Ségolène ROYAL
2 pages
Français

Ségolène ROYAL

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Un incontestable charisme, une personalité hors norme.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 09 septembre 2011
Nombre de lectures 216
Langue Français
Ségolène ROYAL
Marie-Ségolène Royal, est née en 1953, à Dakar, au Sénégal, alors Afrique Occidentale
Française, où son père, officier d’artillerie de marine, avait été affecté, avant un séjour en
Martinique.
Elle a 10 ans, lorsque la famille Royal s'installe dans le village de Charmes, dans les Vosges,
d’où elle est originaire, et où, quatrième d’une fratrie qui compte huit enfants, elle y fait ses
études primaires et secondaires, qu’elle terminera à
Epinal. Education provinciale de la
France de l’après guerre, stricte et religieuse, comme l’était celle des filles de sa condition,
avec un père autoritaire et une mère soumise, qui se rebellera.
Elle passera ainsi d’une France des campagnes encore patriarcale, patriote et religieuse, à une
France des idéologues, du multiculturalisme, du matérialisme débridé, puis de l’égalitarisme,
avec en toile de fond, la fulgurante révolution de la communication.
Elle aime à répéter qu’elle s’est construite, par opposition à ce qu’elle fut. Mais peut-on
vraiment échapper à ce que l’on a été ?
Double culture, double appartenance à la France de MAURRAS et à celle de JAURES.
Ségolène ROYAL eut l’intelligence de prendre, dans l’histoire comme dans son histoire
personnelle, pourtant par certains côtés douloureuse, le meilleur pour laisser le pire, là où
beaucoup d’autres auraient tout rejeté.
Femme sans complexe, courageuse et déterminée, mais en réalité femme triste, qui cache une
éternelle douleur derrière un sourire en forme de masque, derrière une indignation ironique
presque constante, femme secrète, fermée, qui ne se livre pas, inattendue, qui émerveille, puis
qui lasse et que l’on finit par fuir, femme solitaire, femme seule, vivant hors du monde, hors
des réseaux, hors de tout. Tournée sur elle-même, elle ne se préoccupe pas de son entourage
qu’il la serve ou non. A-t-elle des amis fidèles, le sait-elle elle-même, cherche-t-elle d’ailleurs
à en avoir ? Tous les responsables du parti socialiste, ou presque, sont venus à elle à un
moment ou à un autre, puis sont repartis, vers d’autres aventures, déçus, décontenancés,
amers pour certains, convaincus que le cri de« fraternité » n’était qu’un slogan de meeting.
Son indépendance d’esprit, qui pourrait être un atout, la confine à la froideur. Elle n’est pas
une femme de concession ni de compromis ; ce qui n’est pas une qualité quand on a le
pouvoir, mais qui est un défaut majeur quand on cherche à le conquérir.
Elle a un bon sens de l’improvisation, même si à trop improviser elle finit par sur-réagir. On a
l’impression qu’il manque chez cette femme politique un travail de fond pour la stabiliser et
lui donner des repères. Les sondages aidant, il semble qu’elle ne dispose plus de beaucoup
d’alliés au sein du parti socialiste. Il lui reste un électorat fidèle, qui apprécie chez elle une
certaine originalité pour ne pas dire excentricité.
Avec Ségolène ROYAL, on doit toujours s’attendre à tout : excuses aux chefs d’Etat africains
au nom de la France, show à l’américaine, genre prédicateur, promenade sur la muraille de
Chine avec néologisme fortuit, contre-pied par ci, contre-pied par là, dès que l’occasion se
présente. Elle sait, quand elle en éprouve la nécessité, assurer le spectacle. Elle sait aussi
s’installer dans un silence pesant comme ce fut le cas pendant quelques mois.
Son éducation, ses manières, ses accoutrements aujourd’hui abandonnés,
ravissaient un
François MITTERAND qui ne dissimulait pas un petit faible pour cette jeune femme à la voix
traînante, envoûtante ou énervante, d’un autre temps, d’un autre monde.
C’est cette vie, cette éducation qui fit d’elle à la fois la femme de gauche qui contestera les
structures de la société avant de les adopter, et la femme d’ordre, patriote, n’hésitant pas à
s’envelopper dans le drapeau français, parlant sécurité, proposant « naturellement » les
militaires pour l’éducation des jeunes délinquants, ce que quiconque à droite n’a jamais osé
faire, sous peine de se faire traiter de fasciste.
S’y ajoutera une volonté sans nulle autre pareille, une force de caractère indéniable et une
détermination sans borne, qui firent d’elle, une femme d’une dignité et d’une fierté qui vire
vite à la vanité, ambitieuse comme il va de soi, en fin de compte, toutes les qualités réunies
pour réussir.
Paris, les années 70, Sciences po, l’ENA, le PS… et tout qui s’accélère, les années 80, les
années 2000, de ministre de François MITTERAND, à qui elle offrira ses larmes au moment
de son départ de l’Elysée, jusqu’à sa sélection pour la phase finale de la présidentielle, seule
femme à être arrivée jusque là, après avoir battu et ringardisé FABIUS et STRAUSS KAHN,
et malgré un parti miné par les intrigues, les coups bas, les mauvais coups et les sales coups,
qui ne la soutint pas, pas plus que ses leaders trop affairés par leur propre destin.
Ecartée par les ultras du secrétariat général, dont elle a été la bête noire, toujours plus isolée,
plus délaissée par un parti et par une Martine AUBRY qui la laisse s’épuiser, sans même
chercher désormais à dissimuler son profond mépris, à cette femme dont elle estime qu’elle
n’a ni les manières ni la lignée ni même les codes pour vivre à la Cour de SOLFERINO. C’est
ainsi qu’elle lui signifiât, dans un dernier accès de goujaterie, comme les filles de grande
famille savent le faire pour rabrouer des domestiques qui les excèdent : « Elle est trop
impatiente la Ségolène ! »
Pour n’avoir existé que par elle-même, elle se trouve aujourd’hui trop isolée, trop méfiante
ainsi que la vie le lui a appris, trop dans l’adversité, et en même temps, trop sûre d’elle-même
et de son destin …
Les aventures politiques solitaires n’ont jamais prospérées, ce sera
sa dernière vanité
politique que de n’y avoir pas cru…Reste peut-être une dernière rebuffade, dont elle seule a le
secret. Les élections primaires lui en donneront sûrement l’opportunité. Mais cela suffira-t-il ?
Gpancrazi.over-blog.com/