Combattre l

Combattre l'appropriation "Les Républicains", plus qu'une bataille idéologique...

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

92 -Contribution au débat d’actualité N°5 Par Jonas le 28/05/2015 Combattre l'appropriation "Les Républicains", plus qu'une bataille idéologique... Le tribunal des référés de Paris a rendu son jugement : un parti, en l'occurrence, l'UMP, est autorisé à se rebaptiser "les Républicains." Si l'ancien Président Nicolas Sarkozy s'est félicité de cette décision de justice, il s'agit bien là, d'un problème qui dépasse les clivages politiques... Malin, Nicolas Sarkozy...après le jugement, qui a enthousiasmé Peu l'actuel président de l'UMP, ce dernier,a de suite, accusé François Hollande d'avoir été le maître d'œuvre de cette opération anti "Les Républicains".Ou comment,l'ex-Président tente de manipuler le 1 futur électorat, en politisant cette bataille sémantique...Expliquer, donc, en filigrane, qu'il s'agit là d'un avant-goût de 2017d'une première défaite de l'actuel Président François et Hollande...Pourtant, François Hollande ne s'est jamais engagéla nouvelle contre appellation "Les Républicains." D'ailleurs, les politiques et citoyens qui ont lancé l'action judiciaire, pour empêcher l'UMP de se rebaptiser "Les Républicains", ne sont pas que socialistes.Ils viennent de tous bords: citoyens non encartés, mouvements politiques (y compris certains très critiques contre l'actuel gouvernement socialiste), juristes et, aussi, des socialistes. Nicolas Sarkozy le sait très bien.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 30 mai 2015
Nombre de lectures 132
Langue Français
Signaler un abus
92 -Contribution au débat d’actualité N°5 Par Jonas le 28/05/2015
Combattre l'appropriation "Les Républicains", plus qu'une bataille idéologique...
Le tribunal des référés de Paris a rendu son jugement : un parti, en l'occurrence, l'UMP, est autorisé à se rebaptiser "les Républicains." Si l'ancien Président Nicolas Sarkozy s'est félicité de cette décision de justice, il s'agit bien là, d'un problème qui dépasse les clivages politiques...
Malin, Nicolas Sarkozy...après le jugement, qui a enthousiasmé Peu l'actuel président de l'UMP, ce dernier,a de suite, accusé François Hollande d'avoir été le maître d'œuvre de cette opération anti "Les Républicains".Ou comment,l'ex-Président tente de manipuler le 1 futur électorat, en politisant cette bataille sémantique...Expliquer, donc, en filigrane, qu'il s'agit là d'un avant-goût de 2017d'une première défaite de l'actuel Président François et Hollande...Pourtant, François Hollande ne s'est jamais engagéla nouvelle contre appellation "Les Républicains." D'ailleurs, les politiques et citoyens qui ont lancé l'action judiciaire, pour empêcher l'UMP de se rebaptiser "Les Républicains", ne sont pas que socialistes.Ils viennent de tous bords: citoyens non encartés, mouvements politiques (y compris certains très critiques contre l'actuel gouvernement socialiste), juristes et, aussi, des socialistes. Nicolas Sarkozy le sait très bien. Il sait aussiqu'en rebaptisant l'UMP en "Les Républicains", il crée la confusion dans les esprits des citoyens. Il a déjà débuté cetteentreprise démagogique, aidé aussi par ses cadres qui reprennent les formules "choc",pour embrouiller les futurs électeurs. Dans un discours du 22 avril, Nicolas Sarkozy lance ainsi : "Nous sommes des républicains avant toute chose, les socialistes sont d'abord socialistes."Un populisme repris par le député UMP Laurent Wauquiez le 21 mai à Rillieux. Diantre !Cela signifie donc que les Socialistes ne seraient pas aussi Républicains que les élus de Droite ?Quelle bêtise ! Sans atteindre la loi de Godwin,n'oublions pas que certains grands noms de la résistance, socialistes, (Jean Moulin, Jean Zay, etc.)ont défendu la Républiqueau prix de leur vie. Oui des parfois socialistes ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, en 1940, mais n'était-ce pas là aussi le cas de la Droite de l'époque ? Également,peut-on dire aujourd'hui que François Hollande a rasé la Républiquepour mettre en place un modèle socialiste anti-républicain ?Il est vrai que nous sommes dans une société où, depuis 2012, les travailleurs font des semaines de 15h, où la démocratie a
1 «Les gens qui ne sont pas courageux, qui n'ont pas de conviction, pas de colonne vertébrale essaient de gagner sur le tapis vert, devant les tribunaux, ce qu'ils n'arrivent pas à gagner avec le peuple de France»Nicolas Sarkozy, le 26 mai, meeting au Havre.
été détruite, où l'État a repris la main sur le marché, où Evo Morales est notre principal partenaire politico-économique, etc. Soyons sérieux... Depuis deux siècles, la France a pour particularité d'avoir construit sa République sur les bases de la démocratie. Les soubresauts historiques (retour de la monarchie, fondation d'Empires, etc.) ont permisin finede redéfinir une République plus forte. C'est pourquoi la France a cette définition si particulière de lier la République avec la démocratie.S'accaparer le terme "République", avec un parti s'intitulant "Les Républicains",revient ainsi à distinguer ceux qui défendent ou non la démocratie.Nicolas Sarkozy est Perspicace, intelligent : l'objectif est évidemment de tromper l'électoratl'implorant de soutenir le en parti "les Républicains", censé représenter les seuls démocrates et républicains de la scène politique.Une méthode brutale et insidieuse... En outre, irrespectueuseles autres pour formations républicaines de gauche à droite.
N'oublions pas que la République Française est "une et indivisible" selon notre constitution, et que personne ne devrait se permettre de la diviser. La diviser, c'est tenter de diviser la France sur ses principes fondamentaux. C'est aller contre l'Histoire. C'est aller contre le peuple, la Nation.