Hagakure : Le code du samouraï

Hagakure : Le code du samouraï

-

BD
144 pages

Description

Le Hagakure exprime le cœur de la voie du samouraï : comment vivre et mourir sans se départir de son courage et sans perdre son honneur. Écrit par le célèbre samouraï Yamamoto Tsunetomo (1659-1719), ce livre emblématique est un des plus grands classiques de la littérature japonaise et fut un modèle pour les combattants japonais. Le héros de ce manga, Tsuramoto Tashiro, jeune samouraï, va tenter de suivre les conseils du fameux Yamamoto Tsunetomo, samouraï devenu moine zen. Ce dernier lui contera les histoires et légendes des samouraïs des temps passés et l'accompagnera sur le chemin brutal et inflexible de la vie du guerrier japonais. Fidèlement illustré par la japonaise Chie Kutsuwada et scénarisé par Sean Michael Wilson. Sean Michael WILSON, est un scénariste écossais qui vit aujourd'hui au Japon. Il a scénarisé de nombreuses bandes dessinées : Les 47 Rônins, Le Livre des Cinq Roues, Hagakure et Le Sermon du Tengu. Chie KUTSUWADA, née à Tokyo, est une illustratrice de manga professionnelle. Aujourd'hui résidente à Londres, elle est aussi l'illustratrice de la version manga du Livre des Cinq Roues.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2014
Nombre de lectures 31
EAN13 9782846175302
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
SOMMAIRE
Chapitre 1 La voie du samouraï 7
Chapitre 2 La loyauté 35
Chapitre 3 La vengeance 59
Chapitre 4 Le kaishaku et le seppuku 83
Chapitre 5 La sincérité 102
Postface de William Scott Wilson 140
Chapitre
La Voie du samouraï
Mes respectueuses salutations.
Mon nom est Tsuramoto Tashiro.
Soyez le bienvenu.
Suis-je bien en présence de maître Yamamoto Tsunetomo?
Tout à fait, voulez-vous vous donner la peine d’entrer?
Depuis mon arrivée, j’ai entendu dire que, sur son lit de mort, vous aviez présenté au seigneur Mitsu-shige Nabeshima une copie du Kokindenju, le recueil d’instruc-tions secrètes de poésie.
Comme je vous l’ai dit, j’ai été libéré de mes obligations de scribe l’été dernier… et j’ai dû quitter les terres du château de Saga.
Mon coeur s’est réjoui de pouvoir le présenter à mon maître.
Je me suis installé à Gongenbaru, non loin d’ici…
Oui, il m’a fallu cinq longues années au cours des-quelles j’ai voyagé dans de nombreux endroits avant de trouver une copie.
et force m’a été de constater que je manquais cruellement d’occupation.
Cet acte de grande vertu m’a profondément impressionné, aussi ai-je décidé de vous rencontrer, espérant être assez digne pour recevoir votre enseignement.
Je serais honoré si vous m’autorisiez à demeurer quelque temps auprès de vous.
Pas du tout maître. Ce serait un privilège pour moi de devenir votre disciple.
Qu’un jeune scribe puisse considérer un vieil homme de cette manière est très flatteur.
Vous êtes trop gentil.
Permettez-moi d’être franc avec vous, jeune Tsuramoto.
Je serai très heureux d’avoir votre compagnie et j’espère seulement que vous ne vous lasserez pas trop vite de mes histoires.
il y a peu de chance que cela arrive, maître.
Je commencerai donc par quelques commentaires sur la Voie du samouraï, sur ce qu’implique par nature d’être un samouraï.
Par exemple, parmi les maximes qui ornaient les murs de maître Naoshige, il y avait celle-là:
Ce à quoi, Maître ittei avait répondu:
“Les questions de moindre importance devraient être traitées avec sérieux.”
Je voudrais vous raconter différentes anec-dotes afin de mieux illustrer mon propos.
Parmi les affaires qui occupent un homme, il ne peut pas y avoir plus de deux ou trois questions pouvant être considérées comme de première importance.
Dès lors qu’elles seront traitées au moment opportun, nul doute qu’elles trouveront leur solution.
il est difficile de faire face à l’urgence d’un problème et de le résoudre en toute sérénité, si vous ne vous y êtes pas préparé à l’avance. Vous ne pourrez éviter de ressentir une certaine incertitude quant à la réussite de votre démarche.
il est question ici de réfléchir…
aux problèmes avant qu’ils ne se posent pour, le moment venu, les traiter avec légèreté.
Cependant, si vous posez les fondations au préalable, vous pourrez décider de faire de la maxime “les questions de grande importance devraient être traitées avec légèreté”, la base de vos propres actions.