UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE
1
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE
Iln’estdésir plus naturel que le désir de connaissance
2
À P‘OPO“ DE L͛AUTEU‘
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE
NoƌŵalieŶ, agƌĠgĠ de gĠogƌaphie, Hakiŵ El Kaƌoui a eŶseigŶĠ à l͛uŶiǀeƌsitĠ LLJoŶ II aǀaŶt de ƌejoiŶdƌe le cabinet du Premier ministre en 2002, où il était chargé de ses discours. Après un passage à Bercy, il rejoint, en 2006, la banque Rothschild où, avec Lionel Zinsou, il anime lapracticeAfrique. En 2011, il rejoint le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger où il est co-responsable del͛AfƌiƋue et du ĐoŶseil au gouvernement français. En 2016, il fonde sa propre société de conseil stratégique Volentia. Hakim El Karoui est aussi essayiste (il a publié trois livres chez Flammarion qui traitent de questions ème économiques et géopolitiques) et entrepreneur social (il a créé le club du XXI siècle, les Young MediteƌƌaŶeaŶ Leadeƌs et est aǀeĐ Baƌiza Khiaƌi à l͛oƌigiŶe de «l͛appel des ϰϭ», paru le 31 juillet 2016 dans le JDD).
L͛aŶalLJse des donnéesde l͛eŶƋuġte iŶĠdite, ƌĠalisĠe daŶsle cadre de ce rapport, a été effectuée par Antoine Jardin, docteur en science politique et ingénieur de recherche au CNRS.
3
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE Un islam français est possible
4
SOMMAIRE
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE
Avant-proposd͛Hakiŵ El Kaƌoui................................................................................... 7 1. Un portrait des musulmans de France................................................................. 10 ϭ.ϭ. La ŵĠthodologie de l͛eŶƋuġte....................................................................................... 13 1.2. Les caractéristiques sociodémographiques des musulmans de France ......................... 14 1.2.1. Démographie .............................................................................................................. 15 1.2.2. Nationalité .................................................................................................................. 16 ϭ.Ϯ.ϯ. PaLJs d͛oƌigiŶe.............................................................................................................. 16 1.2.4. Autres caractéristiques ............................................................................................... 18 1.3. Typologie des musulmans selon leur religiosité ............................................................. 21 Description sociodémographique des groupes..................................................................... 23 1.4. Quelles pƌatiƋues de l͛islaŵ ?.............................................................................. 27 1.4.1. Le halal et les normes alimentaires ............................................................................. 27 1.4.2. Le port du voile : quelles motivations ? ...................................................................... 29 1.4.3. Quelles autorités religieuses ? .................................................................................... 31 1.4.4. Quelle fréquentation des mosquées ? ........................................................................ 32 1.5. Leur rapport à la France, aux institutions et à la société ...................................... 33 1.5.1. Attachement ............................................................................................................... 33 1.5.2. Défiance ...................................................................................................................... 33 ϭ.ϱ.ϯ. Ouǀeƌtuƌe à l͛autƌe et ŵidžitĠ....................................................................................... 34 1.5.4. Opinions politiques sur la société française ................................................................ 34 1.5.5. Le rapport au politique................................................................................................ 36 ϭ.ϲ. CoŶĐlusioŶs de l͛eŶƋuġte..................................................................................... 37 2.L͛islaŵ fƌaŶçais..................................................... 41: une organisation par le haut a.L͛islaŵ ĐoŶsulaiƌe................................41........................................................................... i. Les pays étrangers émetteurs de population............................................................. 42 ii.Les paLJs ĠtƌaŶgeƌs Ġŵetteuƌs d͛idĠologie ƌigoƌiste................................................... 54 b.L͛UOIF : uŶ islaŵ à la fƌaŶçaise?.................................................................................... 57 i. Origines et organisation ............................................................................................. 57 ii.UŶ aĐteuƌ de l͛islaŵ de FƌaŶĐe.................................................................................. 59 iii.La ŶotaďilisatioŶ et l͛iŶstitutioŶŶalisatioŶ: dĠĐliŶ ou ŶeutƌalisatioŶ de l͛UOIF? ... 60 c.L͛islaŵ salafiste...................... 64: une idéologie rampante sans organisation centralisée i. Un fondamentalisme contemporain .......................................................................... 64
5
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE ii. Public cible ................................................................................................................. 65 iii. Différences entre les fondamentalismes frériste et salafiste ................................. 66 d.La teŶtatiǀe de l͛État d͛oƌgaŶiseƌ uŶ islaŵ fƌaŶçais....................................................... 70 i.Pieƌƌe Jodže et la ĐƌĠatioŶ du CoŶseil de ‘ĠfledžioŶ suƌ l͛Islaŵ eŶ FƌaŶĐeou CORIF (1989-1993)................................................................................................................................ . 71 ii. La méthode Pasqua ou le choix algérien.................................................................... 72 iii. Jean-Louis Debré ou la méthode du laisser-faire ................................................... 72 iv. Jean-Pierre Chevènement: de l͛IstiĐhâƌa audž pƌĠŵiĐes du CFCM......................... 73 v. Nicolas Sarkozy et la naissance du CFCM ................................................................... 75 vi.BilaŶ et peƌspeĐtiǀes du CFCM aujouƌd͛hui........................................................... 77 vii.Les ƌelatioŶs eŶtƌe l͛Islaŵ et la ‘ĠpuďliƋue: des méthodes et des hommes ........ 79 viii.Les ƌelatioŶs eŶtƌe l͛État et l͛islaŵ eŶ Euƌope: une institutionnalisation à parfaire . ............................................................................................................................... 80
3.L͛islaŵ «d͛eŶ ďas» ............................................................................................. 86 a.L͛islaŵ du ƋuotidieŶ.......................68................................................................................ i.L͛islaŵ fƌaŶçais du ƋuotidieŶ: la pyramide et le rhizome.......................................... 86 ii. Poids et rôle des mosquées ....................................................................................... 87 iii. Poids et rôle des imams ......................................................................................... 89 b.L͛islaŵ suƌ iŶteƌŶet: l͛islaŵ de la ŵultitude.................................................................. 95 4. Pistes de recommandations ................................................................................ 99 a. Propositions ................................................................................................................... 99 i. Réussiƌ la ĐƌĠatioŶ de la FoŶdatioŶ pouƌ l͛islaŵ de FƌaŶĐe, l͛assoĐiatioŶ ŵusulŵaŶe pour un islam de France : deux institutions majeures ................................................................... 99 ii. Un grand imam de France pour exprimer une doctrine musulmane compatible avec les valeurs républicaines .............................................................................................................. 103 iii. Élargissement du concordat alsaco-ŵosellaŶ à l͛islaŵ........................................ 104 iv. Accéléreƌ le dĠǀeloppeŵeŶt de l͛eŶseigŶeŵeŶt de l͛aƌaďe................................ 112 v. Former les aumôniers et professionnaliser leur statut ............................................ 116 vi. Faciliterla gestioŶ de l͛islaŵ au ƋuotidieŶ........................................................... 118 vii.Noŵŵeƌ aupƌs du Pƌeŵieƌ ŵiŶistƌe uŶ seĐƌĠtaiƌe d͛État ĐhaƌgĠ des affaiƌes religieuses et à la laïcité ............................................................................................................... 125 viii.DĠǀeloppeƌ la ĐoŶŶaissaŶĐe suƌ l͛islaŵ................................................................ 126 ix. Scénario optionnelétudié mais non recommandé par ce rapport : actualiser la loi 1905 afin de prendre en compte les nouveaux cultes ................................................................. 128
6
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE Avant-pƌopos d͛Hakiŵ El Kaƌoui
Pourquoi travailler surl͛islaŵ eŶ ϮϬϭϲ? PaƌĐe Ƌue la ǀioleŶĐe Ƌui s͛est dĠĐhaîŶĠe eŶ soŶ Ŷoŵ eŶ FƌaŶĐe, contre des Français, ne peut rester sans réponse. Il faut engager des changements profonds dans l͛oƌgaŶisatioŶ de Đette ƌeligioŶpour lui donner les moyens de lutter contre le fondamentalisme religieux qui crée un terreau favorable au terrorisme. PouƌƋuoi tƌaǀailleƌ suƌ l͛islaŵ eŶ Đette pƌĠ-campagne électorale ? Parce Ƌue l͛oŶ Ŷepeut se satisfaire des sempiternellespolĠŵiƋues suƌ l͛iŶsĐƌiptioŶ des sigŶes d͛appaƌteŶaŶĐe islaŵiƋue daŶs l͛espaĐe puďliĐ,- le burkini étant le dernier exemple- comme seules réponses politiques au djihadisme et au fondamentalisme : tout cela traduit surtout un sentiment d͛iŵpuissaŶĐeet nourrit crispations et angoisses au sein de la société française.
Ces peurs sont renforcées par la méconnaissance générale des musulmans français : qui sont-ils ? Quels rapports entretiennent-ils avec la religion ? Avec les autorités religieuses ? Les rares connaissances dont nous disposons étaient imprécises et ne se fondaient que sur des estimations.C͛est pouƌ poƌteƌ ƌeŵde àĐette situatioŶ Ƌue l͛IŶstitut MoŶtaigŶe a ĐoŶduit aǀeĐ l͛IFOP uŶe eŶƋuġte iŶĠdite, soumise à la plus grande rigueur méthodologique et au strict respect de la législation en vigueur. Que nous enseigne-t-elle ?Que le Ŷoŵďƌe de ŵusulŵaŶs eŶ FƌaŶĐe est ŵoiŶs iŵpoƌtaŶt Ƌue Ŷe l͛aǀaŶĐeŶt ďoŶ Ŷoŵďƌe de chiffres fantaisistes : ils représentent 5,6 % de la population de plus de 15 ans en métropole. Que cette populatioŶ est ŶetteŵeŶt plus jeuŶe Ƌue la ŵoLJeŶŶe ŶatioŶale. Qu͛elle est aussi ŵoiŶs ƋualifiĠe, ŵġŵe si une classe moyenne et une élite émergent clairement. Cette large enquête atteste égaleŵeŶt Ƌu͛uŶe ŵajoƌitĠ des ŵusulŵaŶs de FƌaŶĐe a uŶ sLJstŵe de ǀaleuƌ et uŶe pƌatiƋue ƌeligieuse Ƌui s͛iŶsƌeŶt saŶs heurts majeurs dans le corpus républicain et national. Elle montre enfin que nombreux mais minoritairessont les jeunes Français de confession musulmane, quise dĠfiŶisseŶt d͛aďoƌd et aǀaŶt tout par leur identité religieuse, suivant une logique implacable : « plus vous êtes fondamentaliste, plus vous êtes musulman et donc plus vous êtes vous-même ». En arrière-plan, une relation complexe avec la FƌaŶĐe, l͛attƌait du foŶdaŵeŶtalisŵe ƌeligieudž ĠtaŶt uŶ ŵoLJeŶ pouƌ eudž d͛exprimer une forme de révolte contre une société qui les rejette ;Đ͛est du ŵoiŶs tƌs laƌgeŵeŶt leuƌ peƌĐeptioŶ. Malgré les difficultés à comparer les évolutions dans le temps, en raison de la rareté des chiffres disponibles et des contraintes méthodologiques, il ne fait pas de doute que cette tendance est en augmentation sensible depuis dix ans.
Deux réalités très différentes donc : une majorité silencieuse, très souvent pratiquante mais sans conflit majeur avec les normes de la société française, d͛uŶe paƌt; une minorité, attirée par le fondamentalisme,Ƌui utilise l͛islaŵ pouƌ diƌe sa ƌĠǀolte, d͛autƌe paƌt.OŶ peut le dĠploƌeƌ, s͛eŶ fĠliĐiteƌ, vouloir le combattre ou le respecter, ce fait social est bien réel. Il faut le traiter, dans le contexte qui est le nôtre -Đelui d͛uŶe ǀioleŶĐeterroriste etsaŶs liŵite peƌpĠtƌĠe au Ŷoŵ de l͛islaŵ, Ƌui ƌeŶdangoissant pouƌ uŶe ŵajoƌitĠ de FƌaŶçais le ŵouǀeŵeŶt d͛affiƌŵatioŶ ideŶtitaro-religieux voire théologico-politiƋue Ƌui est à l͛œuǀƌe.
Or, le système mis en place en 2003 avec la création du Conseil français du culte musulman (CFCM) a montré ses limites :
-
-
(i) influence des États étrangers à qui la France a sous-traité une forme de contrôle social et sécuritaire ; ;iiͿ iŶĐoŵpƌĠheŶsioŶ faĐe audž ŵutatioŶs d͛uŶ islaŵ de plus eŶ plus ideŶtitaiƌe, poƌtĠ paƌ des jeunes garçons et des jeunes filles, très souvent Français de naissance, que ne comprennent pas
7
-
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE les responsables des institutions actuellesquasiment tous des hommes, souvent âgés de plus de ϲϬ aŶs, ŶĠs à l͛ĠtƌaŶgeƌ; (iii) incapacité, enfin, à intervenir face au phénomène rampant de la radicalisation religieuse alors que théories du complot, antisémitisme et postures victimaires fleurissent chez ceux-là même qui trouvent dans un islam autoritairevoire radicaluŶ ŵoLJeŶ d͛affiƌŵatioŶ.
De nombreux problèmes ont fait obstacle,jusƋu͛à pƌĠseŶt, et ont entravé les évolutions de l͛oƌgaŶisatioŶ de l͛islaŵ eŶFrance :
géopolitiƋues, d͛aďoƌd, Đaƌ l͛oƌgaŶisatioŶ de l͛islaŵ de FƌaŶĐe se tƌouǀe eŶĐhâssĠe daŶs l͛ĠĐheǀeau Đoŵpledže des ƌelatioŶs de la FƌaŶĐe aǀeĐ les paLJs du Maghƌeď et la TuƌƋuie; organisationnels, ensuite, parce que, malgré les inquiétudes relatives au communautarisme musulman, la « communauté musulmane en France» Ŷ͛edžiste tout siŵpleŵeŶt pas: ni seŶtiŵeŶt d͛appaƌteŶaŶĐe,ni intérêts communs identifiés, niĐapaĐitĠ d͛aĐtioŶ gƌoupĠe.Depuis tƌeŶte aŶs, les ŵiŶistƌes de l͛IŶtĠƌieuƌ suĐĐessifs oŶt d͛ailleuƌs tous ĠĐhoué à trouver un interlocuteur représentatif ; financiers également, car malgré certains financements venus de pays étrangers « amis » (le MaƌoĐ, la TuƌƋuie, l͛AlgĠƌie et l͛Aƌaďie “aouditeͿ, l͛islaŵ de FƌaŶĐe est sous-financé et pâtit, par ailleuƌs, d͛uŶ ŵanque de transparence qui entrave sa capacité à collecter les dons des fidèles et qui est dommageable pour sa réputation ; institutionnels, enfin, car il faut que le gouvernement français fasse bien davantage confiance aux musulmans de France et notamment aux élites qui ont émergé ou sont en train de le faire. À cet égard, la nomination de Jean-Pieƌƌe CheǀŶeŵeŶt Ŷ͛est pasun signe encourageant et elle a suscité, malgré les qualités de cet ancien Ministre, incompréhension et déception. Il ne serait sans doute ǀeŶu à l͛espƌit de peƌsoŶŶe de le dĠsigŶeƌ pouƌ uŶe telle ŵissioŶ aupƌs des autƌes grandes religions présentes sur le sol national.
Cinq mutations majeures doivent pourtant être engagées :
« sortir l'islam de France de la minorité » en comprenant enfin que les musulmans ne sont ni des ŵiŶeuƌs Ƌu͛il faut ŵettƌe sous tutelle Ŷi des iƌƌespoŶsaďles toujouƌs diǀisĠs Ƌu͛il faut ĐoŶsidĠƌeƌ aǀeĐ ĐoŵŵisĠƌatioŶ saŶs jaŵais les Đƌoiƌe Đapaďles d͛agiƌ effiĐaĐeŵeŶt: cela a été souvent l͛attitude des pouǀoiƌs puďliĐs, confrontés il est vrai à des querelles incessantes de représentants plus ou moins auto-pƌoĐlaŵĠs de l͛islaŵ eŶ FƌaŶĐe. Cet oďjeĐtif ƌepose suƌ deudž iŵpĠƌatifs: omettre fin à la tutelle - longtemps acceptée voire encouragée par la France -d͛États étrangeƌs, Ƌui Ŷe tolƌeƌaieŶt eŶ auĐuŶe ŵaŶiƌe suƌ leuƌ sol Đe Ƌu͛ils pƌatiƋueŶt eŶ FƌaŶĐe: imagine-t-on la France,ou l͛Italie Ƌui vit sous régime concordataire, financer le culte catholique dans tel ou tel pays musulman et le cabinet du Premier ministre envoyer le texte des prêches chaque dimanche aux desservants français établis dans ces pays? C͛est pouƌtaŶt Đe Ƌui se passe eŶ FƌaŶĐe aujouƌd͛hui. Cette aĐtioŶ seƌa ƌĠussie ƋuaŶd les fludž financiers venus de ces pays ne seront plus dirigés vers « leur » communauté, mais de façon claire et transparente, vers une organisation reconnue dont les moyens financiers seront destiŶĠs à l͛eŶseŵďle des ŵusulŵaŶs de FƌaŶĐe, quelle que soit leur origine ; ofaire émerger de nouveaux cadres, religieux et laïcs, nés en France, soucieux de prendre en main une communauté embryonnaire et de répondre aux très nombreux défis auxquels sont confrontés les musulmans deFƌaŶĐe. La solutioŶ pouƌ LJ paƌǀeŶiƌ, Đ͛est de leuƌ doŶŶeƌ
8
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE une légitimité institutionnelle en les associant à la création et à la gouvernance de la Fondation pourl͛islaŵde Franceet à l͛assoĐiatioŶmusulmane pour un islam de France ; assurerà l͛islaŵ deFrance des ressources financières transparentes, destinées à un usage collectif, afin de structurer une véritable orgaŶisatioŶ de l͛islaŵ, de salaƌieƌ les iŵaŵs et de ƌĠpoŶdƌe au fait social indéniable que constitue « la nouvelle fierté islamique » de nombreux musulmans de France, Ƌui foŶt de l͛islaŵ uŶ oďjet ŵoiŶs ƌeligieudž Ƌu͛ideŶtitaiƌe. La solutioŶ, Đ͛est uŶe ƌedeǀaŶce sur le halalet des iŶstitutioŶs ƌeĐoŶŶues Đapaďles d͛attiƌeƌ des doŶs; tƌaǀailleƌ de façoŶ effiĐaĐe à la foƌŵulatioŶ et à la diffusioŶ d͛iŶteƌpƌĠtatioŶs de l͛islaŵ alteƌŶatiǀes aux discours de fermeture, de séparation et de soumission; contribuer, autant que le permet la loi de 1905, à la lutte contre le discours fondamentaliste, notammentviale financement de la formationculturelle - et du travail des aumôniers dans tous les lieux fermés (écoles, prisons, armées, établissements hospitaliers, etc.) etvial͛eŶseigŶeŵeŶt de l͛aƌaďe à l͛ĠĐole puďliƋue ;daŶs uŶ ĐoŶtedžte où Đet eŶseigŶeŵeŶt se diffuse tƌs ƌapideŵeŶt daŶs les ŵosƋuĠes et les ĠĐoles ĐoƌaŶiƋues, du fait, ŶotaŵŵeŶt, de l͛aďseŶĐe d͛offƌe de foƌŵatioŶ à l͛ĠĐoleͿ; une réflexion doit, enfin,ġtƌe eŶgagĠe suƌ l͛aďseŶĐe de l͛islaŵ du ĐoŶĐoƌdat Ƌui ƌĠgit eŶĐoƌe la ƌelatioŶ eŶtƌe les Đultes et l͛État eŶ AlsaĐe-Moselle. Il eŶ ǀa de l͛ĠgalitĠ eŶtƌe les ĐitoLJeŶs et de la ĐapaĐitĠ de l͛Etat de ĐƌĠeƌ uŶe faĐultĠ de thĠologie Đapaďle de tƌaǀailleƌrapidement sur des interprétations religieuses en phase avec la réalité française contemporaine ; lever les ambiguïtés qui pèsent sur certaines pratiques locales (baux emphytéotiques, carrés confessionnels, gaƌaŶties d͛eŵpƌuŶt) pour garantir aux musulmans que ces pratiques juridiques sont conformes à la Constitution.
Pouƌ LJ aƌƌiǀeƌ, il faut teŶiƌ Đoŵpte de la Ŷouǀelle ƌĠalitĠ de l͛islaŵ daŶs Ŷotƌe paLJs: les musulmans sont ŵajoƌitaiƌeŵeŶt ŶĠs eŶ eŶ FƌaŶĐe et aujouƌd͛huiFrançais pour les trois-Ƌuaƌts d͛eŶtƌe eudž. Autre évolution sociologique importante : si les ouvriers, les employés et les chômeurs sont surreprésentés par rapport à la moyenne nationale, une nouvelle élite bien formée et bien insérée dans le monde pƌofessioŶŶel est eŶ tƌaiŶ d͛Ġŵeƌgeƌ.
Construire un islam français est donc possible mais, ô combien difficile ! Il faudra assumer, parfois, la crispation des uns et des autres et avoir suffisamment bien préparé ces évolutions afinƋu͛elles puisseŶt aboutir. Il faudra se préparer à répondre aux polémiques venues de tous les camps tant cette question est sensible, complexe et sujette à manipulation en ces temps de campagne électorale. Il faudra être prêt à bousculer les conservatismes et les idées reçues de toutes parts.
C͛est pouƌƋuoi l͛État deǀƌa s͛iŶǀestir au plus haut niveau pour faire émerger cette nouvelle organisation de l͛islaŵ fƌaŶçais, car il a encore un rôle à jouer pour faciliter les changements avant de se retirer ensuite, conformément au principe de laïcité.L͛eŶjeu est esseŶtiel : Đ͛est Ŷotƌe ĐohĠsioŶ ŶatioŶale Ƌu͛il faut pƌĠseƌǀeƌ, et, Đ͛est aussi, pouƌ les ŵusulŵaŶs, l͛oĐĐasioŶ d͛iŶǀeŶteƌ uŶe Ŷouǀelle ŵodeƌŶitĠ religieuse.
9
UN ISLAM FRANÇAIS EST POSSIBLE 1. Un portrait des musulmans de France
Voir des Françaischrétiens, musulmans, juifs, athéesmourir «au Ŷoŵ de l͛islam » : cette réalité est devenue la nôtre depuis les attentats perpétrés par Mohamed Merah en 2012. Les événements de ces deux dernières années, violents, terribles, différents par leurs cibles, leur envergure mais pas par les ƌĠaĐtioŶs Ƌu͛ilsont suscitées, se nouent les uns aux autres dans une déflagration sordide. La peur et la haine dominent. Les esprits, notamment politiques, sont troublés et confus : le piège tendu par les djihadistesattiser la haine contre tous les musulmans pour encourager ces derniers à les rejoindrereste ouvert, béant.AǀeĐ le ƌisƋue Ƌu͛uŶ jouƌ ilne se referme sur la société française.
1 Une brève analyse des couvertures des principaux magazines hebdomadairesŵoŶtƌe Ƌue l͛islaŵ est invariablement présentée comme porteuse de violence et de haine :il s͛agit làexactement de ce que 2 veulent les djihadistes qui, par leurs actions, orientent cette couverture médiatique . Une quarantaine de numéros des six magazines les plus vendus en France ont ainsi placé un sujetliĠ à l͛islam en couverture au cours des douze derniers mois ; en moyenne, chaque semaine, un magazine a dédié sa « une »à l͛islam. La rhétorique visuelle de ces numéros recourtd͛ailleuƌssouvent aux mêmes éléments : suƌ uŶ foŶd soŵďƌe s͛aĐĐuŵuleŶt des photos d͛hoŵŵesen armes, de leaders enturbannés, de sabres ; larges polices, couleurs vives, contrastent avec des fonds sombres. Le champ lexical des enquêtes policières est mobilisé : il faut trouver les «complices », les «cerveaux »,les «armées souterraines ». LorsƋu͛il s͛agit d͛Ġtudieƌles ƌelatioŶs de l͛Étatet del͛islaŵ,le champ lexical est celui de la défaite, de la faiblesse. Les « unes »portantsuƌ des ƌĠgiŵes se ƌeǀeŶdiƋuaŶt de l͛islaŵ ;l͛IƌaŶoul͛Aƌaďie “aouditeͿ utilisent le vocabulaire de la menace et de la peur. Une tonalité commune se dessine dans le traitement de ces sujets, dont les champs lexicaux et lesǀisuels soŶt Đeudž de la ŵeŶaĐe, de l͛alaƌŵe et de l͛iŶƋuiĠtude. L͛islaŵ ƌeste à dĠĐhiffƌeƌ. Les eŶjeudž gĠopolitiƋues et les ĐouƌaŶts edžtƌĠŵistes accaparent la ƌepƌĠseŶtatioŶ. Il ĐoŶǀieŶt de ƌeŵaƌƋueƌ Ƌu͛uŶ seul ŶuŵĠƌo suƌces quarantes͛iŶtĠƌesse auquotidien 3 des musulmans français .
Cette tendance a commencé avec la révolution islamique en Iran qui a inauguré l͛âge des ƌeǀeŶdiĐatioŶs politiques entremêlées de référents religieux. Depuis les années 1980, les crises survenues en Palestine, en Jordanie, au Liban, en Irak, en Algérie, en Bosnie, en Afghanistan, en Tchétchénie, en Syrie, en Libye et au Yémen sont peu à peu devenues« islamiques ».Les « printemps arabes » et leurs conséquences, la ŵoŶtĠe de l͛islaŵ politiƋue,sont venus confirmer que tout sujet concernant des pays de population musulmane pouvait désormais donner lieu à une lecture par le prisme du religieux.
Depuis la fin des années 1980,la FƌaŶĐe dĠďat de l͛islaŵ et de soŶ ƌappoƌt aǀeĐ la ‘ĠpuďliƋue et la laïcité. Le premier débat portait sur le voile en 1989, suivi par ceux de 1993 et de 2003. Avant les commentaires surla pƌĠseŶĐe ou ŶoŶ d͛uŶe ĐoŵposaŶte ŵusulŵaŶe daŶs l͛iŵagiŶaiƌe des émeutes des banlieues en automne 2005, qui ont précédé les discussionssuƌ l͛ideŶtitĠ ŶatioŶale,alimentées par l͛iŶteƌpƌĠtatioŶ des pƌopos de tel ou tel iŶtelleĐtuel ŵusulŵaŶ, les saillies de ƌepƌĠseŶtaŶts d͛ONGsalafistes sur les plateaux de télévision,les pƌġĐhes d͛imams radicaux, etc.L͛islaŵ Ŷe seŵďle edžisteƌ Ƌue dans trois cadres: les relations internationales et la géopolitique ; les attentats terroristes et les faits de
1 Nous nous sommes contentés de répertorier les « unes» des sidž ŵagaziŶes heďdoŵadaiƌes les plus lus. Il s͛agit doŶĐ deL͛Edžpƌess, Le Nouǀel Observateur, Marianne, Le Point, M le magazine du Monde,et duFigaro Magazine.2 Voir les annexes pour le passage en revue des toutes les « unes » dont il est fait mention. 3 Mle magazine duMonde,« La religion, la mode, le travail, les garçons, paroles de jeunes filles voilées », 21/05/2016.
10