ETINCELLE EN COURS
6 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

ETINCELLE EN COURS

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
6 pages
Français

Description

N°18Juillet 2003Cultivons ensemble l’agro-fourniture de demainLES NOUVELLES Bio-technologies,robotisation,éléctronique TECHNOLOGIESembarquée,GPS..., autantd’innovationstechnologiques qui disent àquel point le secteur agricolecontinue de s’adapter à sonenvironnement mondialisé,comme le souligne d’ailleursl’actualité, à travers notam-ment la PAC et l’OMC.Parmis les innovations, il enest une qui accompagne etconditionne probablementde plus en plus toutes lesautres, c’est celle des NTIC,dont l’agriculture de précisionn’est peut-être qu’un desaspects les plus spectacu-laires, au delà et/ou à coté dela demande forte de traçabil-ité.Suite p3... L’agriculture de précision et les nouvelles technologies prennentArmel Foulon une place médiatique importante depuis quelques années. MaisProfesseur d’informatique et Analyseque sont-elles exactement et qu’elle est leur réelle situation ?de donnéesSommaireLe mot de Sophie AndersonDepuis début avril, de mon quotidien; cette diversi-Les partenaires et lesj’ai rejoint té m’a tout de suite intéressée. p 2/3 nouvelles technologiesl’Association des Je souhaite m’inverstir et accom-Cadres pagner l’association dans sesLe bilan de l’apprentissageCommerciaux en projets. p 4Agro Fournitures en tant qu’as- Je tiens à remercier tous ceuxsistante. L’échange avec les étu- qui m’ont accueillie et aidéeLe bilan des conférencesdiants, l’équipe pédagogique et dans cette nouvelle fonction. p 5les entreprises ainsi ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 269
Langue Français

Exrait

Bio-technologies,
robotisation,
éléctronique
embarquée,
GPS..., autant
d’innovations
technologiques qui disent à
quel point le secteur agricole
continue de s’adapter à son
environnement mondialisé,
comme le souligne d’ailleurs
l’actualité, à travers notam-
ment la PAC et l’OMC.
Parmis les innovations, il en
est une qui accompagne et
conditionne probablement
de plus en plus toutes les
autres, c’est celle des NTIC,
dont l’agriculture de précision
n’est peut-être qu’un des
aspects les plus spectacu-
laires, au delà et/ou à coté de
la demande forte de traçabil-
ité.
Suite p3...
N°18
Juillet 2003
Le mot de Sophie Anderson
Edito
Sommaire
Les partenaires et les
nouvelles technologies
p 2/3
Le bilan de l’apprentissage
p 4
Le bilan des conférences
p 5
Les brèves
L’equipe Etincelle
p 6
Cultivons ensemble l’agro-fourniture de demain
L’agriculture de précision et les nouvelles technologies prennent
une place médiatique importante depuis quelques années. Mais
que sont-elles exactement et qu’elle est leur réelle situation ?
Armel Foulon
Professeur d’informatique et Analyse
de données
LES NOUVELLES
TECHNOLOGIES
Depuis début avril,
j’ai rejoint
l’Association des
Cadres
Commerciaux en
Agro Fournitures en tant qu’as-
sistante. L’échange avec les étu-
diants, l’équipe pédagogique et
les entreprises ainsi que l’élabo-
ration de l’étincelle en collabora-
tion avec les élèves, font partie
de mon quotidien; cette diversi-
té m’a tout de suite intéressée.
Je souhaite m’inverstir et accom-
pagner l’association dans ses
projets.
Je tiens à remercier tous ceux
qui m’ont accueillie et aidée
dans cette nouvelle fonction.
Sophie Anderson
Assistante de l’ACCAF
La page des Partenaires du Club
L'agriculture de précision comprend toutes les nouvelles technologies (la
plus connue étant le GPS) qui aident à mieux connaître les parcelles de
l'agriculteur afin que celui-ci optimise par la suite et au fil des années la
préparation de ses sols et l'utilisation de ses intrants. Qu'en est-il chez
nos partenaires ? Qu'en pensent-ils ? Les utilisent-ils et pourquoi ?
Les Partenaires et les N
L
es principales innovations per-
mettent aux agriculteurs
d'optimiser leurs revenus en
faisant face aux évolutions des dif-
férentes contraintes (PAC, normes,
traçabilités,...)
On peut citer par exemple les
techniques sans labour, l'informati-
sation et les produits phytosani-
taires en moins grande quantité /ha,
plus précis et plus respectueux de
l'environnement.
Aumale Synergie participe à ces
évolutions, notamment avec
l'OXYFERTILISATION® raison-
nement global de la fertilisation à 5
éléments ( N,P, K, Ca0, Mg0).
La fertilisation FOLIO-STIM® a
été étudiée pour associer qualité et
gains de rendement. ( QUALI-
STIM® : moyenne de 93 essais sur
blé tendre : 3qx / Ha et + 0,5point
en protéine).
Deux gammes de produits sont
donc développés. L'une valorisant
le sol par l'amendement calcique et
magnésien et l'autre FOLIO-STIM®
pour valoriser la plante. La vrai
innovation doit concilier l'interêt
économique et le respect des
bonnes pratiques agricoles.
Propos de Philippe PAYSAN
recueillis par T. CNAPELYNCK
L
e monde agricole est en
pleine mutation, ceci n'est plus
à prouver mais plutôt à étudi-
er. Nous assistons aujourd'hui à un
changement radical des mentalités
dans le milieu agricole et cela pour
plusieurs raisons : l'arrivée des 35
heures pour les salariés, de plus en
plus de conjointes d'agriculteurs
travaillent à l'extérieur de l'ex-
ploitation.
A partir de la, l'éleveur cherche à
avoir une vie plus acceptable, plus
proche de celle de sa conjointe.
Cette évolution culturelle, la socié-
té Delaval l'a bien compris et
répond à ces attentes en révolu-
tionnant l'élevage laitier.
En effet, la société commercialise
depuis plusieurs années un robot
de traite appelé VMS (Système de
Traite Volontaire).
Cet appareil est le fruit de plus de
dix années de recherche et de
développement.
Grâce à cet outil, l'obligation des
deux traites quotidiennes et l'as-
treinte des heures régulières n'exis-
tent plus.
Avec ce système, le travail de l'éle-
veur se limite à de la surveillance
de troupeau. Il lui offre beaucoup
plus de flexibilité dans l'organisation
de son travail mais aussi et surtout
dans sa vie extra professionnelle.
Le robot est aujourd'hui le produit
phare de la société Suédoise.
Cependant, si l'innovation permet
de se placer différemment sur le
marché de la machine à traire, elle
demande aussi des ressources
importantes en argent, en main
d'oeuvre, en temps et en suivi.
Aujourd'hui, 300 personnes tra-
vaillent à Tumba (en Suède) pour
le développement et la fabrication
du seul robot de traite. 46 ingé-
nieurs travaillent à temps pleins
pour le développement du VMS.
Delaval accorde une grande impor-
tance à la formation continue des
salariés, des distributeurs et utilisa-
teurs pour suivre les adaptations
apportées au robot. Car si la mise
en place d'innovation demande du
temps, il en est de même en ce qui
concerne le suivit des produits.
Cela demande un travail considéra-
ble au lancement de nouveaux
produits. Il faut que le package soit
complet avant la commercialisation
(fiabilité, SAV, documentation, for-
mation…)
Delaval est aujourd'hui la société la
plus innovante dans son secteur.
Numéro 1 en France et dans le
monde pour la fabrication de
machine à traire, elle entend bien
développer ses ventes de robots -
dans un marché en croissance
continue - et ainsi arriver comme
nos voisins du Benelux ou une
installation sur deux est un robot
de traite.
Lionel Lothore Propos recueilli
auprès de Monsieur Edouard ALIX
(Suite)
C
’est dans ce contexte d’une
information toujours plus
importante, plus variée, plus fine
et à de multiples dimensions,
que nous avons développé à
TECOMAH, une initiation
approfondie à l’analyse des don-
nées : avec notement la struc-
turation multi-critères des bases
de données, l’Analyse multi var-
iée (Sphinx), le Data Mining
(Eurekà) et enfin, plus récement,
l’Analyse cartographique (Cartes
& Bases), pour mieux appréhen-
der l’espace économique et
commercial agricole.
Beaucoup reste à faire, pour la
valorisation finale, concrète, non
seulement individuelle mais aussi
organisationnelle (travail collabo-
ratif, en réseaux...) de cette
marchandise de plus en plus
stratégique qu’est
devenue l’information ; nul doute
que nos jeunes Technico-com-
merciaux auront aussi à déployer
en ce domaine l’energie d’entre-
prendre qu’ils savent souvent
révéler, souvent lorsque néces-
saire.
Armel Foulon
Professeur d’informatique et
Analyse de données
Nouvelles Tecnologies
Edito
Photo conférenceAgrisem
Le bilan des conférences
Une nouvelle fois cette année, une dizaine de conférences a eu lieu
auprès des étudiants CCAF 1ère année. Celles-ci ont été l'occasion pour
eux de découvrir des entreprises et des métiers qui leur étaient aupara-
vant plus ou moins connus. Par conséquent, un grand merci aux profes-
sionnels qui ont fait le déplacement à TECOMAH, pour leur disponibilité
et leur sympathie.
17/10/02 : M. Philippe CLAVIER - Responsable publicité - Semences et
Progrès
27/11/02 : M. Michel DIVARD - Directeur commercial - Optimis
28/11/02 : M. Pierre CHASLES - Responsable productions végétales -
Sanders
05/12/02 : M. Jean-Pierre DURAND - Directeur commercial et marketing
- Epis-Centre
12/02 : M. Bertrand GAREL - Président Directeur Général - Agro-systè-
mes
19/12/02 : M. Guillaume BIZEUL - Chef produit marketing et formation -
Same Deutz-Fahr
09/01/03 : M. David GUY - Responsable promotion des ventes - Agrisem
06/02/03 : M. Claude DATIN - Président Directeur Général - Samabiol
06/02/03 : M. Philippe PAYSAN - Directeur Commercial - Aumale
Synergies
Guillaume PIGNON
Bilan de l’apprentissage
Secteurs d'activité choisis
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
M
a
c
h
i
n
i
s
m
e
l
i
m
e
n
t
a
t
i
o
n
a
n
i
m
a
l
e
S
e
r
v
i
c
e
s
a
g
r
i
c
o
l
e
s
D
i
s
t
r
i
b
u
t
i
o
n
S
e
m
e
n
c
e
s
A
m
e
n
d
e
m
e
n
t
s
P
h
y
t
o
E
s
p
a
c
e
s
v
e
r
t
s
N
S
P
Stage 1ère année
Contrat d'apprentissage recherché
Stages et apprentissages : Que pouvons-nous retenir ?
Une enquête a été réalisée dans chacune des deux promotions 30 et 31
ème
afin d'établir un premier bilan des stages et
des apprentissages choisis et réalisés par les étudiants de CCAF.
Les CCAF 1ère année
Pour cette année 2003, près d'un tiers des étudiants
souhaitent s'orienter vers le secteur du machinisme agri-
cole dans le cadre de leur apprentissage. Viennent
ensuite, les secteurs de l'alimentation animale, les servi-
ces agricoles (conseils, banques, assurances..) et les phy-
tosanitaires.
Sur 27 sondés :
-6 souhaitent continuer leur apprentissage dans leur
entreprise de stage (22%)
-10 ne souhaitent pas ou ne peuvent pas effectuer leur
apprentissage (37%)
-11 ne se prononcent pas ou sont encore indécis (41%)
Les CCAF 2ème
L'enquête en 2ème année s'est plus particulièrement intéressée aux domaines d'activités choisis, aux possibilités d'embau-
che et aux raisons d'un changement probable
Embauche
9
3
6
11
5
2
0
2
4
6
8
10
12
OUI
NON
NSP
Pensez vous que
votre entreprise
vous embauche par
la suite?
Etes-vous prêt à
intégrer cette
entreprise de stage
comme 1er emploi?
Domaine d'activité
d'apprentissage
correspondant au secteur
choisi au départ?
16
2
0
5
10
15
20
OUI
NON
Pour celles ou ceux, qui ne pensent pas ou ne souhaitent pas intégrer leur entreprise d'apprentissage l'année prochaine,
les principales raisons sont évoquées ci-contre :
Les raisons d'un changement probable
0
1
2
3
4
Entreprise non adaptée à vos besoins
Fonction qui ne correspond pas
Souhait de s'orienter vers un autre secteur
souhait de poursuivre vos études
Rémunération non appropriée
NON
OUI
Charles
Gourdou et
Elvina
Quevat
-Les résultats de cette enquête
montre que sur les 18 étudiants
enquêtés, près de 90% des élèves
ont choisi un secteur correspon-
dant à leurs attentes.
-50% d'entre eux pensent être
embauchés par la suite et plus de
60% sont près à intégrer cette
entreprise comme 1er emploi.
Missions / Thèmes de stage
:
Marketing : 38%
Enquêtes : 33 %
Promotion : 7 %
Vente : 22 %
Bertrand DUDIT
Promo 1976/1977
SICADIMA
“Se démarquer de la concurence en prenant une longueur d’avance”
Profil d’ancien
Visite des Entreprises ALTHO, SANDERS et GLON
Le 15 et 16 juin, la classe de
CCAF2 s’est rendue en
Bretagne, pour observer
quelques activités du groupe
Glon.
Notre déplacement et l’organisa-
tion ont été un succès grâce à :
-Monsieur Cyr Le Paih,
Responsable Marketing et
Développement Commercial
Glon
-Emilien Briand, étudiant CCAF2
-Sophie Anderson de l’asso
CCAF.
Nous sommes arrivés à Pontivy
(56) en fin d’après-midi le mer-
credi. Nous avons été hébergé
dans une auberge de jeunesse.
Notre visite a commencé le 16
au matin par l’abattoir de porcs
Bernard de Locminé (Groupe
Jean Floc’h spécialisé dans l’a-
battage de porcs, la charcuterie
et la salaison).
Pour les deux tiers de la promo,
c’était la première fois qu’ils visi-
taient une entreprise de ce type.
Un outil performant qui met en
avant le bien-être des animaux,
les méthodes de travail opti-
misées pour les employés et une
réponse à la demande du
marché européen.
En fin de matinée, nous nous
sommes rendus chez ALTHO
une entreprise agro-alimentaire
qui élabore des chips vendues
sous la marque BRET’S à partir
de pommes de terres cultivées
en Bretagne. Nous avons pu
observer que diversifier ces pro-
duits permet de toucher
plusieurs cibles que comprend le
marché de la CHIPS.
Puis nous avons visité l’usine d’al-
iment SANDERS, située à ST
Gérand. Cette usine mise sur
des performances techniques,
une traçabilité complète et la
sécurité des employés.
Pour conclure notre visite, mon-
sieur Cyr Le Paih nous a présen-
té le groupe GLON et sa nou-
velle organisation, avec ses
stratégies pour toujours mieux
répondre au besoin du marché
(agriculteurs et consommateurs),
fédérer les hommes et les entre-
prises.
Agnès Denis
CCAF2
Attiré par le mix-formation, stages,
Bertrand DUDIT a fait le choix
d'intégrer TECOMAH en
1976/1977. La formation CCAF lui
a alors donné l'opportunité de s'in-
troduire dans le monde du négoce
et notamment celui du machinis-
me.En effet, de 1978 à 1982,
Bertrand DUDIT a travaillé chez
VENDEE MOTOCULTURE (85),
d'abord comme vendeur puis en
tant que responsable des ventes.
De 1983 à 1991, il a intégré
LUCON AGRI SERVICE (85) afin
de créer une concession de
matériel agricole et d'en être le
responsable commercial. Depuis
1992, il est directeur commercial
du groupe SICADIMA (44) -
BEAUPREAU MOTOCULTURE
(49). Quant à l'agriculture de préci-
sion, Bertrand DUDIT l'utilise quo-
tidiennement et à tous les niveaux :
informatique embarquée sur PC
pour la gestion des ventes multi-
bases, équipements GPS, systèmes
de gestion de flotte de tracteurs
avec boîtiers GPS intégrés, logiciels
de traitement des informations
GPS…Ces nouvelles technologies
lui permettent de survoler un volu-
me d'activité qui nécessiterait
plusieurs intervenants chefs des
ventes. A ce sujet, les commerciaux
du groupe se sont vus remettre un
équipement informatique embar-
qué complet outils tarifaires….
La vente des équipements d'enre-
gistrement et des logiciels associés
permettent à Bertrand DUDIT et
sa concession de se démarquer de
la concurrence en prenant une lon-
gueur d'avance. D'ailleurs, le grou-
pe SICADIMA - BEAUPREAU
MOTOCULTURE est maintenant
reconnu depuis trois ans pour son
savoir-faire en la matière.
Propos de Bertrand DUDIT
recueuillis par Guillaume. PIGNON
Le Club des Partenaires
Les brèves
Equipe de l’Etincelle
L’équipe de l’Etincelle 2002/2003 :
Franck Berjeonnat, Fabien Billault,
Thomas Cnapdelynck, Charles Gourdou, Arnaud Jeulin,
Lionel Lothoré, Guillaume Pignon, Elvina Quévat
Adresse du bulletin :
Association des Cadres Commerciaux de l’Agro-Fourniture
TECOMAH
Chemin de l’Orme Rond 78350 Jouy en Josas
Tél : 0139566160 - Fax : 0139566161
e mail : association.ccaf@wanadoo.fr
L’aviron
Les négociales
Pour la 1
ére
fois depuis 13 ans Tecomah a été centre de qualification le
27 fevrier 2003.
Huit élèves de Tecomah figurent parmis les 11 premiers et ont donc été
qualifés pour la finale à Nancy.
Deux élèves de Técomah sont parvenus en demi finale le 13 et 14 juin
2003.
Une nouvelle année est passée
pour l'étincelle.
Nous remercions toutes les per-
sonnes qui ont collaboré avec
nous afin de faire vivre cette revue.
ll est maintenant l'heure de passer
le relais aux prochains
étudiants CCAF.
Que l'étincelle garde son dynamis-
me!
L'équipe étincelle était composée
cette année de
Elvina QUEVAT, Franck BERJEON-
NAT, Fabien BILLAULT,
Thomas CNAPELYNCK, Charles
GOURDOU, Arnaud JEULIN,
Lionel LOTHORE et Guillaume
PIGNON.
Après une excellente performance en 2002 où le bateau Tecomah est
arrivé 6
ème
au championnat de France Universitaire, il a renouvelé l'ex-
ploit en terminant 8
ème
cette année.
Il faut dire que le niveau était plus élevé, même si le bateau était neuf
grâce à l'achat de celui-ci par Tecomah.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents