Nuits blanches

Nuits blanches

-

BD
51 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un chat ordinaire, un peu gras, s'échappe la nuit pour chercher son menu préféré : de la viande. Il déteste les croquettes, qui sont son ordinaire à la maison. Il est prêt à tout pour assouvir son appétit. Cela l'entraîne dans des aventures étonnantes, absurdes, tragi-comiques et totalement insoupçonnées de sa propriétaire.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 03 juillet 2017
Nombre de lectures 206
EAN13 9782390141914
Langue Français
Signaler un abus

Nuits Blanches
Scénario et dessins :
OdradeMaquette : Paquet.Cléda
http://www.facebook.com/sandawe - http://www.sandawe.com/fr/projets-auto-fnances/croquettes-dans-la-nuit
© Editions Sandawe, 2016.
http://www.sandawe.com - contact@sandawe.com
Dépôt légal : décembre 2016; D/2016/12.351/23
ISBN 978-2-39014-173-0
Première édition.
Droits de traduction et de reproduction réservés pour tous pays. Il est strictement interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur,
de reproduire partiellement ou totalement le présent ouvrage, par quelque procédé que ce soit (et notamment par photocopie ou numérisation),
de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public . Une copie ou reproduction constitue une contrefaçon passible
des peines prévues par la loi du 11 mars 1957 sur la protection des droits d’auteur.
Imprimé en Belgique par GraphiusPRéFACE
Le bel ouvrage que voici illustre merveilleusement de nombreux siècles
de tradition rurale vaudoise.
Du proverbe agricole : « La Nuit, Tous Les Chats Sont Gris », l’auteuse,
du fond de son potager (pote âgé) développe une fable en plusieurs
épisodes, qui décrit les vains eforts d’un révolté pour échapper :
- à l’invasive tendresse d’une Souveraine Ménagère
- à l’impitoyable dictature de l’Industrie Alimentaire féline…
Et tout ce qui en découle, politiquement parlant.
Il y a là un Message que seuls les aveugles négligeront sans doute.
Et- n’y pensons même pas – ça n’est pas dans 1 souci d’épargne
typiquement paysan, que notre hauteur a mis de côté sa palette de couleurs,
mais bien afn de tracer un portrait autant réaliste que faire se peut,
de notre époque Opaque (ainsi que l’écrivait l’apôtre Mandryka en je ne
sais plus quelle épître) qu’elle (l’auteure) s’est attachée à nous rendre dans
toute sa pâteuse médiocrité, sa molle rudesse.
Car l’essentielle Question qui nous taraude tous, c’est :
« Quand est-ce qu’on mange ? »
Et puis :
« Qu’est-ce qu’on mange ? »
Tout est là.
Et c’est bien + sérieux que ce type qui gaspillait la nourriture en faisant
des trous dedans.
Avecque son arbalète.
F’Murrr