LA PROSPECTIVE DU SPORT -  CAHIER FOOT DE HAUT NIVEAU 2030
55 pages
Français

LA PROSPECTIVE DU SPORT - CAHIER FOOT DE HAUT NIVEAU 2030

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
55 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

En 2030, Michel Platini, en tant que président de la FIFA, devrait déclarer officiellement ouverte la Xe Coupe du Monde de football. Sauf innovation médicale, Cristiano Ronaldo (45 ans) et Lionel Messi (43 ans) y participeront en tant que consultant pour de riches groupes de médias pour l'un, et en tant que sélectionneur pour l'autre ou au travers de la coupe du monde sur Internet organisée en même temps avec leur avatar.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 10 mars 2015
Nombre de lectures 989
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait


LES CAHIERS DE PROSPECTIVE
DU FONDS PROMESSE


L’AVENIR DU SPORT






« CONVERTIO HUMANUM EST »
Grandeur (et) ou décadence du football des années
2030

Vincent Chaudel




1
SOMMAIRE




Pages
Préface par Philippe Diallo 3


Prologue par Vincent Chaudel 5


Scénario 1 : L’Euro league – Scénario « INSTANCES
EUROPEENNES » par Jullian Jappert et Lilia Douihech 10


Scénario 2 : Bienvenue à la « BEIN SPORTS LEAGUE » - io média par Erik Bielderman 21


Scénario 3 : Le contre pouvoir de la WMLS (World Major
League Soccer) – Molèle MBA par Franck Pons 31


Scénario 4 : Les « marquee player » au pouvoir - scénario
team par Lionel Maltèse 38


Epilogue par François Klein 46

Les auteurs 49
2/55 PREFACE
Par Philippe Diallo- Directeur Général de l’UCPF (Union de Clubs Professionnels de
Football)



Est-ce que les jeunes étudiants anglais du milieu du 19ème siècle avaient imaginé
que leur loisir allait devenir le jeu favori de la planète ?

Jules Rimet et Henri Delaunay pensaient-ils en inventant la coupe du Monde que
celle-ci serait l'évènement le plus populaire dans le monde ?

Certainement que non. Comment l'aurait-il pu lorsqu'on voit l'essor fantastique de ce
sport depuis un siècle et demi.

Le football, c'est d'abord un jeu pour des millions d'individus à qui il apporte plaisir et
émotion. C’est un jeu qui éduque, apprend une discipline et transmet des valeurs.
Mais, c'est un jeu qui est aussi devenu une industrie.

Si sa simplicité explique en grande partie sa popularité, il la doit largement au fait
que son histoire a épousé les grandes transformations de la société.

Né dans les Publics schools anglaises, il s'étend à la faveur de la révolution
industrielle de l'époque victorienne à la classe ouvrière à qui on trouve un moyen
d'occuper ses jours de repos et bientôt une rémunération avec les prémices du
professionnalisme.

L'expansion européenne du début du 20ème siècle facilite l'implantation du football à
mesure que les puissances dominantes européennes s'approprient de nouveaux
territoires en Amérique du Sud, en Afrique ou encore en Inde.

Dans les années 30, fascisme et nazisme marquent le football de leur triste
empreinte : en 1934, l'Italie de Benito Mussolini s'empare à domicile de la 2ème
coupe du Monde alors qu'un an avant en Allemagne la nazification de la fédération
allemande conduit à l'expulsion des juifs et des marxistes.

L'après-guerre est marqué par la naissance de la construction européenne et la
décolonisation. Le football s'inscrit dans ces grands mouvements en créant la coupe
d'Europe des clubs champions en 1955, deux ans avant la signature du Traité de
Rome. Mais le football, c'est aussi durant les années cinquante et soixante un lieu
d'émancipation. C'est là que les immigrés trouvent sur le sol national un des plus
forts outils d'intégration comme l'illustre le parcours d'un Raymond Kopa. C'est au
football dans la Makana Football Association que joue Jacob Zuma, futur président
de l'Afrique du Sud, sur l'île de Robben Island dans la prison où il est détenu pour sa
lutte anti-apartheid. Le football se veut alors résistance. Tout comme lorsque le FLN
le dresse en symbole en incitant les 13 et 14 avril 1958 une douzaine de joueurs
professionnels dont Rachid Mekhloufi et Mustapha Zitouni à quitter leurs clubs
hexagonaux pour rejoindre "l'équipe de l'indépendance".
3/55 Plus près de nous et dans une nouvelle étape de son développement, le football a
été acteur, contributeur et bénéficiaire de la révolution des médias et de la
mondialisation. Avec les médias, il a tissé des liens étroits au fil des progrès
technologiques Tous les diffuseurs, pour assurer le développement de leurs
innovations et leur croissance, ont compris que ce jeu était le contenu le plus attractif
pour les spectateurs/téléspectateurs/abonnés du monde entier. A coup de contrats
mirifiques, ils ont non seulement offert une exposition exceptionnelle au jeu
renforçant ainsi sa popularité mais largement contribué à sa structuration et à sa
croissance.

S'agissant de la mondialisation, il suffit de suivre les lieux d'organisation de la coupe
du Monde pour que le phénomène saute aux yeux. Alors que traditionnellement,
celle-ci se jouait entre l'Europe et l'Amérique du Sud, elle est allée aux USA en 1994,
au Japon et en Corée du Sud en 2002. En 2010, l'Afrique du Sud accueillait la
compétition pour la première fois sur le sol africain. Et bientôt ce sera le tour de la
Russie (2018) avant que le monde arabe reçoive la coupe pour la première fois au
Qatar en 2022. A la vue d'une telle liste, qui pourrait contester que la coupe du
monde et bien la coupe du...Monde?

200 millions de pratiquants, des centaines de millions de fans, une présence sur tous
les continents, une organisation mondiale ayant rang de quasi-Etat, des contrats en
milliards de dollars, une telle puissance ne peut que susciter une interrogation sur
son devenir : où va le football du 21ème siècle ?

Le Pouvoir sportif pourra-t-il en garder le contrôle face à la montée des enjeux
économiques et financiers ou sera-t-il supplanté par de nouveaux acteurs ? L'Europe
saura-t-elle préserver son modèle de compétition ouverte ou voudra-t-elle
s'américaniser en créant des ligues fermées ? Face à l'émergence de nouvelles
demandes (autorisation par la FIFA du voile pour les joueuses) et de nouvelles
puissances, le centre du pouvoir du football, aujourd’hui encore essentiellement
européen, va-t-il se déplacer ? Saura-t-on préserver le jeu face aux dangers qui le
menacent (corruption, blanchiment, dopage...) ? Les nouvelles technologies
biologiques comme numériques auront-elles un impact sur le jeu en transformant le
corps du sportif, en faisant de l'arbitre un simple lecteur d'écran vidéo ? Les clubs,
diversifiés, mondialisés, filialisés deviendront-ils des majors du divertissement ?

Voilà quelques unes des questions qui interpellent tous ceux qui s'interrogent sur le
futur du football. Rien n'est aujourd'hui fixé. L'avenir reste ouvert. Mais des réponses
apportées dépendra le rêve de millions d'individus. Et on ne joue pas sans
conséquences avec le rêve des gens.

4/55 PROLOGUE :
Par Vincent Chaudel




L'histoire est un éternel recommencement. On ne se baigne jamais deux fois dans le
même fleuve. Un esprit sain dans un corps sain. Autant de pensées ou de poncifs
que l'on pourrait aisément appliquer au monde du sport. Certes, le Baron Pierre de
Coubertin a su faire renaître de leurs cendres les Jeux olympiques antiques pour
fonder bien plus que des activités récréatives : un secteur industriel voire une
philosophie de vie.

Avec 270.000 emplois directs, dans l'Education nationale, les collectivités, le secteur
associatif, l'univers de la santé, le commerce ou l'industrie, le sport français vient
d'obtenir (tardivement) une forme de lettres de noblesse en devenant un secteur
d'activité aux yeux du MEDEF. Au-delà de l'anecdote, la création, au cœur de l'union
des entrepreneurs, d'un Comité sport en 2009 marqua un virage que l'on souhaite
irréversible dans la perception de l'utilité du sport tant la France a accumulé du retard
par rapport à ses voisins.

Entre l'utilisation originelle pédagogique du rugby et la tradition multi-centenaire des
Oxford vs Cambridge en aviron, les britanniques nous donnent une leçon en matière
de sport, levier éducatif. Que dire des scandinaves et de l'effet en termes de santé
publique de leurs pratiques sportives régulières ? De la rivalité fratricide Adidas vs
Puma, naîtra en Allemagne le marketing du sport (cf. la création de la société ISL) et
plus largement une certaine vision de la relation sport et entreprise que l'on peut
aisément considérer comme une des forces du "modèle germanique". Quant à
l'Espagne et l'Italie, la ferveur (voire le chauvinisme) et l'ancrage populaire du sport
(avec les socios) ne sont plus à démontrer et ont de toute évidence, un impact s

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents