EXERCICE 2011
110 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
110 pages
Français

Description

C E 2, Primaire, CE2
  • cours - matière potentielle : l' exercice
  • cours - matière potentielle : son histoire
  • cours - matière potentielle : grâce
  • cours - matière potentielle : des dernières années
  • cours - matière potentielle : des derniers mois
RAPPORT ANNUEL E X E R C I C E 2 0 1 1 L I F E S C I E N C E S I N C . P.O. Box 1570 Belleville, Ontario Canada, K8N 5J2 Tél. : 613 966-8058 Téléc. : 613 966-4177L I F E S C I E N C E S I N C .
  • produits d'exploitation tirés des ventes de produits existants
  • humains contre les infections
  • achèvement de la construction de l'installation de fabrication avec la nouvelle demande des produits
  • santé humaine
  • vaccin
  • vaccins
  • santé des animaux
  • santé animale
  • produit
  • produits
  • développement
  • développements
  • société
  • sociétés

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 99
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

RAPPORT
ANNUEL
EXERCICE 2011
L’innovation au coeur de l’actionwww.Bioniche.com
www.Bioniche.com
P.O. Box 1570
Belleville, Ontario Tél. : 613 966-8058
LIFE SCIENCES INC. Canada, K8N 5J2 Téléc. : 613 966-4177
LIFE SCIENCES INC.TSX: BNC / ASX: BNCRAPPORT
ANNUEL2011Profil de la société
Historique et modèle d’entreprise
M. Graeme McRae a fondé la Société en 1979 sous le nom de Vetrepharm, société spécialisée en santé animale, à London, en
Ontario. M. McRae était d’avis que les principales sociétés pharmaceutiques ne se penchaient pas suffisamment sur la recherche
de solutions de rechange aux antibiotiques en guise de traitement des maladies propres au bétail. Il était convaincu qu’il
existait de meilleures façons de soigner les maladies vétérinaires, et qu’il était possible d’éviter ainsi les problèmes associés aux
antibiotiques, lesquels laissent des traces dans la chaîne alimentaire et favorisent la création d’espèces de bactéries résistantes.
Le mandat de Vetrepharm était donc de faire de la recherche pour trouver des solutions de rechange, et cet engagement est
resté le même au cours de ses 32 années d’activité. La Société a financé elle-même le développement de ses technologies en
mettant au point un certain nombre de nouveaux produits, en les fabriquant et en les vendant aux vétérinaires.
Cette approche s’est révélée viable pour diriger l’exploitation, la croissance et l’étendue des activités de recherche ainsi que
pour créer de la valeur pour les actionnaires. Le chiffre d’affaires attribuable à la production et aux ventes a assuré la stabilité
de l’entreprise et de ses activités de recherche. Par conséquent, la Société croit que la meilleure façon de créer de la valeur à
long terme pour les actionnaires est de générer davantage de flux de trésorerie d’exploitation découlant de l’enregistrement
et de la commercialisation de produits mis au point en interne. Même si elle préfère participer le plus possible à toutes les
étapes du cycle de vie des produits qu’elle met au point en interne, la Société croit qu’il est parfois préférable, pour certains
projets, de s’associer avec des partenaires pour ce qui touche les volets marketing et commercialisation, comme Endo
MCPharmaceuticals Inc. pour Urocidin , traitement du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire de la Société.
Chaque fois qu’il est possible de le faire, la Société fabrique les produits qu’elle développe, générant ainsi une marge béné-
ficiaire bien plus élevée qu’en utilisant la méthode traditionnelle d’ententes d’octroi de licences avec des fabricants et des
MC MCdistributeurs externes. Aujourd’hui, deux produits importants mis au point en interne (Urocidin et Econiche ) en sont aux
dernières étapes de développement et progressent dans les dédales du cadre réglementaire pertinent. La Société compte
assurer elle-même la fabrication de ces produits.
Au fil des ans, la Société a principalement mobilisé des capitaux afin de financer ses activités de recherche. À l’avenir, la
Société a l’intention de financer les recherches en cours grâce à des résultats d’exploitation en croissance et durables, et de
financer la construction et l’aménagement d’installations de production en utilisant des instruments financiers à long terme
traditionnels, dont l’aide gouvernementale disponible.
Objectifs
La Société vise à déployer sa stratégie commerciale en faisant ce qui suit :
1. Exploiter les technologies brevetées existantes et continuer, par le truchement de son programme de développement de
produits, d’en améliorer la valeur thérapeutique prouvée pour l’être humain et les animaux.
2. Travailler au développement de ces technologies jusqu’à leur commercialisation, que ce soit seule ou avec des partenaires
stratégiques.
3. Fabriquer autant de produits issus de son programme de développement de produits qu’elle le peut afin d’améliorer ses
marges bénéficiaires, de protéger l’intégrité de ses produits et d’accroître la valeur à long terme pour ses actionnaires.
1
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 1 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011 Profil de la société
Objectifs — exercice 2011 État d’avancement
• Entreprendre d’autres activités de développe- • Au cours de l’exercice terminé le 30 juin 2011, la Société a
ment du MCC afin de trouver et d’évaluer de continué à évaluer de nouvelles indications. La plupart des travaux
MCnouvelles indications pour les humains, de de développement préclinique associés à Urocidin peuvent applications dans le domaine de la être utilisés pour appuyer d’autres travaux de développement
santé animale et de nouveaux débouchés. touchant d’autres types de cancer et de maladies répondant à
l’immunothérapie.
• Intensifier les activités de développement • La somme globale des incitatifs à l’atteinte de jalons en vertu
MCd’Urocidin afin de recevoir les incitatifs du contrat peut atteindre 110 M$ US. Ces incitatifs sont liés à
accordés à l’atteinte de jalons comme il est l’atteinte de jalons cliniques, réglementaires et commerciaux
énoncé dans le contrat signé avec Endo. futurs et sont en sus du paiement initial de 20 M$ US. La Société a
franchi les trois premiers jalons totalisant 14,0 M$ US au cours de
l’exercice 2010, puis a répondu aux critères du quatrième jalon au
ecours du 2 trimestre de 2011, ce qui a porté la somme touchée à
4,0 millions $ US en novembre 2010.
• Élaborer un plan complet pour la construction • La construction d’une nouvelle installation de fabrication
d’une nouvelle installation de fabrication en nécessitera une trentaine de mois. La Société prévoit faire
vue d’appuyer la production future coïncider l’achèvement de la construction de l’installation de
MCd’Urocidin et du MCC. fabrication avec la nouvelle demande des produits. Ce projet
devrait être financé avec des fonds internes et de l’aide
gouvernementale remboursable, dans la mesure du possible,
et grâce aux investissements de tierces parties si nécessaire.
L’obtention de fonds par l’intermédiaire de placements parallèles
d’actions ordinaires au Canada et en Australie faisait partie du
plan de financement de la nouvelle installation.
• Franchir de nouvelles étapes vers l’obtention • En février 2008, la Société a été avisée par le Department of
d’une licence conditionnelle aux États-Unis Agriculture des États-Unis (USDA) que les dernières données
MCpour le vaccin Econiche pour les bovins. concernant son vaccin contre E. coli O157 destiné au bétail
répondaient à la «norme d’efficacité anticipée» et que le
vaccin était admissible à une licence conditionnelle, pourvu
que la Société prenne certaines mesures, dont veiller à ce qu’au
moins une des étapes du processus de fabrication soit effectuée
aux États-Unis et mettre au point un protocole d’essai agréé
pour appuyer l’homologation complète.
• Une fois que la Société aura reçu sa licence conditionnelle, elle aura
pleinement accès au marché des États-Unis, avec la seule restriction
de ne pas pouvoir utiliser un nom de marque de commerce pour
le vaccin. La Société et son partenaire américain pour la fabrication
poursuivent leurs discussions avec le USDA au sujet de l’obtention
de la licence conditionnelle et de la licence complète.
• Élaborer un plan de placement pour appuyer • La Société a mené à bien des placements parallèles d’actions
les activités de développement et de ordinaires au Canada et en Australie, recueillant 28,9 millions $.
commercialisation en cours.
• Établir de nouvelles relations bancaires et • Au cours de l’exercice 2010, la Société a remboursé la totalité de
obtenir des facilités de crédit qui répondent ses dettes et de ses facilités de crédit à court terme. À l’avenir,
aux besoins de crédit futurs. la Société a l’intention d’obtenir de nouvelles marges de crédit
et facilités de crédit semblables afin d’être en mesure de tirer
profit des occasions qui se présentent et de gérer sa trésorerie
plus efficacement.
• Développer, constituer et améliorer la gamme • Depuis bien des années, cette division est la principale source
de produits de la division de la santé animale. de produits d’exploitation et de flux de trésorerie de la Société.
De nouvelles technologies et de nouveaux marchés émergent
constamment et la Société fait des investissements afin de saisir
de nouvelles occasions sur le marché, tant pour les produits
existants que pour les nouveaux produits.
2
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 2 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011Profil de la société
Principales informations financières annuelles
Exercice Exercice Exercice Exercice
clos le clos le clos le clos le
(En milliers de $ canadiens) 30 juin 2011 30 juin 2010 30 juin 2009 30 juin 2008
Produits 36 044 45 899 33 281 27 568
Perte nette (15 336) (1 590) (10 500) (16 256)
Résultat net de base et dilué par action (0,17) (0,02) (0,15) (0,26)
Trésorerie et placements à court terme 16 846 11 070 5 950 4 399
Total de l’actif 69 637 52 139 34 641 34 623
Dette à long terme 2 171 1 341 1 149 1 674
Obligations au titre de contrats de
location-acquisition à long terme 546 1 184 1 225 1 424
Aide gouvernementale remboursable 13 395 6 965 2 476 0
à long terme
Incitatifs gouvernementaux reportés
à long terme 0 2 382 3 336 3 607
3
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 3 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011 Message aux actionnaires — exe rcice 2011
Chers actionnaires,
Au cours de son histoire, Bioniche Life Sciences Inc., au départ une petite entreprise
de santé animale axée sur la recherche et le développement de solutions de rechange
aux antibiotiques administrés aux animaux destinés à la consommation, est devenue
une société à trois volets, qui génère des produits d’exploitation stables et affiche
un bilan solide, qui s’occupe avec succès de la commercialisation des technologies
développées en interne et du développement clinique de produits destinés à la santé
humaine à un stade avancé, qui possède des installations de pointe de production de
produits destinés à la santé animale et à la santé humaine, et qui présente un potentiel
considérable de croissance et de création de valeur.
Au vu du rendement de notre action au cours de l’exercice 2011, il peut sembler difficile
d’établir un lien entre l’évaluation boursière de notre société et les caractéristiques
positives susmentionnées, ce qui s’explique dans l’ensemble par la performance des marchés financiers ainsi que par une
absence généralisée d’intérêt et de confiance de la part des investisseurs dans les sociétés biopharmaceutiques canadiennes.
Ce dernier facteur pourrait être lié à la croissance quasi inexistante des produits d’exploitation dans le secteur biopharmaceu-
tique canadien (qui ont progressé de 1 % entre 2009 et 2010), au recul des investissements (–21 %) dans la recherche et le
développement en 2010 et à l’augmentation de la perte nette, qui est passée de 11 millions $ US en 2009 à 336 millions $ US
en 2010 (Beyond Borders: Global Biotechnology Report 2011, Ernst & Young).
Notre secteur comporte des risques, et tout placement dans une entreprise comme la nôtre doit être fait en toute connais-
sance de cause. Toutefois, Bioniche s’est employée avec vigilance, au cours des dernières années, à éliminer les risques de ses
activités et représente donc une occasion de placement plus attrayante. Nous y parvenons en adoptant les mesures suivantes :
Siège social
1. La société investit beaucoup dans la protection de la propriété intellectuelle en maintenant les brevets en état et en
déposant de nouveaux brevets. La société envisage de déposer des brevets additionnels relativement à la principale tech-
nologie axée sur la paroi cellulaire d’origine mycobactérienne qui pourraient, s’ils sont accordés, accroître de 20 ans la
durée des brevets de produits connexes et, par le fait même, prolonger la période de génération de produits d’exploitation.
2. La société a réussi à convaincre les marchés financiers, les gouvernements et d’autres sources de financement de participer
à ses activités et à ses projets spéciaux. Dans les cas où le financement était remboursable, la société a pu, la plupart du
temps, l’obtenir à des conditions favorables.
3. La société a l’intention d’avoir davantage recours à ses plates-formes technologiques de manière à optimiser l’utilisation
de ses installations de production existantes, tout en développant de nouveaux produits destinés à être vendus sur les
marchés mondiaux.
Santé humaine
1. La société a conclu, en juillet 2009, un contrat de licence, de développement et d’approvisionnement avec Endo
MCPharmaceuticals Inc. pour un médicament de la société, Urocidin , suspension stérile du complexe ADN de la paroi cellulaire
mycobactérienne («MCC») pour le traitement du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire. À l’heure actuelle,
MDEndo mène le programme d’essais cliniques de phase III pour Urocidin et assume la totalité des coûts de développement
en externe.
4
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 4 11-12-13 7:46 AM
Graeme McRaeRAPPORT
ANNUEL2011Message aux actionnaires
Santé animale
1. L’unité d’exploitation de santé animale continue d’être une source précieuse de produits, de marges intéressantes et de
bénéfices positifs avant les frais de recherche et de développement. Cette unité d’exploitation constitue une plate-forme
solide pour la croissance par voie d’acquisition et pour l’élargissement de la portée des produits existants sur le marché.
2. L’unité d’exploitation de santé animale de la société a conclu des partenariats, et continue de le faire, qui permettent de
partager les risques tout autant que les avantages, mais également étendent la présence de la société sur les marchés ciblés.
Salubrité des aliments
La société a reçu du financement du gouvernement d’un montant de 25,75 millions $ pour construire et équiper son centre
de fabrication de pointe de vaccins en santé animale et en salubrité des aliments à Belleville, en Ontario. Le premier vaccin
MCqui y sera produit sera le vaccin pour les bovins Econiche contre E. coli O157. D’autres vaccins destinés à la salubrité des
aliments et à la santé animale y seront également fabriqués.
Grâce à son profil de risque d’entreprise amélioré, Bioniche est maintenant en position pour se concentrer sur ses plans de
développement de ses technologies et de ses activités de base.
Possibilités de croissance de l’unité d’exploitation de la santé animale
L’unité d’exploitation de la santé animale est reconnue pour générer des bénéfices positifs avant intérêts, impôts et amortissement
(«BAIIA») avant les frais de recherche et de développement.
La gamme de produits de la division de la santé animale de Bioniche contient principalement des produits de reproduction
pour le bétail et des produits équins.
Parmi les possibilités de croissance qu’elle a repérées, la société envisage de continuer à étendre l’homologation de produits
existants à de nouveaux marchés. Par exemple, la société a annoncé en mars 2011 qu’elle avait reçu l’autorisation de commer-
cialiser son produit de santé animale le plus vendu, le Folltropin®-V, en Chine. Le Folltropin®-V est une folliculostimuline
utilisée pour produire une superovulation chez les bovins afin de stimuler le transfert d’embryons. La part du marché mondial
du produit en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans certaines parties de l’Europe
dépasse 70 %. Des représentants de la société s’efforcent, à l’heure actuelle, de repérer un distributeur convenable en Chine,
où il existe un marché grandissant de produits laitiers et de produits carnés et où l’amélioration génétique des bovins est une
priorité. La société cherche à homologuer le Folltropin®-V sur les marchés développés de la France et de l’Allemagne, ainsi
que sur le marché en développement de l’Inde.
Les ententes de partenariat avec des distributeurs de produits de Bioniche constituent d’autres possibilités de croissance,
étant donné que ces partenaires sont mieux positionnés pour vendre et commercialiser les produits de la société et étendre
leur portée sur le marché. La société a notamment conclu, en juin 2010, une entente de partenariat avec Bayer Animal Health,
division de Bayer Australia Limited, pour la distribution exclusive de deux produits destinés à la reproduction du bétail en
Australie. Ainsi, la petite force de vente de la société a un accès accru aux industries laitière et bovine de l’Australie.
En plus de distribuer des produits clés en collaboration avec des partenaires externes, la société a également investi dans
sa propre équipe de vente et de commercialisation au cours de l’exercice 2011. Un nouveau président, Andrew Grant, a été
nommé à la tête de l’unité d’exploitation de la santé animale. Des directeurs commerciaux se sont joints à l’équipe au Canada
et aux États-Unis et la société a embauché de nouveaux représentants des ventes en Amérique du Nord et en Australie. Il va
sans dire que la société devra être bien ancrée pour accroître sa pénétration sur ces marchés clés.
5
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 5 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011 Message aux actionnaires
L’unité d’exploitation de la santé animale de la société possède une riche tradition de développement de produits.
Dragan Rogan, Ph. D., chef du service vétérinaire scientifique, dirige une équipe solide de chercheurs chevronnés qui
possèdent de l’expérience en immunologie, en recherche sur la reproduction, en biochimie, en science analytique et en mise
au point de tests. Cette équipe a développé avec succès des produits, de la création à la commercialisation, notamment
MCEconiche , le premier vaccin enregistré du monde pour les bovins contre E. coli O157. Elle met son expérience au profit de
l’avancée des produits suivants :
• un vaccin recombiné de prochaine génération contre E. coli O157, dont la manipulation pendant le processus de fabrication
devrait être effectuée de façon plus économique et plus sûre que celle du produit existant;
• le premier vaccin commercial au monde contre le Rhodococcus equi (R. equi), bactérie qui cause une infection respiratoire
débilitante courante chez les poulains et qui peut réduire leur capacité pulmonaire future et leur performance potentielle.
Ce vaccin a connu un franc succès dans le cadre de petites études de provocation contrôlée et, à l’heure actuelle, fait l’objet
d’études pour l’homologation;
• un vaccin contre la Salmonella, un agent présent chez les animaux qui peut être pathogène pour les humains. Ce vaccin
fait l’objet d’un essai de validation à un stade précoce;
• d’autres produits de reproduction pour le bétail et un produit d’oncologie canine fondé sur la technologie axée sur la paroi
cellulaire d’origine mycobactérienne de la société;
• des produits de plasma équin développés au moyen de la chaîne d’approvisionnement en matières premières au Canada
et en Australie.
En outre, la société évalue, en collaboration avec des chercheurs externes, dans quelle mesure ses technologies de vaccination contre
E. coli O157 peuvent fournir une protection croisée contre les sérotypes d’E. coli. Le Department of Agriculture des États-Unis (USDA)
a annoncé le 13 septembre 2011 que six sérogroupes additionnels d’E. coli pathogènes (O26, O103, O45, O111, O121, O145)
seront déclarés substances adultérantes du bœuf cru non intact. La vente de bœuf haché cru, de ses composantes et de biftecks
attendris dans lesquels est constatée la présence de ces bactéries est interdite aux fins de consommation.
L’équipe de recherche et de développement de l’unité d’exploitation de la santé animale de la société a toujours collaboré
étroitement avec les groupes de recherche externes pour établir des relations avec les principaux leaders d’opinion (les
experts en la matière) qui peuvent faciliter l’homologation des produits et leur acceptation par le marché. Les groupes
externes reçoivent souvent des fonds supplémentaires d’un montant correspondant à l’investissement de la société, ce qui
permet d’accomplir plus tout en respectant le budget alloué.
La société continue également d’évaluer les possibilités d’élargir le champ de recherche en produits de santé naturels. La
conclusion d’un contrat de licence avec l’Université d’Ottawa d’une technologie à base de plantes pour traiter l’anxiété a
été annoncée en août 2010. La société envisage de lancer un premier produit destiné aux chiens, capable de réduire leur
anxiété sans produire les effets secondaires des substances anxiolytiques.synthétiques, qui pourrait être commercialisé d’ici
12 mois au Canada et, par la suite, aux États-Unis, en Australasie et en Europe. Une éventuelle application humaine de cette
technologie est à l’étude, et un partenaire stratégique a déjà fait part de son intérêt à ce sujet.
Il existe une autre possibilité de croissance évidente pour l’unité d’exploitation de la santé animale, soit l’acquisition de produits,
de technologies ou de sociétés complémentaires aux champs d’intérêt existants. L’une de ces possibilités d’acquisition, celle
des activités et des actifs de Plasvacc Holdings Limited (Australie), ne s’est pas concrétisée.
La société produit déjà du plasma équin au Canada et en Australie et a l’intention de développer de nouveaux produits dérivés
du plasma dans l’avenir.
6
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 6 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011Message aux actionnaires
Possibilités de croissance de l’unité d’exploitation de la santé humaine
Les résultats du premier essai clinique de phase III de la formulation du complexe ADN de la paroi cellulaire d’origine myco-
MCbactérienne (MCC) de la société, connue sous le nom d’Urocidin , pour le traitement du cancer de la vessie non invasif sur
le plan musculaire qui est réfractaire au traitement de première intention actuel (bacille de Calmette-Guérin — BCG) ont été
dévoilés publiquement dans le cadre de trois conférences sur l’urologie au cours de l’exercice 2011. Au total, 129 patients
ont été recrutés dans 25 centres aux États-Unis et au Canada. Ces patients sont atteints d’un carcinome in situ avec lésions
papillaires de grade élevé et n’ont pas répondu à un ou plusieurs traitements avec le BCG. Le taux de survie global sans
maladie à un an était de 25 %. Ce taux se définit par l’absence de récurrence de la maladie ou de progression vers une forme
invasive sur le plan musculaire, avec confirmation par biopsie. Ces résultats sont très positifs, étant donné que la seule solu-
tion de rechange, pour les patients atteints d’un cancer réfractaire au BCG, est la cystectomie (l’ablation de la vessie). Le seul
autre produit approuvé pour cette population — le Valrubicin — affiche un taux de réponse de moins de 20 % au sein de la
sous-population de patients qui ne peuvent subir une ablation chirurgicale de la vessie.
Selon ces résultats et le potentiel commercial d’un produit pour le traitement du cancer de la vessie non invasif sur le plan
musculaire qui est réfractaire au BCG, Endo a déterminé qu’un essai clinique de phase III de confirmation constituait la voie
appropriée pour obtenir l’homologation. En février 2011, la société a annoncé que le premier patient avait été inscrit dans ce
MCnouvel essai. L’essai est une étude aléatoire ouverte et multicentrique qui vise à comparer Urocidin avec le traitement de
référence, soit la mitomycine C (chimiothérapie) pour le traitement intra-vésical des patients atteints d’un cancer de la vessie
non invasif sur le plan musculaire récurrent ou réfractaire. On estime que 450 patients seront inscrits à ce nouvel essai dans
environ 120 sites cliniques établis dans le monde entier. Des renseignements sommaires sur le protocole, qui se trouvent sur
le site http://www.clinicaltrials.gov, indiquent que la période d’inscription prévue de deux ans sera suivie d’un an de traite-
ment, après lesquels (selon les résultats) les données devraient être compilées en vue de l’obtention d’une licence de produit
biologique de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.
MCComme le programme de développement de phase III pour le traitement du cancer de la vessie au moyen d’Urocidin est
dirigé et financé par Endo, nous sommes maintenant en mesure de redistribuer des ressources du siège social pour créer de
nouvelles possibilités pour l’unité d’exploitation de la santé humaine. Au cours des derniers mois, les membres de l’équipe
clinique de la société ont consulté des experts en essais cliniques et en réglementation pour évaluer les nouvelles indications
cliniques pour lesquelles différentes formulations de MCC pourraient être efficaces. Du financement sous forme de titres
de capitaux propres de la société alloué en décembre 2010 et en janvier 2011 a été consacré à l’évaluation d’une nouvelle
indication en oncologie au moyen du MCC. Cependant, la société a tiré parti de son expérience en matière d’utilisation de
produits dérivés de la paroi cellulaire d’origine mycobactérienne dans le traitement d’infections et de virus chez les animaux
pour adopter une approche élargie qui tient également compte des applications pour les maladies infectieuses chez l’humain.
Selon la société, grâce à son portefeuille complet de recherches précliniques sur le MCC, il est possible de faire progresser
rapidement une nouvelle indication grâce à des essais cliniques précoces chez l’humain. D’après les résultats de ces essais,
la société examinera la possibilité de conclure des partenariats pour réaliser le développement et la commercialisation de
nouveaux produits.
Possibilités de croissance de l’unité d’exploitation de la salubrité des aliments
MDLa société continue de franchir les étapes vers l’obtention d’une licence conditionnelle aux États-Unis pour Econiche , son
vaccin pour les bovins contre E. coli O157, auprès du USDA; cependant, rien ne permet de dire quand celle-ci sera octroyée.
Plus de la moitié des produits du bœuf vendus aux États-Unis sont des produits de marque. Nous avons constaté que, pour
des marques précises, la mise en œuvre d’un programme de vaccination comme stratégie de réduction du risque, une fois la
7
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 7 11-12-13 7:46 AMRAPPORT
ANNUEL2011 Message aux actionnaires
licence conditionnelle pour le vaccin obtenue, suscite un intérêt considérable aux États-Unis. Cet intérêt est encore plus grand,
étant donné le rejet par le USDA d’une pétition pour l’irradiation des carcasses, technologie à laquelle Cargill et d’autres
sociétés ont recours pour réduire le risque. À noter que ne permet pas de protéger les fruits et légumes frais
ou l’eau contre la contamination à l’E. coli O157, et que plus de 50 % des maladies humaines proviennent de ces sources.
La société continue de surveiller de très près la possibilité que les gouvernements au Canada et à l’échelle internationale lui
confient le mandat de la vaccination contre E. coli O157. La société est en relation avec les membres des gouvernements et
les chefs de file du secteur en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et en Nouvelle-Zélande.
L’étape de la mise en service et de la validation du nouveau centre de fabrication de vaccins en santé animale et en salubrité
des aliments au siège social de la société à Belleville, en Ontario, est en cours. Il s’agit d’un processus complexe et très long
qui devrait se poursuivre jusqu’au début de 2012. La production s’intensifiera par la suite.
En termes d’utilisation des installations, le centre peut fabriquer d’autres produits biologiques, et des vaccins potentiels mis au
point par Bioniche ou faisant l’objet de contrats de fabrication sont à l’étude. Chaque année, le Canada importe des produits
biologiques vétérinaires des États-Unis totalisant plus de 125 millions $, ce qui représente un risque en cas d’interruption
de la chaîne d’approvisionnement. Par conséquent, le nouveau centre permettrait d’avoir une variété de vaccins disponibles
selon les besoins du Canada.
Perspectives
L’objectif de la société est d’atteindre un taux de combustion nul d’ici deux ans et d’être en position de rentabilité soutenue
MCavant l’approbation, par les organismes de réglementation, d’Urocidin pour le traitement du cancer de la vessie non inva-
sif sur le plan musculaire réfractaire au BCG. Elle y parviendra en augmentant ses produits d’exploitation tirés des ventes
de produits existants, de l’utilisation de son centre de fabrication des vaccins et des nouvelles applications, tant animales
qu’humaines, de sa plate-forme technologique du complexe ADN de la paroi cellulaire mycobactérienne.
La société remercie ses actionnaires pour leur soutien continu à la stratégie de croissance de l’entreprise.
Le président du conseil d’administration et président et chef de la direction,
Graeme McRae
8
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 8 11-12-13 7:46 AMr aPPort sur la res Pon sabilit é RAPPORT
ANNUEL2011sociale de l’entre Pri se
La Société estime que ses actionnaires s’attendent à ce qu’elle agisse de En octobre 2010, la Société s’est classée parmi les 50 employeurs de choix au
emanière responsable et utilise leur investissement à bon escient. Ce bref Canada Petites et moyennes organisations. Bioniche s’est classée en 14 position
rapport décrit quelques initiatives entreprises par la Société afin de réaliser d’après le vote de ses employés. Deux ans plus tôt, la Société avait obtenu une
esa vision, soit d’innover pour améliorer la qualité de la vie. L’expression 13 place (elle n’avait pas participé à l’étude en 2009). Pour ce faire, chaque
«responsabilité sociale des entreprises» revêt une importance cruciale pour employé doit répondre à un sondage afin d’évaluer la reconnaissance des
la Société, qui veille à appliquer des conventions et des pratiques supérieures employés, la gestion du rendement, les possibilités d’avancement et la réputation
aux exigences de la réglementation gouvernementale. La Société espère de la Société. Le service des ressources humaines organise régulièrement
qu’en agissant selon ses valeurs de base, à savoir l’intégrité, l’éthique, la des groupes de discussion avec des employés afin d’évaluer les forces de
loyauté et la compassion, elle sera en mesure de créer des relations à long la Société ainsi que les éléments à améliorer. L’information précieuse recueillie
terme permettant d’améliorer le bien-être de toutes ses parties prenantes. lors de ces groupes de discussion s’inscrit dans notre «Stratégie Gens», qui vise
à augmenter l’engagement des employés et à renforcer la culture d’entreprise.
Responsable envers les La sécurité des employés est une priorité pour
patients par ses produits Bioniche, et elle est fière d’annoncer qu’aucun
accident avec perte de temps n’est survenu depuis Comme le modèle d’entreprise de la Société repose d’abord et avant tout sur
mai 2002.la santé et le bien-être de ses patients (qu’il s’agisse d’humains ou d’animaux),
des mesures sont prises afin de protéger ceux-ci contre des substances dan- De plus, les employés du siège social ont été
MCgereuses et des maladies. Par exemple, Urocidin , médicament contre le encouragés à se soucier de l’environnement en mettant sur pied des
cancer de la vessie mis au point par la Société et se trouvant en phase III des programmes de recyclage et de compostage. Les produits de papier sont
essais cliniques, est fabriqué à partir d’une bactérie non pathogène. Quant à recyclés alors que les restants de table sont compostés sur place et servent
MCEconiche , vaccin pour bovins contre E. coli O157 développé par la Société, il d’engrais à la ferme de la société! Depuis sept ans, à l’occasion du Jour
empêche qu’une bactérie pathogène ne se fixe au tractus intestinal des bovins, de la Terre, les employés de Bioniche de par le monde prennent part au
en réduisant ainsi la quantité disséminée dans l’environnement (nourriture et «nettoyage communautaire Bioniche» et ramassent les détritus sur les
sources d’eau) et protégeant ainsi les humains contre les infections. Tous les emplacements de la Société et dans les endroits publics.
produits de la Société doivent satisfaire aux exigences de tests rigoureux avant
d’être mis en marché, et sont conçus de façon à fournir une efficacité maximale
au cours de leur cycle de vie, tout en ayant une faible empreinte écologique.
Responsable envers les
employés par son engagement
et sa responsabilisation
L’équipe de direction de la Société a travaillé d’arrache-pied afin d’implanter
une culture d’entreprise mettant l’accent sur un milieu de travail inclusif et
diversifié pour ses employés.
Responsable envers la
planète et les collectivités
par la philanthropie
La Société croit que son engagement d’agir de manière responsable doit
se refléter au-delà des limites de ses locaux et laboratoires. Pour cette
raison, Bioniche offre son soutien financier à des projets qui contribuent à
améliorer le sort de la planète et des collectivités.
9
Bioniche2011-AnnualReport-FRE-1.indd 9 11-12-13 7:46 AM