La peur de la pauvreté et du chômage chez les jeunes

La peur de la pauvreté et du chômage chez les jeunes

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté permet chaque année de faire le point
sur la question de la précarité en France : la manière dont elle est définie, vécue et crainte par
les Français. La sixième vague du baromètre, réalisée du 6 au 9 juillet auprès de 1021 Français âgés
de 15 ans et plus et interrogés par téléphone, met ainsi en évidence les effets toujours plus
dévastateurs de la crise.
Cette année, le Secours populaire a souhaité compléter cette interrogation par une enquête
auprès d’enfants âgés de 8 à 14 ans, afin de mesurer leur propre perception de la pauvreté et la
manière dont ils estiment (ou non) pouvoir agir pour la combattre. Ce volet inédit, réalisé auprès de
500 enfants interrogés par internet du 4 au 11 juillet 2012, révèle une enfance majoritairement
sensible à cette question et qui n’est pas épargnée par la crainte de la pauvreté qu’expriment leurs
aînés. Si nombre d’entre eux s’estiment aujourd’hui trop jeunes pour aider les personnes pauvres,
ils se montrent attirés par de nombreuses actions et convaincus que la pauvreté n’est pas une
fatalité

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 08 septembre 2015
Nombre de visites sur la page 9
Langue Français
Signaler un problème
Sondage Ipsos – Secours populaire français
ème 6 vague de l’Observatoire de la Pauvreté : Les enfants et la pauvreté Le baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvretépermet chaque année de faire le point sur la question de la précarité en Francevécue et déf inie, elle est manière dont : la crainte par les Français. La sixième vague du baromèt re, réalisée du 6 au 9 j uillet auprès de 1021 Français âgés de 15 ans et plus et int errogés par t éléphone, met ainsi en évidence les ef f et s t ouj ours plus dévast at eurs de la crise. Cette année, le Secours populaire a souhaité compléter cette interrogation par une enquête auprès d’ enfants âgés de 8 à 14 ansion de la pauvret in de mesurer leur propre percept laé et , af manière dont ils est iment (ou non) pouvoir agir pour la combat t re. Ce volet inédit , réalisé auprès de 500 enf ant s int errogés par int ernet du 4 au 11 j uillet 2012, révèle une enf ance maj orit airement sensible à cet t e quest ion et qui n’ est pas épargnée par la craint e de la pauvret é qu’ expriment leurs aînés. Si nombre d’ ent re eux s’ est iment auj ourd’ hui t rop j eunes pour aider les personnes pauvres, ils se mont rent at t irés par de nombreuses act ions et convaincus que la pauvret é n’ est pas une f at alit é. Diffusion immédiate Les principaux enseignements du baromètre auprès des Français: La part de Français ayant connu une situation de pauvreté est en hausse constante depuis 2009 :2009).s par rapport à 2011 ; +7 point désormais 37%(+2 point s par rapport à ils sont La crainte de la pauvreté reste touj ours aussi élevée:ditdéj à s’ êt re 56%des Français déclarent à un moment de leur vie qu’ ils ét aient sur le point de connaît re une sit uat ion de pauvret é (+11 point s par rapport à 2007).lui aussi stableenfants reste Le niveau d’ avenir des inquiétude pour l’ et très élevédes Français considèrent : 85% ant s que les risques que leurs enf connaissent un j our une sit uat ion de pauvret é, sont plus élevés que pour leur générat ion. Parmi eux, 55%sont désormais convaincus que ces risques sont même « beaucoup plus élevés » (+5 point s par rapport à 2011). Le seuil de pauvreté aux yeux des Français est désormais de 1062€.Si ce seuil moyen est er supérieur à celui de 2011 (+31€), il rest e inf érieur au SMIC mensuel net (1118, 36€ depuis le 1 j uillet 2012) et légèrement supérieur au seuil de pauvret é of f iciel calculé sur la base de 60% du revenu médian nat ional (954€ en 2009 selon l’ INSEE) et qui sert de base au calcul par la CAF du plaf ond de revenus j usqu’ auquel un individu peut prét endre au Revenu de Solidarit é Act ive (RSA). Les principaux enseignements de l’ enquête auprès des enfants : Les enfants se révèlent très conscients de la pauvreté qui les entoure :une large maj orit é est ime qu’ il y a « beaucoup» de pauvres dans le monde (85%). C’ est un peu moins le cas en France : 39%des enf ant s est iment qu’ il y a dans not re pays « beaucoup » de pauvres, la maj orit é considérant qu’ il y en a « un peu » (54%). Ils sont maj orit airement conscient s que dans leur école, des enf ant s sont moins privilégiés qu’ eux : 68%pensent que dans leur classe ou leur école, cert ains enf ant s ne part ent j amais en vacances par manque d’ argent
1
Les enfants se montrent par ailleurs lucides quant à l’ exclusion sociale qui peut naître de la pauvreté, et ce dès le plus j eune âge: 50% eux ont d’ ent re le sent parf ois les enf iment que ant s pauvres de leur école sont souvent à part . Ils peuvent d’ ailleurs part iciper à cet t e mise au ban de ces enf ant s : 12%pensent que ce serait dif f icile d’ êt re leur ami (surt out les plus pet it s : 15%des 8-10 ans). Les petits Français ne sont pas épargnés par la cra inte de devenir pauvre, ou le sentiment de l’ être déj à :our (58%), unprès de 6 enf sur 10 déclarent avoir peur de devenir pauvre un j ant s chif f re t rès import ant et révélat eur de la sensibilit é des enf ant s au suj et . Parmi les enf ant s int errogés, 4%ont par ailleurs déj à le sent iment d’ êt re pauvres. Face à la pauvreté, les enfants expriment un sentiment d’ inj ustice et l’ envie d’ aider les autres :la pauvret é n’ aux yeux de la maj orit é, ef f ort s mais à unest pas due à un manque d’ manque de chance (83%). Elle n’ est pas non plus une f at alit é : 76%des enf ant s, lorsqu’ ils voient des personnes pauvres dans la rue considèrent que ce n’ est pas j ust e. Si une t rès large maj orit é d’ enf ant s a le sent iment qu’ on pourrait f aire beaucoup plus de choses pour aider les personnes pauvres (86%), ils sont plus dubit at if s quant à leur capacité à agir à leur niveau : seuls 39%d’ ent re eux ont le sent iment qu’à leur âge, ils peuvent f aire quelque chose pour aider les personnes pauvres. Pourt ant , lorsqu’ on leur cit e une série d’ act ions concrèt es que des enf ant s de leur âge sont en mesure de mener, ils se mont rent maj orit airement int éressés, voire les ont déj à expériment ées (80%des enf ant s ont ainsi déj à donné leurs vêt ement s ou j eux lorsqu’ ils ne leur servaient plus). Not ons enf i n que s’ i l s devai ent choisir ent r e ai der des enf ant s et des adul t es en Fr ance ou dans d’ aut r es pays du monde, i l s choi sir aient d’ agi r en Fr ance, un indi ce suppl ément ai r e qu’ aux yeux des enf ant s, l a pauvr et é est bel et bi en une r éal i t é dans not r e pays. Tous les tableaux de résultats et leur analyse sont disponibles sur les siteswww.ipsos.fr et www.secourspopulaire.fr
Contacts : Ipsos –Amandine Lama – Tél. : 01 41 98 92 87 –amandine.lama@ipsos.comSecours populaire français –– Tél. : 01 44 78 21 57 –Karine Vauloup karine.vauloup@secourspopulaire.fr
2