L

L'irrésistible ascension de François HOLLANDE

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Il s'est préparé à l'épreuve.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 19 octobre 2011
Nombre de visites sur la page 164
Langue Français
Signaler un problème
L’irrésistible ascension de François HOLLANDE
Il a fait des efforts pour se donner une image de présidentiable, le fameux look du
présidentiable… Un peu ascète, un peu moderne, pas trop jeune, pas trop vieux, sympathique
mais pas rigolard, cultivé mais pas ennuyeux, ni « sapé », ni clinquant, concentré mais pas
tendu, décontracté mais pas désinvolte…
Cela a donné un changement de coupe et de couleur de cheveux, le noir corbeau peigné
plutôt en arrière, a remplacé le châtain avec raie sur le côté, les lunettes rondes ont laissé la
place à des lunettes tendance, rectangles et allongées, avec branches assorties aux cheveux, à
la tête plutôt ronde elle aussi, autrefois posée sur ses épaules, s’est substitué un long cou sur
lequel trône un visage allongé, de plus en plus émacié au fur et à mesure du régime
alimentaire auquel il s’est astreint, et à un teint plutôt rougeaud, trop bon vivant, a été préféré
un teint blafard beaucoup plus sérieux.
L’expression est à peu de chose près la même. Le discours, un peu plus emphatique qu’il ne
l’était déjà, est accompagné à certains moments du sourire malicieux qu’on lui connait, le jeu
de mains est le même, seule la tête présente parfois, inexplicablement, une certaine raideur,
sans que l’on puisse en percevoir les raisons.
N’ayant jamais exercé de fonction ministérielle, il lui a été nécessaire de se créer une stature
qui corresponde à son ambition et qui vienne gommer celle d’un secrétaire général, chargé
d’assurer la gestion des affaires courantes.
Ce changement a certainement été conçu, non comme une coquetterie, mais comme une
nécessité, une sorte de transsubstantiation politique.
Mais à y regarder de plus prés, ce changement physique correspond mieux à la réalité, à son
véritable tempérament, à ce qu’il est.
Sous une apparence bonhomme, rondouillarde et sympa, sommeille un florentin habile, et
l’aspect froid et sec qu’il cherche à se donner physiquement, correspond infiniment mieux
avec ce qu’il est.
François HOLLANDE a été certainement sous estimé par rapport à sa véritable nature. Son
aspect jovial a pendant longtemps été pour lui un masque trompeur. On ne se méfie jamais des
gros, on les croit complexés, lourd, accommodants. Ils peuvent l’être, mais ils peuvent être
tout le contraire, et dans ce cas ils sont particulièrement redoutables.
Monsieur « bonnes blagues » ainsi que l’avait surnommé Laurent FABIUS, a su mettre son
agilité d’esprit au service de réparties, qui animent le débat et qui rendent son auteur,
sympathique et rassurant.
Sa détermination est sans faille. Il a refusé, contrairement à Martine AUBRY, tout
arrangement avec Dominique STRAUSS KAHN, et n’a pas manqué de le lui faire savoir avec
fermeté, en le faisant photographier, sortant de l’immeuble où avait eu lieu l’entretien sollicité
par ce dernier.
Il a su ramener « l’effet MONTEBOURG » a sa juste proportion, au point que 48 heures plus
tard, il s’est évanoui sans laisser de trace. Ségolène ROYAL avec laquelle il eut pourtant des
relations contrastées et alors qu’en 2007 il ne l’avait soutenu que du bout des lèvres, s’est
ralliée à lui sans la moindre hésitation.
La sympathie qu’il inspire, lui a permis d’être soutenu par des concurrents du premier tour de
la primaire, qui ont pourtant une ligne politique plus proche de Martine AUBRY, mais cette
dernière, souvent hautaine, cassante quand elle n’est pas blessante, lui a il est vrai, facilité
grandement la tâche.
Jacques CHIRAC lui-même, sous couvert à postériori d’’humour corrézien, lui a apporté son
soutien.
Comme il se plait à le dire, il s’est préparé à cette épreuve depuis longtemps et il s’est bien
préparé. Il n’a pas commis la moindre faute. On ne lui connaît pas de point faible.
Il y a du François MITTERRAND chez François HOLLANDE. Le désir de changement que
chacun perçoit, allié à un homme qui démontre au fil des jours un incontestable talent, risque
de tout emporter sur son passage. On ne voit pas très bien,
à l’heure qu’il est
, qui pourrait
arrêter l’irrésistible ascension de François HOLLANDE.