Priorité au dynamisme économique de Paris : Nos paris pour Paris
121 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Priorité au dynamisme économique de Paris : Nos paris pour Paris

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
121 pages
Français

Description

Communication de Monsieur Bernard IRION, Madame Cécile ANDRE-LERUSTE et Monsieur
Patrice BERGEN à l’Assemblée Générale de la CCI Paris du 13 décembre 2013, au nom de la
Commission « Développement Economique »
Etat des lieux de l’économie parisienne
Paris possède de nombreux atouts, tels qu’une densité commerciale exceptionnelle (plus de 61 000 commerces) et des secteurs clés comme l’économie numérique (22 400 établissements et 100 000 emplois) et la filière création-mode-design (22 300 établissements et 62 500 emplois). Son patrimoine architectural et culturel exceptionnel attire chaque année 29 millions de touristes.
Paris regroupe également la moitié des entreprises du CAC 40. Elle représente 1,8 million d’emplois, avec une concentration d’emplois très qualifiés parmi les plus élevées au monde.
Néanmoins, la capitale pâtit d’un parc de logements insuffisant, du coût élevé du foncier pour les TPE-PME, de contraintes administratives et fiscales encore lourdes, d’une place financière en recul, de structures d’accueil insuffisantes pour répondre à une demande touristique croissante, et de réseaux de transport, certes denses, mais proches de la saturation, et de conditions de circulation et de livraisons difficiles.
Quel avenir pour Paris ?
Le dynamisme économique parisien apparaît en retrait, comparé à celui d’autres métropoles comme Barcelone, Londres, Hong Kong ou encore Tokyo. En conséquence, « Paris a la nécessité absolue de trouver un nouveau souffle pour rester dans la compétition que se livrent les mégapoles du monde » souligne Bernard Irion, vice-président de la CCI Paris.
Imaginant l’avenir de Paris, la CCI Paris privilégie un scénario intitulé Paris ville «nouvelle frontière». Il se caractérise par la recherche d’un développement économique équilibré intéressant l’ensemble de la métropole parisienne, dont Paris constitue le cœur vivant et dynamique.
Mobilisation en faveur du dynamisme économique de Paris
Afin de relancer le dynamisme économique de la capitale, la CCI Paris identifie un vaste ensemble de mesures à mettre en œuvre et propose aux décideurs ses 5 paris pour Paris : le pari des entreprises, le pari de la diversité du logement et des commerces, le pari du tourisme et de la création, le pari du numérique, le pari du Grand Paris et de l’international.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 février 2014
Nombre de lectures 56
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

PRIORITE AU DYNAMISME ECONOMIQUE DE PARIS Nosparispour Paris Communication de Monsieur Bernard IRION, Madame Cécile ANDRE-LERUSTE et Monsieur Patrice BERGEN à l’Assemblée Générale de la CCI Paris du 13 décembre 2013, au nom de la Commission « Développement Economique »
Cette étude a été réalisée par la commission « Développement économique » de la CCI Paris, installée en mai 2013 et présidée par Bernard IRION. La commission est composée de Cécile ANDRÉ-LERUSTE (vice-présidente), Patrice BERGEN (vice-président), Gérald BARBIER, Marcel BÉNEZET, Gilles CAMBOURNAC, Dominique DAMON, Jean-Michel DELISLE, Arnould d’HAUTEFEUILLE, Léon-Bernard KREPPER, Jacques MABILLE, Olivier MELLERIO, Dominique RESTINO et Nelly RODI, tous chefs d’entreprises et membres élus ou associés de la CCI Paris
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 2
SOMMAIRE INTRODUCTION A / UNE DYNAMIQUE, DES CONTRASTES, DES INQUIETUDESp 7 Quel état des lieux de l’économie parisienne ? A-1 / Une population qui croit, des emplois en légère baisse et de plus en plusp 8 qualifiés, des disparités qui perdurent A-2 / Un tissu d’entreprises plutôt jeunes, « internationalisées », souventp 16 innovantes, majoritairement ou de petite taille ou de très grande taille l’innovation présente àsp 25 A-3 / Toute la chaîne dePari A-4 / L’affirmation de quatre grands ensembles d’activité, « ADN » de l’économiep 28 parisienne : fonctions métropolitaines, économie numérique, économie locale et touristique, industries culturelles et créatives A-5 / Une pénurie de logements, un parc de bureaux diversifié et des zonesp 42 d’aménagements qui couvrent 10% du territoire A-6 / Des difficultés de circulation, de stationnement et de livraisons quip 46 « impactent» l’activité de Paris A-7 / Le rôle moteur de Paris dans le rayonnement international de la métropolep 47 B / UN NOUVEL HORIZON POUR PARISp 51 Quelle vision de l’économie parisienne ? B-1 /La matrice « Atouts, faiblesses, opportunités, menaces » pourp 52 Paris B-2 / Trois scénarios d’évolution de l’économie parisiennep 53
C /NOS Pari(s) POUR PARIS Quelle mobilisation en faveur du dynamisme économique de Paris ? C-1 / Le Pari(s) des entreprises C-2 / Le Pari(s) de la diversité du logement et des commerces
C-3 / Le Pari(s) du tourisme et de la création C-4 / Le Pari(s) du numérique C-5 / Le Pari(s) du Grand Paris et de l’international CONCLUSIONTABLEAU SYNTHETIQUE DES PROPOSITIONSREMERCIEMENTS ANNEXES
p 55
p 56 p 64 p 68 p 72 p 75 p 79 p 81 P 97 p 99
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 3
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 4
Paris possède de nombreuxatouts.
