Annuaire de 1
18 pages
Français

Annuaire de 1'Aûique du Nord Tome XXVII Editions du CNRS

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Troisième

  • mémoire - matière potentielle : son ami


Annuaire de 1'Aûique du Nord Tome XXVII, 1988 Editions du CNRS IV. - HISTORIOGRAPHIE DE LA GUERRE D'ALGERIE L'historiographie de la guerre d'Algérie ne donne aucun signe d'épuiliement, en juger d'après le nombre des publications. En France, les plus nombreuses appartiennent au genre de la littérature mili- taire (même en excluant les romans), qui garde son public nostalgique du -baroud. colonial ou des guerres oubliées. Certaines retracent l'itinéraire des soldats incompris ou perdus, que leurs combats ont peu .3 peu éloignés de la métropole qu'ils avaient contribués à libérer. Deux biographies à signaler cette année. Le gros ouvrage d'Erwan BEHGOT : Bigeard (Paris, Pemn, 1988, 548 p. et photos hors texte) ne consacre qu'une part minoritaire à l'épisode algérien de la carrière de son héros, homme du peuple sorti du rang par sa valeur militaire (et un certain sens de la publicité) qui devint général, ministre et député. Au contraire, l'Algérie joue un rôle central daris le livre de Laurent BECCARIA, Hélie de Saint Marc (Paris, Perrin, 1988, 316 p. e t photos hors texte). Ce jeune historien, né en 1963, a enquêté pendant 3 ans pour réaliser son mé- moire de 3e cycle à l'IEP de Paris, sur le destin qui conduisit un fils de bonne famille, déport6 dès i'âge de 21 ans pour faits de Résistance, officier de légion couvert de décorations, à être mndamné à 10 ans de réclusion crimineue pour avoir engagé son régiment

  • algérie

  • chef politique du fln d'alger

  • i'indépendance de i'aigérie

  • témoignage

  • général de gaulle avec l'algérie

  • histoire militaire de la guerre d'algérie

  • mobilisation dans l'armée kançaise

  • général


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 19
Langue Français
HISTORIOGRAPHIE DE LA GUERRE (1991 1992)
L'approche d u t r e n t i è m e a n n i v e r s a i r e d e l a fin l a g u e r r e d'Algérie a suscité e n F r a n c e u n e nouvelle vague d e publications, q u e d e s films o u émissions télévisées. d e s expositions e t d e s colloques. d e la p l u p a r t d e s documents d e s archives m i l i t a i r e s d e Vincennes p a r t i r d u 1992 a i n a u g u r é nouvelle é t a p e d a n s d e son histoire, q u i p r e n d r e de Mais d e p u i s d u processus électoral c n 1992, le p r é s e n t l e p a s s é : t e r r o r i s m e e t répression s o n t d e à l a d e s j o u r n a u x . D a n s ces conditions, on p e u t s'interroger s u r l'avenir d e l'histoire e t critique d a n s ce pays. Les effectuées e n F r a n c e ou d a n s l e s pays voisins 1 9 9 1 e t plus q u e d a n s l e s d e u x a n n é e s précé - d e n t e s M N 1  990. pp. 953 -9543 : Paru en 1991 Les la préface de Naquet, Paris. p. et photos hors -texte. Ln guerre des appelés la Cité, réédition, 298 p, et pliotos Saïd. Paris, p. Jean -Luc, La ferme sur centre de guerre Paris, 117 p. La bataille 1 7 octobre Paris. p. et photos hors -texte. nnd the Macmillan, 199 p. Le Editions Castille, 196 p. Jean -Louis, Le Levallois Perret. Editions réédi -tion? 96 p. Riom, Jeün -Pierre et ai., Lu guerre et les Coinplese. 405 p. Rous, Michel, Les harkis les de l'histoire' Paris. La 420 p. évêque recueillis Charles Préface Pans. de Brouwer, 282 Benjamin, de Paris. La Découverte, 1 2 3 p. de . de
de d u Nord. 1992, CNRS Editions
Benjamin, La et l'oubli de la guerre La Découverte, 369 p. e t Bernard, Le des Iiarkis. Préface d'Ali e t de Jacques Soustelle, Edilions Jeune Pied Noir, 273 Anne' rrirne nous toujours p a s P a n s , Au nom de la mémoire, 135 p.,
Paru en 1992 guerre pas eir lieu et 000 Pans. Messidor Editions sociales, p. Christian, L'olivier de Préfaces de Gilles Perrault et Henri Paris, Editioiis Jean -Claude et C'était la guerre, Paris. 465 p. Les d'un sous lieutenant de 1960 à Préface de Raoul Editions Fiiipacchi, 296 p. ct Hugues, Le Front Nord Des Belges d a n s guerre d'Algérie. e t RTBF Editions, p. et photos hors -texte. Bertrand, et illustration uictoire s u r Préface de Gustave P a n s , Nouvelles Editions Latiiics, 290 p. Jean -Yves, Pour l a paix en Algérie, P a n s , Lieu 249 p. L'Algérie et Croyants ou citoyens, Paris. Editions Ar -247 p. Jérôme. accords Histoire de ratée Algérie, Paris, Olivier 246 p. guerre ouvrage publié sous l a direction de Laurent G ERVEREAU , Jean -Pierre Benjamin S TORA , P a n s , d'histoire contemporaine e t 320 p., Martiiie, 1954 -1962 girerre des la Préface de Paul Nahon, Paris, Jeail -Claude Lattès, 359 p. guerre. Paris, Institut du Monde Arabe, 1992. Jean Philippe, de Alger: Introduction de Germaine Préface Paris, Tirésias. Michel 197 p. Jcan -Claude. Le Histoire trahison Editioiis du Camelot. Guy, La Algérie. Paris. Ln française, 96 p., e t Patrick e t La guerre sans non?. appelés Paris, Le 301 p. Renjamin. Ils algérienne en 1912 -1992. 492 p. de et 136 p. L'écharde. Chronique Paris, Maurice 341 p.
DE LA GUERRE 1 1 7 1 C e s d e u x l i s t e s s o n t c e r t a i n e m e n t incomplètes : c h a q u e a n n é e , des livres publiés p a r d e p e t i t s é d i t e u r s ou à d ' a u t e u r é c h a p p e n t à n o t r e r e c e n s e m e n t , où n e s o n t p a s connus e n t e m p s utile. l e s t i t r e s oubliés d e 1990, nous pouvons c i t e r : Paul, Morts pour rien. Préface du colonel Paris, Editions Ordoforma, 233 p. Francine. La paixpour dix ans Préface de Soustelle, Calvisson, Editions Jacques Gandini, 322 p. Lucien, Chroniques sous -préfet tre Paris, Acadéniie européenne du livre, 221 p. de, de un les du Paris, Albin Michel, 341 p. 16 p. de photos). Les publications f a i t e s e n Algérie s o n t encore p l u s difficiles à s u i v r e e t s a n s r e t a r d . f a u t r a j o u t e r p o u r 1990 : Editions p. 14 p. de
Amar, Adda Alger, Editions 161 p. Farouk, Si Khettab, précurseur du Maghreb. Préface de Ferhat Abbas, Alger, 349 p. (avec photos et docunients annexes). et Ali, Le Emir Khaled de des SMA Alger, Editions 345 p., L'accord Alger, 148 p., dont 32 p. d'annexes.
dit Abderrahman, haine ni passion Coiifribution à de l'histoire de Editions Dahlab, p., et Khaled, des Alger, tions 429 p. Messaoud. clironologie et Alger, ENAG, 324 p. annexes et photos). Bien q u e ce bilan q u a n t i t a t i f soit très v r a i s e m b l a b l e m e n t incomplet, il n e d o n n e p a s l'impression d'un d y n a m i s m e r e m a r q u a b l e d e s éditions algériennes. F r a n c e , l e s publications de t r a v a u x d ' h i s t o r i e n s t e n d e n t d e p l u s e n p l u s à équilibrer les témoignages. Après l e s a c t e s du colloque o r g a n i s é p a r I'IHTP e n décembre 1988 s u r la F r a n c e e n g u e r r e d'Algérien ( p a r u s e n 1990 chez s o u s t i t r e La g u e r r e d'Algérie et les s o n t p a r u s à Bruxelles ceux d e la t a b l e ronde p r é p a r a t o i r e s u r La g u e r r e d'Algérie et les ( d é j à d i f f u s é s d a n s l e n o 106 d e s C a h i e r s d e en novembre 1988). A p r è s d e u x r a p p o r t s p r é l i m i n a i r e s d e s coordinateurs J e a n -F r a n ç o i s e t J e a n -P i e r r e Kioux, onze contri -butions é t u d i e n t d e s a s p e c t s dc l e u r s e n g a g e m e n t s (six
intellectuels de gauche, deux ceux d e droite, et trois suivant des approches transversales). Puis la partie .interventions e t témoignages la parole à u n intellectuel de droite (Raoul pour cinq de gauche. P a r là, ce recueil illustre cette de la qu'il signale, amplifiant la prépondérance des gauches milieux intellectuels de l'époque, tout e n cherchant à la dépasser e n m o n t r a n t le poids critères de classement, tels que et la culture politique. Autre retombée du grand colloque de le de organisée à des Invalides, du 4 avril a u 28 juin 1992, p a r le d'histoire contemporaine e t Bibliothèque de s u r le thème en guerre ne s'agit pas seulement d'un catalogue d'exposition, remarquable p a r richesse par l'originalité de son iconographie c'est aussi un véritable ouvrage d e référence, contributions d'une t r e n t a i n e d'au -teurs, a u premier r a n g desquels s e Benjamin Stora (avec 11 contributions), Rioux e t Charles Robert Ageron. Signalons tout particulièrenient les deux importantes mises a u point de ce d e r n i e r : s u r les origines de l a Toussaint 1954 e t s u r les pertes humaines de la guerre d'Algérie où il reprend avec d'autres données pionnière d e Xavier Yacono pertes algériennes dc 1954 à de l'occident et de la n o 3 4 , e t conclut à u n ordre d e grandeur compris e n t r e 200 000 e t 250 000. Après partie qui retrace cours de la deux a u t r e s sont consacrées aux qui furent données à l'époque, puis a u x qu'elle a laissées jusqu'à nos jours D'autres manifestations comniémorativcs d u trentième anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie furent organisées e n m a r s 1992 p a r d u Monde Arabe. Deux expositions photographiques, libération de : a r r ê t s u r images., 1200 photos, de mai 1945 à juillet et .Actualités : quand la guerre n'était p a s encore u n e légende S é a n c e s d e cinéma : France -Algérie : débats avec des historiens e t des témoins, e t u n La ménioire e t de la guerre ont fait l'objet de ce grand colloque franco -algérien organisé à la les 1 3 e t 1 4 m a r s 1992, e n colla -boration avec la Ligue de l'enseignement. Ses travaux ont fourni masse considérable de rapports, de dcbats e t de documents qui ont é t é publiés 1993, qui seront donc étudiés d a n s prochain Annuaire d e Leurs apports ont été remarquables s u r Ics thèmes des six ate -liers : les face à l a guerre d'Algérie ; 2 les et algériens ; 3 les valeurs e n question : justice e t d r o i t s ; 4 nationalité, identité ; 5 l'enseignement d e la guerre d'Algérie de l'école à l'université; 6 cinéma e t littérature s u r l a guerre P o u r t a n t , A par le n o 26 des de édité par la et du : humiliés et oublies par
 DE LA 1173 HISTORIOGRAPHIE les nostalgiques de française ( e t le maire de P a r i s Jacques Chirac) ont dénoncé ce honteux de témoins parce qu'ils n'y avaient p a s invités. La lecture de ces travaux ne justifie p a s une telle condamnation. II e s t vrai que le ton militant d e nombreuses inter -ventions dans les séances plénières d'introduction e t de conclusion n a i c n t l'impression que la guerre civile franco -française n'était pas terminée trente a n s après. O n peut se demander é t a i t juste de confon -dre la cause de française avec celle de l'extrême -droite, e t d e dénoncer I'aministie générale q u i é t a i t condition fondamentale d e s accords Mais le plus important e s t que ce n'ait aucun sujet e m b a r r a s s a n t pour s a générale anticolonialiste (violences d u massacre d e s harkis, disparition d'Européens e n Algérie) en fut d e pour un a u t r e colloque franco -algérien, organisé d u 1 9 a u 2 1 m a r s 1992 à l'université de P a r i s VIII -Saint Denis p a r t i t u t Maghreb -Europe e t le Centre J e a n Bouvier. s u r des accords conjoncture e t longue durée Ce colloque d'histoire totale aborda en cinq tables rondes des sujets passionnants le poids d e s intérêts d a n s la recherche d'une solution; 2 r u p t u r e ou réaménagement d e s rela -tions écononiiques?: les rapatriés e t l'option d e la patrie française (Européens e t J u i f s d'Algérie. Français 4 enjeu de natio -n a l i t é e t le d é b a t culturel d a n s l'espace mixte algérien; 5 -les accords d a n s la longue durée : signification politique e t Ce fut l'occasion de confronter les points de vue des acteurs e t des témoins, des historiens e t d'autres spé -cialistes. La d e parole des nombreux intervenants, à la tribune e t d a n s l a salle, ne fut limitée que p a r leur nombre même. On a t t e n d encore la publication des actes d e ce riche colloque. Le tome 6 ceux des journées internationales tenues à d u 1 9 a u 24 novembre 1990 sous le titre général De en a é t é opportunément publié en 1992. Seule partie de ce volume, inti -tulé Liberté et dignité des concerne l'Algérie ou le Maghreb. Des rapports écrits et des communications orales confronté les approches d'historiens e t de témoins, français, algériens, et autres, à propos de titude du envers algérien e t la négociation avec le FLN, puis la coopération avec l'Algérie e t ses deux voi -sines. O n remarquera particulièrement les contributions de Charles -Robert Paul -Marie de la Bernard Tricot, Jean -Marcel Jeanneney. d e Kaddache, Redha Malek. Mohammed Bedjaoui e t leddine d e Mohammed Masmoudi, et Rouhout el Mellouki Riffi. Les participants se sont assez facilement accordés s u r le fait que Gaulle, tous les facteurs qui le poussaient vouloir conserver l'Empire, puis à ne t r a i t e r qu'en position de force, a le courage d'imposer la fin d e la guerre, puis u n e coopération franco -algérienne qu'il
sujet de de Vidal et de mou dans 30 9 des
exemplaire le reste d u Tiers -Monde, a u point d'être beaucoup plus généreux e t indulgent envers qu'envers deux pays voisins. Jacques Frémeaux, professeur à l'Université d e Nice, r e g r e t t a e n t a n t e t Français d'Algérie qu'il n'ait pas assez é t é question des conditions d e exode, e t d u sort tragique des Algériens musulmans engagés du côté français 11 à noter que plusieurs cations présentées à ce colloque n o t a m m e n t celles de Charles -Robert ron e t d e Jacques s u r e n Algérie et cn métropole n'ont pas é t é d a n s ses actes Service historique de l'armée d e t e r r e p a s saisi l'occasion de reprendre la publication de s a collection d'archives conservées à Vincennes. La p a r les suspendue e n octobre 1990 après la sortie du tome l e r , Le 2, allant préparé comme le précédent sous l a direction de Jauffret, e s t resté bloqué p a r ce qu'il contiendrait certains documents rele -v a n t des délais aptciaux de 60 a n s nu plus définis p a r le décret de décem -bre 1979 s u r les archives militaires. Néanmoins, le ministre d e la Défense Pierre Joxe a décidé d'ouvrir les archives de l a campagne relevant du délai général de 30 a n s à p a r t i r du juillet 1982. rendre cette ouverture, il a é t é décidé de procéder à u n inventaire informatisé du contenu de chaque carton, e t de le diviser e n unités documentaires chacune relevant délai de 30 a n s ou d'un a u t r e délai fixé par le décret. Ainsi deviendraient effectivement accessibles a u moins 90 de des documents. Mais il f a u t se garder de croire que tous deviendraient accessibles d'un seul coup. Une note du SHAT précise que les ments s u r la situation e n Algérie, e t notamment s u r l a situation politique, les nationalistes, la l'organisation, l'activité e t l'état d'esprit d u FLN de l'aide qu'ils reçoivent de l'étranger ainsi que des dossiers s u r ne seraient communicables que 60 a n s après l e u r production, e t chercheur qui souhaiterait étudier ces questions donc différer son projet,, n e faut p a s conclure que les historiens n'auront rien à faire 2022 : outre les docu -ments depuis le l e r juillet 1992, les ressources de graphie e t de la sont t r è s loin d'être épuisées. P a r m i les historiens, Yenjamin s'est particuliérenient signalé p a r le e t p a r d e ses publications. Déjà connu par ses d'histoire et de sociologie s u r Messali Hadj et le nationalisme algé -rien radical, couronnés p a r de doctorat s u r l'histoire poli - 
- A signaler l a publication du d e Chartres !a de De 1870 1960, -206 p. de introduction e t dc Robert On notamment la contribution de Gilbert s u r Viol -à l a i 4 i Charles dans en Paris, Ligue de et 1993. p. cf. archives des par Philippe 2 1992. pp.
tique de l'imniigration algérienne eii France de 1922 à 1962 eii à l'université de Paris XII), il s'est aventuré dans une entreprise plus risquée : faire passer la guerre d'Algérie de la mémoire à l'histoire. S a télévisée : Les réalisée avec les jour -nalistes Philippe Bernard Favre, e t Patrick Pesnot, e t diffusée par Antenne 2 e n septembre 1991, a suscité des réactions très diverses mais passionnécs. P a r certaines images déclenchant de fortes (notamment le sensationnel reportage à avec tion des des victimes massacre). Mais aussi p a r le fait d'avoir donné la parole, s a n s exclusive, à des représentants de toutes les opinions; e t d'avoir compte de vérités contradictoires dans le des images d'actualités qui servaient de lien aux e t aux views. E n tant qu'historieii engagé à Stora é t é surtout critiqué son propre canip : il s'est vu reprocher. a u d'avoir confondu l a e t l'histoire, pis d'avoir fait u n film colonialiste ( s a n s pour a u t a n t les partisans intransigeants de fran -çaise, qui lui font le reproche inverse). n'a pourtant pas prétendu une histoire de la guerre d'Algérie, mais préseriler les diverses mémoires françaises dc la guerre d'Algérie, ce qu'il a très bien réussi. La séquence s u r la massacre de Melouza, trop rapide spectaculaire pour être comprise, n'était pas indispensable à son propos. II est vrai que les auteurs ont peut -être eu tort d'éliminer interviews qu'ils avaient faites d'autres historiens ou de les traiter comme les autres témoignages e t de laisser a u seul Benjamin Stora l a lourde charge d'exposer la vérité historique. encore que cette vérité n'est pas la simple juxtaposition des tions uns e t des autres, e t qu'elle exige u n long travail de rétlexion critique à peine amorcé. cette critique consiste pas croire les politiqueiiient bien pensants à ignorer les autres. Le livre publié peu après par le même a u t e u r : La gangrène et La de lu aurait dû dissiper tous les malenten -dus. Appliquant les niéthodes d'étude critique de la mémoire des conflits, développée par les chercheurs de à propos de la Guerre Benjamin Stora démonte implacablement les occultations e t les niystifïcations e n confrontant les silences et les discours a u x faits établis : d'abord e n France de 1954 à 1962 ; puis d a n s le national algé -rien de 1926 à 1962; avant de mener e n parallèle l'analyse des dans les deux pays. II conclut soulignant l a nécessité assu -mer si l'on veut éviter l a du La démons -tration. rigoureusement conduite, e s t solidement étayée par de nombreuses références la bibliographie e t à la filmographie d u sujet : e t le style est éloquent e t inspiré. Cet essai courageux est donc u n livre qui d a t e . Après avoir la parole, à représentants de tous les points de vue, Ben -jamin Stora fait table rase des des e t des autres. 11 appelle de s e s vœux la troisième étape : e n chantier his -toire de nouveaux livres s u r la guerre d'Algérie : de ses commencements coloniaux à s a survivance dans mémoires du présent,,.
BIBLIOGRAPHIQUES Ce p r o g r a m m e , B e n j a m i n S t o r a s ' e s t efforcé d'y c o n t r i b u e r , e n publiant coup s u r coup plusieurs ouvrages d e vulgarisation historique. Traiter L'Histoire de L'Algérie d a n s les 125 pages d e l a petite collection é t a i t u n e gageure, inégalement tenue. L'au -t e u r a bien mis e n valeur l'enracinement plus ou moins ancien et profond des diverses populations algériennes, y compris les Juifs e t ceux que n'appelait pas encore les noirs e t l'ambiguïté de leurs relations, que l'instabilité fondamentale de l'ordre colonial e t l'inéluctabilité de l a formation d'un mouvement national algérien. Mais ses chapitres s u r le siècle a u r a i e n t pu é t r e plus approfondis, comme t o u t ce qui concerne la politique algérienne de la France : on s'étonne de n e trouver ni séna -tus -consulte de 1865, ni les réformes de février -mars 1919; e t l'ordonnance d u 7 m a r s 1944 est mentionnée page 90 s a n s que s a nouveauté soit expli -quée. La suite, intitulée Histoire de la d'Algérie pour 1992 mais publiée e n 1993, e s t u n e indéniable réussite gràce a u x résultats des travaux déjà cités d e l'auteur. De même, résumé de s a thèse de doctorat complétée p a r dernière partie s u r l'enracinrment de l'émigration, devenue immigration, algérienne de 1962 à nos jours. Il y retrace avec concision les grands traits d'une évolution complexe e t riche en paradoxes : que le nationalisme algé -rien s'éveilla e t s'organisa la coloniale; que l'organisation de l'émigration devint ensuite un enjeu essentiel des luttes de tendances à du PPA -MTLD puis d'une vraie guerre civile e n t r e le e t le FLN, dont le vainqueur Fédération de France du fut à son tour écarté d u pouvoir p a r les dirigeants d e l'Algérie indépendante. Enfin e t s u r t o u t , que cette population émigrée qui avait cnnfondu les rêves de l'indépendance et d u retour a u pays d u t , a p r è s 1962, se reconnaître hlement en France, e t voir ses enfants revendiquer l a citoyenneté française que certains Français leur contestent, comme ceux des harkis Le trentième anniversaire des accords a inspiré deux publi -cations. livre de Jérôme e s t à la fois séduisant e t irritant. Ayant l'âge de son sujet, il e s t étranger la nostalgie de e t à la passion anti -gaulliste (contrairement à ce que le sous -titre pourrait faire croire). avec aisance quand il n e cède pas à la tentation du jargon abscons, il propose d e s réflexions t r è s pertinentes s u r les logi - ques nationales du général de Gaulle e t du FLN e t s u r la signification de la décolonisation pour les deux pays. apporte également les résultats d'une enquète orale six personnalités françaises, qui lui per -m r t t e n t d'évoquer avrc vivacité les d e la négociation e t ses péri -péties. il semble trop compter s u r ses informateurs directs et ignorer certains épisodes signalés par des publications antérieures. Le livret illustré d e photos e t de réalisé p a r Guy Pervillé l a collaboration d e Rodière pour la collection e t e s t un travail de vulgarisation, destiné surtout a u x
Dans la collection. voir 1990.
par Odile
enseignants d'histoire. Mais ce fut aussi l'occasion d'un nouveau travail de recherche s u r le processus qui avait conduit aux accords Son résultat e s t la niise en évidence, grâce à la presse, du rôle des colloques juridiques organisés par l a gauche universitaire, syndicale e t politique à Royaumont (juin -juillet Aix -en -Provence (décembre e t Grenoble ( m a r s 1961) d a n s la définition d'une doctrine de l'autodéter -mination différente de celle que le général de avait définie le 16 septembre 1959, e t qu'il finit par adopter. Que celui -ci n'ait rien dit dans ses Mémoires, e t que ses conseillers prétendent n'en avoir rien su, ne change rien a u constat d u fait : procédure qui a été choisie e s t exactement celle que nous n'avons pas cessé de préconiser : accord s u r l e fond e t ratification par peuple algérien à la demande d u gouvernement et du (Gaston Defferre, dans Le d u 5 On regretter que l'analyse des responsabilités de d u e t d u gouvernement dans non -application des accords a i t été excessivement comprimée pour des raisons texte. Au la conclusion conforme à volonté de l'auteur : non parti - sane, niais opposée & tout triomphalisme. Le ténioignage de Jean -Yves Goëau -Brissonnière s u r sa secrète pour paix en Algérie*.s e rattache à l a préhistoire des négocia -tions. Ce jeune h a u t fonctionnaire né e n Algérie, socialiste e t collaborateur d u ministre des affaires étrangères Christian Pineau, fut en -voyé à Tunis e n juillet 1957 par son ministre afin de reprendre contact avec le FLN, avec d u présiderit d u Conseil Rourgès -Maunoury e t d u ministre résidant. Robert Lacoste. Mais s a fut torpillée par une machination des services secrets français, couverts par l'éminence grise d u Président du Conseil, Abel Thomas. On reste perplexe devant l'incertitude qui subsiste quant a u vrai but de l a mission sondage, vraie tentative de négociations, ou alibi pour e t devant l'incohérence que son échec révèle. si l'auteur le premier à bénéficier d'un ordre de mission signé par le directeur cabinet d u président du Conseil ( p . ne peut voir dans ce ténébreux épisode une étape significative vers l a paix e n Algérie. Les autres publications expriment ou étudient les ménioires de groupes particuliers. Deux livres, complétant des films, ont é t é consacrés à celle des appelés. Patrick e t Bertrand Tavernier ont jugé utile de publier une version écrite de leur enquête cinématographique s u r l a mémoire des trente anciens appelés e t rappelés en Algérie qu'ils ont retrouvés dans la région de Grenoble. On connaît l a force d'émotion e t de conviction de ce sorti février Le livre e n corrige certaines e n coupés a u montage, e n présentant plus complètement les témoins, e n insérant des repères historiques l'absence pouvait géner le spectateur peu informé Sous ces deux combler cette lacune. de une brochure. les de l'association des d'histoire et de par la du
formes, l'enquête nous présente tableau s a n s doute fidèle d e la guerre des appelés., s a n s e n négliger aucun aspect (notamment le fait que les p a r a s recrutaient en d a n s le contingent). Mais les ou soldats de n'y retrouveront p a s leur guerre. S u r le sujet, Martine a réalisé une a u t r e enquête qui a également fourni matière d'une émission télévisée, le magazine spécial. d e Paul s'agissait d'étudier neuf pondances d'appelés métropolitains avec leurs familles (totalisant plus de 2 000 lettres), u n journal intime, e t des lettres d a n s les journaux locaux, d e dépasser l a simple expression a posteriori de mémoires brutes. L'auteur a donc découpé et regroupé des extraits de ses sources e n fonction d e plusieurs thèmes, e t les a commentés en se référant aux faits acquis e t à d'autres documents. Ce parti pris thématique était justifié, voire nécessaire. Mais on regrette parfois que l'ordre n e soit p a s mieux respecté, ce qui n'aide p a s à suivre l'enchainement des faits ( e n particulier le remarquahle journal tenu p a r Claude P. en Grande Kabylie de janvier 1961 à m a r s Défaut e n partie corrigé p a r des tableaux récapitulatifs d e s itinéraires des dix principaux témoins. Dans l'ensemble, ce livre sérieux et honnête remplit bien son contrat. Celui de Andrieu, rédacteur en chef de est une défense e t illustration de l'action des communistes français e t algériens pour la paix e t l'indépendance d e l'Algérie. A tous les hommes politiques qui ont fait la guerre (dont la liste complète figure en annexe), et à ceux, non nommés, qui reprochent aux communistes l a timidité de leur action, I'auteur rappelle que le PCF a le seul parti à se dresser dès le début contre la guerre et à défendre le droit à l'indépendance du peuple La démonstration n'est guère réfutahle, sinon en remonlant le temps qu'au 8 mai 1945, où le PCF e t le PCA n'étaient pas moins hostiles a u nationalisme algcrien que les a u t r e s partis français qui explique sentiment anti -communiste chez nombre d e dirigeants nationalistes algé -riens..). Mais le plus nouveau d a n s ce livre est la révision e n baisse du des morts algériens : I'auteur renonce en million pour l'estimation d e 600 morts proposée a u privée depuis longtemps par Algériens bien informés. Mais, à ce qu'il prétend à 55, c'est 2 ou 3 fois plus que les estimations les plus mesurées des historiens Le livre publié e n Angleterre p a r Danièle Joly (chercheur à de Warwick) fournit une réponse critique à l'apologie d u PCF. S'ap -puyant s u r enquête orale complétée p a r d e s privées e t diverses publications, il démontre a p r è s d'autres que celui -ci a subordonné sa politique algérienne à s a volonté de réintégration dans la vie politique française. D'où l'ambiguïté d e son action pour la paix en Algérie, n'allant pas jusqu'à soutenir fermement ceux de ses militants qui risquaient de le
dans un article des
199%. p.
HISTORIOGKAPHIE DE LA GUERRE 1992) 1179 compromettre en participant directement a u combat du FLN. Ce qui a provoqué des oppositions internes, et des dissidences aspirant à former une nouvelle extréme -gauche. En France, outre la réédition du Déserteur de Maurienne, la des de valises. du FLN a été exprimée par u n téléfilm de Richard Coparis, les frères des frères diffusé en mars 1992. En Belgique, I'ethnolinguiste africaniste J e a n L. et le de la RTBF Hugues Le Paige ont reconstitué Le Front du Nord -des Belges dans la guerre d'Algérie dans un petit livre bien écrit et abondamment illustré. font connaître les motivations de I'engagenient des sympathisants belges du FLN, venant des mêmes milieux qu'en France (chrétiens de gauche, marxistes, anarchistes), les formes de leur action, soit publique (comité pour la paix en Algérie, collectif des avocats,)) soit clandestines (filières d'acheminement e t d'accueil...), et les réactions violentes des ser-vices secrets français camouflés sous le nom de rouge s . (attentats contre l'étudiant les professeurs Laperchc de Ils montrent aussi l'existence de liens étroits entre les décolonisations de et Congo, dans l'action de leurs partisans et de leurs adver -saires : les comités d'action pour la défense des colons du Katanga furent l'origine du Mouvement d'action civique branche belge de Ainsi la Belgique fut elle impliquée dans la guerre d'Algérie, contre la de ses Pour la première fois, à l'occasion de son trentième anniversaire, commémoration de la manifestation et de la répression du 17 octobre 1961 à Paris a réussi à percer le mur d'ignorance et d'indifférence des médias. Un film de Mehdi Lallaoui e t Agnès Denis, Le silence du doublé par un album de photos commentées accompagné d'un texte continu d'Anne Tristan, a reconstitué crime que nous n'avons toujours pas rappelé ses origines et sa longue occultation. Sur le même sujet, Jean -Luc Einaudi a mené une encore plus approfondie, à partir des archives de la Fédération de France du FLN, du Syndicat général de la police pa -risienne et d'avocats, des débats de l'Assemblée nationale e t du Sénat, de la presse française ou étrangère, et de plus de cent témoignages. Son récit suit l'enchaînement des faits qui ont conduit à la décision de manifester contre le couvre -feu aux Algériens par le préfet Papon, son déroulement et celui de la répression, puis les étapes de l'étouffement de l'information et de la mémoire. La sobriété du commentaire, qui rehausse la brutalité et des témoignages, suscite des sentiments d'horreur, de honte, e t d'étonnement que de tels faits aient pu se produire. Cependant, la contradiction entre les témoins qui portent des accusations de gazage e t ceux qui proposent des explications beaucoup plus simples des mêmes faits, peut donner à penser qu'un témoignage sincère n'est pas forcément exact. part, l'auteur fournit en annexe des listes nominatives de 74 per -
Cf Dominique : Une affaire française. La et la guerre