Décision de la Cour de cassation sur la GPA...
2 pages
Français

Décision de la Cour de cassation sur la GPA...

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

COMMUNIQUÉ Arrêts relatifs à l’inscription à l’état civil d’enfants nés à l’étranger d’une GPA 3 juillet 2015 Une GPA nejustifiepas, à elle seule, le refus de transcrire à l’état civil français l’acte de naissance étranger d’un enfant ayant un parent français Le s fa its La Cour était saisie de deux affaires. Dans chacune d’elles, un Français a reconnu la paternité d’un enfant à naître en Russie : l’acte de naissance établi en Russie mentionne l’homme en tant que père et la femme ayant accouché en tant que mère. L’homme a ensuite demandé la transcription de l’acte de naissance russe à l’état civil français. Mais le procureur de la République s’y est opposé, soupçonnant le recours à une convention de gestation pour le compte d’autrui (GPA). Re p è re s jurid iq ue s Plusie urs rè g le s d e d ro it é ta ie nt e n je u Art. 3101 e t suiv. d u c o d e c ivil : s’ é ta b lit no ta mme nt La filia tio n c o nna issa nc e p a te rne lle p a r la re Lae t ma te rne lle . ma te rnité p e ut ê tre c o nte sté e p a r le ministè re p ub lic e n ra p p o rta nt la p re uve q ue la mè re n’ a p a s a c c ouc hé de l’ e nfa nt ; la p a te rnité p e ut l’ ê tre e n é ta b lissa nt q ue l’ a ute urde la re c o nna issa nc e n’ e st p a s le p è re . Art. 18 d u c o d e c ivil :Un e nfa se s p a re nts e st fra nç a is.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 03 juillet 2015
Nombre de lectures 11 136
Langue Français

Exrait

COMMUNIQUÉ
Arrêts relatifs à l’inscription à l’état civil d’enfants nés à l’étranger d’une GPA3 juillet 2015
Une GPA nejustifiepas, à elle seule, le refus de transcrire à l’état civil français l’acte de naissance étranger d’un enfant ayant un parent françaisLe s fa its La Cour était saisie de deux affaires. Dans chacune d’elles, un Français a reconnu la paternité d’un enfant à naître en Russie : l’acte de naissance établi en Russie mentionne l’homme en tant que père et la femme ayant accouché en tant que mère. L’homme a ensuite demandé la transcription de l’acte de naissance russe à l’état civil français. Mais le procureur de la République s’y est opposé, soupçonnant le recours à une convention de gestation pour le compte d’autrui (GPA). Re p è re s jurid iq ue s Plusie urs rè g le s d e d ro it é ta ie nt e n je u Art. 3101 e t suiv. d u c o d e c ivil :s’ é ta b lit no ta mme nt La filia tio n c o nna issa nc e p a te rne lle p a r la re Lae t ma te rne lle . ma te rnité p e ut ê tre c o nte sté e p a r le ministè re p ub lic e n ra p p o rta nt la p re uve q ue la mè re n’ a p a s a c c ouc hé de l’ e nfa nt ; la p a te rnité p e ut l’ ê tre e n é ta b lissa nt q ue l’ a ute urde la re c o nna issa nc e n’ e st p a s le p è re . Art. 18 d u c o d e c ivil :Un e nfa se s p a re nts e st fra nç a is.nç a is lo rsq u’ a u mo ins l’ un de nt e st fra Art. 47 d u c o d e c ivil :a ys é tra ng e r e t ré dig é da ns le s fo rme s usité e s da nsd a ns un p Fra nç a is fa it c ivil d ’ un L’ a c te d’ é ta t c e p a ys fa it fo i, sa uf si c e t a c te e st irré g ulie r, fa lsifié o u q ue le s fa its q ui y so nt dé c la ré s ne c o rre sp o nd e nt p a s à la ré a lité .Dé c re t d u 3 a o ût 1962 :é tra ng e r p e ut le fa ire d re ssé à l’ tra nsc riredo nt l’ a c te rtissa nt fra nç a is c ivil a é té d ’ é ta t Un re sso sur le s a c te s de l’ é ta t c ivil fra nç a is.Art. 167 e t 169 d u c o d e c ivil :To ute nullité d’ o rd re p ub lic .c o nve ntio n p o rtant sur la G PA e st nulle d’ une La jurisp rud e nc e d e la C o ur de c a ssa tio n Da ns se s a rrê ts d e s 06.04.11, 13.09.13 e t 19.03.14, la C o ur inte rd isa it à une c o nve ntio n d e G PA d e p ro d uire d e s e ffe ts, c a r c e tte c o nve ntio n e st nulle , d ’ une nullité d ’ o rd re p ub lic e t c o ntra ire à un p rinc ip e e sse ntie l d u d ro it fra nç a is : c e lui d e l’ ind isp o nib ilité d e l'é ta t d e s p e rso nne s. Ainsi, l’ a c te d e na issa nc e é tra ng e r d ’ un e nfa nt né d ’ une G PA ne p o uva it ê tre tra nsc rit à l’ é ta t c ivil fra nç a is, mê me si le p è re e t la mè re fig ura nt sur l’ a c te é ta ie nt b ie n le p è re b io lo g iq ue e t la fe mme a ya nt a c c o uc hé . La jurisp rud e nc e d e la C o ur e uro p é e nne d e s d ro its d e l’ ho m m e Se lo n la C EDH (a rrê tsMe ne sso n e tLa b a ssé e, 26.06.14), l’ inte rd ic tio n d e la G PA n’ e st p a s d eo nve ntio n à la C c o ntra ire sa uve g a rd e d e s d ro its d e l’ ho mme e t d e s lib e rté s fo nd a me nta le s e t le re fus d e tra nsc rire un a c te d e na issa nc e é ta b li à l’ é tra ng e r a u mo tif q ue c e tte na issa nc e e st le fruit d ’ une G PA e st c o mp a tib le a ve c le d ro it a u re sp e c t d e la vie fa milia le . En re va nc he , la C EDH a c o nsid é ré q ue le re fus d e tra nsc rire la filia tio n d e s e nfa nts à l’ é g a rd d u p è re b io lo g iq ue , te lle q u’ e lle a p p a ra it sur l’ a c te é tra ng e r, c o nstitue une a tte inte d isp ro p o rtio nné e à la vie p rivé e d e s e nfa nts, vie p rivé e p ro té g é e p a r l’ a rt. 8 d e la C o nve ntio n. En e ffe t, c ha c un d o it p o uvo ir é ta b lir le s d é ta ils d e so n id e ntité d ’ ê tre huma in, c e q ui c o mp re nd sa filia tio n.
Contact presse : Guillaume Fradin / tél. : + 33 (0)1 44 32 65 77 / courriel :scom.courdecassation@justice.fr
La q ue stio n p o sé e à la C o ur d e c a ssa tio n Le refus de transcription sur les actes de l’état civil français de l’acte de naissance d’un enfant dont au moins l’un des parents est français, régulièrement établi dans un pays étranger, peut-il être motivé par le seul fait que la naissance est l’aboutissement d’un processus comportant une convention de GPA ? La ré p o nse d e la C o ur d e c a ssa tio n Les actes de naissance dont la transcription est demandée mentionnent comme père celui qui a effectué une reconnaissance de paternité et comme mère la femme ayant accouché. Dès lors, les règles de transcription sur les actes de l’état civil français, interprétées à la lumière de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, doivent s’appliquer au cas d’espèce. La théorie de la fraude ne peut donc faire échec à la transcription de l’acte de naissance. L’arrêt qui écartait la demande de transcription au seul motif que la naissance était l’aboutissement d’un processus comportant une convention de GPA est cassé. Le pourvoi dirigé contre le second arrêt qui ordonnait la transcription en dépit de l’existence d’une convention de GPA est rejeté. Les espèces soumises à la Cour de cassation ne soulevaient pas la question de la transcription de la filiation établie à l’étranger à l’égard de parents d’intention : la Cour ne s’est donc pas prononcée sur ce cas de figure.
Contact presse : Guillaume Fradin / tél. : + 33 (0)1 44 32 65 77 / courriel :scom.courdecassation@justice.fr
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents