//img.uscri.be/pth/c7f9acce1d7543c74b5c633952bd03adc383aeb3

Un an de présidence Macron : les Français partagés

-

Documents
35 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Mai 2017 - Mai 2018 BILAN DE LA PREMIÈRE ANNÉE D'EMMANUEL MACRON À L'ELYSÉE /(9e( '¶(0%$5*2 VENDREDI 4 MAI À 5H DU MATIN Contact : Adélaïde Zulfikarpasic, Directrice de BVA Opinion adelaide.zulfikarpasic@bva-group.com / 06 17 45 78 98 ère Ce bilan de la 1 1 2 DQQpH GX TXLQTXHQQDW G¶(PPDQXHO 0DFURQ HVW FRQVWLWXp GH GHX[ YROHWV ANALYSE DYNAMIQUE DE LA 3238/$5,7e '¶(00$18(/ 0$&521 /¶23,1,21 '(6FRANÇAIS SUR LA ERE 1 ANNÉEDU QUINQUNENNAT Confidential & Proprietary±Copyright BVA Group ®2018 Analyse deO¶HQVHPEOHdes données issues desVAGUES MENSUELLES DE/¶2%6(59$72,5(DE LA POLITIQUE NATIONALE±BVA pour Orange, RTL et La Tribune±réalisées entre mai 2017 et avril 2018 Baromètre mensuel réalisé par Internet auprèsG¶XQéchantillon de 1000 Français âgés de 18 ans et plus. Sondage réaliséPAR INTERNETauprès de1011 FRANÇAISâgés de 18 ans et plus, du 18 au 19 avril 2018 La représentativité deO¶pFKDQWLOORQest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession deO¶LQWHUYLHZp région et catégorieG¶DJJORPpUDWLRQ Si tous les présidents de la République depuis 1981 ont commencé leur mandat avec un niveau de popularité proche (autour de 60% de bonnes opinions), tousQ¶RQWpas connu la même évolution dansO¶DQQpHqui a suivi leur élection.Emmanuel Macron fait mieux que ses prédécesseurs les plus récents mais moins bien que Jacques Chirac et surtout François Mitterrand.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 04 mai 2018
Langue Français
Signaler un abus
Mai 2017 - Mai 2018 BILAN DE LA PREMIÈRE ANNÉE D'EMMANUEL MACRON À L'ELYSÉE
LEVÉE D’EMBARGO VENDREDI 4 MAI À 5H DU MATIN
Contact : Adélaïde Zulfikarpasic, Directrice de BVA Opinion adelaide.zulfikarpasic@bva-group.com / 06 17 45 78 98
ère Ce bilan de la 1
1
2
année du quinquennat d’Emmanuel Macron est constitué de deux volets.
ANALYSE DYNAMIQUE DE LA POPULARITÉ D’EMMANUEL MACRON
L’OPINION DESFRANÇAIS SUR LA ERE 1 ANNÉE DU QUINQUNENNAT
Confidential & ProprietaryCopyright BVA Group ® 2018
Analyse del’ensembledes données issues desVAGUES MENSUELLES DEL’OBSERVATOIREDE LA POLITIQUE NATIONALEBVA pour Orange, RTL et La Tribuneréalisées entre mai 2017 et avril 2018 Baromètre mensuel réalisé par Internet auprèsd’unéchantillon de 1000 Français âgés de 18 ans et plus.
Sondage réaliséPAR INTERNETauprès de1011 FRANÇAISâgés de 18 ans et plus, du 18 au 19 avril 2018 La représentativité del’échantillonest assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession del’interviewé, région et catégoried’agglomération
Si tous les présidents de la République depuis 1981 ont commencé leur mandat avec un niveau de popularité proche (autour de 60% de bonnes opinions), tousn’ontpas connu la même évolution dansl’annéequi a suivi leur élection.Emmanuel Macron fait mieux que ses prédécesseurs les plus récents mais moins bien que Jacques Chirac et surtout François Mitterrand.Avec 43% de bonnes opinions, il a perdu près de 20 points de popularité en un an.
Cette première année de quinquennats’articuleschématiquement autour de5 « grandes séquences »:
1. Juste après son élection, untrès bref état de grâce. A cette période, on salue son « dynamisme », sa « jeunesse » et sa capacité à « redorer le blason de la France ». C’est d’ailleurssur cette dimensionqu’EmmanuelMacron estaujourd’huile mieux jugé : 65% des sondés estimentqu’il« a une stature présidentielle qui valorise la France » et 6 Français sur 10 jugent que son action pour restaurer le rôle de la France dans le monde depuis 12 mois est « plutôt un succès ».
2. Rentrée 2017 :sa popularités’effondre(-11 points entre juillet et août), parallèlement àl’annoncede mesures impopulaires (ISF, APL).L’expression« Président des riches » émerge dansl’opinion.
3. Automne 2017 : Emmanuel Macron tient bon sur la réforme du Code du travail et retrouve du crédit dansl’opinion.Il est perçu comme celui « qui tient ses engagements ». 71% des Français le jugentaujourd’hui« solide, ayant del’autorité» et 60% pensentqu’ilest « capable de prendre les décisions quis’imposent».
4. Hiver 2017-2018 :Emmanuel Macron décroche à nouveau dansl’opinion,en lien avec de nouvelles mesures impopulaires (CSG, limitation de vitesse à 80 km/h). Une partie del’opiniondéveloppe le sentimentqu’ilest « déconnecté de la réalité des Français ». Seuls 26% des Français estimentaujourd’hui qu’ilest « proche des gens ».
5. Printemps 2018 :la popularité présidentielle retrouve des couleurs, en pleine grève à la SNCF. Certains Français saluent sa « pugnacité », sa « ténacité malgré l’opposition», quandd’autresdéplorent sa « brutalité dans sa façond’imposerles réformes ». Deux visionsd’unemême méthode.
Cette dernière question, celle des réformes, de leur rythme mais aussi de leur cohérence et de leur sens, est aucœurde la façon dont les Français appréhendentl’action présidentielle. Depuis le début du quinquennat, les termes « réformes » et « réformateur » sont évoqués spontanément et largement par les Français, que ce soit pour saluer cette dimensiond’EmmanuelMacron ou critiquer un « trop plein de réformes » menées à un rythme « trop rapide ».Près de 2 Français sur 5 (39%) estiment que le gouvernement mène les réformes au bon rythme, 1 sur 5 (19%)qu’ilne va pas assez loin et plusd’untiers (35%)qu’ilva au contraire trop loin.
Pour le soutenir dans cette volonté réformatrice, pour faire évoluer en profondeur le pays, Emmanuel Macron peut compter sur unsocle de soutiens solide, qui représente 20% des Français,en priorité des cadres, des hauts revenus, des sympathisants LREM mais aussiencoredes retraités.Près de 4 Français sur 10 (38%)s’opposent àl’inverseàl’actionmenée parl’exécutifet parmi eux des ouvriers, des personnes peu ou pas diplômées, des sympathisants de la France Insoumise ou du PS.Mais la part la plus importante est celle des Français qui, après un an de quinquennat, déclarent encore attendre de voir quels seront les résultats pour se prononcer : ils sont certes moins nombreuxqu’enjanvier (-7 points) mais encore 41%. Parmi eux, des jeunes, des employés ou encore des sympathisants LR. Emmanuel Macron a réussi une quasi-prouesse : dilater le temps politique et suspendre provisoirementl’impatiencedes Français.Jusqu’àquand ?
3
4
Si les Français sont, pour certains, encore prêts à attendre, ils sont néanmoins en mesured’établirun bilan de cette première année du mandatd’EmmanuelMacron. Et celui-cis’avèrepour le moins paradoxal :près de 6 Français sur 10 (57%) se déclarent plutôt mécontentset la note moyenne attribuée par les Français au Président pour juger son action depuis son élection est de 8/20, soit 1 point de plus seulement que François Hollande à la même période (7/20) ! Cette sévérité se confirme lorsquel’on interroge les Français domained’actionpar domained’action.Seulel’actionmenée par le Président pour restaurer « le rôle de la France dans le monde » est majoritairement saluée comme un succès (59%).Un domaine fait quant à luil’objet d’unbilan partagé : la croissance économique, considérée tant comme un succès (47% des Français)qu’unéchec (47% également).Mais dans tous les autres domainesd’actiontestés soit une dizaine,l’actionmenée par Emmanuel Macron depuis 12 mois est considérée comme un échec, plus particulièrement en matièred’immigration(78%), de pouvoird’achat(78%) et de fiscalité (70%).
Pourtant,décisions ou projets initiés par Emmanuel Macron, le bilan est tout autre.quand on rentre dans le détail des mesures, Sur 16 propositions, 10 sont évaluées positivement, avec des taux de satisfaction compris entre 50% (pour la réforme del’accèsàl’université)et 78% (pour la réduction du nombre de parlementaires et des mandats consécutifs). La moyenne des « satisfaits » surl’ensembledes mesures est à 52% et celle des insatisfaits à 44%... soit quasimentl’inversepar rapport au bilan global.
Comment expliquer cette apparente incohérence ?
Certaines mesures pèsent plus qued’autresdans le bilanqu’établissentles Français. Ainsi,2 des 3 réformes les moins populaires, à savoir le remplacement del’ISF parl’IFI(70%d’insatisfaits)etl’augmentationCSG (82%) sont parmi les plus emblématiques de ce début de quinquennat.de la Lorsquel’ondemande aux Français de citer spontanément la mesure prise par Emmanuel Macron au cours de ces 12 premiers mois qui les a le plus marqués,prèsd’1 sur 4 cite en effet ème spontanémentl’augmentationde la CSG, première mesure citée,et près de 8% citent le remplacement del’ISFparl’IFIcitée spontanément). Ces(4 mesure ème réformes ont largement marqué les esprits, tout comme la réforme du Code du travail (2 mesure citée spontanément, avec 20% de citations), désapprouvée elle aussi par une majorité de Français (54%).Les mesures plus « sociales » ou vues par les Français comme bénéficiant au plus grand nombren’ontque peu impacté les esprits :ainsi, le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés est cité par 2% des Français. Et la suppression progressive de la taxed’habitation,parce qu’elle n’estpas encore perceptible par les Français dans ses effets,n’estcitée que par 5%d’entreeux.
Ce sont précisément ces mesures (CSG, ISF) qui sont venues très vite « plomber » la popularité du président de la République auprèsd’unepartie des Français et nourrir l’imagede « Président des riches ».Plus de 8 Français sur 10 déclarentd’ailleurs aujourd’huine pas avoir le sentiment de bénéficier personnellement de la politique mise enœuvrepar Emmanuel Macron et le gouvernement.Il est intéressant de constater que, parmi eux, 43% se déclarent néanmoins prêts à attendre de voir quels seront les résultats avant de se prononcer définitivement.
5
Dans le détail,ce sentiment se retrouve lorsque habitants des différents territoires :
-
-
-
l’onquestionne les Français sur la façon dont Emmanuel Macron appréhende
et comprend la situation des
80% des Français estimentqu’EmmanuelMacron ne comprend pas la situation des habitants des zones rurales, un sentiment exacerbé chez les principaux concernés (87% des ruraux)
71% estimentqu’il(un chiffre qui passe à 64% chez les personnes concernées)ne comprend par les habitants des quartiers populaires, 59% la situation des habitants des villes moyennes
En revanche, 68% mesure (61%).
des sondés jugent que le Président comprend la situation des habitants des grandes villes, un sentiment partagé par les premiers concernés, bien que dans une moindre
On observe le même phénomène sur sa compréhension des différents groupes sociaux :si 87% des Français pensentqu’EmmanuelMacron comprend bien la situation des classes aisées et dans une très moindre mesure celle des classes moyennes supérieures (55%), 75% jugent àl’inverse qu’ilne comprend pas la situation des classes moyennes modestes (un résultat qui monte à 84% chez les employés), 74%qu’ilpartagé par 94% des ouvriers) et 74% également celle des classes défavorisées.ne comprend pas celle des classes populaires (sentiment
Cen’estpas une France coupée en deux qui transparaît à la lecture de ces résultats. Ou alors un tout petit morceau de France qui serait favorisé à côtéd’un gros morceau laissé de côté.En tout état de cause, Emmanuel Macronn’estpas perçu comme rassembleur (29% des Français seulement).
On retrouve ces lignes de fracture dansl’évolutionles cadres, les hauts revenus, les sympathisants LREM et une partie nonde sa popularité sur 12 mois : hormis chez négligeable des sympathisants LR, le président de la République est majoritairement impopulaire. Sa popularité est au plus bas chez les ouvriers, les employés, les non diplômés, les bas revenus ainsi que les sympathisants de la gauche.
Les Français sont assezpartagés quant à la capacitéd’EmmanuelMacron à redresser la France au cours des 4 années restantes de son mandat: 42% y croient, 55%n’ycroient pas. Certes, les pessimistes sont majoritaires, mais bien moins ques’agissantaprès un an de quinquennat (seul 26% croyaient alors à sade François Hollande capacité de redresser le pays). Emmanuel Macron a deux atouts pour lui, même si rienn’estpour autant gagné :
1.
2.
D’unepart,l’étatdel’opposition,réduite à néant ou presque :alors que traditionnellement,l’imagedu parti au gouvernements’érodeau profit des partis cen’estpas le cas ici. LREM ! reste le parti qui bénéficie de la meilleure image auprès des Français, loin devant les autres ;
d’opposition,
D’autrepart,la force de persuasiond’EmmanuelMacron: la première des qualités que lui reconnaissentaujourd’huiles Français est le faitqu’ilait« des convictions profondes » (72%d’entreeux).Cela peut sembler surprenant quand on se souvientqu’ille candidat qui a été le moins choisi pour ses propositions au premier tourest (32% contre 50% en moyenne pour les autres candidats*) et le plus « par défaut » (29% contre 21% pour la moyenne des candidats*). Maisc’estsans douteaujourd’hui pour celaqu’unepartie des Français sont encore prêts à attendre. Il a réussi à les convaincrequ’ila un projet pour la France.
Reste deux défis de taille pour le président de la République : réussir à concilier les attentes des Français qui ne sont pas les mêmes(l’éducationet le pouvoird’achatsont au cœurdes préoccupations des sympathisants de la gauche alors quel’immigrationdroite) et construire un récit national dans lequel chaque Français pourrait seest essentielle à retrouver et se rassembler.
* Sondage jour du vote BVA-Salesforce POP2017 pour Orange et la Presse Régionale23 avril 2017
Adélaïde Zulfikarpasic, Directrice de BVA Opinion
Analyse del’ensembledes données issues des vagues mensuelles del’Observatoirede la politique nationale - BVA Période : mai 2017 à avril 2018
E. Macron
F. Hollande
N. Sarkozy
J. Chirac
er 1 mandat
F. Mitterrand
er 1 mandat
POPULARITÉ EN DÉBUT DE MANDAT (mai)
Confidential & ProprietaryCopyright BVA Group ® 2018
62%
61%
* 57%
62%
* 61%
POPULARITÉ APRÈS 1 AN DE PRÉSIDENCE (avril)
43%
34%
32%
48%
* 51%
*F.Mitterrand : juin 1981 / mars 1982 N.Sarkozy : sept. 2007
ÉVOLUTION
-19
-27
-25
-14
-10
Après 1 an de présidence, la popularité d’Emmanuel Macron est supérieure à celle de ses prédécesseurs les plus récents, maisen-deçà du niveau observé pour Jacques Chirac et François Mitterrand.Tous ont pourtant le même niveau de popularité au moment de leur élection.
Confidential & ProprietaryCopyright BVA Group ® 2018
62
% Bonne opinion
40
Oct.Déc. 2017 Fin de létat durgence et entrée en vigueur de la loi antiterroriste
43
47
43
46
45
JanvierAvril 2018 Abandon du projet Notre-Dame-des-Landes Baisse de limitation de vitesse de 90 à 80km/h Elargissement delassurance-chômage Présentation dela réforme de la formation professionnelle Projet de réforme dusystèmeferroviaireetdu statut des cheminots ProjetdeloiImmigrationAsile
54
Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril sept-17 oct-17 nov-17 déc-17 janv-18 févr-18 mars-18 avr-18 2017 2017 2017 2017 2018 2018 2018 2018
Août août-17 2017
Mai mai-17 2017
Un regain de popularité durant lautomne2017 sur fond de « fermeté » sur la réforme du CodeduTravail
59
Une forte chute de popularitéd’E. Macron dans le courant delété2017 concomitant aux annonces impopulaires de début de quinquennat (suppression delISF,baisse del’APL,suppression des emplois aidés)
52
Mai à Août 2017 Elections législatives Loi de moralisation de la vie publique Départ de FrançoisBayrou du gouvernement Baisse del’APL Remplacement delISF Annonce de la suppression progressive de la taxe dhabitationpour 80%des foyers
Sept.-Oct. 2017 Projet deloi Travail Présentation du projet de budget 2018 (dont hausse de la CSG)
43
42
Légère hausse de popularité après une séquence médiatique richeetenpleinconflitSNCF
Nouveau décrochage de popularité en 2018 (CSG, limitationdevitesse à80km/h, etc.)
Juin juin-2017
Juillet juil-17 2017
% Bonne opinion
62
« Dynamique», « jeune », «redore limage de la fonction etde la France»
59
54
« Libéral », « de droite », « ordonnances»,«Président des riches»
Mai m2ai0-1177
Juin jui2n0-17
Juillet juil2-017
Confidential & ProprietaryCopyright BVA Group ® 2018
43
Août août2-017
«Il fait ce quil dit», « il tient ses promesses de campagne», « il tientses engagements », « il réforme»,«il va vite»
45
Septembre sept2-0117
42
46
52
Analyse des réponses spontanées aux questions ouvertes sur les raisons de bonne ou mauvaise opinion à l’égard de l’action du Président de la République.
47
43
« A cause de la CSG, il pénalise les retraités », « il est déconnectéde la réalité des Français»
40
« Il est « tenace », « il va au contestation courageux»
43
pugnace », « persévérant » bout malgré la », « il est
« il passe en force », « il est trop brutal dans sa façon dimposerlesréformes », «autoritaire»
Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril oct-210717nov-120717déc-127017janv-128018févr-182018mars-128018avr-182018
62
55
59
55
54
49
43
39
45
43
% Bonne opinion
42
38
46
42
52
47
47
41
Un parallélisme très net et continu entre la popularité du chef del’Etatet celle du mouvement. La proportion de Français se déclarant proches de LREMn’aen revanche pas évolué depuisl’élection.
43
39
40
36
43
41
LREM ! reste le parti qui bénéficie de la meilleure image. Traditionnellement, le parti de gouvernement a tendance à baisser au profit des partisd’opposition. Cen’estde quinquennat. Si 41% des Français ont une bonne opinion de LREM, seulspas le cas depuis ce début 27% ont une bonne opinion du FN, 26% de LR, 25% de FI ou encore 20% seulement du PS.Ces partis ont vu leur cote de popularité fluctuer mais rester relativement basse pendant la période, signed’uneopposition affaiblie.
Mai m i-17 2017
Juinjui -17 2017
Juillet j -17 2017
Confidential & ProprietaryCopyright BVA Group ® 2018
Août août-17 2017
Septembre sept-17 2017
Octobre oct-17 2017
Novembre n -17 2017
Décembre déc-17 2017
Janvier janv-18 2018
Février févr-18 2018
Mars mars-18 2018
Avril avr-18 2018
Genre
Âge
Hommes Femmes
18-34 ans 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus
Profession Cadres Employés & ouvriers Retraités Catégorie d’agglo.Communes rurales <20.000 hab. De 20 à 100.000 hab. 100.000 hab. et plus Agglo. parisienne Prox. part La France Insoumise Parti Socialiste La République En Marche ! Les Républicains Front National
Confidential & Proprietary2018Copyright BVA Group ®
62%
MAI 2017
Bonne opinion
61% 63%
57% 58% 62% 72%
59% 53% 73%
66% 60% 68% 56% 65%
23% 88% 100% 69% 37%
AVRIL 2018
43%
Bonne opinion
41% 44%
46% 36% 40% 49%
57% 36% 47%
46% 40% 55% 39% 36%
6% 30% 94% 54% 13%
-23
-26
-29
-58
-24
A l’exception, dans une certaine mesure, des cadres et des sympathisants LREM, la popularité d’Emmanuel Macrona baissé dans toutes les catégories de la population, de 20 points en moyenne. Les principales baisses concernent toutefoisles 65 ans et plus,les retraités, les habitants de l’agglomération parisienne, les sympathisants du FN et surtoutceux du PSavec qui la rupture semble consommée.