ETUDE SUR LA DURABILITE DES ACTIVITES DE L’ACADEMIE NATIONALE DES  SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGAL

ETUDE SUR LA DURABILITE DES ACTIVITES DE L’ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGAL

-

Documents
43 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

lagénéS ud seuqinhceT te secnREPUBLIQUE DU SENEGALUn Peuple-Un But- Une Foi----------------ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGAL(A.N.S.T.S.)ETUDE SUR LA DURABILITE DES ACTIVITES DE L’ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGALDossier CRDI n°104045-002Contrat de consultation n°111997 du 05 Décembre 2008Rédigé parA nsoumana SANE avec le concours d:eMadame Maty DIALLO DIAMonsieur Mamadou FAYEMonsieur Sémou DIOUFFévrier 20091eicS sed elanoitaN eimédacASiglesANSTS : Académie Nationale des Sciences et Techniques du SénégalAUF : Agence Universitaire FrancophoneBM : Banque MondialeCNDST : Centre National de Documentation Scientifique et TechniqueCRAT : Centre Régional Africain de TechnologieCRDI : Centre de Recherche pour le Développement InternationalDSLIGU : Document de stratégies de lutte contre les inondations et la gestion urbaine fourniFAO : Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’AgricultureFIRST : Fonds d’Impulsion pour la Recherche Scientifique et TechniqueIAMP : Panel Inter Académies de MédecinesIA P:I nter Academy Panel // Panel InterAcadémiesICS U: Conseil International pour la Science,NASAC : Réseau des Académies des Sciences d’AfriqueNASIC : Réseau des Académies de Sciences des pays membres de la ConférenceIslamique PINREST : Plan Indicatif pour la Rénovation de l’Enseignement des Science s et de laTechnologiePRESTA : ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 103
Langue Français
Signaler un problème
REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But- Une Foi ----------------ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGAL (A.N.S.T.S.)
ETUDE SUR LA DURABILITE DES ACTIVITES DE L’ACADEMIE NATIONALE DES SCIENCES ET TECHNIQUES DU SENEGAL Dossier CRDI n°104045-002 Contrat de consultation n°111997 du 05 Décembre 2008
Rédigé parAnsoumana SANEavec le concours de : Madame Maty DIALLO DIA Monsieur Mamadou FAYE Monsieur Sémou DIOUF
Février 2009
1
Sigles
ANSTS : Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal AUF : Agence Universitaire Francophone BM : Banque Mondiale CNDST : Centre National de Documentation Scientifique et Technique CRAT : Centre Régional Africain de Technologie CRDI : Centre de Recherche pour le Développement International DSLIGU : Document de stratégies de lutte contre les inondations et la gestion urbaine fourni FAO : Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture FIRST : Fonds d’Impulsion pour la Recherche Scientifique et Technique IAMP : Panel Inter Académies de Médecines IAP : Inter Academy Panel // Panel InterAcadémies ICSU : Conseil International pour la Science, NASAC : Réseau des Académies des Sciences d’Afrique NASIC : Réseau des Académies de Sciences des pays membres de la Conférence Islamique PINREST : Plan Indicatif pour la Rénovation de l’Enseignement des Sciences et de la Technologie PRESTA : Programme Régional d’Enseignement des Sciences et de la Technologie OMS : Organisation Mondiale de la Santé ONG : Organisation Non Gouvernementale TWNSO : Réseau des Organisations Scientifiques du Tiers-monde UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture
2
Sommaire Introduction I. Contexte d’émergence de l’étude et rappel de la commande II. Objectifs de l’étude III. Cadre méthodologique Première partie : Etat des lieux I. Présentation de l’Institution II. Organisation, composition 2.1 Les membres 2.2 Les locaux et équipements 2.3 Le personnel 2.4 Les textes juridiques 2.5 La Communication 2.6 L’édition et la publication 2.7 L’analyse du Plan Stratégique 2.8 Le financement des activités Deuxième partie : Résultats de l’enquête I. Pourquoi cette enquête et comment elle a été menée ? II. Caractéristiques des enquêtés 2.1 Les caractéristiques des personnes enquêtées ès qualité 2.2 Les caractéristiques des personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 2.3 Les caractéristiques des personnes enquêtées représentantes d’institutions étatiques III. Connaissance de l’ANSTS et de ses activités 3.1 La connaissance de l’ANSTS par les personnes enquêtées ès qualité 3.2 La connaissances de l’ANSTS par les personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 3.3 Comment les personnes enquêtées ès qualité ont connu l’ANSTS 3.4 Comment les personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques ont connu l’ANSTS 3.5 La connaissance des activités de l’ANSTS par les personnes enquêtées ès qualité 3.6 La connaissance de l’ANSTS par les personnes institutionnelles étatiques rencontrées et connaissance de l’ANSTS 3.7 Comment les personnes enquêtées ès qualité apprécient les activités de l’ANSTS 3.8 Comment les personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques apprécient les activités de l’ANSTS IV. Activités de l’ANSTS telles que les envisagent les enquêtés 4.1 Le point de vue des personnes enquêtées ès qualité 4.2 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 4.3 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions étatiques V. Profil d’un académicien tel que perçu par les enquêtés 5.1 Le point de vue des personnes enquêtées ès qualité 5.2 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 5.3 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions étatiques VI. Moyens dont devraient disposer l’ANSTS pour ses activités selon les enquêtés 6.1 Le point de vue des personnes enquêtées ès qualité 6.2 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 6.3 Le point de vue des personnes enquêtées représentantes d’institutions étatiques VII. Qualité des relations qu’entretient l’ANSTS avec les Institutions 7.1 La qualité des relations que les personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques déclarent avoir avec l’ANSTS 7.2 La qualité des relations qu’entretient actuellement l’ANSTS et les institutions étatiques enquêtées
3
VIII. Mesures aptes à rendre durables les activités de l’ANSTS 8.1 Les propositions des personnes enquêtées ès qualité 8.2 Les propositions des personnes enquêtées représentantes d’institutions non étatiques 8.3 Les propositions des personnes enquêtées représentantes d’institutions étatiques
Troisième partie : Analyse des résultats et recommandations I. Analyse des données recueillies 1.1 Le bénévolat et la cotisation 1.2 L’admission de jeunes scientifiques et de femmes à l’ANSTS 1.3 Le renforcement des relations entre l’ANSTS et Pouvoirs Publics et/ou Privés, Société civile, bailleurs de fonds, média… 1.4 Les autres sources et mécanismes de financement des activités 1.5 La durabilité des activités de l’ANSTS
II. Recommandations Conclusion Annexe 1 : Institutions, organisations et sociétés contactées Annexe 2 : Documentation consultée Annexe 3 : Copie des lettres d’introduction de l’expert auprès des Institutions à enquêter
4
Résumé Ces pages présentent les résultats d’une étude sur la durabilité des activités de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS), association savante à but non lucratif, placée sous le Parrainage et la Protection du Président de la République et reconnue d’utilité publique par le décret présidentiel n°2006-289 du 03 avril 2006. Composée de membres titulaires, d’associés étrangers, de membres d’honneur et de membres émérites recrutés sur la base du mérite, l’ANSTS est actuellement organisée en quatre sections (Sciences Agricoles, Sciences Economiques et Sociales, Sciences de la Santé, Sciences et Techniques). Le travail de ces sections est supervisé par un Bureau constitué d’un Président, de quatre Vice-Présidents (qui sont les Présidents des Sections), d’un Secrétaire Perpétuel, d’un Secrétaire Adjoint, d’un Trésorier, d’un Trésorier Adjoint, de quatre membres et du Président sortant. Un Cabinet administratif assiste le Secrétaire Perpétuel dans la gestion des activités de l’Académie. Pour son fonctionnement, l’Académie dispose d’un budget alimenté essentiellement par une subvention de l’Etat sénégalais, sur une ligne « TRANSFERT » logée au Ministère de la Recherche Scientifique. Bien que relativement jeune, l’ANSTS compte déjà à son actif de nombreuses réalisations en matière de contributions à la réflexion scientifique et technologique sur des thématiques aussi variées que les inondations, le péril acridien, l’enseignement des sciences et de la technologie, l’alimentation et la santé, les biotechnologies. Dans le même temps, elle a su tisser des relations fortes de partenariat sur l’échiquier scientifique et technique tant au plan national que sous-régional et mondial. Pour une meilleure assise de ses activités en rapport avec ce partenariat, l’ANSTS s’est dotée, en 2006, d’un Plan Stratégique pour la période 2006-2010 qui se décline en sept objectifs stratégiques dont le premier concerne le renforcement de ses capacités institutionnelles, nécessaires pour mieux répondre à ses missions et aux attentes des partenaires. Pour explorer au maximum les possibilités d’une bonne mise en œuvre de ce plan stratégique , l’ANSTS entend faire de la durabilité de ses activités un moyen de gestion et une composante explicite de leurs stratégies opérationnelles. C’est dans ce cadre que, pour essayer de réduire ou éliminer les problèmes « nocifs » qui pourraient se situer en aval et en amont de la durabilité, d’une part, identifier les actions à même de créer une valeur ajoutée et rendre plus attrayante ses activités aux yeux des partenaires nationaux et étrangers, d’autre part, que l’ANSTS, avec le soutien du CRDI, a initié cette présente étude. Le travail a consisté à faire, dans un premier temps, un état des lieux de l’environnement technique, juridique et financier (examen des différents textes qui régissent son fonctionnement : statuts, règlement intérieur, manuel de procédures, inventaire des principales sources actuelles de financement, pertinence des activités) de l’Académie. Dans un second temps, il s’agit de faire des suggestions de changements internes et externes susceptibles d’améliorer cet environnement et favoriser le renforcement des relations entre l’Académie et les pouvoirs publics et/ou privés, le secteur privé, la société civile, les bailleurs de fonds, les média, etc. Pour mener à bien ce travail, trois démarches complémentaires ont été privilégiées : la revue documentaire, l’enquête qualitative essentiellement basée sur des entretiens individuels et de groupes et les visites de terrain. Nous nous sommes préoccupés d’une analyse critique de l’environnement de l’Académie, en insistant particulièrement sur les aspects suivants : les activités, les membres, les locaux abritant l’Académie ainsi que les équipements en place, le personnel d’appoint, le fonctionnement des organes statutaires, le budget et les ressources, la communication. Nous avons pu toucher différents groupes socioprofessionnels avec lesquels l’Académie est – ou est censée être – en rapport : institutions étatiques, organismes financiers, société civile, entreprises, partenaires techniques et financiers. C’est le fruit de ce travail qui a permis une analyse critique de la situation accompagnée de suggestions, le tout ayant abouti à 11 recommandations principales.
5
INTRODUCTION Les éléments d’information qui suivent présentent les résultats de l’étude menée pour le compte du projet « Consolidation de l’ANSTS et ses Programmes », dans le cadre du Programme de Renforcement des Capacités de l’ANSTS soutenu par le Centre de Recherche de Développement International (CRDI).
L’étude vise à examiner les voies et moyens susceptibles de donner une durabilité aux activités de l’ANSTS et de faire des propositions d’actions pratiques.
Pour cela, la méthodologie mise en œuvre a consisté, dans un premier temps, à faire un état de lieux de l’Académie : examen de l’environnement juridique et financier, analyse des activités ainsi que leurs sources de financement, etc. Dans un second temps, il s’est agi, au regard des activités menées et/ou susceptibles d’être menées, de voir le profil d’académicien à même de les conduire efficacement ainsi que les moyens et mesures susceptibles de favoriser la durabilité dans le financement de ces activités.
La démarche retenue a permis de faire une revue de la littérature relative aux textes officiels régissant actuellement l’Académie (statuts, règlement intérieur, décret de reconnaissance…). Nous avons aussi examiné les activités de l’Académie à la lumière des rapports qui nous ont été remis tant sur les résultats attendus que sur leur financement. Nous avons également donné la parole à différentes personnes ès qualité, à des institutions étatiques (ministères) et financières (banques), à des organisations non gouvernementales (partenaires techniques et financiers) pour recueillir leurs représentations par rapport à l’Académie et à ses activités. Il s’agit de personnes physiques et morales susceptibles de bénéficier des services de l’Académie.
Les résultats sont issus de la lecture critique et constructive de tous ces documents et des éléments d’informations sous-tendus par des suggestions pour l’amélioration des activités de l’Académie et de relations avec l’ensemble des acteurs ou institutions avec lesquels elle est sensée avoir des rapports durables. C’est fort de ces résultats que le présent rapport a été rédigé.
C’est pourquoi, les avis et les remarques des uns, enrichis des critiques constructives et des suggestions des autres, ne pourront que le consolider pour en faire le document de référence utile à tous ceux et toutes celles qui s’intéressent à la promotion des activités de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal.
Le rapport présente successivement un résumé du contexte d’émergence de l’étude et de la commande, les objectifs de l’étude ainsi que les résultats attendus, le cadre méthodologique, une présentation synthétique de l’Académie, les résultats de l’enquête auprès des personnes physiques et morales, enfin, les recommandations et la conclusion que ces résultats nous ont inspirées.
6
I. CONTEXTE D’EMERGENCE DE L’ETUDE ET RAPPEL DE LA COMMANDE
Au seuil du 21esiècle, le monde est marqué par l’avènement progressif et inéluctable de la société de l’information et du savoir. Dans le même temps apparaissent de nouveaux défis sociaux, économiques et culturels. La maîtrise du savoir scientifique et technologique est un atout majeur dans le processus de développement économique et social. Les pays en développement en général, le Sénégal en particulier, ne sauraient se passer de cette maîtrise au risque de compromettre leur avenir. En effet, la compétitivité économique se mesure aujourd’hui par la capacité d’une nation ou d’une entreprise à manager le savoir scientifique et à disposer, à temps, d’informations sur les innovations technologiques en rapport avec son développement socioéconomique. Pour cela, les nations et les entreprises qui y sont implantées ont besoin de conseils, de suggestions, d’orientations, d’où la nécessité de disposer d’un cadre propice pour favoriser la décision publique ou privée fondée sur un éclairage scientifique avéré1.
C’est dans cette vision que, au regard de ses missions, tout le monde s’accorde à retenir que l’ANSTS a un rôle essentiel à jouer pour faire évoluer les habitudes de vie, de production, de gestion et de consommation… dans le cadre d’un développement durable. Ce concept de développement durable conduit à fonder notre niveau de vie sur le capital que constitue l’apport scientifique et technologique dans un environnement viable. Ainsi, par exemple, on peut se demander, dans quelles mesures l’ANSTS pourrait éclairer la prise de décision dans toutes les activités de la vie.
Il est clair que tout cela ne peut se faire effectivement et efficacement que si l’ANSTS trouve son propre chemin afin de parvenir à la durabilité de ses activités et d’intégrer les principes de la durabilité dans la définition et la mise en œuvre de celles-ci. L’analyse de cette durabilité nécessite une expertise particulière, afin d’offrir la meilleure garantie d'un bon rendement du point de vue utilitaire, à partir des objectifs clairement définis.
La présente étude a été commanditée par l’ANSTS pour répondre à cette préoccupation, avec l’appui du CRDI.
II. OBJECTIFS DE L’ETUDE
1) Faire l’état des lieux, notamment en procédant à une évaluation de l’environnement juridique et financier de l’Académie (Examen des différents textes qui régissent le fonctionnement : Statuts, Règlement Intérieur, Manuel de Procédures,…) ; 2) Suggérer des changements internes et externes susceptibles d’améliorer cet environnement et de permettre à l’ANSTS de s’adapter à ces changements futurs ; 3) Suggérer des changements à apporter pour susciter une plus grande participation des membres aux activités de l’Académie ;
1Voir plus loin le contexte qui a prévalu à la création de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS).
7
4) Faire l’inventaire des principales sources actuelles – au Sénégal et ailleurs - de financement ; 5) Examiner la possibilité d’accroître la contribution financière des membres ; 6) Indiquer d’autres sources et/ou mécanismes susceptibles de favoriser la durabilité dans le financement des activités de l’Académie. Préciser les conditions d’accès à ces sources et/ou mécanismes de financement et les moyens de les sécuriser ; 7) Evaluer la pertinence des activités de l’Académie depuis sa création (visibilité de l’Académie, Impact de l’Académie dans les prises de décisions par les Autorités,…) ; 8) Suggérer des mesures concrètes pour favoriser l’admission de jeunes scientifiques à l’Académie, et plus particulièrement des femmes ; 9) Proposer des dispositions pratiques pour favoriser le renforcement des relations entre l’Académie et les Pouvoirs Publics et/ou Privés, le Secteur Privé, la Société civile, les Bailleurs de Fonds, les Média, etc.
III. CADRE METHODOLOGIQUE
Pour mener à bien l’étude, deux démarches complémentaires ont été mises en œuvre : une recherche documentaire doublée d’une enquête qualitative auprès de personnes-ressources suffisamment informées des questions en relation avec les activités de l’ANSTS. La recherche documentaire a porté sur un ensemble de textes régissant actuellement l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (statuts, règlement intérieur, rapports d’activités…). Cette enquête qualitative a permis d’approfondir le diagnostic documentaire à partir des explications fournies par les différents acteurs de terrain et des observations faites en vue de formuler des propositions pertinentes et réalistes pour la durabilité des activités de l’ANSTS, en tenant compte des propositions faites par les enquêtés (y compris les membres de l’ANSTS). L’enquête qualitative a été menée sur un échantillon tiré des champs d’observation suivants :
- le Gouvernement2 dont les missions sont – ou devraient être - en relation avec (ministères celles de l’Académie : Ministère de l'Economie Maritime, Ministère de l’Elevage, Ministère de la Recherche Scientifique, Ministère de l’Intérieur, etc.) - les partenaires techniques et financiers : OMS, CRDI, CRAT… - les institutions financières : ECOBANK… - la société civile3: enseignants, chercheurs, ingénieurs, techniciens supérieurs…
Il s’agit, dans l’enquête qualitative, d’approfondir le diagnostic à partir des explications fournies par les différents acteurs du terrain et des observations faites en vue de formuler des propositions pertinentes et réalistes pour la durabilité des activités de l’ANSTS, en tenant compte et en analysant les propositions faites par les acteurs de terrain interviewés (y compris les membres de l’ANSTS). Ces deux démarches ont ainsi permis de : 2partenaires techniques et financiers de la place (voir liste en annexe) ont étéPlusieurs ministères du Gouvernement ainsi que plusieurs contactés par écrit pour les besoins de l’enquête ; seuls ceux qui sont cités ici ont répondu à notre appel, malgré de nombreuses tentatives par téléphone et par déplacements physiques. 3Les personnes enquêtées dans ce cadre se sont exprimées individuellement et à titre personnel ; c’est pourquoi elles avaient souhaité avant de s’exprimer que l’anonymat leur soit garanti.
8
(i) Faire un état des lieux centré principalement sur les axes prioritaires suivants :
Axe 1 : Examen de l’environnement juridique de l’Académie : les politiques qui guident actuellement les activités de l’ANSTS, avec une attention particulière sur celles prescrites et celles effectivement développées ; Axe 2 : Organes de gestion de l’ANSTS et leurs relations hiérarchiques et fonctionnelles ; Axe 3 : Programmes d’activités développées dans leurs rapports avec les missions de l’ANSTS : objectifs, résultats obtenus, ressources effectivement mobilisées (ressources humaines, ressources financières…) ; Axe 4 : Conditions de travail de l’ANSTS (ressources didactiques, infrastructures, mobilier…) ; Axe 5 : Relations entre l’Académie et les institutions nationales (Secteur Public, Secteur Privé), la Société civile, les institutions internationales (partenaires techniques et financiers)…
(ii) Rédiger un document de synthèse
Chacun de ces axes a fait l’objet d’un rapport spécifique. L’exploitation de l’ensemble de ces rapports spécifiques a permis de :
a) – d’une part, caractériser le modèle d’Académie auquel ces axes se réfèrent explicitement et, d'autre part, identifier les finalités implicites véhiculées ; b)- de réfléchir sur ce qui pourrait compléter et/ou renforcer les missions de l’Académie, ses rapports avec les institutions nationales et internationales, la société civile… et de suggérer les changements susceptibles de favoriser la durabilité des activités de celle-ci ; c) – de rédiger le présent document de synthèse qui livre l'essentiel des deux points précédents et de faire des recommandations.
9
Première partie : ETAT DES LIEUX
I. PRESENTATION DE L’INSTITUTION
L’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS), société savante placée sous le Parrainage et la Protection du Président de la République, a été créée le 09 novembre 1999 dans le but de capitaliser l’important gisement des ressources humaines en sciences et technologie dont le pays pourrait avoir besoin pour son développement. L’ANSTS est une association régie par les dispositions des articles 811 et suivants du Code des Obligations Civiles et Commerciales. Le décret n°2006-289 du 03 avril 2006 portant approbation des statuts de l’ANSTS confère à l’Institution une reconnaissance officielle d’utilité publique, une légitimité institutionnelle et la capacité juridique de bénéficier de subventions diverses.
L’Académie est composée de membres titulaires, d’associés étrangers, de membres d’honneur et de membres émérites recrutés sur la base du mérite. Des dispositions récentes ont été prises pour le recrutement de membres jeunes, appelés membres correspondants, toujours sur la base du mérite. L’effectif actuel des membres est de 45, sur un prévisionnel de 80, à raison de 20 membres par Section. Six membres étrangers associés ont été cooptés.
L’ANSTS s’est dotée d’organes statutaires délibérants que sont l’Assemblée Générale, les Sections et le Bureau. L’Assemblée Générale est l’instance supérieure de l’Académie ; elle est souveraine sur toutes les questions relatives à la vie de l’Académie. Il existe quatre sections :
- la Section des Sciences Agricoles ; - la Section des Sciences Economiques et Sociales ; - la Section des Sciences de la Santé ; - la Section des Sciences et Techniques.
Le Bureau de l’Académie est constitué d’un Président, de quatre Vice-Présidents (que sont les Présidents des Sections), d’un Secrétaire Perpétuel, d’un Secrétaire Adjoint, d’un Trésorier, d’un Trésorier Adjoint, de quatre membres et du Président sortant. A l’exception du Secrétaire perpétuel, tous les membres du bureau sont élus pour quatre ans renouvelables.
Un Cabinet administratif et technique, constitué de personnel de la fonction publique mis à la disposition de l’Académie et de personnel contractuel recruté soit, directement sur fonds propres de l’ANSTS, soit indirectement par le projet soutenu par le CRDI, assiste le Secrétaire Perpétuel dans la mise en œuvre des décisions et directives du bureau et l’élaboration des publications. Coordonné par un Directeur, ce Cabinet comprend deux structures : - une cellule administrative, financière et comptable ;
10
- une cellule technique, chargée en particulier de l’organisation des manifestations scientifiques, de la gestion de la communication et également de l’édition et des publications scientifiques.
Il est prévu des commissions spécialisées (Finances, Presse et Communication, Sciences appliquées et Technologies industrielles) devant appuyer les activités dévolues aux organes statutaires.
Le budget de l’Académie est alimenté par des subventions diverses (notamment celle de l’Etat sénégalais) et des ressources propres constituées des prestations de services et des cotisations mensuelles de ses membres. Ce budget est élaboré et exécuté conformément au manuel de procédures administratives et financières.
L’Académie entretient des relations de partenariat : - au plan national avec les départements techniques tels que les Ministères de l’Agriculture et de l’Economie Maritime avec qui elle a signé un accord cadre ;
- au plan bilatéral avec plusieurs Académies sœurs telles que celles de France, d’Italie, des Etats-Unis et du Canada. Elle collabore avec plusieurs organismes internationaux comme le Conseil International pour la Science (ICSU), l’Agence Universitaire Francophone (AUF), le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) ; l’ANSTS est aussi leader du programme de l’IAP sur l’Enseignement des Sciences en Afrique.
- au plan multilatéral, l’ANSTS est membre de plusieurs réseaux parmi lesquels l’Inter Academic Panel (IAP) où elle est représentée au Conseil Exécutif, le Panel Inter Académies de Médecines (IAMP), le Réseau des Organisations Scientifiques du Tiers-Monde (TWNSO), le Réseau des Académies de Sciences des pays membres de la Conférence Islamique (NASIC), le Réseau des Académies des Sciences d’Afrique (NASAC) où l’ANSTS est chargée de promouvoir la création d’Académies des Sciences en Afrique francophone.
II. ORGANISATION, COMPOSITION
Nous nous sommes préoccupés d’une analyse critique de l’environnement de l’Académie, en insistant particulièrement sur les aspects ci-dessous.
11