Villes Harlem : le fabuleux ghetto3 Cities Harlem Ghetto Fabulous 191 Dan Pitera 106 ON / Stalker & Osservatorio Nomade Géographies Mutantes le vaisseau spatiale CorvialeMutant Geographies Spaceship Corviale 197 BAR, Modellstadt le “design behaviour”, Conor Moloney
Biotechnologie Biotech 215 EZCT Pourquoi la recherche et l’architecture contemporaine devraient être si dif-férentes,Philippe Morel Why contemporary rese arch and architec-ture should be so different, Philippe Morel 225 Zbigniew Oksiuta Espaces congelés et espaces de reproduction Spatium Gelatum and Breeding Spaces L’Architecture Media Media Architecture 231 Petra Gemeinböck Un élément tiers, autre SomethingThird, Other 237 Knowbotic Research naked bandit / here, not here / white sovereign Le pouvoir de la forme The Power of Form 245 Evan Douglis Helio-scope 251 Périphériques Scary Monsters and Superfreaks 257 Weichlbauer Ortis WohnDNA Abstraction Concrète, Manuela Hötzl Concrete Abstraction, Manuela Hötzl 263 Xefirotarch la baie de Busan :Drops:, Hernan Diaz Alonso
273 Crédits, biographies
logie et ils ont mis à profit l’utilisation des logiciels les plus de ce que la révolution technologi- ture : la cartographie, les plans, les élévations et récents pour créer de nouvelles formes pleines d’audace. Le que et socio-géographique des les coupes. Cette recherche est fondée sur des réa-cabinet Foreign Office Architects, fondé par un Espagnol et années 90 a pour conséquence une lités, interprétées par des architectes avec les une Irakienne à Londres mais qui se déplace à Tokyo suivant série d’effets émergents dont de moyens dont ils disposent cependant ce sont les les projets, est caractéristique de cette nouvelle mentalité. nouvelles possibilités qu’il est écrits sur la ville qui fournissent les informations Ils présentent leurs projets dans le pavillon espagnol aussi nécessaire d’aborder. Ils ont dont elle se nourrit. Cette différence d’approche bien que dans le pavillon britannique à la Biennale de Venise. conscience du fait que la mondiali- fait pendant aux changements survenus en philo-Alejandro Zaera et Farshid Moussavi enseignent à Rotterdam sation ne fait pas seulement se sophie, dont l’approche ontologique et cosmologi-et à Vienne. En matière de technologie numérique, Greg Lynn, regrouper de nouvelles concentra- que est remplacée par des méthodes qui s’appa-un de leurs représentants de pointe, fît une fois la remarque tions urbaines prospères dotées rentent plus suivante : « Si je branche mon or dinateur le matin, je ne me d’”espaces de circulation” fluides, -et empruntent – à l’anthropologie et à la sociolo-demande pas ce qu’il peut faire pour moi mais ce que je peux mais qu’elle génère également de gie, comme dans la trilogie de Peter Sloterdijks, faire pour lui.» Les premières éditions dArchiLab représen-nouvelles tensions et de nouveauxSphären, par exemple12. Dans les expositions et les tèrent un stade important pour cette génération numérique conflits – parce que, par exemple, le publications, cette recherche est présentée le plus mondiale. Ses créations correspondaient à merveille à la tra- Tiers-monde d’antan vient s’imbri- souvent comme une déclaration culturelle à part dition d’architecture radicale des années 60 si bien représen- quer à l’intérieur du monde occiden- entière. Nous trouvons la même tendance dans tée dans la formidable collection du FRAC Centre. Même si tal – et même transforme de larges l’art contemporain, pour lequel de nombreux artis-les projets réalisés ne sont pas encore très nombreux, cette zones en peau de chagrin. La disso- tes ont joué le rôle de cartographes, de photogra-œuvre a été très largement applaudie lors d’expositions lution de l’État-nation et l’émer- phes ou de réalisateurs de reportages documentai-comme Utopies latentesà Graz en 2002 etArchitecture nongence dun nouveau typeres. standardau Centre Pompidou à Paris en 2003. Ce qui les relie d’”empire” capitaliste entraînent à leurs mentors de la précédente avant-garde déconstructi- une crise dans les États communis- Il s’agit d’une recherche qui, selon les termes de viste, c’est qu’ils concentrent toute leur attention sur les bâti- tes et les États providence. De vas- Hou Hanru, semble être tout à la fois « une mode ments à construire, sur l’Architecture avec un grand A, tout tes territoires sont touchés dans le et une nécessité »13. Elle est à la mode parce que en se permettant de brèves incursions dans l’infrastructure, monde, ceux-là exactement qui ne pas différencier l’Art et les arts mineurs est ce qui nous laisse aux prises « avec un monde sans urba- étaient intimement liés aux pro- aujourd’hui très tendance ; de même que donner nisme, seulement de l’architecture, toujours plus d’architec- grammes de logement et à la plani- libre cours à des phénomènes d’une grande bana-ture »9. fication urbaine. Maintenant lité ou à la nouveauté de l’instant présent. Elle est découle de l’individualisation une toutefois nécessaire, parce que nous avons besoin Il faut vraiment se poser cette question, selon les termes de demande de plus grande diversité de comprendre ces phénomènes et les forces sou-Rem Koolhaas, « Qu’est-il arrivé à l’urbanisme? »10On n’a architecturale vent et la nature et l’utili- implicites mais néanmoins puissantes qui en certainement jamais autant écrit sur la ville et l’architecture. sation de l’espace public sont en sont les moteurs, afin d’être capables de conser-D’innombrables ouvrages paraissent sur les villes et laville. pleine mutation. Plus important ver le rôle important que l’architecture peut jouer La théorie architecturale tente de remplacer les règles tradi- encore peut-être, ce groupe d’archi- pour de grands pans de la société et pas seulement tionnelles que l’urbanisme a formulées, à la différence que le tectes qui ont le vent en poupe réa- pour une élite. Très loin de Rem Koolhaas et de sa débat architectural ne permet plus d’aboutir à un consensus. lise que l’architecture et l’urba- proposition d’accepter ce qui existe et de se lais-À sa place, on trouve un nombre croi ssant de positions indivi- nisme ne sont pas nécessairement ser porter par cette vague, ces architectes font duelles qui, dans l’ensemble, essaient de créer une architec- le fait d’architectes. La politique, preuve d’un nouvel engagement, même si les ture exceptionnellement grandiose. Les architectes peuvent que ce soit celle de l’État, de la ville résultats qui en découleront ne sont pas toujours réussir à trouver, sur le nouveau marché mondial, des cré-ou celle de grandes sociétés, maisévidents. Dans le catalogue de Documenta XI, neaux leur offrant des possibilités de réalisation. Les projets aussi celle d’organisations nouvel- Molly Nesbit médite sur cet engagement qui sem-de construction font l’objet de concours internationaux et lement émergentes ou enfin celle de ble dépourvu de l’aspect visionnaire traditionnel-restent le seul secteur subventionné au sein de linfrastruc-multiples entités (multiplicities),lement lié à lUtopie, en architecture tout au ture capitaliste. Mais cela ne produit pas des enseignements. réorganise notre environnement. moins. « Doit-on considérer que l’image utopiste D’un autre côté, la géographie sociale, l’anthropologie, la Parfois l’architecture est utilisée elle-même est absente », se demande-t-elle, « ou , sociologie et la philosophie produisent la connaissance sans de façon extrêmement brutale, doit-on voir l’Utopie dans une image à laquelle il toutefois inventer de recettes qui permettraient de créer de comme entre autres exemples ces manque un élément, une image aux poches vides? l’architecture. D’après Koolhaas, « on peut facilement cari- murs qu’Israël et les États-Unis »14. caturer l’amalgame de notre sagesse : Derrida pense que construisent. Mais il arrive encore nous ne pouvons former untout, Baudrillard que nous ne pou- plus souvent que le tissu urbain soit La recherche actuelle souhaite, à plusieurs égards, vons être réels, et Virilio que nous ne pouvons pas nous trou- modifié de l’intérieur par l’introduc- perpétuer la tradition initiée par les ver Là. » Koolhaas propose donc de redéfinir l’urbanisme qui tion de nouveaux programmes et de Situationnistes comme Guy Debord et Constant ne sera plus une simple profession, mais également une nouvelles formes d’organisation. Nieuwenhuys. Pour toucher du doigt la réalité de la façon de penser, « une idéologie : pour accepter ce qui existe Les nouveaux médias de communi- ville comme “espace habité”, la dérive,une mar-». « L’échec apparent de l’urbanisme offre une occasion cation, parallèlement à une mobilité che à travers la ville, réapparaît sous différentes exceptionnelle, le prétexte à une frivolité nietzschéenne. individuelle en constante augmen- formes – parfois même avec des intentions diffé-Nous devons imaginer trente-six mille autres façons de tation, induisent de nouvelles cohé- rentes et plus claires. Les références à l’œuvre por-concevoir la ville, prendre des risques insensés, nous devons rences dans la ville et un usage dif- teuse d’inspirations de Guy Debord et d’Asger oser être totalement dépourvus de sens critique, nous devons férent de l’espace public. Jorns, TheNakedCity, reviennent dans de nom-tout avaler et pardonner à tout va. L’assurance que nous breuses analyses – même lorsqu’il s’agit d’une échouerons doit devenir notre gaz hilarant ou notre oxygène ; Au cours des deux dernières plus grande échelle que le Paris des années 50. La la modernisation, notre drogue la plus forte. N’étant pas res- années, un groupe d’architectes ville des Situat ionnistes semble, à bien des ponsables, nous devons devenir irresponsables. Dans un pay- croissant a commencé à se pencher égards, avoir pris corps. Elle apparaît comme une sage de plus en plus opportuniste et provisoire, l’urbanisme sur ces phénomènes et à dévelop- suite de fragments sans liens, programmés avec n’est plus ou ne doit plus être notre décision la plus solen- per de nouvelles stratégies et une certaine intensité ou dotés d’une certaine nelle, l’urbanisme peut gagner en légèreté, devenir un Gai méthodes. Ce qu’il y a de capital atmosphère, reliés par des flux de circulation et de savoir Lite Urbanism(urbanisme allégé)11 cette tendance, c’est que ces. dans Mais les protagonistes de cette communication. architectes en question effectuent ville ne sont pas seulement des bohémiens et une leurs recherches avec les outils tra- avant-garde d’artistes, les habitants eux-mêmes Nous voyons aujourd’hui un groupe d’architectes conscients ditionnels dont dispose l’architec- forment l’avant-garde : l’”homo ludens”, ludique et
Dans la production architecturale ou devrais-je dire d’entre nous – sommes des ban- banisme. Au cours d’une conférence à Porto, il répondit à internationale, en dehors du succès lieusards déplacés : enfants de l’exode d’après- Vittorio Lampugnani, qui plaidait en faveur de nos sites histo-mondial d’un Postmodernisme guerre, envoyés vers les banlieues, nous avons riques, dont nous devrions prendre un soin jaloux et respec-banal et quotidien, nous voyons se découvert au début de l’adolescence que nous tueux de façon à les partager comme nous partageons nos creuser de jour en jour le décalage n’aurions apparemment jamais les moyens de maisons de famille, qu’il venait de calculer avec combien de entre un modernisme modéré et dis- nous payer des maisons au ssi agréables que celles frères, de sœurs, de cousins, de nièces, il devrait partager cret, panaché de traditions locales, dans lesquelles nous avions grandi. Nous pouvions cette maison et que ce ne serait pa s un partage équitable4. et une architecture qui ne vit que toutefois nous payer de s billets d’avion. C’est Ainsi que Zaha Hadid me l’a récemment dit au cours d’une sous les feux de la rampe interna- ainsi que, dans les années 60 et 70, les enfants du interview : “Unsere Arbeit hat immer mit der Setzung von tionaux et attire massivement lat-baby boom, affamés de différence et dailleursZäsuren zu tun, es ging immer um das einziehen neuer Linien, tention des médias. Cependant, notoirement absents de la vie dans les banlieues, um alle mögliche Arten der in diesem Moment freigesetzten nous prenons en même temps se sont mis à faire, sans répit, le tour du monde. Energien. Die Strukturierung des Raumprogramms wurde conscience de ce que la révolution Nous partîmes à la recherche d’endroits qui nous zum Beispiel zum wichtigsten Teil der Recherche, was natür-technologique aussi bien que socio- impressionneraient, de bâtiments qui nous ensei- lich dazu führte, bestehende Typologien in Frage zu stellen. géographique des années 90 a pour gneraient de nouveaux regards à porter sur le Vom formalen Repertoire abgese hen, war dies der wichtigste conséquence une série deffetsmonde et de nouveaux styles de vie. [...] Alors queTeil unserer Arbeit. [«Notre travail est toujours en lien avec émergents, dont de nouveaux pro-larchitecture offre des destinations symboliquesle placement de césures, il sest toujours agi de lintroduc-blèmes et possibilités quil està ce groupe, le designdonne aux individus destion de nouvelles lignes, de tous les types possibles déner-nécessaire daborder. Au cours desoutils pour forger leurs nouvelles identités  à tra-gies libérées à ce moment. La structuration du programme deux dernières années, un groupevers les vêtements quils portent, les gadgetsdaménagement de lespace est devenu par exemple la partie darchitectes amplifié a commencéquils utilisent, les meubles quils choisissent pouressentielle de la recherche, ce qui a naturellement amené à à se pencher sur ces phénomènes etleurs appartements et maisons. Cette rechercheremettre en question les typologies existantes. Outre le à développer des stratégies et desidentitaire par le biais du designfait, jusquà unrépertoire formel, tel était lessentiel de notre travail.»]5. méthodes nouvelles. Un aspect certain degré, écho au mouvement Good Design important de cette nouvelle direc- lancé par le Musée d’art moderne, la Conférence Il s’agit là de la génération du Déconstructivisme. Elle aime tion empruntée par l’architecture d’Aspen sur le Designet l’Institut de Technologie se considérer comme une nouvelle avant-garde, façonnée sur est qu’elle s’intéresse à la réalité de de l’Illinois. Aujourd’hui comme à cette époque le modèle de celles des années 20, notamment le la ville et ses nouvelles données, qui plus ancienne, les designers cherchent à travailler Constructivisme. Ses représentants en diffèrent fondamen-se précisent aujourd’hui avec ou à l’intérieur du système moderne de production et talement car ils ne prennent pratiquement jamais de position sans l’intervention des architectes. de distribution de masse. L’esthétique du nouveau politique, Manfredo Tafuri leur ayant appris que toute avant-Et ceux-ci veulent, en tout premierdesignoffre toutefois des visages beaucoup plusgarde est de toute façon condamnée à être avalée par le capi-lieu, mettre la ville à nu. variés.»2talisme. La génération actuelle ne se présente pas seulement, La génération dont Muschamps parle est celle de selon les termes de Greg Chrysler dans son livre Writing La première position qui a été bapti-Frank Gehry, Zaha Hadid et Daniel Libeskind. IlsSpaces(Des espaces pour écrire), comme la génération des « sée, entre autres, de « réflexive », bâtissent dans le monde entier, dans des villes qui stratégies de perturbation » mais aussi comme « la généra-par moi-même dans SuperDutch;veulent se démarquer dans un contexte de concur-tion de la théorie»6. Et il n’a certainement pas existé de géné-« moderne réflexive » par Ulrich rence mondiale. C’est la génération de l’ “effet ration qui produise autant de théorie pour justifier son œuvre Schwartz, qui utilise le terme d’une Bilbao”. À eux tous, ils forment une élite nouvelle, et lui donner une base sur laquelle s’appuyer – une proliféra-façon différente pour caractériser radicalement sans attache. Pa rfois il est difficile tion telle qu’on pourrait légitimement discuter ou non du fait l’architecture allemande ; et de dire à quelle nationalité ils appartiennent. que leurarchitecture est la vraiearchitecture réflexive. « trans-moderne » par Otto Gehry est-il américain ou canadien ? Zaha Hadid Parallèlement, ils baissent les ar mes devant la réalité que Kapfinger lorsqu’il traite de l’archi- est née à Bagdad, vit à Londres et enseigne à constitue le capitalisme. Le caractère extravagant de leur tecture autrichienne récente. Cette Vienne. Que penser de Daniel Libeskind ? Est-il œuvre les amène à une position dans laquelle ils ne peuvent position apparaît donc comme une polonais, allemand, américain ou simplement juif guère travailler que pour une nouvelle élite capitaliste dési-reprise ou une amélioration des ? Rem Koolhaas aime à parler avec mélancolie de rant se démarquer, qu’il s’agisse de sociétés multinationales stratégies nationales existantes sa jeunesse en Indonésie et a une relation importantes à la recherche d’une identité ou de villes qui, desquelles il me semble parfois d’amour/haine avec les Pays-Bas. Il passe ses dans le contexte de la concurrence internationale, cherchent entendre de faibles échos émanant week-ends à Londres, avec sa femme, et le New désespérément à attirer « la classe créative » ainsi que l’ap-du Régionalisme critique1Les. dialFrora d tedmeneevtr euoes llcihsRoin lia pesesrlpaesim TrkYo7. architectes qui ont emprunté cette avec des femmes dans le monde entier. Son livre direction commencent leur carrièreS, M, L, XLsouvre sur des schémas de son pro-Toujours est-il que, dans un contexte mondial, la relation de façon pratiquement tradition- gramme de vols. Koolha as s’est aussi moqué de entre une certaine approche du designet la situation locale nelle en concevant des bâtimentsmon livre SuperDutch: «Imaginez quelle nauséeest problématique et doit être redéfinie. Là encore nous dans leur propre pays, ce qui leur nous soulèverait s’il existait un livre intitulé constatons une rupture. D’un côté nous assistons à la montée confère peu à peu une notoriétéSuper-Allemands, comme nous ririons des Super-dune génération encore plus jeune pour laquelle le contexte internationale car leur œuvre Belges; ricanerions des Super-Français, et nous mondial n’est que le cadre normal dans lequel ils évoluent. Ils construite s’avère régulièrement de nous plaindrions des Super-Américains.»3Il se étudient à l’étranger, participent à des concours internatio-qualité. Même si on peut trouver des trouve qu’après un début de carrière aux Pays- naux et se rencontrent dans des conférences et des exposi-différences individuelles dans leur Bas, la plupart des architectes présentés dans tions internationales. Ils fondent les st ratégies qu’ils utilisent œuvre, il semble quil y ait une cer-SuperDutchtravaillent aujourdhui au niveauau niveau local sur la généralisation de théories comme celle taine homogénéité du point de vue international et ne veulent plus qu’on les consi- du chaos, de la complexité ou encore des systèmes. de l’approche et de l’esthétique. dère seulement comme des « Néerlandais ». Toutefois, même s’ils utilisent ces théories pour traiter des situations locales – les éditeurs d’Assemblageont même La deuxième position est définie Pour cette génération, la mondialisation fut égale- suggéré un retour aux années soixante et à l’écologie, le plus par un groupe d’architectes qui, dès ment une expérience traumatisante, comme on important est qu’à l’intérieur des projets naît une nouvelle le départ, étudient, travaillent et peut se le figurer en fa isant des recherches dans cohérence qui les rend encore plus autonomes et indépen-enseignent dans le monde entier. leurs biographies ou, plus souvent, à travers des dants que les expériences muettes et les exercices centrés Herbert Muschamps a récemment citations. Cela est lié au sentiment d’exil, auquel autour du langage architectural de la génération précédente8. défini ce groupe de la manière sui- ils réagissent avec agressivité. « Fuck context », a Ces architectes ont répondu avec le plus grand optimisme vante : « Bon nombre d’entre eux – écrit Rem Koolhaas en se référant à la mort de l’ur- aux changements imposés par la mondialisation et la techno-
1110Bart LoostamoCmmsiasri e 200iLabvill4La unhT e àek d eaNiLchArd4C00 2abo rotaruhcrAd fytiC
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.