J

J'AI PEUR ET VOUS?

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

J’AI PEUR ET VOUS? Qu’adviendrait-il si l’économie s’effondrait? Que se passerait-il si le monde était victime d’une grande catastrophe? Qu’arriverait-il si tous les beaux dollars à la bourse s’évanouissaient dans une folie spéculative? Dès les premiers jours des Hommes, ils ont dû établir des règles qui régissaient les comportements sociaux. Ce qui les avait menés à cette idée fut d'abord et avant tout, la reconnaissance de l'autre comme individu à respecter par sa valeur. La pitié, a surement été le moteur à l'origine de cette avancement. Dès lors que les Hommes eussent comprendre que d'user de violence envers un autre, peu importe à quelle finalité, n'était pas la solution idéale afin de lutter contre les inégalités. Ils durent, après le langage, établir des règles de comportements sociaux, mais d'abord ils ont dû s'interroger sur leur renforcement, car qui adhèrerait à ces règles sinon les plus faibles d'abord. Voilà je crois l'origine de la religion. Je dis ceci en tentant de mettre de côté DIEU pour un instant. Admettant qu'il n'existe pas. L'Homme aurait bien pu s'inventer quelque chose qui était extérieur à lui-même. Une force inégalée que même les plus forts ne puissent pas la battre par quelconque artifice que ce soit. Ils, les plus forts, allaient devoir s'y soumettre. Je ne peux préciser la forme ni le teneur de cette chose, mais elle dû obligatoirement fait partie de la vie sociale des Hommes.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 septembre 2013
Nombre de visites sur la page 31
Langue Français
Signaler un problème
J’AI PEUR ET VOUS?
Qu’adviendrait-il si l’économie s’effondrait? Que se passerait-il si le monde était victime d’une grande catastrophe? Qu’arriverait-il si tous les beaux dollars à la bourse s’évanouissaient dans une folie spéculative?
Dès les premiers jours des Hommes, ils ont dû établir des règles qui régissaient les comportements sociaux. Ce qui les avait menés à cette idée fut d'abord et avant tout, la reconnaissance de l'autre comme individu à respecter par sa valeur. La pitié, a surement été le moteur à l'origine de cette avancement.
Dès lors que les Hommes eussent comprendre que d'user de violence envers un autre, peu importe à quelle finalité, n'était pas la solution idéale afin de lutter contre les inégalités. Ils durent, après le langage, établir des règles de comportements sociaux, mais d'abord ils ont dû s'interroger sur leur renforcement, car qui adhèrerait à ces règles sinon les plus faibles d'abord.
Voilà je crois l'origine de la religion. Je dis ceci en tentant de mettre de côté DIEU pour un instant. Admettant qu'il n'existe pas. L'Homme aurait bien pu s'inventer quelque chose qui était extérieur à lui-même. Une force inégalée que même les plus forts ne puissent pas la battre par quelconque artifice que ce soit. Ils, les plus forts, allaient devoir s'y soumettre. Je ne peux préciser la forme ni le teneur de cette chose, mais elle dû obligatoirement fait partie de la vie sociale des Hommes.
Les valeurs morales d'un peuple sont celles qui l’encadrent dans sa relation avec l'autre, les seules d'ailleurs. Nous créons des lois qui les renforcent afin tenir nos société en équilibre. Néanmoins, au-dessus des lois, il doit y avoir une autre force qui pousse les Hommes à y adhérer et c'est ici que se place la foi en Dieu dans la structure des sociétés depuis le tout début.
Que se passe-t-il maintenant? Notre époque est bien spéciale à tous égards. Nous avons d'un commun accord rejeté l'autorité d'une puissance imposée qui régissait nos comportements quotidiens, notre relation avec l'autre. Cette puissance qui a été usurpée par une Église païenne qui n’a fait que vivre aux dépends de leurs fidèles à travers la planète. Cette Église, bien loin des enseignements de celui qui l’avait inspiré au départ, à revendiquer tant de fêtes païennes, principalement de la grande cité de Babylone et de toute la région mésopotamienne.
Or, ses abus flagrants ont poussé les Hommes à la rejeter. En faisant cela, ils ont malheureusement confondu les principes de DIEU et celui de l’Église qui prétendait le représenter. Les écrits bibliques sont la source des Hommes qui croient en Dieu. Dieu est
le grand régisseur, celui qui renforce les lois auxquelles nous nous soumettons volontairement dans le but de garder un équilibre relationnel dans notre monde.
Maintenant que la chose a été réglé au cours des années 70-80, maintenant que le monde se régit lui-même de par les lois qu’ils se sont voté, il va bon train. Vraiment? Un acte
criminel, demeure un acte criminel bien entendu, mais qu’advient-il des règles de comportement entre individus, celles qui ne sont pas prévus dans les lois?
Selon moi, l’équilibre du monde est maintenant l’affaire des systèmes économiques qui ont remplacé en quelques sortes la puissance de DIEU. L’économie est une entité en soi et nul ne peut la contrôler par la force comme au temps des premiers Hommes. Seul une élite le peu. Oui l’économie dicte notre comportement vis-à-vis des autres. Au nom de l’argent, nous évitons de dire tel ou tel chose, nous évitons de poser tel ou tel autre geste, au nom de l’argent nous nous donnons même le droit de dénigrer la valeur des autres si cela nous conforte dans notre équilibre financier.
Je pourrais élaborer bien plus sur ce sujet, mais là n’est pas mon objectif. Ma raison première est celui-ci. Qu’adviendrait-il si l’économie s’effondrait? Que se passerait-il si le monde était victime d’une grande catastrophe? Qu’arriverait-il si tous les beaux dollars à la bourse s’évanouissaient dans une folie spéculative?
Que resterait-il aux Hommes pour garantir l’équilibre moral de la société. La valeur de l’autre lié à sa valeur financière, à ce qu’il représente pour notre survie ne serait plus un facteur de rétention de nos pulsions. Reviendrait-on à la base de la relation entre nous? À l’aube de la civilisation où la loi du plus fort établissait les règles? Il n’aurait rien pour effrayer ou pour susciter des bons comportements vis-à-vis des autres puisque Dieu n’est plus? Le temps que les Hommes prendraient pour réaliser qu’il doit à nouveau s’inventer un système de croyance qui s’établirait dans le domaine du spirituel serait d’une telle atrocité pour le monde. Le temps que les Hommes reprennent pitié des autres en réalisant eux-mêmes leurs propres vulnérabilités, leur nombre se trouverait d’autant réduit par les violences imposées aux plus faibles. Nous assisterions mouvement des sociétés que ceux qui se sont déjà produit dans notre plus lointaine histoire.
Moi, cela me fait peur de constater chez les gens et la jeunesse montante des comportements violents et intimidants. Ils, en l’absence de renforcement des valeurs, n’hésite pas d’en user pour se défendre des attaques des autres où pour venir à bout de leurs convoitises. Cela me fait peur en effet. Je suis effrayé par ce qui arriverait si les systèmes économiques tomberaient en masse. Je suis horrifié du comportement à venir des Hommes laissés à eux-mêmes.