Projet de loi de finances 2013: Ministère de l

Projet de loi de finances 2013: Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie

Documents
15 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La Conférence environnementale a fixé le cap de
la transition écologique voulue par le Président de la
République et le Gouvernement.Dans un contexte de
redressement des finances publiques, le projet de loi
de finances pour 2013 atteste de la priorité accordée
aux politiques du développement durable au seuil de
cette nouvelle législature.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 mars 2013
Nombre de lectures 85
Langue Français
Signaler un problème
 de 
Pr  f o i j n e a t nc l e o s i de
Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie
www.developpement-durable.gouv.fr
mmSooinevtnPériaer4Pauesrisqdesbteuae,segasyne8Ééitrsvediio21sucéSétirteierg0T1nsrartpose,pcêeh,qaauaffairesmaritimiteehcoitavonneurltcuerchRe16ofmr,ninégtaoiMétén18ogieorolquhi22etoarapgreucteargoqihpernationeetintrupoeénncAitnoe25sifctfeefteeigétartS42elaninaecsedfroédaccealdeetériiopr102ruoptsetta3ER
aux politiques du développement durable au seuil de cette nouvelle législature. Amorcer et réussir la transition énergétique, reconquérir et préserver la biodiversité, mieux prendre en compte les enjeux de santé environne-ment sont autant d’orientations qui trouvent leur concrétisation dans ce projet de loi de finances. Les comportements sobres en carbone seront encouragés par un dispositif de bonus-malus automobile plus exigeant. L’amélioration de la qualité de l’air verra ses moyens budgétaires renforcés et l’effort consenti en faveur des politiques de l’eau et de la biodiversité sera préservé. La réforme de la TGAP sur les polluants atmosphériques constituera le premier volet d’une réforme fiscale environnementale dont la feuille de route est désormais actée et à laquelle une instance spécifique de concertation sera dédiée. Tout en contribuant à l’effort collectif d’amélioration des comptes publics, le grand ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie préserve et conforte, sur toute la durée du budget trien-nal 2013-2015, sa capacité d’intervention au bénéfice des Français. La qualité des infrastructures et le développement de la mobilité durable sont au cœur d’une politique des transports tournée vers l’amélioration des services publics du quotidien. La transparence de l’information et le renforcement de la protection des citoyens face aux risques techno-logiques ou naturels guideront mon action. Je sais, aux côtés de Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, pouvoir compter sur l’engagement des équipes du ministère et de ses opérateurs pour réussir la transition écologique. Delphine Batho Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
La Conférence environnementale a fixé le cap de la transition écologique voulue par le Président de la République et le Gouvernement. Dans un contexte de redressement des finances publiques, le projet de loi
Zoom sur le budget du ministère Crédits de paiement en millions d’euros 2013 2012 2013/2012 en % Ėcologie 2 487 2 251 10 % Paysages, eau et biodiversité 279 279 0 % Prévention des risques (hors ADEME) 400 393 2 % Crédits du budget général (hors ADEME) 216 228 - 5 % Fonds de prévention des risques naturels majeurs 184 165 12 % Énergie et climat 940 709 33 %  Crédits du budget général (hors ANDM) 159 98 63 % Aides à l’aquisition de véhiules propres 404 234 72 % Aides au olletivités pour l’életriiation rurale 377 377 0 % Météorologie 216 207 4 %
Ient coarrmtoagtiroan hgiéqougerahique  96 96 0 % ADEME 556 567 - 2 % Transports et mer 8 120 7 824 4 % Inrastructures et services de transort (hors AI) 3 374 3 178 6 % AI 2 200 2 118 4 % rains d’équilibre du territoire 325 280 16 % Aviation civile 2 027 2 045 - 1 % Mer 194 203 - 5 % Recherche 1 352 1 322 2 % rédits du budget général (hors ADEME) 1 352 1 322 2 % Investissements d’avenir consacrés à la recherche dans le déveloement durable   Mds€ Soutien 2 587 2 763 - 6 % Déenses de ersonnel 2 235 2 412 - 7 % Déenses de onctionnement 352 351 0 % Régimes sociaux et de retraites 5 553 5 519 1 % égime social des marins 840 856 - 2 % égimes sociau des transorts terrestres 4 184 4 080 3 % Mines (ADM) 528 582 - 9 % Total ministère 20 099 19 679 2 %
GDUBDTEIMUTSINFINANCES2013|OREJTEDLIODE'É ldet 3Piergned tnemepe elbaru, duogieelop Déverd siètcÉlo e'lniM
ent, le ministèrd  elneivornnme detlae ua qtéli sedupopital snoatre, quenta orib dus no0231eg ttru  ae,des eravarttem ervuœ ne aravxul etd set s la suiire, danun éaélcs alterûesrtz :ontifos cneiifanne sm yo les viaima,kushuF ed ehportsata clas rèaps céanT tuo dcevier saue as noitcetorp al ent suivaoursen pedb no ssiissem  eI)AP(Pis mlat noni sed snoitadecti dirur lve sœ vu ene ealerd lazes gonties di sednonoita; snobjectif daugmd céehst ,adsnl sirolav al te eglaycec rler teenoconséé vitiatces dourcn, satioif scnanuos neitecaves dqumi, esnievtssie  tel s lADEMEiers via tuhsre  sedamniutor lAde sité un éterû eriaélcet) SN(AInle  dtstitud  earidporotection et sûr ételcunriaéI( eN)RSz ; plaverésques rin dentiono ,aditnino s'dat nanple  lecavnoisrembus lanois, lapps rapideejstp orleà p oracdontiamgrs metnev noied sérp  antles,entannemivor sneiléténag ies lrentcoe ttul ,ecnallievruss de bio, actionnoenemtnéte vnrialonan sn latina; tnpz noriemenalsnsep tagés rte en misre d œuvnetrop sal rus ts Les eltériioprser siuqsen taru. Prévention   deuqsmé segre)stnipicioatden ris ed tnemellevuoneioaticifanpla  lp ord segreié alun r et eursductrèild seed tif sbisatéliree onspdvaneriesemtn sforcemen, le ren derliu- dles ans eniamovne étna envencenemeiron,ee tnlatrci napieoratntnsioss i seul edoC aréfnn territoriale ;zel sonvuleel sbj'otiecatndnLiod seonir seuqsimages li les domr déiuer fse tedy   M,812. esiratiroirp seriotion dentirév.a rcsénoastnc esorutlu lerl tevne'e  ltrpaoiim cne10,0l sec noésq-ironnement. En 2 ruop snétnas al iux aésioatndnoé ocivétuq,eonimaine humacti, l' aocnniane tedl t de lissance e ,nosniarofnitamlr abélqui sue  euaiéms ss(qieucavies, tillx Anseniarretuos sétempplovedée  l), sont approuvés ua1 rej naivre2 2)01n  es leblci tna rus sedrretion oratplandes p ér sedoi nevtnsqris detunas ue 9( slerNRPP 000des risqgestion noaditnoeu s'dniteone  dlaa ef reuqi ed p altiloe deœuvr en mise euetcviiderl  ales an déeagng e al ed etxetnoc  tnue pmol ius rtrois sont en zoénre : sh nutibat anr suatqu ere eocsnc et ,tnxeat plÉtuivroursnetop enemelleitndno intDa. leabir seuqslanoed ee irtinalirénamiauitnop .s'Lvélavénement à ces écnoc xuejne sel réffhi c a1220t liel nujeée builon pdatiinons d's deuecrdas  lnsnyX iht-p ,a siues de la tempêteeucnsed aramituqtorier tcefae irsiorc étud etnas vulé labilinéra,ro  eaVnorttnm s uesqris lee iramuh eiv al ruop sec lesdansine sud  slp seletru Cx.ple -ganeuer etratonc naopmoélaboratmment l'lpna sedoi ned s sel tneitcellocvos tévireaintlo elp.sL buemnas ns rrsioes, apidétodud ub ntegde  d0 50 sM lur aépirdo e02112-016, vise à rédud naenarcéilesd gie ratée stCettàjéd semmargorp tsenérffdis les uqle slre sel-s, à trav engagéss teituoiroi sétsee prs atÉtix f, pationélabr l'eénnorp-noad enie gitéraalontina noitarots al ed risques d'inond eedg seitnod seêtrr eée20n . 13oitauq nes ia ars aude esatitori'dneno semtnageges lirens reut aan snalp xuanoit plan, tout en cnoitunna t àostumele mntilobé isruopnif ecnaec ralgrété a é itnocipaprinera i, s el tnod ,)MNRPFenrvteind'p amchqseu san ned sirajeurs (turels mL .lof etil arotveréionts nd pdenemmatonel rus t-tro pde, ontiecdyarseh eu sluqic de parvrags oual ecés tiruud éreu ornfmece dnta-cécélaritnod nes, ainsi que lrimas onsierbmsu sel rap seénrec conplusles nes moumsec rul  )opi ic1320esird' (oirpatirPP(  )NRnaturelsrisques oi ned sp érevtnt enemai antso à sétcergorp ec en amme  2013ed ris sa séuotu ssoileus tevee42, 3M uat its de p de crédem ,seuqsir sed s reièncos resuemtnâitel sus rxposus es pls leua xnievtssiesemncrète soutien  serr edcudénoits ntppsumeléaintelrud  eoraa ppaccéune tionléra ne esimoc ervuœt  eontir eu ldeques tec des risvéneitnosnd  erp 2en3 01rrvet on seu iuqlonqigo0,4 à 33ent élèv esarmmrpgod  ula pux aéscrsaonc M 321 tnod Mrep adgntneééresr les paincis prxuap ntmon u,3 ed leunna tna6 M.mepe dntév Dopeleigoud ,'l elocÉistère dsquesMin ed sirvéneitnoIONTVERÉ P |1320 SECNANIF ED IOL DE OJETiePRnergl É' tedele ruba
maîtres d’ouvrage. Cette action complète les inspections périodiques des ouvrages e lan national cavités les plus grands et le suivi des études et des L'année 2012 a vu la consultation du plan travaux engagés par les responsables des national pour la prévention des risques ouvrages sur lesquels des insuffisances liés aux effondrements de cavités souter-ou des évolutions défavorables ont été raines. Ce plan, dont la gouvernance est constatées. 1,2 M€ y seront consacrés. partagée avec les collectivités territoriales, décline 13 actions autour de quatre axes réduction des risques naturels, dont le plan a olitique de révention principaux : recherche et développement, séisme Antilles. du risque sismique information, aménagement du territoire, Par ailleurs, la mise en œuvre de la directive Le programme national de prévention accompagnement des services de l'État. inondation permettra en 2013 de mettre du risque sismique, décidé en 2004, s’est D'un montant d'environ 600 000 €, il est l'accent sur les principaux territoires concen- achevé fin 2010. Trois orientations guident prévu sur une durée de 36 mois. trant le plus d'enjeux en zone inondable, dorénavant la prévention du risque sis-avec une phase de diagnostic approfondi mique : la création d’une gouvernance e onds de révention par les services de l’État. assise sur trois échelles (nationale, régionale des risques naturels maeurs Enfin, l'État poursuivra sa participation aux et intercommunale), la mobilisation des Prélevé sur les ressources du dispositif d’in-opérations réalisées par les collectivités collectivités territoriales et le développe- demnisation des catastrophes naturelles, locales dans le cadre des programmes ment des pratiques parasismiques par les le fonds de prévention des risques naturels d’action pour la prévention des inondations professionnels de la construction. 1,3 M€ majeurs (FPRNM) est la principale source de (PAPI) et des plans grands fleuves. Au total, y seront consacrés auxquels s’ajouteront financement de la prévention des risques 4,7 M€ de crédits budgétaires ainsi que des des crédits en provenance du fonds de naturels majeurs pour l’État. Il permet de crédits du fonds de prévention des risques prévention des risques naturels majeurs. financer toute une série de mesures de naturels majeurs y seront consacrés, après prévention : labellisation des nouveaux projets par la e lan séisme Antilles l  ’élaboration des plans de prévention des commission mixte inondations. Le plan séisme Antilles, lancé en 2007, risques naturels prévisibles (PPRN) ; se poursuit activement avec une forte l  ’information préventive ; a révision des crues mobilisation de tous les acteurs pour faire l  a délocalisation des habitations les plus L’année 2013 sera marquée par les pre- diminuer sensiblement la vulnérabilité des menacées et l’évacuation préventive ; mières études de développement d’un populations face au risque sismique. Outre l  es études, équipements et travaux de système d’alerte ruissellement et crues les actions de formation professionnelle, de prévention et de protection des collectivités soudaines qui contribuera à terme à la sensibilisation de la population, de prépa- territoriales dotées d’un PPRN, le traitement création d’un service d’avertissement des ration à la gestion de crise et d'améliora- des cavités souterraines ; communes. Météo-France et le ministère tion de la connaissance scientifique, des l  es travaux des particuliers imposés par du Développement durable renforceront le travaux ont été menés sur des bâtiments un PPRN ; réseau de radars et travaillent, par ailleurs, publics. Ainsi, 36 M€ de travaux ont déjà l  es mesures parasismiques aux Antilles ; à l'amélioration des prévisions de submer- été effectués sur les écoles primaires (dont l  es digues domaniales. sions marines. 12,5 M€ apportés par l'État) et 77 M€ sont Les ressources annuelles du fonds repré-programmés (dont 41 M€ de l'État) pour sentent environ 180 M€ ; elles seront affec-L'amélioration des outils et des méthodes les années à venir. Depuis 2010, le fonds tées en 2013 à la cartographie des risques de prévision sera poursuivie dans un objectif de prévention des risques naturels majeurs d'inondation, au renforcement des digues
d'utilisation et de production en temps réel (FPRNM) soutient aussi, dans le cadre de par l'ensemble des services de prévision ce plan, la remise à niveaux des centres des crues de l’information de vigilance sur de secours et le confortement des HLM. les crues (www.vigicrues.gouv.fr), grâce au développement de modèles de prévision a olitique de révention et d’outils de gestion, de traitement et de des risques en montagne publication des données de 2 e génération. Les risques naturels en montagne représen-23,3 M€ seront consacrés au domaine de tent un enjeu important. Mouvements de la prévision des inondations. terrains, chutes de pierres ou éboulements en masse, avalanches constituent autant a sécurité des barrages de sujets de préoccupation. L'ONF apporte et des digues sa compétence scientifique et technique Les services chargés du contrôle de la pour l'évaluation, le suivi et l'expertise des sécurité poursuivront en 2012, dans une phénomènes en montagne. Le récent nouvelle organisation concentrée à l’éche- contrat entre l'État et l'ONF prévoit une lon régional, l’évaluation des études de mission d'intérêt général sur ce thème pour
N DES RISQUES  5rP