On est heureux, National 10 !
208 pages
Français

On est heureux, National 10 !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
208 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La Nationale 10, la route de Paris à Hendaye, l'autre route des vacances, celle du sud de l'Europe et du sud-ouest. Laurent Carré la connaît par coeur et la raconte comme personne. Accompagné par Thierry Dubois, illustrateur et grand défenseur des routes mythiques françaises, ils nous emmènent à travers les paysages de la touraine, du poitou, de la charente ou du bordelais. Une histoire de la route, mais aussi des publicités liées aux voyages, de l'accueil de l'automobiliste, de la vie des routiers. Après C'était la Nationale 7, ouvrage indispensable à tout amateur de la route vers la méditerranée, un nouvel ouvrage pour conserver la mémoire de nos routes historiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 octobre 2018
Nombre de lectures 8
EAN13 9782889523719
Langue Français
Poids de l'ouvrage 349 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

meCollection M Saint-Aubin
On est heureux…
nationale 10
La route Paris-Biarritz
NATIONALE_10_mep.indd 1 30.08.18 23:15L A C O L L ECT IO N C AL AN D R E P RÉS E N T E
www.collection-calandre.com
NATIONALE_10_mep.indd 2 30.08.18 23:15L A C O L L ECT IO N C AL AN D R E P RÉS E N T E
LAU RE NT CARRÉ • TH I E RRY DU BOIS
On est heureux…
nationale 10
La route Paris-Biarritz
La Nationale 10 C à Socoa à la fn des années 1960.
NATIONALE_10_mep.indd 3 30.08.18 23:16À mon épouse Christèle et à ma flle Rosalie qui ont fait preuve
d’une immense patience au cours de ces longs mois d’écriture et
qui n’ont jamais hésité à m’accompagner sur cette route.
Laurent Carré
4
NATIONALE_10_mep_OK.indd 4 03.09.18 12:35Table des matières
Avant-propos .............................................. 9
Histoire ...................................................13
Des Gaulois aux Romains ...................................... 13
Des légionnaires aux pèlerins. ................................ 13
Vers la modernité 14
e Les bouleversements du xviii siècle ...................... 16
Le chemin de terre contre le chemin de fer ............ 18
Du cheval vapeur à la reine automobile ................. 19
Paris — Versailles .......................24
Paris — Sèvres (kms 0-11) ..................................... 24
Sèvres — Versailles (kms 11-20) ............................ 27
La Voie de la liberté ............................. 42Versailles — Rambouillet ..29
Versailles — Saint-Cyr-l’École (km 25) ................ 29
Chartres - Chateaudun ....... 44Trappes (km 30)..................................................... 30
Thivars (km 100) ................................................... 44Coignières (km 37) ................................................ 32
Bonneval (km 122) ................................................ 46Le Perray-en-Yvelines (km 45) .............................. 32
Marboué (km 130) ................................................. 47
Chateaudun (km 136) ............................................ 48rambouillet — Chartres .......36
La course Paris-Madrid par Épernon et Maintenon
du 24 mai 1903 ....................................... 49Épernon — Maintenon
(kms 64-74) ........................................................... 37
Châteaudun — Vendôme ...53
Cloyes-sur-le-Loir (km 150) ................................. 53res .......38
La Cavée (Saint-Hilaire-la-Gravelle) — Fontaine par Ablis
(kms 158-162) ....................................................... 54
Ablis (km 65) ......................................................... 38
Pezou — Lisle (kms 154-159) ............................... 57
Les Essards — Le-Gué-de-Longroi
Vendôme (km 175) ................................................ 58(kms 70-74) ........................................................... 40
Périlleuse Nationale 10… ................. 59Chartres (km 88) ................................................... 41
5
NATIONALE_10_mep_OK.indd 5 03.09.18 12:35L’accident de Marcel Renault .......106Vendôme — Tours...................... 62
Couhé (km 370) .................................................. 107Château-Renault — La Grande Vallée
(kms 202-208) ....................................................... 63 Chaunay (km 380) ............................................... 109
Monnaie (km 216) ................................................. 65 Les Maisons-Blanches (km 387) ......................... 110
Tours (km 233) ...................................................... 69 Ça bouchonne sur la 10 ! ...................112
Nougat de Tours ...................................... 69
Les Maisons-Blanches — Le garage Pichard de Tours ............. 69
Angoulême ...................................... 114
Tours — Sainte-Maure- Chez Branger (km 395) ....................................... 114
Ruffec (km 400) ................................................... 115de-Touraine .......................................70
Mansle (km 415) ................................................. 116Le Restoroute des 24 Heures .......... 71
La Charantaise 118Montbazon (km 243) ............................................. 74
Tourriers — La Chignolle — Les Chauvauds Sorigny (km 249) .................................................. 76
(kms 420-430) ..................................................... 119
Sainte-Maure-de-Touraine (km 265) ..................... 77
La Belle Cantiniere ................................ 119
Le sainte-maure-de-touraine ........ 79
Angoulême (km 440) ........................................... 122
Le relais Charles Martel et le
Les marguerites d’Angoulême ..... 123
Bellevue ......................................................80
Angoulême — Sainte-Maure-de-
Barbezieux ..................................... 124Touraine — Châtellerault ...82
La Couronne (km 447) ........................................ 124
La Celle-Saint-Avant (km 274) ............................. 83
Roullet — Saint-Estèphe (km 453) ..................... 124
Arlette et ses routiers ........................ 85
Le cognac ................................................... 126
Port-de-Piles (km 277) .......................................... 87
Pétignac (km 462) ............................................... 127
Les Ormes (km 280) .............................................. 88
La Billette (km 465) ............................................ 128
La Poste aux Chevaux des
Le restaurant de la Billette ............ 129
Ormes ........................................................... 89
Le Saint Christophe .............................. 131Dangé-Saint-Romain (km 285) ............................. 91
Pont-à-Brac (km 467) .......................................... 132Ingrandes (km 292) ............................................... 91
Barbezieux (km 475) ............................................ 133Châtellerault (km 299)........................................... 93
Barbezieux — Montlieu- Châtellerault — Poitiers .....96
Les Barres — La Tricherie (kms 308-313) ............ 96 la-Garde ............................................. 134
Clan — Chasseneuil (kms 320-326) ...................... 96 Chevanceaux (km 495) ........................................ 136
Poitiers (km 333) ................................................... 98 Pouillac (km 500) ................................................. 137
Montlieu-La-Garde (km 503) ............................. 138
Poitiers — Les Maisons- Les deux Charentes 140
Blanches ............................................. 101
Croutelle (km 339) .............................................. 101 Montlieu-La-Garde —
SaintLe broyé du Poitou ...............................101 André-de-Cubzac ................... 142
Virolet — Ruffgny (kms 340-342) ...................... 102 Laruscade (km 516) ............................................. 142
Vivonne (km 351) ................................................ 104 Cavignac (km 525) .............................................. 143
Les Minières (km 362) ........................................ 105 Saint-André-de-Cubzac (km 535) ....................... 146
Saint-André-de-
Cubzac — Bordeaux ............. 148
Cubzac-les-Ponts (km 539) ................................. 149
Saint-Vincent-de-Paul (km 541) ......................... 149
Le pont Eiffel de Cubzac .................150
6
NATIONALE_10_mep_OK.indd 6 03.09.18 12:36Ambarès et Lagrave (km 543).............................. 152 Guéthary (km 746) .............................................. 192
Carbon-Blanc — Lormont (kms 548-550) .......... 153 Saint-Jean-de-Luz (km 752) ............................... 193
Cenon (km 554) .................................................. 154
Bordeaux (km 560) .............................................. 154 Saint-Jean-de-Luz —
Le canelé de Bordeaux ...................... 155 Hendaye ............................................. 195
N10 C
Bordeaux — Belin- Ciboure — Socoa — la Corniche basque
(km 753) .............................................................. 195Beliet ..................................................... 156
Hendaye (km 765) ............................................... 197Gradignan (km 566) ............................................ 156
Le Barp (km 590) ................................................ 159 Passer la frontière autrefois .......... 199
Belin-Béliet (km 601) .......................................... 160
Saint-Jean-de-Luz — Quand une nationale devient…
payante ........................................................ 162 Béhobie ..............................................201
Le Muret — Liposthey (kms 613-625) ............... 163 Saint-Jean-de-Luz — Ciboure — Urrugne
(km 756) .............................................................. 201
Béhobie (km 762) ................................................ 203Belin-Béliet —
SaintmeL’accident de M Chaban- Geours-de-Maremne ............163
Delmas ........................................................ 203Labouheyre (km 635) .......................................... 165
Castets — Magescq (kms 690-677) ..................... 167 Les ponts de Béhobie .......................206
Saint-Geours-de-Maremne (km 701) .................. 167
Le tricoteur de la Nationale 10 .... 167
La Nationale 10, flle de pub !........170
Bordeaux — Saint-
Geours-de-Maremne ............173
par la Route des Petites Landes
Le Lillet .........................................................174
Langon (km 47) ................................................... 174
Bazas (km 62) ...................................................... 176
Captieux (km 79) ................................................. 176
Roquefort (km 108) ............................................. 177
Mont-de-Marsan (km 130) ................................. 179
Tartas — Saint-Paul-les-Dax (kms 155-178) ......
180
Saint-Geours-deMaremne — Bayonne .............181
Saint-Vincent-de-Tyrosse (km 708)..................... 181
L’Izarra ......................................................... 182
Bénesse-Maremne — Labenne — Ondres —
Tarnos (kms 714-725) ......................................... 182
Bayonne (km 733) ............................................... 184
Le chocolat à Bayonne ...................... 186
Le jambon de Bayonne 187
Bayonne —
Saint-Jeande-Luz .................................................188
Anglet (km 736) .................................................. 188
Bidart (km 743) ................................................... 191
Le piment d’espelette ......................... 191
7
NATIONALE_10_mep.indd 7 30.08.18 23:16Boulogne-Billancourt Paris
Versailles
Le Perray-en-Yvelines
Épernon
RambouilletMaintenon
Ablis
Chartres
Bonneval
Marboué
Châteaudun
Cloye-sur-le-Loir
Pezou
Vendôme
Château-Renault
Monnaie
Tours
Montbazon
Sainte-Maure-de-Touraine
Maillé
Les Ormes
Dangé-Saint-RomainIngrandes
Châtellerault
Chasseneuil
Poitiers
Vivonne
Couhé
Les Maisons-Blanches
Ruffec
Mansle
Anais
Champniers
AngoulêmeLa Couronne
Barbezieux-Sainte-Hilaire
Reignac
Chevanceaux
Montlieu-la-Garde
Cavignac
Saint-André-de-Cubzac
Bordeaux
Cestas
Le Barp
Langon
Belin-Béliet
Captieux
Labouheyre
Roquefort
Castets
Mont-de-Marsan
Saint-Geours- Tartas
de-Maremne
Dax
Biarritz
BayonneBidart
Saint-Jean-de-Luz
Hendaye
NATIONALE_10_mep.indd 8 30.08.18 23:16Avant-propos
La Nationale 10 est attachée à mon histoire person- qui s’éveillaient, d’assister au ravitaillement de la voiture
nelle. Je suis né précipitamment, et donc par hasard, à à la station service avant de me régaler d’un chocolat
la maternité de Sainte-Maure-de-Touraine, située au chaud et de son croissant dans un petit bar charentais.
bord de cette route. Était-ce un signe du destin ? Au début des années 1990, une partie de ma
belleDans les années 1970, alors que j’étais enfant, famille s’est installée dans les Landes près de Dax.
nous empruntions une partie de la Nationale 10 pour J’empruntais de nouveau la RN 10 une à deux fois par
rejoindre le village de Meschers-sur-Gironde, près an et déplorais, à chaque voyage, la disparition ici et là
de Royan, où j’ai passé l’essentiel des vacances de ma d’une belle publicité murale ou d’une station-service
Lundi 15 septembre 1975,
jeunesse. Nous partions au petit matin après avoir, la à l’architecture intéressante. Les déviations, toujours sous le regard attentif de
notre mère, mon frère et veille, savamment chargé le break Peugeot familial plus nombreuses, facilitaient le trajet tout en laissant
moi (à droite) posons en
et son inséparable remorque bagagère. Les vacances quelques vestiges dans les villes et villages désormais ce jour de rentrée scolaire.
débutaient réellement quand, au petit matin, mon bien assoupis. C’est à cette période que j’ai commencé Cette année encore,
la Dyane familiale a père démarrait la 204 qui s’élançait en direction de à acheter les premières cartes postales et à prendre mes
emprunté une partie de
l’Atlantique. Étant malade en voiture, j’étais contraint premiers clichés, fxant sur la pellicule ces témoignages la Nationale 10, entre la
de regarder les paysages défler, d’observer les villages de l’âge d’or de la route nationale 10 avant qu’ils ne Touraine et l’Atlantique.
9
NATIONALE_10_mep_OK.indd 9 03.09.18 12:36Royan où j’ai passé disparaissent à jamais. Passionné de Citroën anciennes, ou enfouie sous une voie rapide et une autoroute.
l’essentiel de mes vacances
je l’ai parcourue de plus en plus régulièrement au volant Pourtant l’âme de la « 10 » est toujours perceptible dans d’enfance, celles que l’on
n’oublie jamais. de mes nouvelles acquisitions, commençant peu à peu les régions qu’elle a traversées et son souvenir toujours
à tisser quelques contacts avec d’anciens garagistes, vivace chez ceux qui l’ont parcourue ou subie avant
restaurateurs ou chauffeurs routiers. fnalement de la regretter.
La révélation est arrivée avec les recherches de Je vous propose donc de partir pour une belle
Thierry Dubois sur la Route Paris-Côte d’Azur et la échappée à la découverte d’étonnants paysages, du
publication de son premier ouvrage en 2001 : je n’étais grand mais aussi du petit patrimoine. Ce voyage se
pas le seul à m’intéresser au sujet ! En juillet 2005, j’ai fait essentiellement à travers le prisme des années 1950
participé au volant de ma vénérable 2 CV à une étape aux années 1970, époque où la France ne savait pas
du rallye « Vacances 1965 » qu’il organisa entre Paris et qu’elle était heureuse. C’est un retour sur une époque
Menton. Cela nous a permis de mieux nous connaître révolue, pas nécessairement idéalisée, mais bien loin
et d’échanger sur notre passion commune, les anciennes des monotones autoroutes couvertes de monospaces
routes nationales qui, à cette époque, subissaient les climatisés, aveuglément guidés par GPS.
premiers déclassements en simples routes départemen- Cette troisième version a permis, une nouvelle fois,
tales. Puis les documents et les témoignages se sont de corriger et d’affner de nombreuses informations sur
accumulés ce qui m’a amené à créer en 2009 un premier l’histoire de la Nationale 10. Mais le sujet étant
inépuiblog, très sommaire, qui s’est mué en un « vrai » site plus sable, je suis encore et toujours en quête de documents
complet en 2011. (photographies, publicités, cartes postales, objets…)
Depuis, la passion pour cette route ne m’a pas quitté et de témoignages. N’hésitez pas à me contacter pour
et le « virus » évoluant rapidement j’ai, grâce au soutien m’aider à enrichir la mémoire de la Nationale 10.
d’un ami historien, entrepris l’écriture de ce livre avec Je vous souhaite une belle promenade, soyez heureux
l’objectif de sortir de l’oubli cette grande voie chargée sur la Nationale 10…
d’histoire. Sur la majorité de son tracé, la Nationale 10
n’existe plus, déclassée en vulgaire route départementale Laurent Carré
10
NATIONALE_10_mep_OK.indd 10 03.09.18 12:37Tronçon abandonné depuis 1956, hameau de Pétignac, Charente
http ://nationale10.e-monsite.com/
NATIONALE_10_mep.indd 11 30.08.18 23:16Poste frontière d’Hendaye à la fn des années 1940.
NATIONALE_10_mep.indd 12 30.08.18 23:16HISTOIRE
Des chemins gaulois à la Nationale 10,
sur la route de l’histoire !
Des Gaulois aux Romains
Comme la plupart des grands axes de communication
d’Europe, les origines de la Nationale 10 remontent à la
nuit des temps. Dans l'Antiquité, les Ligures, les Celtes
puis les Gaulois tracent les premiers chemins
permettant aux différentes tribus de pouvoir communiquer
entre elles. L'essentiel de ces chemins gaulois est repris
pour donner naissance aux voies romaines, construites
par l'armée pour faciliter les déplacements des légions.
Elles constituent déjà un réseau dense dans l'ensemble
erde l'Empire dès le i siècle avant J.-C.
La Gaule est notamment bien « irriguée » par ces
voies romaines en raison de sa situation stratégique au
sein de l'Empire. Une voie peut être considérée comme
l'embryon de la future Nationale 10. Cet axe reliait
déjà Lutetia (Paris) à la péninsule ibérique en passant
par Cenabum (Orléans), Caesarodunum (Tours),
Limonum (Poitiers), Mediolanum Santonum (Saintes),
Burdigala (Bordeaux) et Aquae Augustae (Dax).
La traversée de l'Orléanais, du Val de Loire jusqu'à
la Touraine puis du Poitou, du Bordelais et des Landes
préfgure déjà, dans ses grands traits, le tracé de la
Les origines de la future route d'Espagne tel qu’il sera jusqu'au milieu entretenu. Avec le morcellement féodal, le maintien
Nationale 10, une edu xviii siècle. d'un réseau centralisé de chemins n’est plus assuré tout
ancienne voie romaine
Il subsiste aujourd’hui de nombreux vestiges de ces comme l’entretien des chaussées. aux confns du Poitou et
e de la Touraine.voies romaines. Quelques tronçons permettent d’appré- Il faut attendre le x siècle pour que les axes tracés
cier la qualité technique des ouvrages comme celui de par les Romains dans l'ouest du royaume de France
Buxeuil (Vienne). La chaussée, composée de strates retrouvent un intérêt pour les pèlerins en marche vers
de graviers, de sable et de dalles de pierres plates, était Saint-Jacques-de-Compostelle. La découverte, au
econvexe pour faciliter l’écoulement des eaux. Les bornes ix siècle en Galice (Nord-Ouest de l’Espagne), du
miliaires scandaient le parcours à intervalles réguliers tombeau présumé de Saint Jacques associé aux peurs de
de 1 500 mètres approximativement. À Tourriers l’an Mil lancent le pèlerinage de St-Jacques. Celui-ci
(Charente) le lieu-dit de La Grosse Borne rappelle le connaît un engouement extraordinaire et draine des
croisement de deux voies majeures dont la Voie Agrippa milliers de pèlerins sur les anciennes voies romaines
qui reliait Saintes à Lyon. Certaines villes comme essentiellement. La Via Turonensis est la liaison la
Châteaudun ou Poitiers ont pour origine un carrefour plus utilisée depuis Paris jusqu'à l’Espagne. Elle suit
entre des voies romaines d’importance. toujours, par de multiples chemins, le tracé initié par les
Romains, à savoir : Paris, Orléans (il existe une variante
Des légionnaires aux pèlerins. secondaire par Chartres et Vendôme), Tours, Poitiers,
Avec l'effondrement de l'Empire romain d'Occi- Saint Jean d'Angély, Saintes, Blaye, Bordeaux, Pouillon
edent au vi siècle et les périodes troublées qui suivent, (près de Dax), Saint-Jean Pied de Port. L'itinéraire
ele réseau des anciennes voies romaines n’est plus est décrit dès le xii siècle dans Le Guide du pèlerin et
13
NATIONALE_10_mep.indd 13 30.08.18 23:16Le prieuré de Cayac de nombreuses coquilles Saint-Jacques sculptées, dont chevaux courant de traite en traite, d'établir
spéciale(Gironde), l’une des
certaines sont encore visibles, témoignent de l’impor- ment sur les grands chemins du royaume de quatre en
étapes pour les pèlerins
tante fréquentation de cette « Voie de Tours ». Grâce aux quatre lieues, personne féable pour tenir et entretenir en marche vers
SaintJacques-de-Compostelle. pèlerins, c’est toute une économie qui se développe le quatre ou cinq chevaux de légère taille bien harnachés
long des chemins empruntés. Des auberges mais aussi et propres à courir le galop ». Ainsi sont implantés des
e Bâtie au xviii siècle, la
des hospices sont bâtis pour répondre aux besoins des relais de poste espacés d’une quinzaine de kilomètres Poste aux Chevaux des
Ormes (Vienne) est l’une « Jacquets », sans compter les innombrables croix et (soit 4 lieues) permettant à des cavaliers (les
chevaudes dernières de France
chapelles qui émaillent leur parcours. cheurs) de changer de monture et d’être en mesure de dans son strict état
Au Moyen Âge, l’utilisation des chemins du royaume parcourir 90 kilomètres par jour. La Poste royale est d’origine.
de France est aussi stimulée par l'important essor véritablement mise en place en 1479. La liaison
Parisecommercial que connaît l'Occident à partir du xi siècle. Bordeaux-Espagne est l’une des premières routes du
Le développement de grandes foires en Champagne royaume à être « mise en poste » ponctuellement puis
emettant en relation les marchands des Flandres avec entièrement dans la première moitié du xvi siècle,
leurs homologues italiens permet au réseau routier de sous l’impulsion de Louis XI qui réside
régulièreretrouver un regain d'intérêt. À l'ouest du royaume, les ment au château de Plessis-les-Tours. Son tracé reste
marchands font transiter le vin bordelais par navires globalement fdèle à celui hérité des Romains et de
mais aussi par « roulage » sur des chemins pas toujours la Via Turonesis comme l’attestent Charles Estienne
très praticables. Mais la guerre de Cent Ans stoppe dans La guide des chemins de France de 1552 puis Justus
malheureusement cette dynamique et fait retomber le
réseau routier dans le chaos.
Vers la modernité
eDans la seconde moitié du xv siècle, avec la fn de la
guerre de Cent Ans et l’affrmation du pouvoir royal,
la transmission des informations devient une priorité.
C’est dans ce contexte que naît la Poste Royale.
C’est en 1464 que Louis XI promulgue l’édit de
Luxies qui donne naissance à ces relais réguliers le
long des routes qui va modifer le rapport que les
hommes entretiennent à l'espace. L’édit précise qu’on
doit doter « en toutes villes, bourgs, bourgades et lieux
que besoin sera jugé le plus commode un nombre de
14
NATIONALE_10_mep.indd 14 30.08.18 23:16L’ancienne route royale
et son bel alignement
e d’arbres du xviii siècle
dans le nord de la
Charente.
Le pont de pierre sur la
Loire à Tours, ouvert
en 1778, matérialise le
nouveau tracé de la route
vers l’Espagne.
Zinngerling lorsqu’il publie Voyage dans la vieille régulièrement pour l’ombrage qu’ils offrent mais aussi
France en 1616. pour la fabrication de châssis de canons. Ils permettent
Le réseau se structure lentement et la France se aussi de fger le tracé des routes royales qui sont parfois
couvre de relais de postes aux chevaux. Celui des Ormes déplacées au gré des seigneurs locaux. Sully met en
e(Vienne), construit au milieu du xviii siècle, en est un place une corvée de la route touchant tous les adultes
parfait témoignage. de 16 à 60 ans résidant à moins de trois lieues des
En 1599, Henri IV nomme Sully « Grand Voyer de routes royales. L’entretien se limite à la réfection de la
France », ministre des travaux publics avant l’heure. chaussée, la réparation des passages les plus dégradés
Il poursuit la modernisation du réseau routier en et la consolidation des ponts mais il mobilise les
privilégiant les routes qui mènent aux frontières pour « corvistes » pendant une cinquantaine de jours par an !
ed’évidentes raisons stratégiques. La Grande Route de À la fn du xvii siècle, la route de Paris à Bordeaux
Bordeaux à Paris se voit agrémentée d’ormes plantés vers l’Espagne passe toujours par Orléans, les bords
15
NATIONALE_10_mep.indd 15 30.08.18 23:16de Loire, la Touraine via Amboise, Loches et La Haye que faire se peut les tronçons sinueux, de « grandes
(Descartes). Elle parcourt le Poitou puis l’Angoumois routes pavées ou cailloutées qui conduisent de la
mais évite encore Ruffec, Mansle et Angoulême au capitale au bout du Royaume », selon Jean-Rodolphe
proft de Villefagnan et Châteauneuf. La Saintonge Perronet, fondateur de l’école. Enfn, le royaume est
est abordée depuis Barbezieux jusqu’à Montlieu, puis progressivement cartographié grâce aux travaux de la
la route entre en Guyenne, traverse la Dordogne à la famille Cassini et de Daniel-Charles Trudaine dont les
hauteur de Cubzac et la Garonne à Bordeaux grâce à cartes, d’une incroyable précision, sont aujourd’hui des
des bacs. Le reste de l’itinéraire est déjà globalement documents essentiels dans la compréhension du réseau
efgé via les Landes, Bayonne, Saint-Jean-de-Luz routier français du xviii siècle.
jusqu’à la frontière espagnole. Louis XIV l’emprunte De nombreux ouvrages d’art sont construits, des
en avril 1660 à l’occasion de son mariage avec l’Infante ponts pour la plupart. La largeur des routes royales
d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche. Le mariage a est uniformisée de soixante à quarante-deux pieds de
lieu le 9 juin à Saint-Jean-de-Luz avant que le couple large, soit entre vingt et quinze mètres, des fossés sont
royal ne retourne vers Paris. Le voyage dure près de creusés et de nouveaux arbres sont plantés le long de la
deux semaines dans des conditions assez éprouvantes. chaussée. La « corvée des grands chemins » est
généraeAu milieu du xvii siècle, ce ne sont pas moins de lisée en 1738, elle sera fnalement abolie en 1786, à la
90 relais de poste qui couvrent les quelques 750 km de veille de la Révolution. Enfn, un édit du Conseil du
Paris jusqu’à l’Espagne. Cela dit, le tracé est réguliè- roi de 1776 classife les routes du royaume en trois
rement modifé ici et là, souvent par intérêt politique catégories. Les routes de première classe, les vingt les
ou économique. plus importantes, sont défnies de la sorte : « celles qui,
partant de la capitale, traversent le territoire français
Les bouleversements du et communiquent, sans interruption, avec les
princie xviii siècle pales villes des pays étrangers ou avec les grands ports
Les liens entre la France et l’Espagne se renforcent militaires du royaume ».
considérablement depuis l’accession au trône d’Espagne C’est dans ce contexte de modernité que la « Grande
du petit-fls de Louis XIV, Philippe de France en Route de Paris à Bordeaux vers l’Espagne » voit son
1700, futur Philippe V. Les échanges diplomatiques, tracé modifé en profondeur au nord comme au sud.
politiques mais aussi économiques donnent une — De Paris à Tours, la route traversant la Beauce par
nouvelle impulsion à la route de Paris à Bordeaux vers Chartres, Châteaudun puis Vendôme s’impose
progresl’Espagne. sivement au détriment de l’antique tracé d’Orléans
Ce dynamisme est aussi largement encouragé par la à la vallée de la Loire. Même si la liaison est fgée
création du corps des Ponts et Chaussées en 1716. Le non sans mal en 1784, il faudra attendre le début du
Sud de
Cloyes-sur-lee réseau des routes royales est repensé : il s’agit désormais xix siècle pour que la route de postes par la Beauce et Loir, la nouvelle route
etracée au cordeau au xviii . de tracer de grandes radiales rectilignes évitant autant le Vendômois s’impose défnitivement.
16
NATIONALE_10_mep.indd 16 30.08.18 23:16— De Tours à Poitiers, le tracé est modifé sous le Sainte-Maure et Port-de-Piles. C’est l’intendant de
règne de Louis XV. Dès les années 1720, l’intendant de Touraine, Gaspard l’Escalopier, qui est chargé de mener
Touraine, Marc Pierre Voyer, comte d’Argenson, suggère à bien les travaux avec la construction de différents
de modifer le tracé de la route d’Espagne depuis Tours ponts. C’est ainsi qu’est bâti le pont de pierre de Tours
par Sainte-Maure. Le projet, soutenu par les Ponts et entre 1765 et 1778 au moment où la ville connaît de
Chaussées, se précise lorsque Voyer d’Argenson achète grands travaux d’urbanisme visant à percer une longue
la baronnie des Ormes, dans le nord du Poitou, en 1729. perspective nord-sud donnant naissance aux futures rue
Devenu surintendant des postes, il use de son pouvoir Nationale et avenue de Grammont. Au sud de la ville,
L’ancienne route pour obtenir gain de cause et un premier axe voit le le pont sur le Cher est mis en service dès 1753, celui
nationale 10 entre
Saintjour entre Sainte-Maure et Port-de-Piles dès 1732. de Port-de-Piles enjambe la Creuse en 1760. L’ancien
Jean-de-Luz et Urrugne
Une ordonnance royale de 1752 entérine la nouvelle tracé depuis Amboise, Loches, La Haye (Descartes) a conservé ses platanes du
e
xviii siècle.liaison entre Tours et Châtellerault via Montbazon, est progressivement délaissé.
— Entre Poitiers et Bordeaux, la route est aussi relais de postes sont construits et la liaison est
offcielprofondément remaniée dans l’Angoumois. Dès lement ouverte en 1763.
1717, un projet de modifcation de la route des postes À la veille de la Révolution, la route de Paris à
envisage de la déplacer plus à l’est vers Ruffec, Mansle, Bordeaux vers l’Espagne a donc presque déjà atteint sa
Angoulême, Roullet puis Barbazieux. Ce chemin, plus confguration défnitive. Le siècle des Lumières se clôt
rectiligne, n’est pourtant pas sans inconvénients. La en laissant un réseau routier dans un état remarquable :
ville d’Angoulême est située sur une éminence, il n’y a les temps de parcours ont été pratiquement divisés de
pas encore de pont à Mansle (il sera achevé en 1725), le moitié en l’espace d’un demi-siècle. Cela dit, il faut
relief entre Roullet et Barbezieux n’est pas très propice encore cinq jours et demi pour relier, en diligence, Paris
au « roulage ». Malgré tout, le nouveau tracé est adopté à Bordeaux en été…
en 1760 avec la bienveillance de Turgot. Les nouveaux
17
NATIONALE_10_mep.indd 17 30.08.18 23:16Le parcours est modifé au sud de Bordeaux privi -
légiant la route des Petites Landes par Langon,
Roquefort, Mont-de-Marsan puis Dax, plus longue que
la traversée des Grandes Landes mais plus adaptée au
transit des troupes lourdement équipées vers l’Espagne.
Il faut aussi se remémorer que les Landes sont au début
edu xix un vaste bassin sédimentaire essentiellement
couvert de bruyères et d’ajoncs poussant sur des zones
humides. L'actuelle forêt de pins ne sera plantée que
sous le Second Empire.
Le 16 décembre 1811 par décret impérial est établi
le classement des grandes routes de l’Empire. La route
de Paris à Bayonne est désormais dénommée Route
impériale de première classe n°11.
Après la chute de l’Empire, en 1815, la Restauration
fait table rase de la numérotation impériale. C’est
ainsi qu’en juillet 1824 l’ancienne route impériale
n°11 est rebaptisée route royale n°10. Le décalage
d’un chiffre s’explique par la disparition de l’ancienne
route impériale n°3 qui reliait Paris à Hambourg. La
route de Paris à Bayonne vers l’Espagne conservera
désormais le numéro 10. Avec la monarchie de Juillet
(1830-1848), elle perd l’adjectif « royal » pour devenir
la route « nationale » n°10.
eTout au long du xix siècle, les progrès réalisés dans
Le « Pont Napoléon » Le chemin de terre contre le les domaines des transports et de la communication
quelques centaines de chemin de fer vont impacter la route nationale 10. Les diligences se
mètres avant d’arriver à
La période révolutionnaire ne favorise pas l’entre- sont multipliées damant le pion aux lourdes et lentes Cavignac (Gironde).
tien des routes et chemins. Il faut attendre le Consulat berlines. Les relais de poste voient ainsi croître sans
Le centre de Ruffec
pour que la route d’Espagne et les dix-neuf autres cesse leur activité. À titre d’exemple, celui des Ormes
(Charente) démoli et
routes de première classe soient remises en état. Une (Vienne) accueille trois diligences par jour (deux en élargi par décision de
erNapoléon I pour y fois l’Empire proclamé, Napoléon donne priorité à la direction de Bordeaux, une vers Paris et inversement)
faire passer au mieux les
réfection des axes considérés comme stratégiques, celui mais aussi quelques berlines.
troupes en marche vers
menant en Espagne tout particulièrement. La ligne Paris-Bayonne du télégraphe de Claude l’Espagne.
Au début de l’année 1808, plusieurs tronçons de Chappe, mise en service en 1822, suit le plus souvent
Borne en pierre brute
la route de Paris à Bayonne sont réaménagés. Des la route depuis Tours jusqu’à Bayonne. Ce télégraphe de la première moitié du
e bourgades sont littéralement éventrées pour les besoins optique constitué de relais espacés d’une distance variable xix siècle entre Les Ormes
et Dangé-Saint-Romain des convois militaires comme Ruffec (Charente) ou (de cinq à dix kilomètres) équipés d’un mât articulé
(Vienne).
Cavignac (Gironde). La chaussée est partiellement permettant de transmettre des informations grâce à un
pavée, des auberges et estaminets sont créés pour code de transmissions. Quelques lieux-dits jouxtant la
ravitailler les soldats en route vers l’Espagne comme RN 10 portent toujours la mention « Le Télégraphe »,
à la Grande Vallée (Indre-et-Loire) où à La Négresse témoignant de l’implantation d’un relais.
(Pyrénées-Atlantiques). Les relais de postes doivent Mais c’est l’essor du chemin de fer qui va réellement
faire face à une intense activité associant le trafc des concurrencer l’usage de la route. La liaison ferroviaire
diligences aux besoins militaires. Enfn, de nombreux Paris-Bordeaux, décidée dès 1838, sera achevée en
ponts sont construits, des plus modestes comme 1853. Elle est poursuivie jusqu’à la frontière espagnole,
celui de Pont-à-Brac (Charente) aux plus imposants à Irun, en 1864 sous l’impulsion de l’impératrice
à l’image du pont de pierre de Bordeaux achevé en Eugénie qui fait de Biarritz son lieu de villégiature
1822. L’Empereur parcourt régulièrement la route favori. Ici encore, la voie ferrée suit de près la route
d’Espagne, il est notamment vu aux relais de poste de nationale jusqu’à Bordeaux, s’en écarte dans les Landes
Saint-Geours-de-Maremne (Landes) ou des Maisons- avant de la retrouver au nord de Bayonne et jusqu’à la
Blanches (Deux-Sèvres). frontière espagnole.
18
NATIONALE_10_mep.indd 18 30.08.18 23:16Les propriétaires des premières automobiles, dont la Labenne (Landes) dans
les années 1960. Comme circulation est encore très confdentielle, se lancent à
souvent depuis Tours, la
leur tour dans de grandes randonnées sportives. Après Nationale 10 et la voie
ferrée sont parallèles ou un Paris-Rouen en 1894, la première course automobile
s’entrecroisent.d’ampleur se déroule sur la Nationale 10 en 1895. Ce
Paris-Bordeaux-Paris est brillamment remporté par Plaque du Second Empire
au centre de Chaunay une Panhard qui creusa l’écart grâce à la suprématie
(Vienne), la route y est
des pneumatiques démontables des frères Michelin.
naturellement qualifée
Le mouvement est lancé et ne s’arrêtera plus jusqu’à la d’Impériale.
tragique course Paris-Madrid du 24 mai 1903.
Marcel Renault en pleine eAu début du xx siècle, la Nationale 10 est encore
vitesse près de
Saintepresque exclusivement parcourue par des cyclistes et Maure-de-Touraine le
24 mai 1903 au cours des voitures hippomobiles, mais les pionniers de
l’autodu Paris-Madrid. Il sera
mobile sont de plus en plus nombreux à s’aventurer sur mortellement blessé une
une route dépourvue d’indications, de postes de carbu- centaine de kilomètres
plus loin.rants et d’ateliers de réparation. Ce n’est qu’après la
Première Guerre mondiale que le réseau routier français
débute sa grande mue sous l’impulsion d’industriels
comme Renault, Citroën ou Michelin mais aussi sous
Le succès du chemin de fer inquiète les maîtres des la bienveillance des premiers clubs automobiles. C’est
relais de postes qui voient le trafc des diligences inexo - le Touring Club de France qui permet, par exemple,
rablement diminuer. Le télégraphe électrique qui se l’aménagement de la route de la Corniche basque.
généralise dans les années 1850 donne le coup de grâce Avec la lente mais régulière augmentation du trafc,
aux lignes et relais de poste qui sont supprimés en 1873. la chaussée est peu à peu asphaltée et le bord de la
Entre temps, le Second Eempire remet au goût du Nationale 10 se couvre de garages, de cafés, de
restaujour la dénomination « route impériale » et la RN 10 rants, de postes d’essence donnant ainsi naissance à la
est requalifée route impériale n°10 de Paris à Bayonne. « civilisation de l’automobile ».
Quelques plaques de cochers en émail dans la Vienne Confants dans les capacités du réseau des routes
portent toujours cette mention. Il faudra attendre le nationales, qu’on estime alors quasi illimitées, les
retour de la République, en 1870, pour que le nom pouvoirs publics ne croient pas au développement des
« route nationale 10 » soit défnitivement fgé. liaisons autoroutières comme c’est déjà le cas en Italie
eÀ la fn du xix siècle, la route de Paris à Bayonne et en Allemagne. On se contente d’aménager ici et
est en déclin, le chemin de fer semble avoir remporté là des portions en trois voies et quelques déviations
la bataille des transports. Mais la bicyclette et
l’automobile surtout vont redonner de l’intérêt aux grands
axes du pays et la Nationale 10 s’apprête à connaître
un essor sans précédent.
Du cheval vapeur à la reine
automobile
Au début des années 1890, la pratique du vélo, d’abord
réservée à l’élite, engendre les premières courses. En
raison d’un relief assez modéré et d’une distance idéale
de 500 kilomètres, le parcours Paris-Bordeaux accueille
les nouvelles compétitions vélocipédiques. C’est ainsi
qu’en 1891 est couru le tout premier Bordeaux-Paris
qui deviendra l’une des grandes classiques du cyclisme
en France. La course Paris-Tours lui emboîte le pas
dès 1886 et des cyclistes chevronnés s’aventurent sur la
route d’Espagne comme Edouard de Perrodil et Henri
Farman qui relient Paris à Madrid en une semaine en
juin 1893.
19
NATIONALE_10_mep.indd 19 30.08.18 23:16comme celle du Gué-de-Longroi (Eure-et-Loir). En
mai 1938, un décret instaure quatre grands itinéraires
internationaux dont le tronçon de la Nationale 10 entre
Paris et Bordeaux fait partie.
Devenue un axe économique majeur, la route
ParisBordeaux accueille aussi les premiers touristes qui se
rendent sur les plages de l’Atlantique pour profter
des nouveaux congés payés dès l’été 1936. Mais cette
route est aussi celle des drames avec la migration des
réfugiés espagnols qui fuient la guerre civile puis le
régime franquiste. Elle est submergée en mai et juin
1940 lors de l’exode des populations belges et françaises
tentant de trouver un hypothétique salut à la déferlante
de l’armée allemande. Le gouvernement l’emprunte
lors de son repli de Paris à Tours puis jusqu’à Bordeaux
comme ce fut déjà le cas en 1870 et en 1914.
Après la Libération, le trafc reprend lentement au
gré des réparations des ponts détruits à l’image du
pont Eiffel sur la Dordogne. En 1949, deux nouveaux
tronçons sont reclassés Nationale 10 entre Rambouillet
et Chartres et entre Bordeaux et
Saint-Geours-deMaremne (Landes), l’heure est à la vitesse et aux
liaisons directes.
Dès le début des années 1950, la France entre de
plain-pied dans une période de croissance
exceptionnelle, de profusion et de prospérité. Avec les Trente
Glorieuses, l’automobile se démocratise réellement, la
société des loisirs s’affrme et les routes s’engorgent
en été donnant lieu à des embouteillages démentiels
L’exode des civils
photographié par un
habitant de la rue de
Chartres à Bonneval le
13 juin 1940. Collection Marc
Guillemin — Les Amis de Bonneval.
Touristes en route vers
l’Atlantique faisant étape
au relais des Marchaux
à
Sainte-Maure-deTouraine au milieu des
années 1960. Collection famille
Boissonneau.
20
NATIONALE_10_mep.indd 20 30.08.18 23:16

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents