Sondage Réforme fonction publique

Sondage Réforme fonction publique

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La réforme de la fonction publique Ğƚ ů͛ŝŵĂŐĞ ĚĞƐ ĨŽŶĐƚŝŽŶŶĂŝƌĞƐ > s ͛ D Z'K : h / Ϯ D / ϮϬϭϵ ϮϬ, Sondage réalisé avec pour Recueil Mét hodologie ŶƋƵġƚĞ ƌĠĂůŝƐĠĞ ĂƵƉƌğƐ Ě͛ƵŶ ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶ ĚĞ &ƌĂŶĕĂŝƐ ŝŶƚĞƌƌŽŐĠƐ ƉĂƌ ŝŶƚĞƌŶĞƚdu 30 avril au 2 mai 2019. Echantillon Echantillon de1 000 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus La représentativité deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession deů͛ŝŶƚĞƌǀŝĞǁĠaprès stratification par région et catégorie Ě͛ĂŐŐůŽŵĠƌĂƚŝŽŶ. WƌĠĐŝƐŝŽŶƐ ƐƵƌ ůĞƐ ŵĂƌŐĞƐ Ě͛ĞƌƌĞƵƌ Chaque sondage présente une incertitude statistique queů͛ŽŶappelle margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌ. Cette margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌsignifie que le résultat Ě͛ƵŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etĚ͛ĂƵƚƌĞde la valeur observée. La margeĚ͛ĞƌƌĞƵƌdépend de la taille deů͛ĠĐŚĂŶƚŝůůŽŶainsi que du pourcentage observé.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 02 mai 2019
Nombre de visites sur la page 32 434
Langue Français
Signaler un problème
La réforme de la fonction publique et l’iŵage des foŶĐtioŶŶaiƌes
LEVÉE D’EMBARGO JEUDI Ϯ MAI ϮϬϭ9 À ϮϬH
Sondage réalisé avec
pour
Recueil
Mét
hodologie
EŶƋuġte ƌĠalisĠe aupƌğs d’uŶ ĠĐhaŶtilloŶ de FƌaŶçais iŶteƌƌogĠs paƌ iŶteƌŶetdu 30 avril au 2 mai 2019.
Echantillon
Echantillon de1 000 Françaisreprésentatif de la population française âgée de 18 ans et plus
La représentativité del’ĠĐhaŶtilloŶest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession del’iŶteƌǀieǁĠaprès stratification par région et catégorie d’aggloŵĠƌatioŶ.
PƌĠĐisioŶs suƌ les ŵaƌges d’eƌƌeuƌ
Chaque sondage présente une incertitude statistique quel’oŶappelle marged’eƌƌeuƌ. Cette marged’eƌƌeuƌsignifie que le résultat d’uŶsondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part etd’autƌede la valeur observée. La marged’eƌƌeuƌdépend de la taille del’ĠĐhaŶtilloŶainsi que du pourcentage observé. Sile pouƌĐeŶtage oďseƌǀĠ est de … Taille de l’EĐhaŶtilloŶ5% ou 95% 10% ou 90% 20% ou 80% 30% ou 70% 40% ou 60% 50% 1004,4 6,0 10,08,0 9,2 9,8 2003,1 4,2 5,7 6,5 6,9 7,1 3004,6 5,3 5,7 5,82,5 3,5 4004,0 4,6 4,9 5,02,2 3,0 5001,9 2,7 3,6 4,1 4,4 4,5 6003,3 3,7 4,0 4,11,8 2,4 8002,8 3,2 3,5 3,51,5 2,5 9001,4 2,0 2,6 3,0 3,2 3,3 1 0001,4 1,8 2,5 2,8 3,0 3,1 2 0001,0 1,3 1,8 2,1 2,2 2,2 30001,4 1,6 1,8 1,80,8 1,1 Lecture du tableau:Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20% la marged’eƌƌeuƌest égale à 2,5% : le pourcentage réel est donc compris dansl’iŶteƌvalle[17,5 ; 22,5].
1. 2.
Gaël SLIMAN, Co-foŶdateuƌ et pƌĠsideŶt d’Odoxa
Les Français aiment leurs fonctionnaires : 65% de nos concitoyens ont une bonne opiniond’eudž Près de 6 Français sur 10 ne demandentd’ailleuƌspas une réduction du nombre de fonctionnaires privilégiant soit un statuquo (37%) soit, même une augmentation de leur nombre (21%) Les Français ont beau aimer les fonctionnaires, ils estiment tout de même quel’oŶne leur demande pas assezd’effoƌts(59% vs 41%) et semblent donc prêts à des réformes les concernant En conséquence, les principales réformes prévues dans la « loi fonction publique » sont soutenues par une majorité de Français : 52% sont favorables au recours accru aux contractuels, 67% pour la mise en place de la rémunération au mérite et 85% pourl’augŵeŶtatioŶ de la durée hebdomadaire de travail pour les fonctionnaires territoriaux faisant actuellement moins de 35h
Les principaux axes de la loi fonction publique sont soutenus par les Français
Les principaux enseignements
Les principaux enseignements :
3.
4.
Cette semaine, Véronique Reille-Soult de Dentsu Consulting note que les messages sur les fonctionnaires pointent principalement la contradiction entre la baisse des dépenses publiques et le maintien du nombre de postes. Les internautes font des différences entre les différentes catégories de fonctionnaires : le personnel administratif est souvent pointé du doigt (le gilet jaune Jean-François Barnaba, fonctionnaire territorial sans mission depuis 10 ans mais rémunéré, est la bête noire de nombred’eŶtƌeeux) tandis que le personnel hospitalier est plébiscité.
Synthèse détaillée du sondage (1/4)
1. Les Français aiment leurs fonctionnaires: ϲϱ% de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs oŶt uŶe ďoŶŶe opiŶioŶ d’eudž
Contrairement àl’idĠereçue et à ceƋu’eux-mêmes imaginent trop souvent, les fonctionnaires jouissentd’uŶebonne image dans notre pays : les deux-tiers des Français (65%) disent avoir une bonne opinion des fonctionnaires.
CeŶ’estpas une surprise,Đ’estlà un enseignement récurrent de notre baromètre des services publics mené chaque trimestre par Odoxa pour la Banque Française Mutualiste,l’Oďset France Inter.
Ainsi, en novembre dernier avecl’appellatioŶ« salariés du secteur public » plutôt que « fonctionnaires » nous parvenions exactement au même résultat : 67% de bonnes opinions àl’ĠpoƋue. Chose amusante, sur notre sondage, effectué « en miroir » auprès des salariés du secteur public, ceux-ci étaient une majorité às’iŵagiŶeƌêtre mal-aimés (seulement 46% pensaient que les Français les appréciaient).
Ils ont tort. Notre sondage le confirme une fois de plus.
Les Français aiment leurs fonctionnaires et cette affection est largement unanime, puisque toutes les catégories de la population sont une majorité à avoir une bonne opinion des fonctionnaires, même si la coted’aŵouƌculmine auprès des sympathisants de gauche avec 80% de bonnes opinions.
2. Prèsde ϲ FƌaŶçais suƌ ϭϬ Ŷe deŵaŶdeŶt d’ailleuƌs pas uŶe ƌĠduĐtioŶ du Ŷoŵďƌe de foŶĐtioŶŶaiƌes pƌivilĠgiaŶt soit uŶ statuƋuo (ϯϳ%) soit, même, une augmentation de leur nombre (21%)
Aimant leurs fonctionnaires, les Français ne tiendront visiblement pas rigueur à Emmanuel Macrond’aǀoiƌrenoncé à son projet de réduire de 120 000 le nombre de fonctionnairesd’iĐila fin du quinquennat. Pour une fois, ne pas tenir une promesse est plutôt générateur de popularité*.
D’ailleuƌs,seule une minorité de 41% de Français pensentƋu’EŵŵaŶuelMacron devrait tout de même réduire le nombre de fonctionnaire, mêmes’il ne le baisse pas de 120 000 comme prévu.
*Dans notre post-test de la ĐoŶféƌeŶĐe de pƌesse d’EŵŵaŶuel MaĐƌoŶ puďlié le Ϯ6 avƌil deƌŶieƌ ;Ododža-Dentsu Consulting pour FranĐe IŶfoͿ, 6ϭ% des FƌaŶçais estiŵaieŶt Ƌu’il avait eu ƌaisoŶ de ƌeŶoŶĐeƌ à cette promesse de campagne.
Synthèse détaillée du sondage (2/4)
Les autres, largement majoritaires (58%) pensent que non seulement il ne fallait pas réduire de 120 000 le nombre de fonctionnaire, mais, mieux encore, estimentƋu’ilsoit maintenir strictement le nombre de fonctionnaires à son niveau actuel (37%) soit, carrément augmenter le nombre defaut fonctionnaires (21%).
Logiquement, on retrouve un net clivage gauche-droite sur le sujet : les sympathisants LR (62%) mais aussi LaREM (56%) sont une majorité absolue à appeler à une baisse du nombre de fonctionnaires (même si elle sera inférieure à la promesse initiale de 120 000). Al’iŶǀeƌse,les sympathisants de gauche sont près des deux-tiers (64%) à souhaiter, soit un maintien, soit une hausse du nombre de fonctionnaires (44% des Insoumis demandent l’augŵeŶtatioŶ).
3. LesFƌaŶçais oŶt ďeau aiŵeƌ les foŶĐtioŶŶaiƌes, ils estiŵeŶt tout de ŵġŵe Ƌue l’oŶ Ŷe leuƌ deŵaŶde pas assez d’effoƌts (ϱϵ% vs ϰϭ%) et semblent donc prêts à des réformes les concernant
CeŶ’estpas parce que les Français aiment les fonctionnaires et ne veulent pas voir leur nombre réduit que nos concitoyensŶ’aspiƌeŶtpas à ceƋu’oŶ leur demande de faire plusd’effoƌts.
Le résultat du sondage est sur ce point sans appel : 59% des Français estiment que, « depuis ces dernières années, on ne demande pas assezd’effoƌts aux fonctionnaires ». Seule une minorité de 40% juge àl’iŶǀeƌse Ƌu’oŶleur demande désormais « tropd’effoƌts».
Une fois encore le clivage politique est logiquement très marqué sur cette question : les sympathisants LaREM (72%), LR (71%) mais aussi RN (60%) sont une large majorité à demander davantaged’effoƌtsaux fonctionnaires, alors que les sympathisants PS (70%) et FI (59%) sont, àl’iŶǀeƌse,une majorité à penserƋu’oŶleur en demande trop.
Enfin, les premiers concernés, les salariés du secteur public (la majoritéd’eŶtƌeeux sont des fonctionnaires mais ils ne le sont pas tous) sont, logiquement, une large majorité (76%) à estimerƋu’oŶleur demande tropd’effoƌts.
Pour autant, le faitƋu’uŶelarge majorité de Français (59%) et, malgré tout un certain nombre de sympathisants de gauche (40% des Insoumis) et même de salariés du public (un quartd’eŶtƌeeux tout de même), jugentƋu’oŶne demande toujours pas assezd’effoƌtsaux fonctionnaires est le signeƋu’ilexiste une attente dansl’opiŶioŶpour des réformes assez profondes de la fonction publique.
Synthèse détaillée du sondage (3/4)
4. En conséquence, les principales réformes prévues dans la « loi fonction publique » sont soutenues par une majorité de Français : 52% pour le ƌeĐouƌs aĐĐƌu audž ĐoŶtƌaĐtuels, ϲϳ% pouƌ la ŵise eŶ plaĐe de la ƌĠŵuŶĠƌatioŶ au ŵĠƌite et ϴϱ% pouƌ l’augŵeŶtatioŶ de la duƌĠehebdomadaire de travail pour les fonctionnaires territoriaux faisant actuellement moins de 35h
Conséquence logique de cette acceptation par les Françaisd’effoƌtssupplémentaires demandés à la fonction publique, les principaux axes du projet de loi « fonction publique » sont très bien accueillis parl’opiŶioŶ.
Dans le contexte délicat du moment, et alors que plusieurs des dispositions prévues dans son projet de loi sur le sujet seront très peu appréciées des syndicats de la fonction publique, Emmanuel Macron pourra donc se féliciterd’aǀoiƌ,au moins pour le moment le soutien del’opiŶioŶ.
Nous avons en effet testé les trois principales réformes prévues dans la loi « fonction publique » que va présenter le gouvernement, et sur chacune de ces trois réformes, une majoritésouvent très largede Français se déclare favorable aux dispositions.
Une seule réforme, particulièrement polémique dans la fonction publique, suscite moinsd’eŶthousiasŵe: le fait de recourir davantage aux contractuels et moins aux fonctionnaires sous statut. Le gouvernement prévoit en effet de permettre à la fois le recours à des contrats de missions de quelques années et aussid’aĐĐoƌdeƌdes responsabilités plus importantesƋu’aĐtuelleŵeŶtaux contractuels.
Les Français sont une majorité à y être favorables, mais celle-ci est courte : 52% vs 47%.
Plus fâcheux, le consensus sur le sujetŶ’estpas de mise puisque les salariés du public et les sympathisants de gauche sont nettement opposés à cette idée : 80% des premiers et les deux-tiers des sympathisants Insoumis et PS sont « contre ».
Elle ne passera donc pas si facilement, même si les Français dans leur ensemble soutiennent plutôtl’iŶitiatiǀe.
Synthèse détaillée du sondage (4/4)
A priori, faire passer dansl’opiŶioŶaxes de la réforme devrait être moins difficile (ce qui ne présage rien des réactions desles deux autres principaux syndicats et des partis politiques) : en effet, plus des deux-tiers (67%) des Français - et un peu plusd’uŶsympathisant de gauche sur deux (55%) et d’uŶsalarié du public sur deux (51%) - se déclarent favorables à « la rémunération au mérite » et 85% de nos concitoyens sont « POUR »l’aligŶeŵeŶt à la hausse de la durée du travail des fonctionnaires territoriaux sur les 35h par semaine.
Les fonctionnaires territoriaux concernés par cette augmentation de leur durée de travail hebdomadaire résisteront probablement, en mettant en avantl’histoƌiƋuedes conventions passées, mais ils auront bien du mal à faire passerl’idĠeƋu’ilest justeƋu’ilspuissent travailler moins que leurs concitoyens.D’ailleuƌs,même auprès del’eŶseŵďledes salariés du secteur public, cette idée ne passe pas : 77%d’eŶtƌeeux sont favorables à cette réforme.
Gaël SLIMAN, Co-foŶdateuƌ et pƌĠsideŶt d’Odoxa
Réseaux sociaux L’œil de VĠƌoŶiƋue Reille Soult, CEO de DeŶtsu CoŶsultiŶg
Les iŶteƌŶautes s’iŶƋuiğteŶt de la dĠpeŶse puďliƋue, ŵais Ŷe logeŶt pas tous les foŶĐtioŶŶaiƌes à la ŵġŵe eŶseigŶe
Cette semaine, les messages sur les fonctionnaires pointaient principalementla contradiction entre la baisse des dépenses publiques et le maintien du nombre de postes. Le débat porte sur les postes de fonctionnaires à supprimer et ceux qui doivent être préservés.
Une colères’expƌiŵeàl’Ġgaƌdde certains fonctionnaires qui seraient « payés sans travailler » (le gilet jaune Jean-François Barnaba, fonctionnaire territorial sans mission mais rémunéré depuis 10 ans est souvent cité en exemple). Plus globalement, les fonctionnaires « del’adŵiŶistƌatioŶ» sont pointés du doigt et la diminution de leur nombre est souhaitée.
Les internautes font des différences entre les différentes catégories de fonctionnaires. Le personnel hospitalier et soignant est la catégorie la plus plébiscitée et soutenue, suivie par celle des enseignants. Les autres catégories les plus citées sont les militaires et les policiers. Les volumes des messages sur les policiers sont les plus importants au regard del’aĐtualitĠdes manifestations. La police suscite des réactions clivées et fortes, de nombreux internautes ayant le sentiment que les violences policières ne sont pas reconnues.
Retrouvez les éléments détaillés del’aŶalLJsesur les réseaux sociaux à la fin de ce rapport
Véronique Reille Soult, CEO de Dentsu Consulting
Résultats du sondage
Les Français aiment leurs fonctionnaires : 65% de Ŷos ĐoŶĐitoLJeŶs oŶt uŶe ďoŶŶe opiŶioŶ d’eudž
Avez-vous une très bonne, assez bonne, assez mauvaise ou très mauvaise opinion des fonctionnaires ?
ST Mauvaise opinion : 35%
Assez mauvaise 29%
Très mauvaise 6%
Très bonne 12%
ST Bonne opinion : 65%
Assez bonne 53%