Stratégie Urbanisme
Période 2012 - 2015
Orienttions strtégiques de l’ademe
Sommaire
1 - Contexte général et positionnement de l'ADEME                 
4 
1.1. La ville face aux changements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2. Vers un renouveau de la planification urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3. n modèle uniue  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
1.4. Les acteurs du développement durable de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
1.. uel rôle pour l . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Les interactions entre les aspects énergétiues effet de serre et consommation de matière insuffisamment pris en compte. . . . . . . . . . . 1. . . . . . . . . . . . L’action de l’ doit se focaliser sur ces aspects. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La consommation d’énergie utilisée comme marueur des impacts environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La nécessaire collaboration pour une prise en compte des autres aspects dans une approche sstémiue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 L’organisation mise en place par l’. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2 - Stratégie d'action                                                  12
 
rientations principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
xe 1  utiliser les résultats de la recherche et identifier de nouvelles pistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 aire un état des lieux des résultats disponibles et identifier les éuipes de recherche travaillant sur le suet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Établir une feuille de route stratégiue en matière de recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ssurer le passage vers l’opérationnel des résultats de la recherche................31.................. ..................................
xe 2  développer les outils daide à la décision et à laction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 rganisation générale du dispositif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 éfinir les cibles prioritaires en fonction des eux d’acteurs locaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 ournir des outils opérationnels pour l’action sectorielle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 ettre à disposition des outils de pilotage et de suivi de l’action. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 roposer une analse critiue d’exemples de réalisations et de bonnes pratiues. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
xe 3  accompagner la démarche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 ar la sensibilisation des acteurs de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 ar la formation des professionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2
 - lossaire                                                         21
réambule
Le présent document présente la stratégie urba nisme de la ville de l’. lle définit les orientations et les principes d’action de l’gence en matière d’urbanisme compte tenu des mis sions dont elle a la charge et en articulation avec les politiues et actions des autres acteurs présents. Son élaboration s’est appuée sur l’analse des activités déà menées par les directions régionales les services centraux de l’gence ainsi ue les travaux réalisés par le groupe de travail interne « ville durable et urbanisme ». Sa rédaction a également bénéficié du regard
de personnalités externes  chercheurs en
urbanisme et en mobilité urbaine élus urba
nistes représentants de la société civile…
ette stratégie est complétée par un document
de programmation opérationnelle définissant
plus concrètement les actions à entreprendre
leur programmation dans le temps et les moens
et les outils nécessaires à leur mise en œuvre.
elui‐ci complète les déclinaisons opérationnelles
contenues dans les proets de certains services
centraux particulièrement celui du Service
rganisations rbaines.
ans ce document la ville représente l’agglomération territoire urbain ou ville l’ensemble urbanisé ui fait sstème. lle comprend donc la ville dense les première et deuxième couronnes ainsi ue le tissu périurbain ui est dans leur one d’attraction et le territoire constituant le bassin de vie du sstème.
Stratégie Urbanisme 2  3
1  ontexte général et positionnement de l’
Les décisions politiques prises au niveau euro-péen fixent desobjectifs quantitatifsde moyen et de long terme en matière de lutte contre l’effet de serre et par voie de conséquence en matière d’efficacité énergétique et de déve-loppement des énergies renouvelables. Ces obectifs sont le«  fois  » amélioration de l’efficacité énergétique pour une réduction des consommations pénétration des énergies renouvelables et réduction des émissions de S de   à l’orion  et le« facteur  » réduction par  des émissions de S à l’ori-on . Cela induit la nécessité de gérer deux orions distincts en matière de politique d’action le moyen terme et le long terme.
1.1 La villeaceaux changements
La ville est unsystème complexe les fonctions et les services u’elle offre se loger travailler se distraire génèrent des flux de personnes de marchandises d’énergies de déchets d’eaux d’informations… dont les volumes dépendent fortement de son organisation et de son aménagement.