INTRODUCTION
Capitale de la France, elle est aussi le cœur d’une grande métropole mondiale, l’une des deux plus grandes d’Europe, avec Londres. Or aujourd’hui, les métropoles jouent un rôle primordial dans la dynamique économique. Ce sont elles qui structurent l’économie.
C’est aussi un territoire très productif où les revenus d’activité prédominent, ce qui, dans un contexte de contrainte forte et durable des budgets publics et sociaux, rend Paris (et sa région) moins dépendantque d’autres territoires des transferts de revenu.
Paris montre d’ailleurs une forte résilience : l’activité y est moins déprimée, le chômage un peu moins élevé, les créations et les nouvelles implantations d’entreprises plus nombreuses que dans de nombreux autres territoires français.
Cette situation apparemment favorable doit beaucoup aux atouts intrinsèques de Paris et de la région parisienne : un patrimoine architectural et culturel exceptio parmi les plus élevées au monde d’emplois très qualifiés, de sièges d’entreprises créatrices de forte valeur ajoutée et d’activités emblématiques d’une grande capitale, dont celles liées aux secteurs du luxe et du tourisme.
Il apparait cependant que le dynamisme économique parisien est en retrait,comparé à celui de certaines autres métropoles concurrentes, comme Barcelone ou Londres et plus encore relativement aux villes asiatiques (Hong Kong, Singapour, Tokyo, Shanghai…). Le défi pour Paris est de réussir à renouveler la « rente » dont elle profite encore aujourd’hui du fait d ème cumulé depuis la fin du 19siècle (expositions universelles, importants réseaux viaire, d’assainissement, d’eau, de transport…). Il lui faut créer de nouvelles valeurs et devenir une capitale numérique, une «smart city»- ce qu’elle a commencé à faire- en devant veiller néanmoins à ne pas se faire distancer par d’autres. Or, l’on estime que 30% de la croissance de l’économie française de demain viendra du numérique : c’est dire l’importance de l’enjeu. Le dynamisme encore insuffisant de Paris est un handicap pour la métropole et la région auquel le projet du Grand Paris - qui est venu heureusement corriger les orientations peu propices à la croissance économique du projet de SDRIF de 2008 - apportera une réponse partielle. La dimension métropolitaine – le Grand Paris -est, en effet, essentielle pour retrouver le chemin de la croissance, mais le rôle de Paris dans cette ambition ne l’est pas moins. Comment articuler au mieux le développement du cœur de la métropole, où le foncier est rare – et donc cher – avec le développement des autres territoires de la métropole? Comment favoriser les synergies entre les territoires? Quel doit être le positionnement spécifique de Paris« intra-muros »? Paris ne doit-il pas d’abord compter sur ses propres forces pour renforcer son dynamisme économique, lequel se diffusera au sein de la métropole et de la région tout entière et fera que les investissements considérables en infrastructures du Grand Paris auront les effets escomptés de catalyseurs de croissance? Voilà quelques-unes des questions auxquelles cette étude tente d’apporter des réponses.
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 5
Les entreprises parisiennes, acteurs directs du développement économique de la capitale, se heurtent à des obstacles divers qui constituent autant de freins à leur expansion. Sont en cause de multiples facteurs parmi lesquels la contrainte foncière et le montant des loyers, les difficultés qu’éprouvent les salariés à se loger dans Paris ou à proximité, l’insécurité croissante pesant particulièrement sur les commerces, la dégradation des conditions de déplacement dans la capitale, les difficultés logistiques croissantes (stationnement, livraisons…), la lourdeur des charges et des impôts. Le secteur du tourisme, particulièrement porteur, est certes en croissance mais pâtit du plafonnement de la durée des séjours des visiteurs. L’amélioration de l’accueil, de l’insuffisante propreté souvent dénoncée de la capitale, ou encore des problèmes de sécurité qui ont pu se poser depuis quelques années, pourrait encourager les touristes à séjourner plus longtemps. L’organisation de la circulation et du stationnement des autocars de tourisme est également perfectible. De manière plus générale, la CCI Paris pense que le renforcement du dynamisme économique parisien – et, ce faisant de l’emploi, de la qualité de la vie et de l’attractivité de la capitale – , passe, d’une part, par une meilleure prise en compte des besoins et du point de vue des entreprises par les pouvoirs publics, en premier lieu par la Ville de Paris et, d’autre part, par une politique d’appui plus ambitieuse, ciblée notamment sur les PME-TPE, à laquelle notre compagnie consulaire est prête à apporter ses compétences, ses moyens et son engagement. En tout état de cause, la stratégie économique pour Paris, soutenue par le CCI Paris dans 1 cette étude, s’inscrit en cohérence avec les objectifs économiquesdu Grand Paris auxquels la CCI Paris Ile-de-France apporte son plein soutien.
1 La CCI Paris Ile-de-France soutient pleinement l’objectif du projet du Grand Paris de placer la région-capitale sur un sentier de 3,5 à 4% de croissance par an d’ici 2030, de créer dans les 20 ans à venir 40 à 50 000 emplois par an en moyenne et de construire 70 000 logements par an (SGP 2010 « le dossier du maître d’ouvrage. Le réseau de transport public du Grand Paris »).A titre de comparaison, le GrandLondres prévoit la création de plus de 38 000 emplois supplémentaires par an d’ici 20 ans (« London Plan, spatial developmentstrategy for Greater London » Mayor of London 2011).
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 6
A / UNE DYNAMIQUE, DES CONTRASTES, DES INQUIETUDES Quel état des lieux de l’économie parisienne ?
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 7
A-1 / Une population qui croit, des emplois en légère baisse mais de plus en plus qualifiés, des disparités qui perdurent
er 2 Paris compte, au 1janvier 2010, 2,24 millions d’habitants sur 105 kmet affiche en conséquence 2 une densité de population particulièrement élevée (21 370 habitants au km ), soit plus du double 2 2 de celle de l’Inner London(9 600 habitants au km ).
La population parisienne continue à être caractérisée par une forte proportion de jeunes adultes Les 20-35 ans sont nettement surreprésentés à Paris sous l’effet essentiel d’un échange migratoire caractéristique d’un centre métropolitain. Les arrivants sont plutôt des jeunes actifs diplômés, ou en voie de l’être, pour étudier ou débuter leur carrière et les partants des ménages actifs avec enfants souvent issus des classes moyennes, ou encore des retraités. Part des jeunes âgés de 20 à 35 ans 29,0% 27,0% 25,0% 23,0% 21,0% 19,0% 17,0% 1999 2006 2007 2008 2009 Paris Ilede FranceFranceSource : Insee-Recensement
2 Périmètre comparable à Paris intra muros comprenant les 7 boroughs centraux (City of London, Westminster, Camden, Islinton, Hackney, Tower Hamlets, Kensington et Chelsea)
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 8
La hausse du taux de chômage ces 5 dernières années a été à Paris moins importante que sur le reste du territoire Le taux de chômage parisien se situedu taux national depuis début 2008 avec un écart qui se creuse depuis et se situe, depuis 2012, en dessous du taux régional. Evolution du taux de chômage à Paris, en Ile-de-france et en France e n % del a population active, s éries ré visées et corri gées des va riations saisonnières 10,5 11,0 % 10,0 9,1% 9,0 8,9% 8,0 7,0 6,0 5,0 4,0
Paris Ile-de-France Francemétropolitaine Source : Insee Le niveau de vie moyen élevé des ménages parisiens cache des profils socio-économiques contrastés Le revenu médian parisien est 1,15 fois supérieur à celui de l’ensemble des franciliens et 1,34 supérieur à celui des français. L’écart s’explique par un nombrhautement qualifiés et des revenus mobiliers plus fréquents et plus élevés. Il a, de plus, davantage progressé, entre 2001 et 2010, à Paris qu’en Ile-de-France (+25% contre +22%). Mais Paris présente des disparités entre l’Est et l’Ouest qui se prolongent d’ailleurs au-delà du 3 périphérique. Les revenus médians des ménages (par unité de consommation ) habitant les ème ème èmeème 6 ,7 ,8 et16 arrondissementsatteignent des niveaux très élevés tandis que ceux des ème ème èmeème 10 ,18 ,19 et20 sontparticulièrement bas. Les disparités ont, par ailleurs, eu tendance à se renforcer entre 2006 et 2010.
Cartographie APUR 3 Unité de consommation : permet de comparer les niveaux de vie des ménages de taille et de composition différente (1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de plus de 14 ans et 0,3 UC pour les personnes de moins de 14 ans).
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 9
ème ème Les demandeurs d’emploi sont de même inégalement « répartis » dans Paris. Les 10, 11, ème èmeème 18 ,19 et2 accueillentprès de 50% des demandeurs d’emploi. ème èmeème Les 18, 19et 20en regroupent à eux seuls 34%.
Le nombre de bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) a progressé à Paris en 2012 par rapport à 2011, mais de façon moins soutenue que dans le reste de l’Ile-de-France. 76 232foyers parisiens ont bénéficié du RSA à Paris, soit 21% des bénéficiaires en Ile-de-France. Le nombre de bénéficiaires a progressé de 1,7% à Paris alors que la hausse a été de 5,1% sur l’ensemble de l’Ile-de-France. Paris emploie 68% de sa population résidente et reste aussi un pôle d’emploi pour les actifs franciliens Les Parisiens sont nettement plus nombreux à travailler dans Paris (734420) qu’en dehors. En revanche, si 734420 actifs travaillent et habitent ainsi Paris, un peu plus de 1 million y travaille sans y habiter.
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 10
Paris connait depuis 10 ans une croissance de sa population et une très légère baisse de ses emplois
Paris a retrouvé une croissance démographique entre 1999 et 2010 (+0,5% en moyenne annuelle) sous l’effet d’un solde naturel positif (+0,8%). La capitale accuse encore, en revanche, un déficit migratoire (-0,3% dû au solde entrées-sorties), néanmoins moins soutenu que sur la période 1990-1999 (-0,7%).
Evolution de la population à Paris variations annuelles moyennes 1,0% 0,8% 0,6% 0,4% 0,2% 0,0% évolution globaledue au solde natureldue aux entrées sorties -0,2% -0,4% -0,6% -0,8% Source : Insee-recensement 1990 à 19991999 à 2010 Le retour à l’augmentation du nombre de résidents constaté entre 2001 et 2006 s’est renforcé. La hausse moyenne est passée de 0,4% entre 2001 et 2006 à 0,7% entre 2006 et 2011. La croissance annuelle moyenne a par ailleurs été plus importante à Paris sur cette dernière période que sur l’ensemble Paris-petite couronne (+0,6%) ainsi que sur l’ensemble de l’Ile-de-France (+0,5%). Du côté de l’emploi, un retournement de tendance est observé. L’emploi a progressé de 0,2% en moyenne annuelle entre 2006 et 2011 après une baisse de 0,4% entre 2001 et 2006. La courbe de l’emploi, dépendant de la conjoncture, est ainsi plus fluctuante que celle de la population.
Evolution de la population et des emplois à Paris 2 300 0002 256 239 2 200 000 2 100 000 2 000 000 1 882 968 1 900 000 1 800 000 1 700 000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Source : Insee emplois salariés et non salariéspopulation Paris affiche le tai (ratio des emplois au lieu de travail sur le nombre d’actifs résidants dans ce même lieu) le plus élevé d’Ile-de-France (1,47). Ce ratio illustre la forte attractivité en termes d’emplois de la capitale. Mais cette forte concentration des emplois, plus importante encore que celle des actifs, entraîne de nombreux déplacements domicile-travail.
CCI Paris « Priorité au dynamisme économique de Paris- Nosparispour Paris» février 2014 - Page 11
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents