Confession à MEDIAPART

Confession à MEDIAPART

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le repentir des proches des grands de ce monde...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 25 septembre 2011
Nombre de visites sur la page 166
Langue Français
Signaler un problème
Confession à MEDIAPART
Le billet d’Eric SEYDOUX
Mon rêve aurait été d’être infirmier, comptable, chauffeur, majordome, femme de ménage et
même pourquoi pas médecin, d’une personnalité célèbre, qui m’aurait honoré de sa confiance,
je crois que j’aurais assez bien réussi.
D’un tempérament plutôt discret et réservé, je sais ne jamais rien voir, ne jamais rien
entendre, me faire oublier, être transparent, ignoré, au point que personne ne se rend jamais
compte de ma présence, on parle devant moi, ouvertement, sans limite, on vit devant moi et
moi je suis là, je vois tout, j’entends tout mais je n’existe pas.
Je sais dissimuler mes émotions et même s’il le faut, manifester avec la plus grande
conviction qui soit, une émotion contraire. Rien de ce que je vois, de ce que j’entends ne peut
m’émouvoir, je suis totalement insensible à tout.
Une autre de mes qualités qui fait que j’aurais assez bien réussi dans ce job, est que je suis
complètement amoral. La vertu n’est pas mon fort et de toute façon, dites vous bien que nous
ne sommes pas là pour ça. Un chauffeur conduit, un comptable compte, une infirmière et un
médecin soignent …
Les manquements que j’observe me laissent de glace, il se peut même à l’occasion que l’on
me demande d’en être le complice, ou même le faussaire, je n’y vois aucun inconvénient, cela
aussi fait parti du job.
Une autre qualité qui aurait fait que j’aurais réussi, est que j’ai une très bonne mémoire. Cela
sert énormément dans le travail et pour éviter toute défaillance, je vais même jusqu’à prendre
des notes, sur tout, à propos de tout, même si a priori cela paraît sans aucun intérêt.
Ainsi je me rappelle de tout, même plusieurs années après, on pourra me demander tel jour,
qui est venu, à quelle heure, à quelle heure est-il parti, était-il seul, accompagné de qui, avait-
il quelque chose dans les mains en entrant, en sortant, comment était-il habillé ? Une
enveloppe ? Grosse, petite, épaisse. Parfois, même si c’est assez rare, je photocopie, je
n’exclus pas à priori les enregistrements. Mon patron pourra compter sur moi, je retiens tout,
je conserve tout. Mais non, il n’a pas eu besoin de me le demander cela fait partie du job.
Et puis cela va de soi, je suis discret, très discret, une tombe. D’ailleurs reconnaissez qu’on
n’a jamais vu quelqu’un arriver à la télévision avec une mallette pleine de billets de banque
d’une main, un ordre de mission dûment signé de l’autre, venir s’exclamer : « vous vous
rendez compte ce que l’on m’a demandé de faire ! »
Non, c’est sur le tard que tout se gâte. Oui, quand on n’est plus en situation. C’est toujours
après avoir quitté ses fonctions que cela se produit, parfois 10 ans après, parfois moins,
parfois plus.
Il y a avec l’âge des choses que l’on ne peut plus supporter. Et puis il y a la conscience, cette
terrible conscience qui a tout à coup besoin qu’on la libère, un besoin de contrition, un besoin
de repentir, de reconnaître devant ses frères, que l’on a péché par pensée par action et par
omission… Bien sûr, la logique serait la confession, mais cela fait tellement longtemps que je
n’ai plus été à l’église…
Non, c’est trop ringard, je n’y arriverais pas. D’après ce que j’ai lu, il y a de nos jours d’autres
solutions, cela revient un peu au même, ce sont aussi des confessions, mais qui correspondent
mieux à notre temps.
Aller tout dire à la police, mais le droit et la morale ne font pas nécessairement bon ménage et
puis là je deviens une balance. Très peu pour moi, je n’ai pas que des qualités, mais être une
balance de flic, ça jamais.
L’autre solution est de devenir une « source de journaliste ». Ca je veux bien. Et puis il y a
pas mal d’avantages. On peut devenir une star en quelques heures tous les médias parlent de
vous, je dois avouer que cela n’est pas fait pour me déplaire.
Il paraît d’ailleurs qu’une entreprise s’est spécialisée dans ce type d’affaire. Il me semble
qu’elle se nomme MEDIAPART, c’est facile à retenir, c’est un média pour les particuliers
qui ont quelque chose à dire. C’est la meilleure de toutes, elle s’occupe de tout, c’est
certainement vers elle que j’irais.
Un rêve, je suis devenu une star, par la grâce de MEDIAPART et avec sa bénédiction, je
pourrai désormais le dire chaque matin en me regardant dans la glace, avec une certaine
fierté, je suis une star.
Toute la presse est de mon côté, on me soutient, on vante mon courage, on loue ma franchise
et ma vertu, on s’apitoie sur les souffrances que j’ai dû endurer, les courriers des lecteurs ne
parlent que de moi, je réponds aux interviews. Oui cela a été difficile, mais que faire, mon
honnêteté, ma foi et le besoin de vérité ont balayé mes derniers scrupules. Un livre est
envisagé, il paraît qu’on n’a même pas besoin de savoir écrire, cela tombe bien. Peut-être
même un CD et pourquoi pas un DVD, j’en ai toujours rêvé. J’ai bien d’autres choses à dire
croyez moi, j’ai beaucoup d’idées, et puis, comme ils ont su si bien le dire à MEDIAPART, il
ne faut plus que cela recommence !
gpancrazi.over-blog.com/
.