Lettre ouverte à Ben Smith

Lettre ouverte à Ben Smith

-

Documents
8 pages
Lire
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Lettre ouverte à M. Benjamin Smith PDG du groupe Air France/KLM Bienvenue aupays merveilleux du management selon Nathalie Stubler(PDG), Hervé Boury (DG), Hélène Clavé(DRH)et Emmanuel Cachia(DOA)de Transavia… Monsieur Smith, Vous semblez, depuis votre arrivée à la tête du groupe AF/KLM, accorder une grande importance aux relations sociales au sein des différentes entités du groupe, si l’on se fie à vos dires dans la presse. Ceci est la raisonqui nous apoussée à vous écrire en date du3 décembre 2018afin de vous alerter sur les agissements et les méthodes des dirigeants de Transavia depuis l’arrivée de Mme Nathalie Stubler au poste de Présidente Directrice Générale et de Mme Hélène Clavé au poste de Directrice des Ressources Humaines. L’absence de réponse de votre part à ce courrier, le soutien affiché du DRH Air France à la direction actuelle de Transavia ainsique son mépris à notre égard lors de son courrier nous étant adressé et les évènements récents au sein de Transavia, ont fini de nous convaincre quant à la méthode à adopter face à un tel management. Selon vos dires :Votrepriorité a été de mettre enplace une équipequi réponde de manière durable aux frustrations et aux inquiétudes des salariés. Pardonnez-nous, mais sur ce point, vous semblez avoir totalement négligé ceux de Transavia.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 15 août 2019
Nombre de visites sur la page 1 453
Langue Français
Signaler un problème
Lettre ouverte à M. Benjamin Smith PDG du groupe Air France/KLM Bienvenue aupays merveilleux du management selon Nathalie Stubler(PDG), Hervé Boury(DG), Hélène Clavé(DRH)et Emmanuel Cachia(DOA)de Transavia… Monsieur Smith, Vous semblez, depuis votre arrivée à la tête du groupe AF/KLM, accorder une grande importance aux relations sociales au sein des différentes entités du groupe, si l’on se fie à vos dires dans la presse. Ceci est la raisonqui nous apoussée à vous écrire en date du3 décembre 2018afin de vous alerter sur les agissements et les méthodes des dirigeants de Transavia depuis l’arrivée de Mme Nathalie Stubler au poste de Présidente Directrice Générale et de Mme Hélène Clavé au poste de Directrice des Ressources Humaines. L’absence de réponse de votre part à ce courrier, le soutien affiché du DRH Air France à la direction actuelle de Transavia ainsique son mépris à notre égard lors de son courrier nous étant adressé et les évènements récents au sein de Transavia, ont fini de nous convaincre quant à la méthode à adopter face à un tel management. Selon vos dires :Votrepriorité a été de mettre enplace une équipequi réponde de manière durable aux frustrations et aux inquiétudes des salariés. Pardonnez-nous, mais sur ce point, vous semblez avoir totalement négligé ceux de Transavia.
Vous dites également «avoir choisi de rétablir quatre piliers : la confiance, le respect, la transparence et la confidentialité», M. smith, avez-vous conscience ou connaissance qu’aucune de ces valeurs que vous défendez fermement et à juste titre, ne sont appliquées par l’équipe dirigeante de Transavia ? Nous vous accordons le faitque vous n’êtes en rien responsable de la nomination de cette équipe de direction mais nous ne pouvons plus accepter qu’elle continue d’ignorer vos instructions en la matière. Un pan, non négligeable, de votre stratégie repose sur le développement de Transavia, créateur d’emplois en France et capable de concurrencer efficacement les autres low-costs. Vous parlez même de développer Transavia depuis Orly, Marseille, Nice, Toulouse, Lyon, Nantes, Bordeaux, partout où les low-costs sont présentes. Vous affichez ces ambitions aux cotés du SNPLqui vous a accordé son feu vert afin de faire enfin décoller Transavia. La CGT s’en félicite mais il est de notre rôle de vous rappelerqu’une compagnie aérienne ne peut se résumer aux exigences de certains Pnt… Les Pnc et le personnel sol de Transavia sont indissociables de votre outil de production ! Aujourd’hui, il ne nous est plus possible d’être ignorés plus longtemps. Le développement de Transavia, s’il doit se faire, se fera avec nous, la CGT Transavia qui représente plus de 83% des Pnc et 55% de l’ensem ble des salariés de Transavia. M. Smith, vous parlez du développement de Transavia, nous l’aurons tous compris, plus que nécessairepour legroupe AF/KLM, sans même avoir rencontré les représentants de La CGT Transavia France, pourtant les seuls à pouvoir signer des accords pour l’ensemble de ses salariés. Nous prenons cela comme un manque de considération et un réel mépris pour nos corporations. Trop c’est trop, et nous avons décidé d’agir dès aujourd’hui. Nous n’avons jamais été conviés à une quelconque réunion concernant le futur développement de Transavia et cela doit changer immédiatement. Nous souhaitons être associés à toute discussion concernant le futur de Transavia conformément aux textes en vigueur dans notre pays. Vous trouverez d’ailleurs ci-dessous les principales raisons qui nous poussent aujourd’hui à nous mobiliser et à utiliser les outils à notre portée afin de nous faire entendre pour qu’enfin les choses changent :
I. Les incidents à répétition et la sécurité des vols mise à mal au sein de Transavia M. Smith, rien que sur le mois de juillet, un avion dont voici l’immatriculation F-GZHS, a eu à déplorer plusieurs incidents sans que cela n’inquiète plus que cela notre direction et M. Hervé Boury, Directeur de l’Exploitation que nous tenons entièrement responsable. Le 03/07TO 3040 ORY‐ESU Cause technique :Freins automatiques inopérantsNOGO à ESU – Avion bloqué pendant 4hRemis en ligne le 03/07 17/07‐ TO 3160 ORLY Retour Parking (QRF)cause technique :Panne d’un des équipements du système d’Air conditionnéNOGO à ORLY – Avion bloqué du 17 au 18/07Remis en ligne le 18/07 19/07TO 3502 ORY‐HER Retour Parking (QRF)cause technique :Panne d’un des équipements du système d’Air conditionnéNOGO à ORLY – Avion bloqué du 19 au 20/07Remis en ligne le 20/07 Il est à noté que la veille, cet avion sortait d’immobilisation (2 jours), et qu’à peine remis en ligne, la même panne se produit de nouveau. 24/07ORLY Cause technique :Freins automatique inopérantsNOGO ORLY 24/07 ‐ Avion bloqué le 24/07Remis en ligne le 25/07 Vous aurez noté que les freins avaient déjà posés problème en début de mois (le 3/07). 25/07TO 3038 ORY‐RBA Retour Parking (QRF)cause technique :Problème de PressurisationNOGO ORLY‐ Avion bloqué du 25 au 26/07Remis en ligne le 27/07 Cet avion sortait d’immobilisation(2jours également)pour unproblème depressurisation, et à peine remis en ligne, de nouveau la même panne est à déplorer avec les conséquences que l’on sait (Descente d’urgence,… ). 28/07TO 3281 TFS ‐ ORY Cause technique :Problème de PressurisationNOGO PXO ‐ Avion bloqué du 28/07 au 02/08RETOUR SUR ORLY le 02/08 02/08 - ORLYCause technique :Problème de PressurisationNOGO ORLYAvion bloqué du 02 au 08/08Remis en ligne le 08/08
Nous attirons votre attention sur ce qui suit M. Smith : Hormis les pertes colossales qu’engendre la maintenance de cet avion et les incidents à répétition sur celui‐ci, nous pouvons nous interroger sur le choix de maintenir cet avion dans notre flotte, tant depuis son arrivée les problèmes s’accumulent. Mais là n’est pas le plus important. Vous devez savoir, ainsi que l’ensemble des salariés de Transavia, que lors de l’incident (le problème de dépressurisation) survenu le 28 juillet 2019 entre Ténérife et Orly, notre direction, et en particulier M. Boury, nous a affirmé que tous les masques à oxygène se sont bien déclenchés et ont tous délivré de l’oxygène. Or, les membres de l’équipage à bord de cet avion, les premiers concernés au moment des faits ont déclaré le contraire. Tous les masques ne sont pas tombés correctement et certains ne sont tout simplement pas tombés. Nous pouvons affirmer aujourd’hui que : Tous les équipages de Transavia France ont été mis en danger de façon assumée et répétée par la direction de Transavia France alors que La sécurité des vols est et doit rester une priorité absolue envers les salariés de Transavia ! Comment, à ce jour les propos de M. Boury peuvent‐ils être en totale contradiction avec les faits relatés par l’équipage ? II. La sécurité des vols au travers des congés de nos collèguespilotes Savez-vous, M. Smith, qu’un très grand nombre de pilotes au sein de Transavia n’a pu prendre la totalité de ses congés, pour certains depuis plus de deux ans, et ce pour un problème d’effectif ? Multipliant ainsi les arrêts maladies. Certains PNT ont même exprimé leur fatigue physique et mentale face à cet état de fait. Que devons-nous penser des méthodes d’un management qui tire ainsi sur la corde ? Etquelles conséquences un tel managementpeut-il avoir sur la sécurité des vols ? Nous ne souhaitons pas jouer avec la sécurité des salariés et des clients que nous transportons tout au long de l’année. Une fois de plus, notre direction se montre totalement irresponsable à ce niveau, nous avons décidé d’étaler cela au grand jour pour ne plus laisser faire.
III. Des agressions sexuelles à répétition avec la complicité de la direction de Transavia et celle d’Air France Vous n’êtes pas sans savoir que plusieurs de nos collègues Pnc Transavia se sont plaintes d’être victimes de comportement inapproprié et d’agressions sexuelles de la part d’un commandant de bord au sein de Transavia. La direction a reçu ces femmes et le commandant de bord concerné par ces graves accusations. Notre organisation, devant la gravité des faits et le nombre de salariées concernées, a déposé un DGI (Danger Grave et Imminent). Les salariées de Transavia n’étant plus en sécurité face à de tels agissements s’ils venaient à être avérés. La suite logique à ce DGI aurait été une enquête conjointe avec notre direction mais celle-ci, refuse et va même jusqu’à minimiser l’incident en affirmant (Extrait du PV du CSE Extraordinaire de Transavia datant du 2 avril 2019) : «Qu’il n’y aucun danger, et aucune imminence du danger car les faits se sont produits en novembre 2018»,proposque nous devons à notre DRH, et notre DG. Et malheureusement pour les salariées de Transavia, un nouvel incident fut à déplorer dans la foulée et toujours avec le même Commandant de Bord. Branle-bas de combat pour le fameux syndicat des pilotes, le SNPL qui a accouru à l’aide de ce commandant, avec cette phrase mémorable d’un élu pilote : «Nous nous devons de le défendre car c’est un pilote avant tout». Sacré sens des priorités… Mais rien de surprenant ou d’étonnant quand on connaît les méthodes de ce syndicat qui ne vise que l’amélioration des conditions des pilotes coûte que coûte quitte à écraser, mépriser et piétiner les autres corporations, parfois même leurs propres confrères. Prenez le temps de discuter avec des pilotes « historiques » Transavia, vous serez rapidement fixé. Il fut donc décidé d’un commun accord entre les directions de Transavia, d’Air France et du SNPL de rapatrier en catimini ce commandant de bord au sein d’Air France en lui offrant au passage une jolie promotion. Il a quitté Air France en qualité de co -pilote, afin de rejoindre Transavia, ilyretourne enqualité de commandant de bord A320. Et les filles qui ont très mal vécu cette mascarade ? Et bien la direction de Transavia leur suggère tout simplement de se mettre en arrêt maladie si cela ne va pas mieux. Voilà comment sont traitées les victimes d’agressions sexuelles chez Transavia. Nous, Pnc de Transavia, trouvons cela honteux et inadmissible et ne laisserons pas cela se passer dans l’indifférence totale.
IV. Des pertes financières pour Transavia dues à l’incompétence de certains Durant toute la période de la saison été 2019, c’est-à-dire sur plusieurs mois, de nombreux vols seront affrétés, retardés ou tout simplement annulés quotidiennement, cela étant dû à une erreur de dimensionnement de la population Pnt. Le Directeur des Opérations Aériennes, Le Directeur Adjoint des Opérations Aériennes ainsique Le Responsable Adjoint Production Pn sont une fois de plus directement responsables de ce monumental loupé dans le dimensionnement des effectifs de Transavia France. Cela est déjà arrivé par le passé à plusieurs reprises concernant la population Pnc et aujourd’hui ces messieurs répètent de nouveau les mêmes erreurs qui ont coûté très cher à l’entreprise ces dernières années. Malgré cela, ils ont toujours le soutien total de la direction de Transavia. A croireque sous la sainte chapelle du copinage, vous ne trouverezpas seulement du mépris social et de l’incompétence mais aussi de la solidarité… quand il faut se verser des bonus ! Car à chaque fin d’année, ces messieurs touchent leurs primes sur objectif quand grâce à eux les comptes de l’entreprise sont plombés et que tous les salariés de Transavia se voient amputés ou carrément privés de primes d’intéressement et de participation. Rien que sur le mois de juillet 2019, grâce à ces Messieurs et notre direction : 54 vols ont été annulés, 76 vols ont été affrétés, 75 vols ont eu au moins 3 heures de retard, abaissant aupassage à 65% la ponctualité des vols Transavia (57% pour les vols au départ d’Orly) et augmentant ainsi considérablement le mécontentent de nos clients. Une fois de plus, nous avons décidé de ne plus laisser faire, nous souhaitons des gens compétents à cespostes clés afin d’en finir avec cespratiques nuisiblespour Transavia. Autre conséquence, les déboires de nos collègues Pncqui se retrouvent malgré eux en représentation commerciale sur des compagnies inconnues dont certaines d’Europe de l’est. Ces compagnies « exotiques » pouvant mettre en danger la sécurité de nos collègues et renforcer le mécontentementgrandissant de nos clients croyantjusqu’au dernier moment voyager sur les avions de la flotte de Transavia France. Nos cadres dirigeants portent ce devoir d’exemplarité, ils ne peuvent se prévaloir d’unequelconque immunité face à la faute ou l’incompéte nce professionnelle. Comme tous les salariés de l’entreprise, ils ne peuvent plus être exempts de leurs erreurs :STOP À L’IMPUNITÉ !
V. La direction de Transavia nous ignore et nous méprise depuis trop longtemps maintenant Nous avons à plusieurs reprises tenté d’échanger avec notre direction, mais tous les points que nous souhaitions aborder en réunion de négociation, tous les points que nous souhaitons ajouter à l’ordre du jour des CSE, trouvent systématiquement une fin de non recevoir. Nous sommes aujourd’hui devant le fait accompli, M. Smith, la direction de Transavia ne souhaite pas de nous mais,nous avons été élus largement par les salariés de Transavia lors des dernières élections et avecplus de 83% chez les Pnc et 55% sur l’ensemble de l’entreprise, nous sommes de ce fait incontournables. Ils ne l’ont jamais accepté alors même que nous sommes en démocratie et non en dictature, le choix des urnes a parlé en juin 2018. Aujourd’hui, août 2019, nous vous exprimons massivementnotre dégoût et notre écœurement. VI. Les tropnombreux manquements à nos accords, le non respect de nos fonctions et la précarité des contrats de nos collègues Pnc Le non respect strict et catégorique de nos accords Pncpar La direction de Transavia n’est plus tolérable. Nous nous sommes engagés à respecter tous les accords que nous avons signés avec notre direction et c’est ce que nous faisons chaque jour au sein de Transavia France. Il est inacceptableque la direction se comporte de la sorte en bafouant chaque jour un peu plus nos accords. Il vous suffit de sonder les Pnc de Transavia et vous serez également rapidement fixé. De plus, depuis un certain temps maintenant, notre DPNC (Direction de Pnc) mène une politique plus que dévastatrice pour la motivation des Pnc. Notre organisation syndicale n’est jamais consultée et ce peu importe le « sujet Pnc », alors même que nous sommes la seule organisation représentative chez le Pnc de Transavia. Nous constatons également au travers de ces décisions, une dévalorisation de nos fonctions et une précarité grandissante au sein de la population Pnc de Transavia par le biais d’utilisation abusive d’intérimaires et de contrat CARF(Pnc en renfort !). Certains Pnc se voient même attribuer des contrats intérimaires de plusieurs mois avec une entreprise spécialisée dans l’intérim alors qu’ils auraient tout simplement pu prétendre à un contrat en direct avec Transavia. Nous ne sommes pas du tout en phase avec ce type de management et nous continuerons à nous y opposer.
Ce àquoi nousprétendons aujourd’hui et cepourquoi nous nous battrons dès demain : Participer, de manière active, à toutes les discussions et négociations concernant le développement de Transavia, La mise en place d’un contrat unique pour tous les Pnc au sein du groupe Air France, Le respect strict de nos accords collectifs Pnc dans leurglobalité, Le respect de notre organisation syndicale et des différentes instances au sein de Transavia, Une direction compétente. Pour votre parfaite information, ce courrier, sera transmis à l’ensemble des salariés de Transavia et du groupe et a vocation à être développé auprès de la presse et sera accompagné d’un préavis de grève qui sera reconduit tant que nécessaire. Comme d’habitude, la direction de Transavia va tenter de minimiser les faits et de nous discréditer au maximum, mais nous n’en avons que faire. Notre rôle premier est de défendre les intérêts des Pnc et des salariés Transavia dans son ensemble et cela sans relâche, et chaque personne qui a pu où qui pourrait être victime d’injustice. C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire durant toutes ces années et c’est ce que nous continuerons de faire. Notre détermination nous a déjà permis de rétablir des décisions injustes et arbitraires prisespar notre DPNC et notre direction. Aujourd’hui,plus rien ne serapossible avec cette direction, tellement leur mépris à notre égard est grand. TOUS LES MOYENS QUE VOUS POURRIEZ QUALIFIER DE RAISONNABLES ONT DEPUIS BIEN LONGTEMPS ÉTÉ ÉPUISÉS. Notre direction est seule responsable de ce mouvement social et des perturbations à venir. Troplongtemps,le Pnc et lepersonnel sol ont été méprisés et sous-estimés. Sachez que seules vos actions à venir seront importantes et déterminantes pour nous. Le bras de fer a démarré et cessera uniquement le jour où de vrais dirigeants seront à même de rétablir les conditions propices à un dialogue social et ce dans l’intérêt de nos mandantsqui représentent 55% des salariés de Transavia France. La CGT Transavia France