L’organisation urbaine contemporaine accumule une puissance de plus en plus impressionnante  techno logiue économiue financière politiue culturelle. ais les concentrations de population et d’activités posent des problèmes importants devulnérabilité sanitaire, énergétique et économique popu des lations. ucune réflexion prospective pas plus ue l’action politiue ne pourront l’oublier. ’est pouruoi l’obectif d’unurbanisme durable de la ville, tant en matière de planification que d’aménagement, doit répondre de façon cohérente et concomitante à différentes finalités parmi lesuelles  la lutte contre l’étalement urbain et la surconsommation des espaces naturels la recherche de la compacité la préservation de la biodiversité des milieux et des ressources la lutte contre les nuisances la cohésion sociale…
La lutte contre l’étalement urbain  La dernière étude de l’S indiue ue dans les dix der nières années la superficie de l’espace urbain en métro pole a progressé de 1  de 1  à 11  m‐.
rès de   de la population française vit dans les agglomérations où   des ga à effet de serre sont émis. Ces deux ciffres sont en constante augmentation.
Les villes occupent désormais 22  du territoire et abritent 4 millions d’habitants soit 77  de la popu lation.
e nouvelles petites unités urbaines sont apparues et le périmètre de certaines grandes unités urbaines s’est agrandi. ntre 1 et 21 la superficie totale des agglomérations de  2  habitants s’est accrue de 3  par l’absorption de plus de 2 communes.
et étalement urbain est consommateur d’espace et d’énergie mais a également des conséuences sociales  il relègue les plus modestes aux franges de la ville là où les transports publics sont peu rentables ce ui accroît leur dépendance à la voiture et au coût de l’énergie. n ménage « périurbain » consomme trois fois plus d’éner gie pour ses déplacements u’un ménage résident du centre.
La lutte contre cetétalement urbain, une par recherche d’une organisation spatiale et de formes urbaines d’unecompacité et d’unedensité sociologi uement acceptables permet notamment de réduire le besoin de mobilité et de diminuer les déplacements contraints. lle entraîne une meilleure maîtrise des consommations d’énergie d’origine fossile et par conséuent des émissions de polluants atmosphé riues et de ga à effet de serre participant aux chan gements climatiues.
 La préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources La rance perd chaue année depuis 1 près de 1  hectares de terres cultivables au profit essen tiellement de l’urbanisation. À ce rthme cela représen tera l’éuivalent de 2  de la superficie du pas en 22 et plus de 7  en 2 soit 7 départements moens.
La planification urbaine doit prendre en compte lapré servation des ressources foncières,d’où la nécessité de travailler à une meilleure reconversion desfrices urbaineset aurenouvellement urbaindes uartiers. La préservation de ces espaces participe ui plus est à la lutte contrel’imperméabilisation des sols.
L’urbanisme a un impact sur la plupart desressources. La planification urbaine doit pour cela favoriser leur utilisation raisonnée. e même les proets d’aména gement les bâtiments et les divers chantiers doivent intégrer le recclage des matériaux et l’optimisation de leur utilisation avec desmatériauxde proximité adap tés aux conditions géoclimatiues.  La lutte contre les nuisances Le bruit est l’une des atteintes maeures à notre ualité de vie  deux tiers des rançais se disent personnelle ment gênés par le bruit à leur domicile. ’est un point essentiel de santé publiue. ue ce soit le bruit lié aux comportements ou aux transports ces nuisances peuvent être traitées par un urbanisme adapté.
n matière de santé publiue la ualité de l’air est éga lement un élément maeur. La façon dont est organisée la ville a un impact sur l’air et sa ualité notamment en termes de prodution de polluants par les véhicules sur la fraction due à l’organisation des infrastructures et modes de transports ou bien encore en termes de localisation des activités industrielles polluantes.  Le développement de modes de production et de consommation responsables our permettre la consommation responsable des usagers les collectivités peuvent réorganiser la localisation des activités économiues des services et des emplois pour réduire les besoins de mobilité
Stratégie Urbanisme 4  
tout en développant des modes de déplacement actifs ou collectifs.
La protection du foncier agricole par exemple ou la prise en compte de la ualité des sols permettent de maintenir ou développer desproductions localesavec descircuits courts de distribution. ela concerne aussi bien des produits alimentaires ue des produits manufacturés ou d’énergie.
La commande publiue permet également aux collecti vités à l’échelle de l’aménagement de faire le choix de la durabilité des matériaux utilisés pour les espaces publics et les bâtiments.L’usage de matériaux éco‐conçus, biosourcés, dont la maintenance et le recclage sont faciles respectant ui plus est des critères éthiues de production et correspondant à un usage local et ancien sert cette finalité du développement durable.
nfin l’urbanisme concourt également à cette finalité en participant à l’organisation de la gestion des décets ou à leur moindre production aussi bien pour ceux d’origine ménagère ue pour ceux issus du .
 La coésion sociale et la solidarité entre les terri toires et les générations La fonction première de la ville est d’être un lieu de vie de rencontre d’échanges économiues et culturels. Le développement durable de la ville ne saurait se résu mer à des aspects purement techniues  la prise en
compte des aspects humains et sociaux dans le travail techniue sur la ville économe adaptable et robuste est la clé de la réussite du développement durable de la ville.
La séparation spatiale des réalités sociales caractérise l’urbanisation contemporaine  toutes les grandes acti vités connaissent une répartition en one spécialisée où la multifonctionnalité est faible. Les opérateurs privés privilégient la mise en place d’îlots fonctionnels ui cadrent le mieux avec leur logiue économiue et techniue mais les autorités publiues promeuvent aussi le plus souvent un aménagement en cellules fonc tionnelles. l convient d’organiser mieux u’auourd’hui la localisation et lamixité des fonctions urbaineset de réserver de l’espace à ces usages production déner gies renouvelables nature en ville nouvelles formes de mobilités nouveaux espaces de rencontre agora télécentres.
La mixité sociale et générationnelle la recherche d’un éuilibre dans le fonctionnement territorial entre ones très urbaines et ones plus rurales la prise en compte des parcours résidentiels en fonction de la sociologie des territoires tant en termes de catégories socioprofessionnelles ue de distribution des âges et de la composition des ménages participent à cette finalité.
La ville est ainsi le lieu où toutes les problématiques et les enjeux globaux se rencontrent, se concré tisent, où toutes leurs relations deviennent appa rentes ’est à ce premier niveau, en lien avec le ter ritoire dans lequel elle s’inscrit, que leur traitement prend un sens n effet la fonction principale de la ville est d’être un lieu de vie, de rencontre entre les ommes, de concentration d’opportunités écono miques et culturelles, s’inscrivant dans une istoire qu’il faut connaître La ville est également créatrice et consommatrice de temps, dans une société dont les membres sont confrontés à une multiplication de coix et contraintes et donc à une augmentation de la capacité d’arbitrage tout autant que de sa néces sité et de sa difficulté Le développement durable de la ville ne saurait se résumer à des aspects purement tecniques en négligeant ce qui fait l’attractivité d’une ville, la qualité de ses ambiances et la réalité de ses services La prise en compte correcte de ces aspects umains et sociaux dans le travail tecnique sur la ville économe, adaptable et robuste est la clé de la réussite du développement durable de la ville, tant celui‐ci doit être conduit pour et avec les femmes et les ommes qui y vivent, tout en tenant compte de ceux qui n’y vivent pas encore
1.2. Vers un renouveau de la planification urbaine
ompte tenu de la forte inertie temporelle des villes la stratégie d’action en faveur des territoires urbains issue du renelle de lenvironnement combine deux tpes de politiues complémentaires    des poces irotitilseuqleels comprenant des mesures de court terme pour participer au respect de l’obectif de 22   développement des modes doux et des services de transports publics innovants et de ualité  roiléma rt noitaès volontariste ed sepfrroamcnse énergétiues des bâtiments  d seitnooiarmalés enanceform per selatnemennoriv des proets urbains en termes dénergie d’économie de matière et d’utilisation d’écomatériaux  cetorp sed noita rg suose ciloaces espurel nat périurbains   oiléotared n al am e  térudtcoi nedualité de lair l’ensemble des nuisances engendrées notamment pollution de l’air bruit et pollution lumineuse. 
  des politiques d’organisation générale du ter ritoire urbain des mesures de long comprenant terme axées sur la planification urbaine et compa tibles avec les vitesses de changement des organisa tions urbaines pour atteindre l’obectif du facteur 4 et avec le déploiement de l’économie circulaire des ressources. e nouveau cadre législatif renforce le rôle des collec tivités territoriales. l permet de lutter concrètement contre l’étalement urbain facteur de vulnérabilité des populations souvent moins aisées ui  habitent.
cahdaanau xL ion ptattailcmitn segemt ess ue introduite dans les obectifs d’aménagement. c racaèt eLleabes d oreospp ed éhochcs samé eercn territoriale So est renforcé et des critères de performance énergétiue et d’émission de S  sont introduits.  à dnet elatnemennrovienn ioatluaé nLérsvea gé liser en s’appliuant aux plans locaux d’urbanisme L les plus importants ou comprenant un plan de déplacement urbain  ainsi u’aux cartes communales. mecus nturdnibaeL od s harmonims eodvine ttêer sés et articulés avec les plans climat énergie territo riaux  rendus obligatoires pour les collecti vités ou les intercommunalités de plus de   habitants.
Les démarces à disposition des collectivités  lgenda  io de 12 l’genda 21 répond aux trois champs du dévedéfini à l’issue de la conférence de  loppement durable complétés par les aspects culturel et de gouvernance de la charte d’alborg de 14. Les collectivités ont mis en place des genda 21 locaux en rance proets de territoire traitant des cin finalités du développement durable selon cin éléments déterminants de démarche définis par le cadre de référence national consacrés par la Loi renelle 2 en 21. opur eon aennéerevart u al ed s ldenimbmes rep 72 sa  seLcarte de Leipig sur la ville européenne en se mettent d’accord sur une série de concepts et de principes communs pour la politiue de développe ment urbain. ans le prolongement de la signature de la charte et suite aux déclarations de arseille en 2 et olède en 21 il a été décidé d’élaborer un « adre de référence de la ville durable européenne ». l n’a pas vocation à être contraignant ou normatif. l constitue un outil d’assistance à l’évaluation et au pilotage des stra tégies et proets de développement urbain durable des villes européennes. l comprendra en outre un recueil d’illustrations sur les actions menées dans les villes européennes. éveloppement durable met en place len 2 le ministère du plan ille durablecomportant trois volets  un plan de développement des transports urbainsavec un effort significatif en faveur des transports publics urbains au travers de deux appels à proet de « ransport en commun en site propre »  la mise en place d’un concours « écoquartiers » ui se situe dans l’obectif de moen terme et la mise en œuvre du programme spécifiue «ille de demain» dans le cadre des nvestissements d’venir ui vise l’émergence d’actions inno vantes de court ou moen terme.
Stratégie Urbanisme   7
Les outils à disposition des collectivités   Le lan limat Énergie erritorial est un proet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatiue. l constitue un cadre d’engagement pour le territoire. Le  a deux obectifs  l’atténuation  il s’agit de limiter l’impact du territoire sur le climat en réduisant les émissions de ga à effet de serre S dans la perspective du facteur 4 diviser par 4 ces émissions d’ici 2  ptdaa ler ttorie irispunluvbarétiliud ét de réduire la taoi n lis aigu  dtsacmp ieseul il tébaia ssormt dél esui  changement climatiue ne pourront plus être intégralement évités. Le lan local d’urbanismel’échelle d’une commune ou d’un grouL est un document d’urbanisme ui à pement de communes  établit un proet global d’urbanisme et d’aménagement et fixe en conséuence les règles générales d’utilisation du sol sur le territoire considéré.   Le céma de coérence territorialeSo est l’outil de conception et de mise en œuvre d’une planifica tion intercommunale en orientant l’évolution d’un territoire dans le cadre d’un proet d’aménagement et de développement durable. Le So est destiné à servir de cadre de référence pour les différentes politiues sectorielles notamment celles centrées sur les uestions d’habitat de déplacements de développement com mercial d’environnement d’organisation de l’espace… l assure la cohérence de ces politiues tout comme la cohérence des documents sectoriels intercommunaux L  des plans locaux d’urbanisme L ou des cartes communales établis au niveau communal. Le Schéma régional limat‐ir‐Énergie S élaboré conointement par l’État et la égion doit servir de cadre stratégiue à lÉtat aux collectivités territoriales au monde économiue et à la société civile afin de faci liter et renforcer la cohérence des actions régionales de lutte contre le changement climatiue et la pollution atmosphériue. e schéma fixe à l’échelon du territoire régional et aux horions 22 et 2  des orientations pour réduire les émissions de ga à effet de serre grâce à l’amélioration de l’efficacité éner  gétiue et à la maîtrise de la demande énergétiue  des activités socioéconomiues aux effets du chandes orientations axées sur ladaptation des territoires et gement climatiue  la pollution atmosphériue afin d’atteindre les obectifsdes orientations destinées à prévenir ou à réduire de ualité de l’air  il se substitue ainsi au plan régional de la ualité de lair   ualitatifs de développement de la production d’énerpar ones géographiues des obectifs uantitatifs et gie renouvelable.
1.3. Un modèle unique ?
Les villes françaises et européennes sont anciennes  elles sont dotées d’un patrimoine culturel u’il ne faut pas ignorer. l s’agit de travailler sur des villes exis tantes tout en aant une idée claire des dnamiues possibles d’évolution au regard des obectifs 22 et 2. eux grands tpes d’espace peuvent être distingués mais articulés entre eux  la ville dense constituée et les extensions urbaines existantes ou en cours périurbain communes rurales tombant dans l’orbite d’attraction de l’agglomération pôles secondaires….
n outre avec des différences géographiues clima tiues et culturelles notables la situation n’est pas homogène sur le territoire national. ompte tenu de la forte inertie du sstème « ville » des paramètres comme l’évolution démographiue les mutations
sociales croissance des familles monoparentales par exemple la diversité des parcours résidentiels et les évolutions relatives de la pramide des âges des niveaux de revenu d’inégalités territoriales et de cohésion sociale sont également des facteurs importants à prendre en considération. nfin pour poursuivre un développement durable la ville doit permettre d’ouvrir le champ des possibles à ses habitants ainsi u’à l’ensemble des acteurs de son territoire. lle doit être agréable à vivre ce ui inter pelle plusieurs facteurs u’il s’agisse des paradigmes sous‐tendant le fonctionnement des citadins ou plus classiuement des ressources culturelles naturelles et de loisirs dont ils peuvent avoir usage.
L’ensemble de ces caractéristiques met en lumière l’illusion d’un modèle unique de développement durable de la ville elui ‐ci est bien un sens à recercer et non un modèle à atteindre
1.. Les acteurs du développement durable de la ville
e nombreux acteurs influent les décisions d’orga nisation du territoire urbain chacun selon ses préro gatives et ses intérêts.
 Les collectivités locales epuis ue l’État leur a transféré une grande partie de ses compétences en matière d’urbanisme les collecti vités décident de l’organisation générale de leur ter ritoire et mettent en œuvre éuipements et services collectifs. ar leurs missions de maîtrise d’œuvre et d’acheteurs publics elles ont également une capacité de structuration de l’offre de biens et de services. n effet la commande publiue représente près de 1  du  et englobe plus de 2  acheteurs. n intégrant ssté matiuement des critères de durabilité lors de l’achat de biens produits d’entretien éuipements… de services énergie transport restauration… ou pour les marchés de travaux construction de bâtiments publics… les col lectivités ont ainsi le pouvoir d’influer sur l’évolution des produits et services mis sur le marché.
 L’État À l’échelle nationale l’État met en place des politiues d’incitations financières ou fiscales  prêt à taux éro fiscalité réduite sur les travaux niches ficales sur la construction de logements taxe générale sur les acti vités polluantes  fiscalité foncière.... l met éga lement en place les grandes politiues d’aménagement du territoire et produit notamment des outils pour les acteurs territoriaux. u niveau local l’État intervient par son rôle régalien dans le cadre de procédures de planification ou dopé rations d’aménagement permis d’aménager permis de construire…. l développe également différents programmes  contrats urbains de cohésion sociale programmes urbains intégrés proets de renouvelle ment urbains plans d’insertion par l’emploi… Ses ser vices déconcentrés ouent le double rôle de conseil et de contrôle locaux.
  Les aménageurs et les urbanistes n tant ue conseils et maîtres d’ouvrage délégués auprès des collectivités locales les concepteurs les agences d’urbanisme les conseils en architecture urbanisme et environnement  les pasagistes les architectes les ingénieurs et les bureaux d’études… contribuent par leurs propositions à modeler et observer l’espace urbain.  Les concessionnaires e sont les fournisseurs d’énergies d’eau de ss tèmes de communication… Leurs offres encadrent des choix ui peuvent structurer durablement un territoire.
 Les forces économiques et les grands donneurs d’ordreentreprises grandes enseignes promoteurs organismes L… utre un rôle économiue ils interfèrent sur une partie importante des ressources foncières du terri toire déà urbanisé créent de la mobilité nécessitent des éuipements génèrent des besoins de services et de mobilisation de ressources matière énergie… ou d’élimination de leurs déchets. Sur les franges de la ville les agriculteurs disposent de terres sou vent considérées comme une réserve foncière ui suscitent les convoitises et dont l’utilisation pour d’autres usages participe à la diminution des surfaces cultivables.
 La société civile, plus ou moins organiséeasso ciations conseils de uartier conseil de développe ment ... lle intervient sur l’évolution de la ville et les choix d’action publiue à travers les débats publics les dis positifs de concertation ou de participation citoenne et dont l’expression monte en puissance dans les pas démocratiues comme l’a bien montré en rance le renelle de lenvironnement.
Stratégie Urbanisme   
 lus généralement les citoyens u’ils soient habitants de la ville actifs usagers visi teurs ou touristes leurs comportements individuels et collectifs influent directement sur les émissions et performances d’un territoire en matière de choix de modes de déplacement de consommation et modes de vie d’économies d’énergie…. ls ouent un rôle aussi important ue celui des collectivités et des entreprises dans la construction du développement durable de la ville.
Le territoire urbain est ainsi le lieu de eux d’acteurs complexes dont l’identification des mécanismes à l œuvre ou à construire est incontournable. À ceci vient s’aouter le rôle important ue devraient ouer les S schémas régionaux climat air énergie et les  les proets de développement durable de territoire tpegenda  les divers plans réglemen taires ui embrassent un territoire ui peut être plus vaste et constituent alors un élément à prendre en compte dans la politiue d’action à l’échelle du grand territoire de la ville.
1.. uel rôle pour l ?
Les interactions entre les aspects énergétiques, effet de serre et consommation de matière insuffi samment pris en compte eaucoup d’acteurs déclarent auourd’hui travailler sur la problématiue de l’urbanisme durable. n grand nombre se situe encore sur les champs classiues de l’urbanisme en travaillant les aspects organisationnels du point de vue économiue et social.
n constate un début d’analse et de réflexion sur les conséuences u’ont les décisions en matière d’organisa tion du territoire urbain sur les réseaux nécessaires à son fonctionnement. ependant l’impact sur les divers flux engendrés déplacements déchets énergie ressources… et le bilan énergétiue et environnemental sont encore trop souvent ignorés ou traités de façon isolée.
À titre d’exemple les transports liés à la mobilité contrainte des biens et des personnes en ville repré sentent près de 4  d’un bilan S urbain moen. r les conséuences de l’organisation et de la répartition des différentes fonctionnalités et aménités en milieu urbain sur le niveau et la structure de la demande de mobilité des biens et des personnes et les temps de déplacement induits sont très rarement prises en compte. l s’ensuit une évaluation minorée voire absente des conséuences énergétiues et environne mentales de la mise en place des moens de déplace ments motorisés ou non nécessaires pour faire face à cette demande de mobilité uotidienne contrainte.
e plus au delà d’une fréuente absence de réflexion sur les conséuences de leur positionnement sur un territoire les possibilités de péréuation énergétiue entre bâtiments producteurs et bâtiments consomma teurs d énergie à des périodes différentes de la ournée ne sont pas exploitées faute d’analse de la demande énergétiue liée aux différents usages des bâtiments.
La prise en compte d’objectifs quantitatifs de réduc tions de quantités pysiques , concentration de polluants dans l’air, énergie, flux de décets… est une nécessité nouvelle dans la notion d’évalua tion des performances des organisations urbaines
L’action de l’ doit se focaliser sur ces aspects
l apparaît donc fondamental pour l’  ‐  d’expliquer et de quantifier les conséuences sur  la consommation d’énergie les émissions de S et l’utilisation des ressources des choix d’aména gement et d’organisation du fonctionnement uoti dien de la ville  defaire évoluer les modes d’analyse multicritères  vers des approches sstémiues.
Les territoires urbains se situent au carrefour de thé matiues techniues sur les bâtiments la mobilité les réseaux la consommation de ressources et de produits et plus largement l’organisation du sstème urbain et de son fonctionnement.L’ dispose des savoirs tecniques et d’une panoplie de modes d’action nécessaires, de la recherche au déploiement et à l’ani mation d’actions sur le terrain en passant par la concep tion de programmes opérationnels. La ville constitue de ce fait un terrain particulièrement important pour l’ac tion de l’gence auprès des collectivités locales dans le cadre de ses missions notamment la lutte contre l’effet de serre l’utilisation efficiente des ressources et l’adapta tion aux changements climatiues.
nfin au titre de sa mission de conseil à l’État l’ apporte une expertise en matière de développement durable de la ville en général dont en particulier sur les dossiers des volets Écouartier et Écocité du plan Ville durable.
La consommation d’énergie utilisée comme mar queur des impacts environnementaux
L’effet de serre et la pollution de l’air sont directement liés à la consommation d’énergie fossile et dans certains cas de bois énergie. Les nuisances sonores sont uant à elles essentiellement liées à la circulation. Les problé matiues liées aux friches urbaines et aux déchets des opérations de rénovation urbaine ou d’extension de la ville ont des conséuences en termes   lisation éeisorotntha c t sreiitud ep eomd étm ibil future des espaces déplacements induits par les pro ets d’aménagement en fonction de leur localisation collecte des déchets…  de consommation ou de production d’énergie  bâti ments démolis ou construits bioga issu du compost de déchets organiues efficacité énergétiue des bâtiments futurs… L’analse des performances énergétiues d’un ss tème urbain peut donc constituer un pra marqueur tique, simple mais signifiant. l ne s’agit pour autant pas de réduire l’action de l’ aux seuls aspects énergétiues.
La nécessaire collaboration pour une prise en compte des autres aspects dans une approce sys témique L’ n’a pas compétence sur l’ensemble du champ environnemental de la ville comme la nature en ville la biodiversité la gestion de l’eau ou des risues naturels et technologiues. e même le développement durable d’une ville ne se limite pas aux aspects purement environnementaux. Les eneux de compétitivité économiue les aspects sociaux et les représentations culturelles sont des fac teurs fondamentaux à prendre en compte sur lesuels l’ n’a pas compétence directe. l est cependant nécessaire de les appréhender pour traiter le suet. ussi l’ fera‐t‐elle appel aux acteurs compé tents notamment le  et la  pour propo ser une approche globale et complète du développe ment durable de la ville. L’organisation mise en place par l’
our développer ses actions sur l’urbanisme durable l’ dispose de directions régionales en contact direct avec les collectivités locales et déà engagées lar gement avec elles sur ce champ notamment à travers les . lle a en outre mis en place une direction « Villes et territoires durables » regroupant les activités bâti ment transports et mobilité friches urbaines ualité de l’air etun nouveau service organisations urbaines plus spécialement chargé d’animer et de fédérer les travaux de l’gence dans ce domaine. Les travaux de cette direction s’articulent avec ceux des deux autres directions la direction roduction et énergies durables en particulier pour l’intégration des énergies renouvelables chaleur solaire photovol taïue… dans le bâti et les réseaux de chaleur urbains  compris fonctionnant au bois énergie ou par l’inci nération de déchets et la direction consommation durable et déchets notamment sur la problématiues de la réduction de la collecte et du recclage des déchets ménagers.
Stratégie Urbanisme 1  11